22 - Mia

4 minutes de lecture

Mais qu'est-ce que tu fais, ici en pleine nuit ? Tu aurais pu attendre le levé du jour !

Ma conscience me fait la morale comme à son habitude. Et comme d'habitude je ne l'écoute pas. Je viens de sortir du club, après avoir fait l'amour avec Andrea. Je suis incapable de contenir l'envie de voir Nilson,

Je n'écoute pas l'hôtesse d'accueil mais je la suis dans l'ascenseur. Elle m'accompagne jusqu'à Nilson. Mon cœur bat à tout rompre, j'ai les mains qui tremblent et mes jambes ne demandent qu'à s'enfuir. J'ai peur qu'il me rejette. Il y a maintenant plusieurs jours que je n'ai pas eu de ses nouvelles ; Il a peut-être trouvé une nouvelle soumise ou il s'est lassé de moi. Je l'ai eu au téléphone, il n'a fait aucun commentaire sur le fait que je lui ai manqué. Ça a été bref.

Je regarde ma montre il est minuit vingt. Que fait-il encore au bureau ? J'espère qu'il n'a pas amené une femme à son appartement cette nuit. Une pointe de jalousie apparait.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrent et me font sortir de ma rêverie. Nilson est là, debout devant la porte d'entrée. Le visage terne, le dos vouté, il parait très fatigué. Il me sourit. J'hésite entre lui sauter dans les bras ou prendre mes précautions s'il veut cette fois-ci me répudier. J'opte pour le second choix.

Je m'avance vers lui, tandis que l'hôtesse repart. Il me présente sa main. Je veux la prendre. Je veux être avec lui, c'est lui et ça le sera toujours, maintenant je le sais.

- Bonsoir, dit-il d'une voix rauque.

N'arrivant pas à parler, je lui adresse un sourire. Je tends la main pour la nicher dans la sienne il n'est plus qu'à quelques centimètres de moi, je peux sentir son odeur. Il me tire vers lui, je me retrouve dans ses bras. Il niche son visage dans mon cou. Je glisse mes mains dans son dos et me colle à lui. Il enfouit une de ses mains dans mes cheveux et l'autre sur les reins. Je pourrais rester ainsi pendant des heures.

- Tu m'as manqué, je chuchote.

Il ne répond pas ; il embrasse, mord et me lèche la nuque, il fait tout cela en suivant un chemin qui le mène à mes lèvres. Une douce caresse sur mes lèvres, je pleure de soulagement, je suis toujours à lui. Il se décolle de moi, me regarde dans les yeux :

- Toi aussi, tu m'as manquée.

Il dépose un dernier baiser sur ma joue en souriant. Il me prend la main avant d'entrer dans l'appartement. Rien n'a changé, c'est propre, aucune décoration, c'est toujours aussi stérile que la première fois que je suis venue.

Il s'arrête au beau milieu du salon et il commence à déboutonner mon manteau. Ce qu'il découvre petit à petit ne lui plait pas, il fronce les sourcils :

- D'où viens-tu comme ça ?

Sous le manteau je ne suis qu'en sous-vêtements, je suis partie très rapidement du club.

Je n'ai même pas pris la peine de me rhabiller, j'ai traversé la grande salle de réception – qui soit dit en passant s'était bien vidée – ainsi. Et bizarrement lorsque j'ai vu la réaction de Andréa face a mon corps, j'ai pris un peu plus confiance en moi.

- Du club, dis-je craintive.

Il me lâche. Je n'aime pas cette distance entre nous même s'il n'y a que quelques centimètres, j'ai besoin qu'il me touche.

- Qui t'a dominé ? demande-t-il en cachant son énervement.

Je tente de lui prendre la main. Rien n'y fait, il se libère. Je suis blessée. Je suis sincère avec lui, et il me rejette.

- Je... je... c'est Gaël. Il était avec sa soumise... j'y suis allée pour avoir mal... j'en ai besoin... je... je balbutie. Touche-moi, s'il te plait.

- Tu as eu ce que tu voulais ?

Je secoue la tête.

- Mais j'ai eu autre chose dont j'avais aussi besoin.

- Qu'est-ce que c'est ?

- Savoir que quelqu'un peut m'aimer comme je suis.

A ma réponse, son regard s'attendrit, il me prend dans ses bras :

- Je t'ai toujours aimé, Amelia.

L'entendre employer mon prénom, me fait remonter tout ce que j'ai tant caché. Je pleure à chaudes larmes. Il me serre contre lui. Je ne cesse de pleurer, j'extériorise tout ce que j'ai vécu que ce soit pour tout ce que Enzo m'a fait, pour la mort de ma mère ou pour cet amour que j'ai pour Nilson mais qui n'ira pas plus loin. Je suis consciente que nous ne serons pas ensemble toute notre vie. Sa famille ne m'acceptera pas et pour ma part je n'ai pas envie de la revoir – sa famille. Cependant pour le peu de temps que je peux rester avec lui, je l'utiliserais avec précaution et je me souviendrais de chaque seconde auprès de lui. Je me le promets.



Annotations

Recommandations

William Tinoco

Trempé de sueur; les cheveux hérissés, tout comme ses sens. Il s'assoit sur son lit. Plongeant sa face dans ses mains, s'enfonçant ses ongles dans ses orbites. Toujours plus strident. Jamais les murmures ne cessent. Toujours plus nombreux. Ils se pressent dans son esprit comme une nuée de sauterelles. Toujours là. Ils l'oppressent, le persécutent. Il relève la tête. Des gouttes de sang perlent sur ces cils. Il refuse de les essuyer. Il aime voir le monde teinté de rouge. Il relève son corps, enfile son pardessus et abaisse la capuche. Les gouttes sont devenues larmes, son visage pourpre, non par la chaleur de cette chaude nuit d'été mais par la mutilation de sa vue, est celui d'un être défaillant. Lentement il parcourt le rivage. Tremblant et boitant, comme un épouvantail sur la houle. Un esprit malade dans un corps malade. Il est happé par le gouffre de la folie .
6
5
1
1
Nala_Firenight
Death the Kid et toi êtes comme le jour et la nuit : impossible de vous entendre sur un quelconque sujet sans que ça ne finisse en bagarre (au sens propre du terme, maturité s'il vous plaît u_u ). Mais que se cache-t-il réellement sous cette animosité réciproque ?
0
0
0
6
Philippe Larue

Caen chaque matin, le soleil s'était levé sur les hêtres et les massifs de rhododendrons du domaine appartenant au châtelain Constantin-Édouard Chicoygneau de Lavette, une accoutumance  du propriétaire débutait. 



La fréquentation des 16,42 m2 de la bibliothèque où siègeaient plusieurs livres très coquins. En effet,  le châtelain Constantin-Édouard Chicoygneau de Lavette prisait plus les histoires de jupons et autres guêpières d'antan que les hollandaises tenues de ces ancêtres féminines, enfermées dans la grande et vieille armoire patrimoniale du IIe étages, de styles renaissance. 


La restauration de sa jeunesse communiquait avec les ouvrages érotiques qu'ils dévoraient d'une langue assoiffée. Son épouse Philomène se contentait d'une simple lecture effarouchable d'haïkus japonais du XVIIIe siècles et de l'approvisionnement d'une petite gâterie, chaque matin à Constantin-Édouard, afin de maintenir la baguette de maîtresse de maison. 


Or ce jour-là, le châtelain Chicoygneau de Lavette était endeuillé par l'attitude inhabituelle de sa femme Philomène. 


- Phallus t'il que vous me fellationnasse aussi rapidement? Il eut phallus que vous flânochatiez ses bourses plus longtemps afin que ma Vergelesse sa dégoulinere! 


- C'est parce que vous m'avez mal grammaticalisé l'haïku. Votre bibliothèque est explicitée pourtant. L'haïku ne doit jamais être more mais mortel. Or, vous me laver défiscalisé à l'argent sale depuis fort longtemps, Constantin-Édouard. 


Sans rien dire, le châtelain  était partit déambuler les 7000 m2 du parc arboré, sur sa jument "Gertrude de la Hulinière". Philomène s'était retrouvée seule. À vrai dire, pas vraiment. Son majordome atitré Guillaume venait d'être sonnaillé par madame. 


- Guillaume, déchoyez vos occupations. J'aimerais que vous feuilletonnassiez de votre langue, mes petites lèvres gourmandes et ma foi, leurs tirer la babichette jusqu'à l'atteinte d'une octave polyphonique. 


- Hum...ce sera selon vos désirs, madame. 


Et c'était ainsi que les pièces et dépendance du château tintinnabulaient les jouissances de Philomène.  Et ces phénomènes se répétaient inlassablement. 


- Bien, maintenant folklorisez mon clitoris, puis ouvrez ce pot de vaseline posé sur la commode et fiscalisez mon Anubis. 


Dame Philomène était telle une chef d'orchestre: un rythme soutenu, des envolées de soupirs et peu de pauses. La clé de sol qui tournesol, quoi. 


-  Gymnastiquassez mon clitoris plus vite


Le majodorme ne savait plus où donner de la tête. 


- Froufroutassez ma fente et queue l'haïku soit! 


Ainsi il en fut pour le malodorme, Guillaume. 


-  Faites la Fox-trotteuse, montrez-moi la minute de Mr Cyclopède. 


C'était une friandise personnelle que Guillaume lui prodiguait à la châtelaine. 


-  Allez qu'on en finisse. Soyez comme un chien de Baskerville. Fossoyez mes entrailles et que le roi Queues II bénisse les boules! 


Dix minutes plus tard, Philomène congédiait son majodorme à rejoindre ses occupations. Madame aurait faim dans une heure, mais le protocole des remerciements prenait part. 


-  Inspecteur Gadget, queue nous nous soyons galipotassés ainsi aujourd'hui, restera dans les anales patrimoniales.  Et vous m'avez remarquablement fessassée. Merci.


Et dame Philomène avait écrit sur son livre d'or: 


L'haïku en trois queues 


Une verge qui plonge


Le bruit de l'eau






 














0
0
0
2

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0