2 - Mia

4 minutes de lecture

- Tu dois être Mia. Je suis ton référent, Nilson.

Il me tend la main :

- Si tu veux bien me suivre.

Je pose ma main dans la sienne que je sens froide. Je me tourne vers le barman qui me lance un clin d’œil. Mon référent m’entraine vers une autre salle. De son autre main, il pousse la porte devant nous. Je relève la tête pour voir ce qu'il se passe. Une scène incongrue se déroule devant moi, rien de sexuel, mais tout sent la domination. Des hommes et des femmes masqués, habillés chic pour certains, d'autres en cuir se tiennent debout au milieu de la pièce. D'autres sont assis sur des banquettes contre le mur. Tous les dominants parlent et rient entre eux, ignorant souvent les personnes derrière eux – non masquées – des soumis. Certains d'entre eux attendent aux pieds de ceux qui doivent être leurs maîtres, pendant que d'autres traversent la salle à quatre pattes. Les soumises sont soit nues, soit en petite culotte ou bien en robe très courte. Comparée à elles, j'ai bien l'air d'une nonne avec ma robe qui me vient juste au-dessus des genoux.

Est-ce que je dois me déshabiller et me trainer par terre ?

L’homme près de moi me pousse gentiment vers le milieu de la pièce. Je me sens dévisagée. J’en fais abstraction, je me concentre sur mon référent.

- Comme je te disais tout à l’heure, je m’appelle Nilson. Je suis ton référent. Je vais te faire visiter la demeure, t’exposer les règles du jeu et peut-être jouer avec toi, si tu l’acceptes.

La fin de sa phrase me laisse sans voix. Je sens une certaine excitation s’emparer de mon corps. Nilson déplace sa main de ma taille à mon bras nu, j’en ai des frissons. Ce qui le fait sourire.

- On va commencer la présentation des lieux, si tu veux bien. Ici c’est l’espace de réception, comme tu peux le remarquer la domination et la soumission sont bien présentes mais il est interdit de pratiquer quelconque acte sexuel dans cette pièce.

Je hoche la tête. Je continue à regarder autour de moi. Un soumis attire mon regard. Il est assis par terre et sa maitresse sur le canapé. Il lui masse les pieds, tout en s’appliquant sur ce qu’il fait. Il a l’air d’aimer cela. Un sourire bienveillant est inscrit sur ses lèvres. En sentant mon regard sur son soumis, la maitresse me lance un sourire et se replonge dans sa conversation.

- D’habitude elle n’aime pas qu’on les fixe comme ça. Elle a l’air de bien t’apprécier, me lance Nilson.

Il me prend par la main et me propose de continuer la visite. Je le suis. Nous nous dirigeons vers une autre porte à côté du bar où se trouve un vigile. Ce dernier nous voit arriver et ouvre les portes qui donnent accès à un autre lieu d'une ambiance complètement différente. Le vigile ferme les portes et un long couloir s’étend devant nous. Une odeur d’encens flotte dans l’air, et des gémissements se font entendre. Ancrées dans les murs, plusieurs vitrines offrent un accès visuel aux chambres. Je m’approche de l’une d’elles pour apercevoir un femme complètement et un homme torse nu, simplement. Elle est attachée au plafond par une corde nouée autour de ses poignets. Elle touche à peine terre. Ainsi suspendue, elle écoute attentivement son maitre la réprimander. Elle a dû faire une faute.

Dieu, que cette scène est érotique. Il n’y a aucun acte purement sexuel pourtant je sens une dose d’excitation monter en moi. Mieux que tous les livres que j’ai lus ou les films pornos que j’ai vus, sur lesquels je me suis masturbée maintes et maintes fois.

L’homme s’éloigne d’elle et en se tournant, il nous aperçoit. Il esquisse un signe de la tête à l’intention de Nilson. Je sens ce dernier se coller contre mon dos tout en plaçant son érection entre mes fesses. Je peux entendre mon cœur battre la chamade et sens mes mains devenir moites. Il se penche à mon oreille :

- Imagine-toi à sa place. Suspendue. Sur le point d’être punie, fouettée et baisée. Sans aucune récompense. Devant deux inconnus, qui te scrutent, prenant du plaisir à te regarder souffrir.

Sa voix rauque m’entraine dans des lieux inconnus. Ses mains se posent sur mes hanches. Il me plaque contre lui. Et je me rends complètement compte de son érection, maintenant. Pendant ce temps, le maître continue sa punition. Il a un fouet marron dans sa main. Ça va faire mal. Je suis hypnotisée par le dominant et ses gestes. Je redoute le moment où le fouet sera en contact avec la peau de la soumise. Il tourne autour d’elle, la caresse. Derrière elle, il prend une fesse de sa main libre qu’il relâche aussitôt pour la claquer. Une expression d’étonnement et de douleur s’inscrit sur le visage de la soumise. Très vite, de son autre bras, il esquisse un geste fluide. Il la fouette. J’entends mon gémissement se lier au cri de la jeune femme. Nilson a tiré l’élastique de mon porte-jarretelles, à travers ma robe. Il l’a relâché au même moment où le fouet se dirige pour mordre la chair de jeune femme. La brûlure sur ma fesse droite envahit mon corps et m'excite.

Face à nous, les coups se multiplient ainsi que les cris et mes gémissements. Nilson et le dominant sont en rythme. Je dois jouir, mon excitation est à son comble. Je tente de glisser une main dans ma culotte, mais Nilson le remarque. Il retient ma main et stoppe entièrement son jeu avec les porte-jarretelles. Les cris se sont arrêtés eux aussi. Je lance un regard vers le dominant, il a lâché le fouet. Il caresse tout le corps de sa soumise, tout en passant un doigt par son entrejambe.

- Je suis sûr qu’elle est complètement mouillée… tout comme toi, me dit Nilson sur un ton taquin.

Le dominant ressort ses doigts luisants, il sucent ses doigts sous les yeux de la femme remplie de désir pour lui.

- Qu’est-ce que je te disais…

Il relâche mon bras.

- Nous devrions les laisser et continuer notre chemin. Allons-nous trouver une salle juste pour nous.

Non, je veux savoir ce qu’il va se passer. Je veux me masturber. Je veux jouir.

Annotations

Recommandations

BlouseBlanche
Ina veut mourir. Gabriel veut tuer. Tout le monde est heureux. Enfin presque...

'Tu te crois plus intelligent que les autres n'est-ce pas? Mais tu ne comprends rien. Tu crois que tu aimes tuer? Abrutis. Tu as peur, tu es un lâche. Tu tues les autres parce que tu te punies du fait de n'être pas capable de te tuer toi même.'


(Avertissement : scène violente à caractère suicidaire)
70
99
168
19
Jane 22
Cette histoire n'est pas une auto-biographie.
14
7
38
22
petitprince
Les empreintes du cœur se tatouent sur le corps de l'autre...
8
10
3
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0