Prologue

5 minutes de lecture

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Planète Coruscant, niveaux inférieurs, an -22 avant la bataille de Yavin.

 Dans l’obscurité, d’une épaisseur d’encre, une silhouette sombre se faufilait dans le brouhaha de la foule. Souple et habile, on ne semblait pas la remarquer. Ses vêtements simples et bon marché la faisaient parfaitement se fondre dans le décor. Devant elle, elle se concentrait sur sa cible : un homme, un Twi'lek à la peau rouge pâle.

 Dans cette cité où régnaient le crime et la corruption, il était plus judicieux de faire attention à son portefeuille et de garder une main sur son blaster que de laisser son regard se perdre dans la foule...au risque de se faire voler ou même bien pire. Ces quartiers connaissaient l’un des pires taux de criminalité de la ville et il n’était pas rare d’observer des corps inertes dans les coins les plus solitaires. Pour ces raisons, les gens se pressaient et restaient au plus près de la foule, dans les endroits plus “animés”,comme les bars ou les boutiques. Les rues empestaient. Une odeur nauséabonde, une odeur d’égoût et de charogne enveloppait les souterrains du sud . Plus on descendait bas et plus la puanteur emplissait les narines. Mais chacun s’était habitué, à l’odeur comme au bruit, aux rôdeurs comme aux assassins… Ici, le crime était une normalité.

 L’homme s’arrêta à un angle, près d’un entrepôt désaffecté, et entama une discussion avec un Rodien qu’il semblait connaître. La silhouette se plaça aussitôt dans l’ombre d’un immeuble, à quelques mètres de l’homme et attendit. Elle remarqua qu’il portait un blaster sur le côté gauche et un tatouage sur l’épaule. Lentement, elle se rapprocha. Puis, d’un pas naturel, elle sortit de sa cachette et frôla imperceptiblement les deux hommes qui parlaient. La première étape de sa mission était réussie.

Son comlink en main, la mystérieuse silhouette murmura d’une voix étouffée “La première étape est réussie Maître. Le mouchard est en place” Une voix masculine parla alors, transformée par l’appareil:

  • Parfait Res. Nous attendons la suite. Gardez vos distances surtout.
  • Oui Maître.

Après avoir rangé son comlink SoroSuub Hush-98 , la dénommée Tan Hem Res regarda l’homme que l’Ordre Jedi avait repéré voilà quelques semaines maintenant. Sa mission était simple : découvrir le repaire des Terkans, l’un des groupes mafieux les plus importants de ce coin de la galaxie. Et avec le traceur qu’elle avait installé, ce serait bientôt chose faite. L’homme échangea une poignée de main avec le rodien, puis s’en alla. Tan Hem se doutait qu’il s’agissait d’une manœuvre habile pour transmettre discrètement un objet. Son maître lui avait appris les techniques utilisées par les trafiquants. Ce rodien était reparti avec un objet qu’il n’avait pas avant cette discussion, elle en était intimement persuadée.Il s’agissait probablement de drogue. Mais peu lui importait. Le rodien ne l'intéressait pas. Elle continua de suivre le Twi’lek, en prenant soin de garder une bonne distance entre eux. L’homme entra enfin dans un bar du charmant nom de “La mort en bouteille”. La jeune femme hésita à le suivre. Il aurait sûrement été plus sage de l’attendre dehors, mais quitter sa cible des yeux lui était tout simplement inconcevable. Elle voulait surveiller ses moindres faits et gestes pour en apprendre le plus possible. Deux secondes plus tard, elle entrait dans la cantina. “ La mort en bouteille” était un endroit charmant. Sale, étroit et bruyant. L'horrible musique qui s’échappait du jukebox lui donna rapidement mal à la tête. Elle s'efforça de rester concentrée, malgré le son tonitruant des basses qui lui remplissait les oreilles. Malheureusement, au bout de cinq minutes, elle dût se rendre à l’évidence : son homme avait disparu. Elle regarda sur sa tablette. Le traceur indiquait que l’individu était toujours dans le bar, mais manquait de précision. Au bout d’un moment, elle l’aperçut de nouveau. Le Twi’lek était assis à une table et discutait avec un Lannik autour d’une bière. Tan Hem se détendit. Tout allait bien. Elle se promit de ne plus le lâcher des yeux jusqu’à ce qu’il l’ait conduit à la base des Terkans. Après une bonne heure de surveillance, le Twi’lek se leva et quitta l’établissement, d’un pas trébuchant. La jeune femme se remit aussitôt en chasse.Saoul ou pas, cet homme finirait bien par rentrer chez lui, et elle saurait alors ou se situe son repaire. Alors qu’elle marchait en silence, une détonation retentit près d’elle. A première vue, il s’agissait d’un règlement de compte. Un homme gisait mort par terre, au milieu des passants indifférents, tandis qu’un autre s’enfuyait, l’arme au poing. Surprise, elle s’arrêta, bousculant un chagrien par la même occasion. Ce dernier sortit son arme et lui parla dans une langue qu’elle ne comprenait pas. Tan Hem leva les mains et recula prudemment, montrant ainsi qu’elle ne cherchait pas les ennuis. Par chance, le chagrien rangea son arme et continua son chemin comme si de rien était. La jedi continua son chemin en accélérant le pas. Elle avait perdu le Twi’lek des yeux et ne pouvait se fier à présent qu’au minuscule point sur son écran qui se déplaçait toujours. Si elle s’éloignait trop, elle perdrait le contact. Elle rejoingnit finalement sa cible après quelques minutes. Sans s’en rendre compte, elle se mit à se rapprocher du brigand qui ne se doutait de rien. Quelques instants plus tard, l’homme fut rejoint par un de ses compagnons. Celui-ci lui donna une grande tape dans le dos, en signe d’amitié. Le coup fit voler le traceur de Tan hem, qui retentit sur le sol avec un bruit métallique. Le balosar ramassa le traceur et l’explosa d’un coup de talon, rompant le signal. Puis, il aperçut Tan Hem et sortit son arme, aussitôt accompagné du Twi’lek. La jeune femme fit donc la seule chose à faire dans ce genre de situation: fuir ! Les coups de blaster fusèrent, la manquant de peu. Mais, agile comme un félin et grâce à la Force, elle parvint à éviter les tirs. Elle tenta alors de semer ses poursuivants dans les ruelles du souterrain; grave erreur. Non seulement elle ne parvint pas à semer les deux hommes, mais en plus elle déboucha dans un cul de sac. Soudain, tout alla très vite. Les deux hommes la rattrapèrent et recommencèrent à tirer. Seulement, une épaisse fumée jaillit du sol et commença à se répandre autour d’eux, les asphyxiant. La fumée atteint Tan Hem qui perdit rapidement connaissance.La dernière chose qu’elle vit fut les corps inconscients des deux bandits, ainsi qu’une silhouette vague qui s'avançait vers elle, au milieu de la fumée presque entièrement dissipée...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Vous aimez lire Pastel & Wolf ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0