Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Jean Carnesecchi

Quelque part entre l'Irlande, Amsterdam, Stockholm et Lyon.

Salut à tous.

Je suis un étudiant en troisième année et suis en ce moment en une période de pause scribayènne, et compte sans doute revenir un jour, quand les astres seront correctement alignés et/ou que j'aurai fait un peu de ménage dans ma tête.

Comme on dit "espérer ne coûte rien".

Je tiens à préciser au passage quelques petites choses :

- la date de naissance que j'ai donné ici n'est pas ma vraie date de naissance ; celle-ci n'est que symbolique (et donc à partir de là, ça me concerne)

- j'ai tendance à faire des longues phrases qui contiennent beaucoup d'informations mais qui ne sont pas très appréciées par mes professeurs qui trouvent que ces longueurs diluent l'histoire et que leur lourdeur n'est pas ce que l'on pourrait communément considérer comme joli, bien que moi ça me plaise et m'amuse même si je dois admettre que les personnes ante-citées sont plus compétentes que moi pour juger de l'intérêt de ce dont je parle, et si vous vous êtes perdu en cours de route, ne vous inquiétez surtout pas car moi aussi.

- Lors des premiers mois d'inscriptions dans un forum ou ce genre de choses, j'ai tendance à spammer pleiiins de trucs. Hélas ou heureusement (vous êtes seuls juges), cette période est finie depuis quelques années (moi ça me rend tout nostalgique, bouh...)

- J'ai la fâcheuse tendance à utiliser l'expression "plein de trucs", ce qui en soit n'est pas très beau à entendre, je vous le concède

- Je risque de tutoyer tous les membres de ce site, sans exception

Merci d'avoir pris le temps de lire ce petit descriptif.

PS : Merci à vous d'être sur Scribay. La plate-forme le mérite !

118
œuvres
75
défis réussis
526
"J'aime" reçus

Œuvres

Jean Carnesecchi
Je vous en supplie, soyez indulgents...
C'était ma toute première nouvelle, mon style était pourris et confus, et très lourd (un de mes nombreux défauts), mais voilà, quoi... tout le monde à sa chance, non ?
Non ? Bon, ben tant pis...
Bonne lecture quand même !
7
8
0
93
Jean Carnesecchi
Chapitre O : L’expérience de vie imminente



        Tout s’était passé horriblement mal, mais maintenant, nous étions saufs.
-          Oh non ! Le sous-marin est tombé en panne’ s’écria Julia.
        Du moins, je pensais que nous l’étions.
-          Peut-être qu’il va remonter à la surface’ dis-je.
-          Nous sommes trop lourds ! Il ne bouge pas. Je pense qu’on est même en train de couler.’
        Trop lourds… Cela devait arriver pile au pire moment possible.
-          Et l’équipement là-bas ?’ demandai-je. ‘Il a peut-être des trucs dont on pourrait se débarrasser ?’
-          Non, c’est fixé au mur…’
-          On doit pouvoir faire quelque chose ! De combien doit-on se débarrasser pour pouvoir flotter ?’
-          Je dirais… une cinquantaine de kilos.’
        Tant que ça ? Je commençai alors à scruter les moindres recoins du sous-marin. Il n’y avait que quelques outils et objets inconnus et la femme que j’aimais, coincée avec moi dans cet espace exigu. Une cinquantaine de kilos…
-          Je… je crois qu’on pourrait se débarrasser de cette caisse, près de toi. Tu peux regarder ?’ demandai-je.
-          Bien’ dit Julia en se retournant. ‘Heu…de quelle caisse tu parles ?
        Avant qu’elle n’ait pu se retourner, j’avais déjà refermé sur moi la porte du sas.
-          Mais qu’est ce que tu fais ?’ hurla-t-elle en courant vers moi.
-          Il faut se débarrasser d’une cinquantaine de kilos… Il n’y avait que deux choses aussi lourdes dans la pièce.’
-          Non ! Je ne veux pas ! Reviens à l’intérieur !’ me supplia-t-elle. ‘S’il te plait. Ne me fais pas ça !’ Elle se mit à frapper contre la porte en pleurant.
-          Je suis désolé… C’était le seul moyen.’ J’ouvris la porte du sas. ‘Je t’aime.’
        L’eau pénétra à grands flots dans le sas. Je voyais Julia marteler la vitre épaisse. Elle hurla quelque chose d’inaudible tandis que de grosses larmes roulaient sur ses joues. Je retins ma respiration, et refermai la porte de l’extérieur. A ce moment, je remarquai à quel point l’eau était froide autour de moi. Je jetai un dernier regard vers le sous-marin qui remontait vers la surface. Je me sentais heureux : il y aurait un survivant à cette catastrophe, et ce serait la personne que j’aime. Puis, je me mis à couler vers le fond de l’océan. Au milieu de mes pensées, je respirai et une bouffée d’eau salée remplit mes poumons. Je me débâtis un peu, puis me laissai avaler par l’océan. Ma vision s’obscurcit, et mon esprit se tu…
 
1
3
0
46
Jean Carnesecchi
Hugues Callidre, salarié à la Safe Soul Compagny, est envoyé comme assistant dans la prison pour créatures maléfiques surnommée "La galerie". Sur place, Azarius, son mentor, va lui apprendre comment les détenus sont confinés de manière assez spéciale.
C'est dans ce vieux manoir lugubre que Hugues va être confronté à une chose qu'il n'aurait jamais pu prévoir. Entre sorcières, ombres et spectres, le jeune homme va devoir affronter... son destin ?

Si quelqu'un lit ce texte, qu'il n'hésite surtout pas à me signaler des trucs-bidules à changer car j'en ai grand besoin.
Au passage, je remercie Edouard à qui j'ai plus ou moins emprunté la photo.
Bonne lecture !
3
5
0
75

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Parce que sans les mots, ce qui n'a jamais été dit ne prendra jamais corps. Ca peut paraître très prétentieux (et ça l'est sans doute dans une certaine mesure), mais ça reste vrai. Tant qu'on ne les pas écrites, toutes les histoires que l'on crée ne prendront pas vie (sauf éventuellement dans le cas où on les raconte, mais l'époque des aèdes est révolue, sic transit gloria mundi). Bref, tout ça pour dire que l'imprimante n'a besoin que de papier et d'encre pour vous écrire toutes les histoires du monde. PS: je ne suis pas une imprimante.
0