13 - Mia

4 minutes de lecture

J'entre à petits pas dans la salle de bain. Il est sous l'eau, les yeux fermés en train de se rincer les cheveux pleins de mousses. La diversion qui me fallait pour installer ma petite scène. Donc complètement nue, je m'installe sur la cuvette des toilettes – celles-ci font face à la douche. Les jambes ouvertes, j'allume Paul à la plus basse des vibrations. Quand l'objet dans mes mains entre en contact avec mon clitoris, je gémis. J'exagére mes cris pour qu'il se retourne. Les yeux fermés, je ne sais pas s'il m'observe, mais je l'ignore. Je pense tout simplement à lui, et tout mon corps s'échauffe. J'entends l'eau cesser de couler, j'en profite pour lâcher encore quelques gémissements.

- Regarde-moi.

Oh ! Sa voix roque me fais frissonner. J'en suis grisée. Il me faut tous les efforts du monde pour me concentrer, j'ouvre les yeux. J'ai devant moi un demi-dieu, métisse. Tout son corps est contracté. Ses yeux me fixent, les pupilles dilatées. Le carré de sa mâchoire est accentué par sa barbe de plusieurs jours. Elle entoure ces lèvres charnues, je donnerais tout pour ne jamais arrêter de les embrasser. Entrouvertes, elles inspirent et expirent rapidement. Ses pectoraux se soulèvent au rythme de sa bouche. Mon dieu ! Contrairement à ses tablettes de chocolat qui lui font office d'abdominaux, elles se resserrent et se relâchent en rythme avec tout autre chose. Et le V juste au-dessous me donnent la direction de son plaisir qu'il caresse lentement. Il est beau.

- Augmente l'intensité au maximum, m'ordonne-t-il.

Je ne comprends pas tout de suite, je suis interrompue dans ma contemplation.

- Paul, il me dit en souriant.

Oh ! Je l'avais presque oublié, il me fait plus d'effet sans me toucher. Je m'exécute, j'appuie le bouton plusieurs fois. Au contact avec mon bouton, je crie. Cette fois-ci, je ne simule plus. Ça y est, il a pris le contrôle. Et il le sait.

- Pénètre toi.

Hmmm... Je dirige Paul jusqu'à mon vagin. Je le sens en moi. Je ne peux m'empêcher de fermer les yeux pour gérer les sensations. Il ne faut pas que je jouisse. Ainsi, je ne l'ai pas vu s'approcher. Je l'entends parler tout près de moi :

- Lève-toi.

Il me dépasse de toute sa hauteur ; j'ai son érection sous le nez. Le gland rouge, gorgé de sang et sa main qui continue à se caresser. Malgré l'objet de mes désirs, je me soumets à ses ordres la main toujours entre mes jambes. Debout, je fais face à mon amant. Plus petite que lui, il se baisse pour m'embrasser. Oh ! Sa bouche part à la conquête de la mienne pendant qu'il lâche son érection pour prendre Paul en moi. Il baisse l'intensité et l'augmente sans aucun rythme. Hm... Il fait avec des va-et-vient, de plus en plus vite. Je suis au bord du gouffre. Mon cœur est le point d'exploser tout comme mon désir. Je perds la tête. Son odeur de musc et sa façon, de manier Paul me rendent folle. Il décolle nos lèvres pour me regarder :

- Jouis, Mia !

Il ne faut que son ordre pour exploser en éclats dans un long cri. Je ne sais pas ce que fait Nilson, mais je me retrouve, les seins plaqués contre le plan près des vasques. Je fais face au miroir qui me permet de voir Nilson mettre un préservatif. Et je le sens s'introduire en moi. Où est Paul ? Cambrée, il me pénètre d'un seul coup en moi. Je lance un cri de surprise.

Tu es à moi.

Non, pas maintenant ! J'ignore cette voix dans ma tête que je connais que trop bien. Il ne peut pas continuer à détruire ma vie. Je tente d'attraper le regard de Nilson à travers le miroir. C'est à lui que je dois penser. C'est sur lui que je dois me concentrer. Ses coups sont sec, il me baise littéralement.

Tu seras toujours à moi.

Non ! Ce n'est qu'une hallucination... Il n'est pas là.

Meme si c'est lui qui te baise, tu es à moi.

Je secoue la tête. Il n'est pas là. Il n'est pas là. Il n'est pas là. Je me répète ce mantra la tête entre mes bras.

- Chérie, regarde-moi, me glisse Nilson à l'oreille.

Oh ! Si seulement il savait que ma tête se joue de moi. Je relève la tête, je le vois, je vois ce qu'il me fait. Ces coups de boutoirs sont plus féroces mais je ne ressens rien. Rien du tout. Pourquoi ? Et je ne peux rien li dire ; je ne veux pas le blesser. Je ne laisserais pas Enzo briser notre relation. Alors je le laisse faire son affaire en simulant du mieux possible. Les voix sont encore dans ma tête. Je tente de les ignorer au possible.

Sa mais sur mon épaule se crispe comme tout le reste de son corps, il doit surement être entrain de jouir. Il est sexy quand il prend son pied. Je simule à mon tour. Je ne voudrais pas atteindre son ego et encore moins lui avouer que je n'étais pas avec lui.

Quand il reprend ses esprits, il se baisse pour embrasser mon dos. Son toucher me brule. Je veux qu'il recule et qu'il parte. Je veux être seule, je ne ressens plus rien. J'ai besoin de revivre.

- Je t'aime, mon amour.

A ces mots j'éclate en sanglots.

Annotations

Recommandations

Défi
Lumière d’écrits
J’ai ai pas d’idées de noms d’espèce extra-terrestres.
4
4
0
0
Défi
Nina Wolf

Si vite, en un clin d'oeil. Je roule prudemment, ne connaissant pas cette route où se succèdent les virages tous aussi dangereux les uns que les autres. Ma vitesse est pourtant adaptée aux circonstances, 30/kmh en dessous des 50/kmh et pourtant, voila que je sens mon véhicule partir dans le fausser. Le silence règne, même mon meilleur ami, lui qui a l'habitude de me charier dès que l'occasion se présente, reste silencieux. L'adrénaline s'émisse dans mes veines, le temps s'est ralenti, comme s'il m'offrait la possibilité de nous redresser sur la route. Alors je contre braque avec délicatesse, comme je l'ai souvent fait par le passé, drifter est un jeu d'enfant après tout. La voiture se redresse, elle suit mon raisonnement en se redressant sur la route mais les roues arrières glissent. Sans même avoir freiné, le véhicule traverse la route pour se retrouver en travers dans la voie de gauche. Je comprends mon erreur bien trop tard. L'école primaire se retrouve dans mon champ de vision, je l'observe se retourner, me remémorant mon enfance avant de comprendre. Premier impact sur le flanc droit de ma voiture. Ma mère, va-t-elle se préoccuper de mon absence maintenant que je suis partie de chez elle en claquant la porte : Je me suis démerdée seule jusqu'à présent. C'est ce que je lui avais hurlé avant de partir. La tête en bas, les mains toujours sur le volant. Ma petite soeur ira dans cette école à la fin du week-end. Elle aussi je l'ai abandonné ce jour-là. Deuxième impact du coté conducteur, mon crâne percute le sol ou se trouve les débris de la fenêtre brisée. Ce n'est pas comme si je ne l'avais jamais souhaité, mourir. La dépression me ronge depuis bien des années, entre les coups de mon père, la mort de mon grand-père, le harcèlement, ... Je l'ai souhaité à tant de reprise. Après tout, j'en avais fait le voeu à mon 18ème anniversaire : Ce sera les dernières bougies que je soufflerai. La douleur qui m'habite depuis toutes ces années va enfin pouvoir disparaitre. La voiture arrête ses tonneaux dans un bruit fracassant. Le bout de mes doigts glacé, le regard s'assombrissant, ma force s'échappant. Alors c'est ça . Tout ce que je retiens de ma vie, c'est la souffrance à laquelle j'ai survécu . Mais maintenant que le sommeil me gagne, je me sens triste d'avoir perdu tout ce temps a m'apitoyer sur mon triste sort.
1
0
0
2
Christophe Sparkle
Lorsque la monarchie atteint son paroxysme, que le peuple oiseau n'en peut plus...
2
5
4
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0