Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Kenza ☼

Rhône-Alpes, France.
Retrouvez-moi sur 

12
œuvres
9
défis réussis
36
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
Kenza ☼


Un ailleurs qui fasse rêver dîtes-vous ? Pour cela, il faudrait déjà pouvoir être libre, ce qui n'est guère le cas dans ce vaste monde.

Comment pourrions-nous rêver dans un endroit que nous avons détruit, un endroit que nous avons saccagé, un endroit que nous avons ruiné, un endroit que nous avons... Tué.

Comment pourrions-nous rêver sans se soucier de cette injustice qui ne révolte plus personne, de cette pauvreté qui ne choque plus personne, de cette violence qui n'effraie plus personne.

Être protagoniste non pas d'un rêve, mais d'un cauchemar qui ne fait qu'être le quotidien de nos misérables jours que nous pensions heureux.

Le monde d'aujourd'hui ne possède plus cette étincelle qu'elle avait auparavant, les mers et les océans reflètent à présent le néant, les jungles et les forêts symbolisent le regret. Tous ces arbres balayés d'un coup de sabre furent le macabre d'une nature obscure. Le reflet de cette planète n'est autre que l'enfer. Nous agissons tel des démons impuissants. Diable ! Esprits saugrenus qui s'accaparent de pauvres cerveaux humains, apaisent nos chagrins et montrent nous le chemin, d'un destin lointain.

Que dire de cette population où temps rime avec argent ? Où le bonheur fait le malheur de l'autre. Comment pouvoir vivre dans un endroit où la loi est un désarroi pour soi. Être la proie d'un sournois complot où seuls les bourgeois auront la joie d'accomplir exploit et prouesse avec gentillesse et délicatesse qui en réalité se révélera être de la malfaisance pure.

"La liberté commence où l'ignorance finit" avait un jour dit Victor Hugo. Malgré toutes ces explorations extérieures, il reste tout de même un endroit où est préservé la sagesse, la tendresse et la richesse d'un chose inexploitable qui est l'âme. Notre corps est le seul endroit où nous sommes maîtres de tout ce qui le constitue.

Nous possédons, certes, des oreilles pour pouvoir écouter la douce mélodie que notre voix chantonne, des yeux pour admirer un monde idéal où manipulation et stupidité n'existeraient pas, un univers où nos pensées en seront l'auteur.

Voici ce qu'est pour moi, un endroit qui fasse rêver, cette ailleurs, c'est nous-même.

Je termine sur ces belles paroles qu'a un jour prononcé Léon Blum : "l'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée."

6
12
17
2
Défi
Kenza ☼

Oh, tu as ouvert cette lettre ? Je ne pensais pas que tu en serais capable. J'étais plutôt froussarde à l'époque. Du moins avant que je ne quitte ce monde. J'ai été imprudente. J'ai dû abandonner mes rêves, mes ambitions, mon avenir. Ce fut horrible. Nos parents pleuraient du soir au matin. Ils priaient Dieu chaque jour de nous venir en aide. Tu étais allongé sur ce lit, depuis déjà 3 jours. Tu étais inconsciente. Tout le monde croyait ta mort.
Tu commences à avoir peur ? Je te rassure d'une chose, tu n'as pas à faire à un vulgaire canular. Je suis toi. Tu es moi. Je connais tout de toi d'ailleurs. Évidemment puisque nous sommes une seule et même personne. Demain, ce sera lundi. Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. Pourtant, il a bien des lustres que je ne suis plus dans ce monde. Je ne voudrais pas faire la même erreur deux fois, tu comprends ?
Fais attention, demain, ne sois pas en retard, et je t'en supplie, prends le bus et dis à tes parents que tu les aimes du plus profonds de ton cœur. Met de côté ta rancune, pardonne à ta mère de ne pas t'avoir laissé sortir samedi dernier. C'était sans doute pour ton bien. Profite de cette dernière journée comme si ce sera la dernière. J'insiste bien sur ce mot, la dernière...
Les mauvaises choses n'arrivent pas seulement aux autres. Demain, ce sera ton tour, tu feras tes bagages pour me rejoindre moi et les autres victimes de cet attentat. En aurais-je trop dit ? Peu importe, je me dois de te faire savoir la vérité. Toi qui as toujours voulu être une célébrité reconnue dans le monde entier, toi qui as toujours voulu passer à la télé. Je t'annonce que ton rêve sera exaucé. Le seul hic, c'est que je ne doute que le sujet te plaise. Les journalistes se battront pour savoir qui fera le meilleur article. Ils ne penseront pas une seconde à nous. Victimes de cet attentat. Pourtant qu'avions nous fait ? Qu'avais tu fais ? Qu'avais-je fait ? Je me le demande encore.
Je m'égare un peu, mais, comme j'en ai la possibilité aujourd'hui, je te le demande, comme une faveur oui. Profite bien de cette dernière journée. Et, pour te consoler, mardi, tu ne seras pas là pour courir à en cracher les poumons en cours d'EPS. Oui, tu n'en n'aura plus, de poumons... Ni de jambes d'ailleurs.
Je te dis Adieu ? Ou à très bientôt.


5
5
17
2
Défi
Kenza ☼
Quand la vie d'un deuil rime avec l'endeuillement d'une vie.
2
4
0
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

/

Listes

Avec Dans tous les sens...
Avec Qui es-tu ? Toi la sauvage, l'intrépide !, L'enfant en prière, Lettre au président, La Notte Etterna, Détruisons-nous, La vie, Pute, Pourtant...
0