Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Nolwen Arian

Nolwen Arian

 « J’ai 17 ans, et les enfants de mon âge ne se posent pas vraiment de questions. Ils vient au jour le jour. Moi je ne suis pas comme ça ! Beaucoup de questions tournent en boucle dans ma tête. Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi le jour et la nuit ? Pourquoi oui ou non ? Pourquoi la guerre et pourquoi la paix? Ça, c’est les questions de base.mais une question qui paraît basique mais ne l’est pas… Pourquoi la violence ? c’est très vague la violence ! Quand je parle de violence, je parle de violence physique et morale. Tous ça est comprit par le harcèlement, l’insulte, le racisme, le sexisme, le viol, le vol, les coups ! Aujourd’hui je vous parle du viol. Je m’attarde sur le viol car je l’ai vécu. j’ai mis beaucoup de temps à l’assumer et à en parler et aujourd’hui je vous en fait part pour mon soulagement et pour celle a qui c’est arrivé. Sachez que personne n’est à l’abri d’un tel danger.
- Merci mlle Velasquez de nous faire cet honneur de monter sur le plateau de notre émission Je lutte contre la violence !
Messieurs, dames cette jeune fille âgée de 17 ans va nous raconter son histoire et comment elle a réussi à s’en sortir. Mlle Velasquez la parole est à vous.
- je vous en pris appelez moi Lucie. Enfin, il est l’heure de vous raconter mon histoire.
16
1
18
15
Défi
Nolwen Arian

 Kathya Dolore, 17 ans, elle vit dans un milieu aisé, au près d'une famille aimante et présente. AU lycée tous se passe très bien, elle est dans la catégorie "populaire" mais ne méprise personne. Très bonne élève, elle a une myenne de minimum 16/20 dans chaque matière. C'est une très grande lectrice. Elle va souvent à la bibliothèque du lycée. Et ce jour là, elle s'y est rendue comme d'habitude, après les cours. Elle cherchait un livre qui sortait un peu de la banalité de ceux qu'elle a lus auparavant, alors elle arpente les rayon de la bibliothèque. En marchant elle tribuche sur la livre, qui n'avait pas l'air d'être tombé, mais plutôt délicatement posé à moitié sous le rayon. Elle se penche et le ramasse. En observant le livre elle se rend compte qu'à la troisième de couverture, il n'y a pas de résumé comme sur tous les autres livres. ET dans sa tête l'intrigue commence. Elle se met à le lire. pendant les cours, au déjeuner, dans le bus, au repas elle se retient mais il lui tarde le moment d'aller se coucher pour continuer à lire ce livre mystérieux qui parle d'une ville inconnue. Le diner terminé elle monte dans sa chambre et ouvre le livre. Elle reste bouche bée quand elle s'aperçoit que toute les pages du livre sont blanches, aucune ligne, aucun mot n'est inscrit sur aucune des pages. Elle ferme le livre et l'ouvre à nouveau cette fois ci les pages semblent être écrites d'une autre langue. Il lui semble que c'est du latin. Elle l'étudie depuis le collège mais a tout de même du mal à traduire, mais y parvint. Elle ne sait plus quoi penser en lisant ces mystérieux écrits. Kathya est une fille très curieuse. Eprise de sa facheuse curiosité elle décide se rendre à cet étang dont parle le livre. En continuant sa lecture elle découvre que la ville mentionnée est celle où elle vit depuis toujours. Elle trouve au fond du manuscrit une sorte de carte qui la mènera jusqu'a cet étang. il est 23h30 ses parents sont au lit et dorment profondement. Elle noue ses drap et passe par la fenêtre de la salle de bain. Elle s'enfuit pour rejoindre l'étang. Arrivée sur les lieux, elle voit la petite étendue d'eau qui brille à lalumière de la lune. Elle se sent soudainement attiré par quelque chose. Au bord, elle se déshabille, regarde autour d'elle et sans hésitation elle avance. L'eau monte sur ses chevilles, elle sent la froideur de l'eau la combler d'excitation et de curiosité. L'eau arrive jusque ses genoux, l'eau se réchauffe mais arrivée au niveau de sa hanche elle a un moment d'hésitation, des questions se bousculent dans tête mais tous est trop brouillon pour qu'elle comprenne, faisant le vide dans sa tête elle décide de continuer. L'eau dépasse maintenant le haut de sa tête, elle continue tous de même d'avancer et fini par s'assoir au fond l'eau. Les écrits qu'elle a lus disaient que tous être qui se suiciderait dans cet étang se verrai confronté au futur. Une fois assise, un sifflement sourd et aigu envahi ses oreilles et sa tête, son coeur ralenti, ses yeux se ferment. Soudain elle ouvre les yeux, rien a changé, sauf qu'elle se voit sortir de l'étang et se rhabiller, la vie passe si vite, elle se voit obtenir son diplôme, elle se voit ouvrir sa boutique, elle est fleuriste mariée, avec des enfants. Elle se voit lire autant qu'au lycée et retomber sur ce livre. Elle se voit se diriger vers cet étang et avancer dans l'eau. Quand elle fut au fond ce bruit sourd de nouveau mais cent fois plus doux presque mélodieux, ellle s'endort sourire au lèvre sachant ce que lui réserve l'avenir.
7
10
40
7
Nolwen Arian

Dans les familles nombreuses il est comp'ique d'accorder un certains temps a chacun des enfants mais l'amour prend le dessus et ils s'occupent les uns des autres. Cette grande famille dont je vous parle cestc'est la mienne Alika Burk. Nous sommes cinq enfants. Quatre garconsgarçons et moi la seule fille. Je vous avoue que cestc'est pas toujours facile d'être la seule fille mais j'aime mes frères plus que tout au monde. On est une famille recomposée mais l'amour est le même. Récemment ma belle mère et mon père nous annoncé une très bonne nouvelle. Elle était enceinte. Nous allions encore avoir un petit frère ou une petite sœur. Ils savaient déjà le sexe du bébé et s'amusaient à nous faire attendre :
" Alors papa c'est une fille ou un garçon ? lançais-je impatiente
- C'est.... Un Burk ! Gloussa-t-il
- Mais sérieusement papa dis nous s'il te plaît, dis-je
- D'accord ça va. C'est un garçon et il s'appellera Théodore
- Trop génial ! Criais-je"
Mon père me regardait surpris car il pensait que je serai déçu de ne pas avoir une sœur.
" Papa, tant qu' il est en bonne santé c'est l'essentiel"
J'aurai mieux fait de me taire...
4
0
112
28
Défi
Nolwen Arian

 Aujourd'hui ma belle mère avait rendez-vous chez le ginécologue. C'est son troisième mois de grossesse et on va savoir le sexe du bébé! J'ai hâte. J'ai déjà quatre frère Jules, Rémy, Alex et Dorian qui n'a lui que 2 ans. Je suis que la deuxième de la fraterie, et j'ai onze ans. Jules est le plus grand. Ca faisait un moment que j'attendais de savoir. Ma famille pense que j'aimerai avoir une petite soeur, en réalité je me fiche de son sexe je veux juste pouvoir être une bonne grande soeur. Je le suis déjà trois fois, mais j'ai peur de ne pas assumer mon rôle correctement. Mais enfin ça y ai on va savoir!
 " Alors? avons-nous lancé tous les quatres ensembles.
- Alors quoi ? nous ont répondu les parents
- Bah c'est une fille ou un garçon ? comment va t-il ou elle s'appeler ?
- Ah ah! c'est ... un bébé!!!
- Mais non aller c'est pas drôle !
- Sérieusement. C'est un garçon!
- Yes !! ont crié mes frère, désolé Kelly c'est pas encore pour toi
-Et d'abord c'est pas parce que c'est un garçon que je l'aimerai pas pareil et vice versa!"
 Je n'étais pas déçue, pas du tout. J'allais encore avoir un frère et bien plus qu'heureuse. J'aurai bien aimé savoir son prénom mais ils ne savaient pas encore. j'avais hate qu'il naisse.
  
 Ma belle mère est presque à terme durant ces derniers mois j'ai bien pris soin d'elle pour garder mon petit frère en forme dans son ventre. J'ai fais attention à ce qu'il n'y ai pas trop bruit, qu'elle se repose bien, qu'elle ne fasse pas trop d'effort. J'aimais bien poser ma tête sur son ventre pour écouter mon frère. Les autres se fichaient de moi parce que je lui parlais alors qu'il n'était pas né mais je suis sûre qu'il m'entendait. Je posais aussi souvent ma main sur le ventre de ma belle-mère pour sentir les coups qu'envoyait mon petit frère. Je l'appelais Rocky Balboa, c'était un petit boxer dans le ventre de sa mère. Je l'attendais ce jour, et il est arrivé. 27 âout 2012, ma belle-mère part pour accoucher. J'étais si impatiente de pouvoir prendre dans mes bras ce futur petit ange. Mais je savais qu'il fallait attendre au moins trois jours pour qu'ils puisse sortir de l'hôpital. Mais tous ne s'est pas passé comme prévu.

12
8
44
5
Défi
Nolwen Arian

 Kayle Liderman, 19 ans, humain, je suis en études de psycho à la fac de Lyon. Je vis avec ma mère, mon père est parti quand il a apprit que ma mère était enceinte de moi. Je connais son prénom et c'est tout. Je n'ai aucune photo, aucun souvenir avec lui. Et c'est pas plus mal, je n'ai as besoin d'avoir connaissance d'un con pareil. Il a lachement abandonnée ma mère et je lui en veux beaucoup sans même le connaître. J'ai eu une période de rebelion où j'ai voulu le connaître mais je me suis vite désisté. de toute manière on a rien trouvé. Il était complètement diparu de la société. Enfin bref, mon père n'est pas l'objet principal de ma vie. Ma mère a eu un accident lorsque j'avais 8 ans. Aujourd'hui elle ne peut plus marcher et se déplace en fauteuil roulant. Je fais ce que je peux pour l'aider mais je prend beaucoup de mon temps pour mes études. Cependant je quand j'ai du temps libre je le dédie à ma mère.
 A la fac je reste seul. J'ai dans l'optique d'avoir mon diplôme à la fin de mes études, et avoir des amis c'est une trop grosse distraction. Je risque de m'écarter de mes études. Mais il y a cette fille... Elle porte le nom de Emylia. Petite, Brune, yeux bleus. C'est anormal d'être aussi beau. Elle est d'une beauté divine, irrationnelle. Elle avait juste dans les cheveux, une mèche violette. Elle était également en étude psycho, et très solitaire aussi. Mais il y a une chose que je ne comprends pas, elle disparaît et réaparaît comme un fantôme. Elle ne parle jamais non plus. Cette fille est l'être humain le plus mystérieux que je connaisse. On ne sait rien sur cette fille c'est quand même assez étrange. Mais l'histoire ne fait que commencer...
 Je dors très peu la nuit. Cette fille hante mes nuits. Je tiens un carnet de dessins, car c'est une de mes passions depuis longtemps. Elle figure sur presque chacune de mes pages dans différents lieux. Je la dessine jour et nuits. Ses pensées qui tournent autour d'elle, sont de plus en plus fréquentes depuis ce jour. C'était un mardi il me semble. Je marchais dans le couloir en direction de mon casier, mais comme d'habitude j'étais dans mon livre et je ne regardais pas où j'allais. Emylia faisait de même, tête dans son livre, hypnautisée par l'histoire qu'elle lisait. Et on a finit par se bousculer. j'ai fait tomber son livre. Par politesse je me suis bessé pour ramasser le livre sans regarder à qui j'avais affaire. Et quand je me suis relevé pour lui rendre son roman et m'excuser... mes yeux se sont plongés dans les siens, et le temps s'est comme arrêté. " Pardon, je... je te présente mes excuses, je ne regardais pas où j'allais j'étais captivé par mon livre, lui lançais-je.
- Ne t'en fais pas, me repondit-elle avec un léger sourire ( qui ne pas laissé indifférent) je faisais la même chose, je ne regardais pas où j'allais. Qu'est ce que tu lis?
- C'est " Le baiser de l'ange" de Elisabath Chandler, tu devrais le lire il est excellent, c'est une trilogie exceptionnelle... Excuse moi je me suis laissé emporter.
- T'en fais pas ça m'interesse. Quand tu l'auras terminé, tu ... tu pourras me le prêter?
- Oui... oui biensûr." Je ne m'attendais pas à cette discution. Tous ce que je savais, c'est que Emylia m'avais parlé. Elle m'avait souris en prime. Ce jour là je ne pu m'empêcher de penser que j'étais le plus chanceux sur cette terre. Je savais aussi qu'elle m'avais demandé de lui prêter mon livre, donc j'allais la revoir.
6
6
10
5
Défi
Nolwen Arian

  Je suis Miléna Siresis (alias Artemis) élève de seconde générale et technologique, j'ai quatres amis du nom de Gloria Arteman ( alias Athéna), Florian Gluchin (alias Apollon), Amelie Tablor( alias Hades) et Antoine Jupard( alias Poseidon), nous sommes dons cinq. Cinq êtres assez défaits de la norme et de la société. Lorsque nous sommes pas au lycée nous sommes sur notre console de jeu ou nous essayons de réussir à terminer un jeu que nous venons d'acheter " Reality or Virtual". Nous aimons l'aventure mais l'aventure virtuel. Nous nous plongeons dans notre jeu comme un lecteur dans son livre ou comme un nageur dans sa piscine. Pour nos pseudos nous avons choisi des noms de dieu et déesses ne me demandez pas pourquoi je ne sais pas réellement.
 " - Près à demarrer le jeu les gars? lançai-je
- Prête Artemis! dis Gloria
-Prêt! ajouta Flo
- Pareil ! rétorqua Amélie
-Présent! envoya Antoine." Nous étions tous là, prêts à lancer le jeu. Première mission lancée, nous jouons toujours en équipe. Nous sommes un crew, une équipe, une famille. Une demi-heure est passée et nous venons de finir cette mission d'une facilité extrême. Je commence à jeter un coup d'oeil sur les autres missions, et ce que je trouve intéressant c'est que les missions n'ont strictement rien à voir les unes avec les autres. En parcourant la liste des missions nous avons tous les cinq été attirés sur la même mission " IRREALISABLE". Pourquoi ce titre? Avec l'accord de toute l'équipe je lance cette dernière. Quand d'un coup toutes les lumières se sont éteintes, seul mon écran était toujours allumé. "Les gars? vous m'entendez?
- Artemis! Toujours là?
-Les gars il vient de se passer un truc méga-chelou
- Je crois que ça nous est arrivé à tous les cinq Antoine."
Nous nous sommes retrouvés tous dans une seule et même pièce noire. Un projecteur d'une lumière très puissante nous éblouie. Nous remarquons que le sol sous nos pieds est fait de sable. Finalement toutes nos lumière se rallument. Mais nous ne sommes plus dans la même pièce et avons l'apparence de nos avatars. Soudain, une voixOFF nous interpelle tous les cinq. " Artemis! Athéna! Apollon!Hadès!Poseidon! vous êtes coincés dans cette arène jusqu'à réussir cette mission." Une arène! Noous sommes coincés dans une arène. La voix repris son discours: " Pour réussir cette mission il vous faudra trouver cette clef d'or cachée quelque part dans cette arène. Mais une simple recherche serait trop facile, vous serez confrontés à diverses pièges et adversaires. Bonne Chance!" Et la voix ne nous laissa pas plus d'information. J'ai fermé les yeux pour m'assurer de ne pas rêver, mais quand je les ai ouverts et que j'ai regardé autour de moi, des flaques de sang recouvraient des parties du sol, des corps d'avatars gisaient au sol, des armes ensanglantés et cassées étaient éparpillées dans l'arène. Qu'allait-il nous arriver? C'est la question que nous nous sommes tous poser. Brusquement le sol se mit à trembler et se diviser en deux, nous avons tous sauter d'un côter et le sol s'est refermé immédiatement. Ca y ai, la mission avait commencé. Nous commencions à chercher cette foutue clef sous le sable, dans les murs, sous les sièges, de partout, mais en vain. Des pièges s'ouvraient de partout, à gauche, à droite, toute les deux minutes, nous ne savions plus où donner de la tête. Nous nous sommes alors réfugiés dans un coin pour se concerter. Nous avons donc décider de la jouer geek. On passe notre temps à jouer aux jeux vidéos, ça doit être plus qu'une facilité pour nous! Antoine a chronométré le temps qui s'écoulait entre chaque pièges, Gloria le nombre de monstres qui nous attaquaient par heure, Florian s'occupait des armes, Amélie de la magie et moi de chercher la clef. Nousa vons du affronter environ 65 créatures. Amélie y est restée, j'ai peur! Peur qu'elle n'y soit restée aussi dans la vrai vie genre SAO. Mais pour l'instant les autres s'efforcent de me garder en vie car depuis qu'Amélie à céder dans les griffes de ce mélange de chacale et griffon je ne suis plus concentrer sur la mission. Ca nous nouos arrive souvent de se voir mourir mais la c'était pas pareil. On parvint finalement à détruire celle que nous pensions être la dernière créature. Mais 5 minutes après une autre apparue. Ce fut un long combat acharné mais la bête céda sous nos coups d'armes et de magie. D'un éclat d'or, un clef apparut devant nous en lévitant et une porte se créa dans notre dos. Je pris la clef et ouvris la porte. Nous étions enfin rentré dans le monde réél.
  "- Amélie? Tu es là? lançais-je
- Miléna! Oui ne t'inquiète pas je suis en vie ce n'était que dans le jeu mais en réalité vous êtes partis 1 mois dans le jeu! c'est ouf! "
Merci Seigneur elle était toujours là! Une chose est sûre je ne rallumerai plus ce jeu avant un sacré bout de temps...
3
6
80
3
Défi
Nolwen Arian

 Quoi de mieux pour un vendredi soir après les cours de se balader dans le parc à côter de la maison avec sa meilleure amie?

 Je viens d'emmenager dans le village, dans cette petite partie où se trouve un HLM et mon appartement. J'ai 17 ans et j'ai pas forcement l'habitude de sortir, de profiter du grand air. Mais je viens de rencontrer Pauline, une fille extraordinaire, elle est plus jeune que moi, mais on s'entend très bien! Elle habite dans le même HLM que moi, et étudie dans le même établissement puisque c'est une cité scolaire, alors nous prenons le même bue et nous nous rejoignons au portail à 6h55. Voilà deux semain que j'ai pris l'habtude d'être avec Pauline et surtout le vendredi soir après le lycée. Elle est devenue ma meilleure amie.
 Ce vendredi là nous avions décidé de se promener au parc. Alors nous y sommes allées, musique, photos, rire je profitais bien avec elle. Quand il est passé. Ce garçon, cheveux long chatin clair, les yeux verts clairs, qui faisait ses pirouettes et galipettes de pierre en pierre, et ses saltos. Sa carrure lorsqu'il s'essuya le visage avec son t-shirt! Il me semblait que le temps avait ralenti. Je ne l'ai pas lâcher du regard, j'étais dans une autre galaxie. Pauline m'appelait mais je ne l'entendais pas, j'avais pris un aller simple pour le paradis. " Hallo Laura!! T'es partie où là?
- J'adore !!! lui répondis-je
- Mais de quoi ?
- Ce mec est un canon !!!!
- C'est vrai il te plait ? me demanda-t-elle avec un sourire vicieux
- Mais carrément !!
- C'est mon frère m'envoya-t-elle."
 Sérieusement je la connaissais mais je n'avais jamais remarqué son frère! Pour le coup il a fait une entrée fracassante dans ma vie. Nous avons longuement parler de lui avec Pauline. Ca ne la gênait pas que je sois en crush sur son frère bien au contraire. Au bout de quelque temps elle finit par me dire qu'il était temps que je l'avoue à Anthony, son frère, ce bel inconnu qui a fait dans ma vie une entrée mémorable. Je venais assez souvent chez eux, mais nous nous étions jamais vraiment parler. Je m'entendais avec toute leur famille. Je me suis décidée à lui dire. Chaque fois que je décidais jusque là de lui adresser la parole je me désistais. Ce jour là je me suis sentie prête, je me suis approchée de lui pour lui parler et au moment où j'allais lui dire bonjour j'ai loupé la marche de la maison et je suis tombée à ses pieds. La honte! Celui qui me plaisait venait de me voir faire une chute minable. Je m'attendais à ce qu'il se moque, mais il s'est baissé, m'a tendue la main pour m'aider à me relever en me demandant ce que je voulais lui dire. Je n'ai rien dis et je suis repartie. Plus tard nous sommes allés jouer au foot et j'espérais pouvoir lui parler cette fois ci... je m'apprêtais à sortir le premier mots quand je le vit tirer dans le ballon qui m'attéri tous droit dans le visage. J'avais l'impression que le KARMA était avec moi, voir même encré en moi! Encore une fois il ne s'est pas moqué. Il m'a prise dans ses bras musclés et saillants en s'excusant mille et une fois. Je ne lui en voulais pas. Je ne pensais plus qu'à lui, sa gentillesse, sa douceur, et sa voix. Mon frère savait que je m'étais attachée à lui, et il n'arrêtait pas de me chanter en boucle cette chanson "Ouh la menteuseuh elle est amoureuseuh!!!". Enfin, quatre semaine plus tard j'ai enfin réussi à lui parler et lui avouer mes sentiments. A ma grande surprise il m'annonça que mes sentiments étaient réciproques et il me vola un baiser. J'avais une fois de plus changé d'univers. Je croyais que j'allais tomber dans les pommes. Et c'est là qu'il me lança: " Ca va pas mon chat ?" Nous étions enfin ensemble j'étais la plus heureuse du monde. C'est le mec idéal et c'est le mien. Je vis le bonheur absolu et je ne veux pas en changer.
4
9
37
3
Nolwen Arian

  Nous étions le 27 Août 2012, ma belle-mère était en salle de travail, elle allait le mettre au monde, ce petit prince qui deviendra mon petit frère ci-tôt son nez dehors. Ce petit est né dans des conditions difficiles. Handicapé mental et moteur, ils se battait jour et nuit, sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Bourré de médicaments, de matériel adapté à sa morphologie et son handicape, il gardait le sourire...
 Il était très difficile pour toute la fraterie d'encaisser la maladie de Théophile. Nous étions une fraterie de quatre. Trois garçons et moi. Nous ne pouvions pas jouer avec lui comme nous savions faire, mais nous étions encore jeune, il fallait apprendre à s'adapter à la maladie de notre petit frère pour garantir sa survie. Les garçons avaient peur de s'occuper de notre petit ange, nous savions qu'il pouvait partir à n'importe quel moement. Mais je croyais en lui, la médecine ne lui donnais 24 h et il s'est battu notre battant! J'ai décidé d'apprendre à m'occuper de lui, lui donner ses méddicament, apprendre lui donner à manger, lui changer la couche et un tas d'autre chose spécifique à sa santé. A mesure du temps je me sentais de plus en plus proche de lui. Un lien invisible à l'oeil nu nous unissait. C'était une force psychique et physique. Même à distance je sentais sa joie, ses pleurs, sa douleur, son enthousiasme. J'avais l'impression d'être lui et qu'il était moi.
 J'ai traversé en 2017 une grande phase de dépression, et le seul à réussir à me relver, me donner le sourire, faire battre mon coeur, tenir sur mes jambes... Ce petit être, mon or, mon essentiel, ma raison d'être et de vivre, mon Univers. Ces sourires qu'ils me lançait lorsque je je le tenait dans mes bras. Noous parvenions à communiquer alors qu'il ne possédait même le pouvoir de parler. Personne ne nouos comprenait mais nous on discutait. Son premier mot fut mon prénom Ellye. Lorsque j'étais en 3° je suis partie en voyage scolaire en espagne. Le retour était prévu pour mon anniversaire le 8 avril et à mon retour il a prononcé mon nom. Si vous saviez cette émotion qui m'a éprise! Ce petit bout de chou avait en premier mon prénom avant de dire "maman". C'était le plus beau jour de ma vie. A mesure du temps, la relation avec mon père s'est dégradée, il s'est séparé de la mère de Théophile et nous avons déménagé. Dans la continuité du temps j'ai retrouvé la mienne de mère et elle fut plus présente que jamais. D'ailleurs je ne la remercierai jamais assez. Elle m'a récupérée quand je suis partie de chez mon père et a fait beaucoup pour moi par la suite. Malgré la distance je pensais touojours à lui, il me manquait! Je lui parlais tous de même par téléphone et allais l voir dès que possible. Je ressentais toujours son mal-être et lui le miens. Cette connexion entre nous ne s'est jamais perdue et ne se perdra jamais.
 Aujourd'hui, 31 décembre 2018, il est parti. Cet ange qui illuminait ma vie nous a quittés ce matin. Mon étoile est partie rejoindre le ciel. Mon essentiel, ma source, ma vie, mon sang! Maintenant, j'ai peur. Peur de ne plus réussir à sourire, à avancer et continuer de vivre. Il était le pilier principal de mon existence. Il est parti et je n'arrive toujours pas à le réaliser...
 "Maintenant Petit Ange, c'est à toi que je m'adresse. Je souffre de ton départ énormément. Te perdre est la plus grande douleur qui puisse m'atteindre. Mon pire cauchemard vient de se réaliser. J'ai mal, je hurle et je pleure de douleur, mais toi tu vas mieux, tu ne souffre plus maintenant. Alors je ne dois pas te retenir mon ange. Part, envole toi, profite de ta liberté et de ton bien-être. Tu rejoindras nos proches déjà partis, ils t'acceuilleront à bras ouverts j'en suis sûre. Je t'en supplie Mon ange ne m'oublie pas quoi qu'il arrive. Je t'aime mon étoile."
 Et ce seront les derniers mots que je lui adresserai. Peut-être un jour lui parlerai-je, qui sait? Mais quand mon heure viendra, je le rejoindrai sans regret. Aujourd'hui dois vivre (ou survivre) à son absence. J'ai comme un vide dans la poitrine. Je sais d'où il provient et c'est insoignable, alors, je devrai continuer à vivre ainsi. Ce petit ange me manquera...
3
2
51
3
Défi
Nolwen Arian

 Sais-tu ce qu'est l'amour, que d'être aimé, d'aimer ? Moi je croyais savoir, mais je me suis longtemps trompée. Tu es "amoureuse" et aveugle, tu vois la vie en rose et tu te rends compte que c'est une grosse erreur. Puis cet personne que tu n'attendais plus, cet amour que tu attends depuis ce qui te semble des siècles vient frapper à ta porte. Tu lui ouvre ton coeur et il t'ouvre le sien en échange. Tu te méfis tout de même à cause de toutes ces déceptions qui se sont enchaînées mais quelque part au fond de toi, de ton coeur tu le sais, il a quelque chose en plus, quelque chose de spécial. Tu te rappelle de ces moments magiques que tu as pu passer à ses côtés et c'est flash back dans ta tête. Tiens, moi par exemple je me souviens d'un de ces moments inoubliables que j'ai passé à ses côtés.
 Nous étions lui sa soeur et moi, assis sur le canapé à écouter la musique. Différents styles défilaient, du rap au RNB au métal, rock etc... Bien installée je ne pensais qu'à chanter. Il a décidé de choisir la musique, une de mes préférées. Comment te dire que je ne m'y attendais pas du tout. Les premières notes de l'introduction ont résonnées et j'ai tout de suite reconnue la chanson. Ce groupe qui a bercé mon enfance: Scorpion. Il s'est levé et m'a demandé de faire de même. Il m'a pris la main et m'a fait danser. A ce moment plus rien n'existait. Je ne voyais que lui. Il me semblait être dans un rêve. C'était lui et moi et rien d'autre, lui et moi face à la vie. Ces paroles qui résonnaient dans ma tête.
" [...] If we'd go again
All the way from the start
I would try to change
The things that killed our love
Your pride has built a wall, so strong
That I can't get through
Is there really no chance
To start once again
I'm loving you [...] "
J'aimais déjà beaucoup cette chanson mais à présent elle a une bien plus grande importance. Elle est une partie de notre amour. Quand j'entends cette chanson et que je ferme les yeux, je nous revois dans les bras l'un de l'autre, les yeux dans les yeux, sourire aux lèvres, complètement dans un autre monde, ce monde qui nous appartient. Prise de frissions, de nostalgie, et de bonheur. Quand ces paroles atteignent mes oreilles, elles atteignent aussi mon coeur. Tu vois comme une simple chanson peut changer toute une vie. Comme une simple chanson peut manifester l'amour de deux êtres qui s'aiment. Comme une chanson évoque un souvenir. Elle peut aussi parler à ta place. Tout et rien peut décrire voir même définir un amour fort. Alors voilà si tu vis la même chose que moi, si tu te fais des films de tout ces moments passés à ses côtés, que plus rien n'existe quand tu es dans ses bras alors oui tu sais ce qu'est l'amour, tu sais ce que c'est que d'être aimée et d'aimer.

3
4
26
2
Défi
Nolwen Arian

 Une soirée froide et humide arrive ce soir. La peur et l'angoisse me prennent. Je ne dois pas les decevoir. J'entends les loups hurler, la lune est pleine et les étoiles brillent. Rien ne me rassure dans cette scène. Je ne dois pas laisser ma crainte prendre le deçu. " Moi, Aaron, simple fée de chêne je vaincrai ces horrible créature que sont les fée de souches."

 J'ai fais cette promesse aux fée de mon chêne. J'ai fais la promesse de battre les fées de souches. Elles sont celles qui furent banie de leurs arbres pour avour avoir transgréssé les règles. Elles n'ont désormais plus le droit de vivre dans un arbres plein de vie. Ces dernière sont maléfiques, ideuses et repoussantes. Elles ont décidé de mener une guerre sans fin contre nous les bonnes fées.
Je ne suis jamais sorti de mon arbre, n'ai jamais affronté le monde extérieur. Mon père, le roi des fées de chêne voulais faire de moi un prince et futur roi digne de ce nom. Mais mon rêve à moi était de devenir un grand guerrier. Défendre le peuple et notre espèce. Je voulais affronté le danger. Mériter que l'on m'acclame pour mes exploits et non pas simplement par mon nom et mon statut. Je rêvais d'être un héros. Mon père pensais tout autrement. Ce fut souvent sujet de dispute avec lui.
Le temps passait et les guerriers tombaient un à un face à nos ennemi. Mon père ne savait plus comment gérer son royaume. Vint le jour de mes 120 ans (la majorité chez les fées). Mon père me rabattait les oreilles sur le mariage, la succession du trône et patati et patata. Je ne supportais plus ses discourt incessants. Le mariage était dans mes projets certes. Mais pas avec celle qu'il esperait. Je voulais entre tout ma chère et tendre Héliana tandis que mon père voulais que j'épouse la princesse des fées de hêtre. Elle était belle, là n'est pas la question. Mais elle était odieuse, capricieuse et insupportable. Mon Héliana, elle, était douce, tendre, drôle et magnifiquement belle.
Mais le mariage n'étais pas encore ma priorité. Je voulais sauver le royaume. J'ai donc pris la décision de na pas laisser le choix à mon père. " Aaron ! Je t'interdis de quitter le chêne !
- Père, aujourd'hui je fête mes 120 ans!
- Ce n'est pas une raison pour te défaire de tes devoirs!
-Père. Vous voulez que je reprenne le trône après vous n'est ce pas ?
- Evidemment !
- Vous voulez que j'assume mon rôle de futur roi est ce bien cela ?
- Que veulent dire toutes ces questions enfin ?
- Alors laissez protéger mon royaume comme il se doit ! Laissez moi combattre l'ennemi! C'est mon rôle de protéger mon peuple et mon royaume! Ce sont mes devoirs de Prince et je les accomplierais quoi qu'il m'en coûte et qu'importe votre avis ! Je partirai dès demain au levé du jour !
- Qu'il en soit ainsi mon fils. Mais si tu échoue tu te verras déshérité. "
Après les menaces de mon père je ne pouvais pas échouer. Je voulais me consacrer à mon rôle de fututr roi, ce qui voulait dire protéger mon royaume. Le soir même je partais une fois sûr que mon père dormais pour retrouver ma belle Héliana. Je voulais lui dire au rezvoir et lui promettre de revenir saint et sauf et faire d'elle ma reine à mon retour.
L'aube était là, je me préparais à partir. Mon père me regardais déçu de ce que j'étais. J'espérais retrouver un tout autre regard à mon retour.
2
4
3
6
Nolwen Arian

Tristesse
Qu'ai je fais pour qu'ainsi tu me blesse?
Faut il q'à tes pieds je m'abaisse?
Pourquoio jamais tu ne me laisse?
1,2,3

Joie
Toujours mon coeur est en émoie
Je souris pour toi
Etre heureux c'est ta loi
1,2,3

Colère
Je me laisse tomber genou à terre
Quand tu es là mes dents je les serrent
Et je hurle au travers
1,2,3

Anxiété
Ta présence me fais douter
Je ne me sens jamais en sureté
A genou je me mets à prier
1,2,3

Amour
Seras-tu là un jour?
Ou plutôt vas tu rester toujours?
A supporter c'est toi le plus lourd...
1,2,3

C'est une valse, 1,2,3
La valses des émotions
Elles viennent et reviennent
Telles les valses de Viennes
Et à chaque fois reviendrons

La valse des émotions
De nous, toujours elles se souviennent
Les miennes, comme les tiennes
Jamais elles ne se perdront

C'est une valse 1,2,3
La valse des émotions
0
0
0
1
Vous êtes arrivé à la fin
0