Chapitre 1 - Une rencontre inopinée

7 minutes de lecture

 Tan Hem Res ouvrit les yeux. Elle se retrouvait allongée sur un canapé dans une petite chambre aux murs gris. Ses yeux parcoururent la pièce dans laquelle elle se trouvait: celui qui habitait ici devait être de classe assez modeste. Il n'y avait qu'à voir le mobilier, qui se résumait au strict nécessaire de la vie courante : une table, deux chaises, un robinet...

Elle dénombra trois pièces : celle qu’elle occupait, qui était assez grande pour faire office de salon, une un peu plus loin que séparait un rideau opaque avec la précédente, et la dernière, celle qui semblait être verrouillée. Que faisait-elle là? Qui l’avait amenée ici? Machinalement, elle passa une main pressante sur ses vêtements et sa ceinture où elle mettait tous ses outils et armes de combat. Il ne fallait absolument pas qu’elle ait perdu quoique ce soit! Et son sabre laser? Ouf, il était resté à sa place au niveau de sa ceinture. C’est alors qu’une horrible douleur au ventre la fit se tordre en deux. Elle se crispa, retenant un cri. Vérifiant que personne ne pouvait la voir, elle souleva délicatement sa tunique. Là, elle aperçut d’épais bandages qui entouraient sa blessure. Le travail avait été soigné, bien que le sang commençait à percer les tissus fins, qui n’étaient, de ce fait, pas très efficaces.

Elle se releva doucement, essayant de faire le moins de bruit possible. Si celui ou celle qui l’avait amené ici était dans la maison, peut-être pourrait-elle le prendre par surprise...et ainsi lui poser des questions plus facilement. Elle ne voulait pas subir un interrogatoire. Le Conseil lui avait assigné une mission secrète, en parler serait une abomination. D’un pas feutré, elle s’approcha de la pièce voisine d’où se faisaient entendre des petits bruits discrets de mécanique. Elle était donc dans l’appartement d’un touche à tout...

Elle écarta le rideau. Puis, dans un mouvement brusque, elle s’exclama:

“Qui êtes-vous?

L’homme releva la tête du prototype sur lequel il travaillait. C’était un trentenaire fin, assez chétif, aux cheveux ondulés d’un noir de jais et aux yeux bleu turquoise. Sa peau était d’un jaune très clair et il portait des lunettes noires ovales.

Apercevant la jeune femme qu’il avait secouru, il se détendit. Il se leva, avança jusqu’à elle et lui tendit une main amicale. Celle-ci sembla hésiter un instant, mais elle finit par la lui serrer.

  • Bonjour, s'exclama-t-il avec un sourire. Heureux de voir que vous allez bien. Je m’appelle Ashan, Ashan Flarem. Et vous êtes ?
  • Je suis Opa Ikila.
  • Enchanté Opa. Vous ne devriez pas rester debout, avec votre blessure. J’ai fait ce que j’ai pu pour arrêter l'hémorragie et empêcher que ça s’infecte, mais je ne suis pas médecin. Du moins, je ne le suis plus.

Intriguée par la chaleur de ces paroles auxquelles elle ne s’attendait pas, Tan Hem se détendit un peu. Même si cet homme vivait dans l'un des quartiers les plus mal famés de Coruscant, son caractère ne semblait pas, à première vue, en être affecté.

  • Je vous remercie de m’avoir secourue Ashan Flarem. Cependant, je dois partir au plus vite, et ce malgré mon état de santé.
  • Vous plaisantez, s'écria Ashan, interloqué. Vous n’êtes même pas en état de faire trois pas !

Tan Hem secoua négativement la tête.

  • Peu importe, j’ai un vaisseau, je n’aurai pas à marcher. Je dois partir.

Ashan fronça les sourcils, soucieux. Il ne pouvait pas laisser la jeune femme partir dans cet état ! Cependant, comprenant qu’il ne pourrait la raisonner, il répliqua avec douceur:

  • En ce cas, permettez-moi au moins de vous accompagner. Ce serait du suicide que d’y aller seule dans cet état.

La jeune femme fronça à son tour les sourcils.

  • M’accompagner? Mais non je vous en prie vous n’aurez pas à le faire, je peux très bien me débrouiller toute...ouch!

Alors qu’elle s’était avancée vers la porte à cinq pas de là, la blessée qui s’ignorait jusque-là ne put cette fois retenir un cri de douleur… La blessure était décidément bien plus grave qu'elle ne le pensait.

Ashan accourut pour la soutenir.

  • Vous voyez ? Je vous l’avais bien dit. Allez, allongez vous là… Vous voulez boire quelque chose ?
  • Non…dit-elle en se remettant sur le canapé à contre-coeur.
  • Très bien, dit-il en haussant les épaules. Je dois dire que ça m’arrange, car je n’avais malheureusement que du thé à vous proposer. Il appela ensuite : “Ashla !”

Aussitôt, un WA-7 couplé avec un droïde protocolaire à patins sortit à toute vitesse de la chambre d’Ashan.

- Oui Ashan ? demanda la voix robotique

- Apporte-moi de nouveaux bandages pour notre invitée s’il te plait.

Le droïde se mit au garde à vous et s’exclama d’un ton joyeux :

  • Tout de suite Ashan !

Aussi vite qu’il était apparu, l’étrange droïde retourna dans la chambre sous les yeux ronds de Tan Hem qui n’avait encore jamais vu pareille machine. Son hôte n’était décidément pas comme les autres. Bien qu’elle ne soit pas une experte en la matière, elle savait combien créer un droïde pouvait être difficile. Aussi, si ce droïde avait été fabriqué de toute pièce par son propriétaire comme elle le pensait, cet homme était vraiment très doué.

Ashla revint aussi vite qu’elle était partie, tenant d’épaisses bandelettes de lin entre ses mains robotiques. Ashan la remercia et demanda l’autorisation à Tan Hem de soulever ses vêtements pour qu’il puisse remettre une nouvelle couche de bandages. Toujours à contre-coeur, elle se laissa faire. Ashan appliqua alors les pansements avec soin. Alors qu’il achevait de lui bander le ventre, il releva la tête vers elle.

  • Je suis désolé, je vais devoir partir travailler. Ne vous en faites pas, si vous avez besoin de quoique ce soit, Ashla pourra vous aider - à condition que vous lui demandiez gentiment bien sûr.
  • Bien-sûr, ne vous en faites pas pour moi...répondit celle qui se faisait appeler Opa Ikila. Elle regarda du coin de l'œil le droïde, puis Ashan. Merci beaucoup pour vos soins en tout cas.

Pour la première fois, elle esquissa un sourire. Ashan lui rendit son sourire.

  • Je vous en prie. Bien, sur ces belles paroles… Le devoir m’attend. Je serai de retour en début de soirée si tout se passe bien. Ashla, prend bien soin de notre invitée s’il te plait. Au revoir Opa.

Après avoir salué le droïde d’un signe de tête, il quitta la pièce.

Tan Hem soupira. Jamais elle n’aurait imaginé tomber sur une personne pareille à un tel endroit! et encore moins finir dans cet état pour une mission qui aurait dû être rapide… Doucement, elle se redressa et appela le droïde au nom étrange…
“Ashla” était en effet pour les Jedi le symbole du Côté lumineux de la Force, la cinquième planète du Système Tython. Imprégnée d'une Force pure et puissante, Tython était un monde mystérieux qui fut l'objet de beaucoup de fantasmes au cours des millénaires... Comment se faisait-il qu’un simple citoyen des bas quartiers connaisse ce nom ? Détail étrange... Il fallait qu’elle enquête dans cet appartement...et l’absence du propriétaire rendrait les choses très faciles.

“Ashla? demanda-t-elle au droïde métallique.
- Oui Mademoiselle? Que puis-je faire pour vous?
- La gorge me brûle...la fatigue sans doute...pourrais-tu me faire du thé je te prie?
- Bien-sûr Mademoiselle. Nous n’avons malheureusement plus de sucre, mais je peux vous rajouter de l’eau si vous voulez. C'est ce que fait toujours Ashan.Chaud ou froid ?
- Oh je vois...je l’aimerais... chaud!
Très chaud, pensa-t elle en se frottant les mains pensivement.
- Entendu, je vous apporte ça.
Ashla roula vers ce qui servait de cuisine. Elle tournait maintenant le dos à la jedi.
“Bien. commençons".
Aussitôt, la Jedi se leva, malgré sa douleur lancinante au ventre, et marcha jusqu’à la fameuse porte verrouillée. Là, elle ferma les yeux et se concentra sur la porte. Grâce à la Force, elle réussit à visualiser le mécanisme d’ouverture. Puis, d’un geste de la main, celui-ci s’enclencha dans un petit “clic” mécanique. Tous les mystères allaient être dévoilés…

Elle découvrit une petite pièce sombre. Il s’agissait d’un atelier dédié à la mécanique. A l’image du reste de l’appartement, la pièce était soigneusement rangée. Les nombreux outils étaient tous rangés de manière méthodique et chaque parcelle de la pièce parfaitement organisée. L’ espace de travail prenait un quart de la salle. Un droïde, un prototype de type BD, trônait à côté de l'établi et emplissait à lui seul un deuxième quart de la pièce. Tan Hem remarqua qu’il n’était pas encore tout à fait achevé. Qu’y avait-il dans ces tiroirs en dessous de la table de travail? Depuis combien de temps travaillait -il sur ses inventions? Était-il autodidacte ou avait-il été formé? D'où avait-il eu connaissance d’une information aussi centrale, aussi sacrée pour les Jedi que le terme d’ “Ashla”? Qui le lui avait dit? Et mieux: qui était-il vraiment ? Tan Hem voulait tout savoir sur celui qui lui avait offert si ouvertement son aide...presque les yeux fermés.
Elle s'accroupit devant les tiroirs et fouilla. Elle s’amusa de l’organisation méticuleuse avec laquelle avaient été rangés les outils et autres pièces détachées. Elle ouvrit un second tiroir. Sans surprise, elle trouva tout un tas de plans. Des droïdes, des prototypes, des vaisseaux...et pleins d’autres idées qui n’avaient visiblement pas séduit l’esprit de l’inventeur. Décidément, cet homme n’était pas seulement doué pour fabriquer les droïdes…
C’était intéressant. Mais il en fallait plus.
Elle eut bientôt fait de découvrir un plan qui la déconcerta. En effet, devant ses yeux se trouvait les plans d’un sabre laser. un sabre laser...de mieux en mieux…

Soudain, elle entendit un bruit de roues métallique et se figea. Reaction excessive pensa t elle. Ce n’était que le droïde qui avait fini de faire chauffer le thé. Rapidement, elle trottina jusqu’au salon ou elle était censée rester allongée.

“”Voici votre thé Mademoiselle Ikila” dit Ashla de son timbre robotique.
-Merci répondit-elle en hochant la tête tout en finissant de cacher le plan du sabre laser sous sa tunique. Puis, elle se remit sur le canapé juste au moment où Ashla revenait avec son thé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Pastel & Wolf ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0