Chapitre 5

15 minutes de lecture

J’ai fini par m’endormir et je suis réveillée à 9h00 par des coups sur la porte. J’enfile le peignoir mis à ma disposition et je vais ouvrir.

- Bonjour, service d’étage pour le petit déjeuner.

Un plateau m’est posé sur le lit et un sourire en prime. Je regarde sur le bureau la feuille que m’a laissé mon inconnu

---------------------------------------------------------------------------

Merci pour cette nuit Abby. Tu te trompes, je n’aurais jamais ce que je veux avec toi, je suis parti car le travail m’appelait et à 6h00 du matin, j’étais déjà en retard.

Prends toi un bon petit déjeuner, t’as besoin de reprendre des forces. T’as la chambre jusqu’à midi.

Ps : Fais des recherches sur les femmes fontaines, tu verras que t’es pas la seule ;) J’ai adoré.

---------------------------------------------------------------------------

En lisant son message je suis prise de gêne mais surtout de culpabilité car j’ai été dure avec lui alors qu’il avait de bonnes intentions. Je décide d’appeler Luna et lui explique ma nuit sans rentrer dans les détails.

- T’as jouis combien de fois ? Me demande t’elle.

- J’en sais rien, j’avais pas la tête à compter figure-toi.

- T’as baisé ma puce !!!! T’as baisé !!!!

- J’ai trompé mon mari, y a pas de quoi être fière.

- Eh ! Bertrand avait l’occasion de se rattraper. Alors tu vas le revoir ?

- Non c’est pas prévu, même si c’était très agréable, je veux pas tromper Bertrand encore une fois.

Je relis le messages et me décide à poser la question à Luna, qui est à mon sens la meilleure des solutions pour avoir ma réponse car je ne me vois pas taper ça sur internet.

- Tu saurais me dire ce que c’est une femme fontaine ?

- T’as pissé de plaisir !!! Non Abby me dis pas que c’est le cas et que tu refuses de le revoir.

- C’est très gênant ce genre de chose. Donc c’est ça ?

- Oui !!!! Y a pas à être gênée, c’est hyper bon et normal, le corps de la femme gicle aussi. Et les mecs adorent ça.

Ses mots me font rougir.

- Il a une grosse bite sinon ? Me demande t’elle.

- Luna !!!

- Quoi ! Simple question ! Alors ?

- Il a pas à se plaindre.

- Mieux que Bertrand ?

- Luna !!!!

- Allez dis moi.

- Oui bien plus que Bertrand.

- T’as une grosse bite dans les mains qui te fait ejac’ et tu refuses de le revoir !!! T’es dingue Abby.

- Je suis mariée. Dis-je en glissant mon alliance à mon doigt.

- Voilà pourquoi jamais je me marierai, bon aussi car se sont tous des connards.

Luna est une fille qui ne croit plus en l’amour, elle s’est retrouvée enceinte à 16 ans et a du élever sa fille seule car son premier amour l’a abandonné s’estimant trop jeune pour devenir père. Et comme c’était pas assez dur, ses parents l’ont mise à la porte. Elle a travaillé très dur pour avoir ce qu’elle a maintenant et s’en est très bien sortie. Mais depuis cette histoire elle multiplie les petits plans sexe sans jamais s’attacher et a une vision des hommes très négative. Pour elle, se sont que des sextoys, ni plus ni moins.

- Tu crois que je peux te laisser la lingerie et le maquillage Luna ?

- Ouais bien sur.

- T’es une amie en or.

- C’est surtout que tu sais que je rentrerai pas dedans donc que jte les piquerai pas.

- N’importe quoi. Allez je rentre, jte raconte pas comment je me sens mal.

- C’est le prix à payer pour une grosse bite qui te fait pisser de plaisir.

- Je crois que je m’habituerai jamais à ton langage Luna.

- Tant mieux, ça évite la routine.

Je reprends ma voiture et rentre chez moi. Je retrouve Lola devant la télé dans les bras de Bertrand que je n’arrive pas à regarder, vu qu’il est axé sur la télé ça m’arrange.

- Et voilà la plus belle des mamans. Me lance Bertrand.

- Bonjour tous le monde. Les grands dorment ? Dis-je pour détourner son attention.

- Il est 11h00 c’est encore l’aube pour eux.

Je dépose un baiser rapide à Bertrand et je fais un câlin à Lola. Je me sens mal, j’ai envie de pleurer, en une nuit j’ai bousillé mes principes de vie. J’ai honte de moi, j’ai envie d’hurler à Bertrand de me quitter, que je ne suis plus la femme qu’il a épousé, qu’il mérite mieux. Mais je me tais, ravalant mes larmes, j’ai pas le droit de pleurer, je dois assumer, comme dit Luna c’est le prix à payer.

- Alors ça été ta nuit ? Me demande Bertrand qui a les yeux rivés sur son téléphone portable.

- Ouais impeccable. Je vais me faire un café, t’en veux un ?

- Assis toi, tu dois être fatiguée je vais le faire.

Comme toujours lors de mes nuits à la clinique, Bertrand est très tendre et attentionné car je lui ai manqué mais ça ne dure jamais très longtemps, son écran reprend vite sa place numéro 1. Il me tend un café et me pose un long baiser. Bertrand ne met jamais la langue car il n’aime pas alors je me contente d’un baiser simple.

- Tu m’as manqué, j’aime pas dormir sans toi ma puce. Dit-il

- Je sais mais le travail c’est le travail.

- C’est pas moi qui te dira le contraire mais c’est difficile de m’endormir sans ma femme.

Bertrand est un acharné du travail, pour lui le travail c’est la santé. Nous passons le samedi à la maison et j’ai passé une nuit horrible à culpabiliser de ce que j’avais fais. J’annule la sortir du Dimanche qu’on avait prévu avec ses parents pour un repas dominicale, me sentant pas très bien. Je prends comme excuse, l’arrivée de mes règles qui me travaillent. Encore un mensonge.

- J’ai des bouffées de chaleur, je file sortir Bulle, ça me fera du bien. Dis-je pour m’aérer.

Une fois éloignée de chez moi, je craque, je pleurs contre ma chienne qui comme à chaque fois me laisse pleurer dans sa fourrure. Je prends mon téléphone et appelle Luna.

- Je vais pas bien Luna, je m’en veux tellement.

- Tu veux passer ?

- Ouais je veux bien.

J’arrive dans l’ancien corps de ferme de Luna qu’elle a racheté pour une bouchée de pain. Elle fait de l’élevage canin et c’est comme ça qu’on s’est rencontrée, lorsque je suis venue sauver une de ses chiennes qui avaient du mal à mettre bas, y a 10 ans, je venais d’être diplômée et c’était ma première mise bas. Et puis un jour je lui ai pris ma Bulle, ma magnifique Bouvier.

- Coucou Bubulle !!! Crie Luna couvrant ma chienne de câlin.

Luna me regarde et me prend dans ses bras.

- Ca va aller puce.

- Je culpabilise de tout les cotés. Déjà par rapport à...putain je connais même pas son prénom. J’ai été odieuse et j’ai même pas pu m’excuser.

- Écris lui. T’as son email, non ?

- Oui mais je veux pas qu’il pense que je veux récidiver.

- Parce que tu pourrais ?

- Non !!!

Elle me regarde avec ses grands yeux verts et me fait une mou.

- Ok, oui j’en ai envie mais je le ferais pas Luna.

- Pourquoi ?

- Parce que je culpabilise par rapport à Bertrand.

- Bertrand est un sale con, il te délaisse, rien d’étonnant que tu sois partie voir ailleurs.

- C’est pas une raison. J’ai juré fidélité.

- Et lui de prendre soin de toi. Vous avez couché ensemble ?

- Bah oui Luna on a fait que ça !!!!

- Je parlais de Bertrand. Dit-elle en ricanant.

- Ah...euh non il était fatigué.

- Bah voilà.

Elle m’offre un thé chaud et s’assoie devant moi.

- Après tout un email c’est pas si grave que ça, non ? Dis- je.

- Bah ouais et ça te soulagerai, une chose en moins sur le coeur. Tu peux pas effacer ce que t’as fais Abby, faut que tu l’acceptes.

- Je suis vraiment qu’une…

- Femme délaissée oui.

- Luna c’est impardonnable ce que j’ai fais.

- Ca va, y a pas mort d’homme non plus.

J’entends du bruit.

- T’es pas ta toute seule Luna !!!! Je...Je suis désolée je voulais pas…

- Destresse, il est à la douche là et je compte le garder encore un peu au lit celui là.

- Brun ?

- Toujours, tu connais ma règle.

- Pas de blond car ce sont des cons oui mais ça n’a rien à voir avec la couleur des cheveux je t’assure.

- C’est vrai que Bertrand est brun et Mr Balvin il est blond ou brun ?

- J’avais les yeux bandés.

- Ah putain c’est vrai. Faut que je teste ça moi tiens.

- C’est très déroutant.

- Mais bon.

- Oui très. Dis-je en me levant

Je discute encore un peu avec Luna, puis je rentre chez moi retrouver ma petite routine avant que son plan sexe ne me croise car j’ai aucune envie de les croiser. Sauf Titi que j’ai croisé quelque fois et qui est plutôt sympa.

Le Lundi matin, en arrivant au travail j’envoie un email pour m’excuser.

---------------------------------------------------------------------------

De : Moi

A : L.balvin85@free.fr

Salut,

Je t’envoie cet email juste pour m’excuser de t’avoir dis ce que je t’ai dis. J’ai passé un moment très agréable et je t’en remercie pour ça.

Tendrement

Abby

---------------------------------------------------------------------------

Le tendrement c’est peut-être de trop mais un « cordialement » ça ferait trop protocolaire et rien mettre serait mal polie. Bon je laisse le tendrement.

La matinée passe plutôt vite, et tout mes patients sont de retour chez eux.

- Resto ce midi Abby ? Me lance Gabriel

- Ouais j’arrive.

Nous allons à la brasserie du coin qui nous connaît bien. Je commande un croque monsieur et nous discutons du boulot, des enfants, des actualités.

- T’as fais quoi toi Abby ce week-end ? Me demande Rachel.

J’ai trompé mon mari, j’ai trahi l’homme à qui j’ai dis oui y a 15 ans, j’ai blessé un homme que je connais pas et j’ai jouis...bon sang que j’ai jouis fort. Jamais j’avais jouis comme ça.

- Pas grand-chose on est resté à la maison. Dis-je

J’écoute leur vie qui a l’air d’être passionnantes contrairement à la mienne, quoi que la nuit avec l’inconnu, était passionnante. Non faut plus que j’y pense ! Nous rentrons à la clinique et je fais mes opérations. A la fin de la journée je me pose devant mon ordinateur et regarde mes messages.

---------------------------------------------------------------------------

De : L.balvin85@free.fr

A : Moi

Bonjour Abby,

Je ne t'en veux pas du tout et j'accepte bien entendu tes excuses.

J'ai adoré te baiser moi aussi.

---------------------------------------------------------------------------

Oh mon dieu ! Il a employé le mot que je redoutais. Je ne fais pas partie de ce genre de femme là, enfin j’en faisais pas partie. Je regarde l’autre message qu’il y a juste en dessous et me liquéfie.

---------------------------------------------------------------------------

De : L.balvin85@free.fr

A : Moi

Jeudi. Cinéville à 15h. L'endiablée. Ton ticket est réservé.

---------------------------------------------------------------------------

Il m’invite au cinéma !!! J’appelle Luna.

- Au cinéma ? Mais c’est génial ça !!! Tu vas le voir !!! Fonce !!!!

- Calme-toi, je vais pas…

- Pourquoi tu te compliques la vie ? C’est qu’un cinéma, il va pas te baiser en plein cinoche. C’est un vrai rendez-vous ça. Tu lui plais c’est sur.

- Je sais pas, je…

- Ton ticket est réservé de toute façon.

- Ouais bah je suis pas obligée d’y aller, j’ai rien demandé moi !

- Mais tu iras.

- Quoi ?

- Abby t’en crèves d’envie de le revoir, de toute façon le mal est fait. Il t’a bien baisé, tu peux pas vivre pire niveau culpabilité.

Elle n’a pas tord. Un cinéma ça ne peut pas m’emmener bien loin.

Le Jeudi arrive et j’opte pour une robe classique noire avec des grosses fleurs dorés et Luna m’a fait acheter des talons que je garde chez elle.

- T’es magnifique.

- Ca fait pas trop sexy ?

- Non, ça fait femme et c’est toujours mieux que tes jeans/basket. Jte fais un smoke. Dit-elle en me maquillant

- J’ai l’impression d’être une ado qui va à son premier rendez-vous.

C’est vrai que pour Bertrand on a pas eu ce genre de rendez- vous, on s’est connu lors d’une fête, on a discuté et puis on s’est revu plusieurs fois pour discuter mais jamais un restaurant ni un cinéma, un jour il m’a avoué ses sentiments pour moi et m’a embrassé. Il m’a ramené chez lui et m’a fait l’amour pour la première fois de ma vie. Je m’étais faite 10 000 scénarios, mais aucun n’a eu lieu, je voulais quelque chose de passionnant, quelque chose de torride, alors que Bertrand a été très doux, me rassurant à chaque fois qu’il bougeait. J’ai pas eu mal mais j’avais pas fais le moindre bruit, il était en moi mais mon corps était pas réceptif. Petit à petit, à force de faire l’amour, mon corps s’est réveillé, enfin je croyais mais depuis cette nuit, je suis plus vraiment sur. Je crois que je gémissais car j’ai suivi Bertrand, la nuit avec l’inconnu, j’ai gémis parce que c’était vraiment bon.

- Et voilà !!! T’es sobre avec un maquillage qui fait ressortir tes traits de caractère, ça va lui mettre une certaine distance.

- Mets moi aussi du rouge à lèvres stp.

- Tu veux lui en mettre partout ?

- Je compte pas l’embrasser ! Et le rouge à lèvres me fera une bonne protection.

- Si tu crois que ça va l’empêcher. Ricane t’elle

Je pars au rendez vous et la séance débute à 15h15. Je prends mon ticket et j’attends.

- Madame, le film va commencer. Me dit un homme

- Oui mais j’attends quelqu’un et…

- On acceptera plus personne une fois les portes fermées mais votre ami est peut être déjà à l’intérieur.

- Euh oui peut être.

Mais comment je vais le reconnaître moi, ou alors c’est lui qui viendra à moi. J’entre dans la salle sombre et m’installe sur un fauteuil. La salle est remplie au 3/4 et je me retourne pour voir si quelqu’un me regarde ou vient vers moi mais personne. Le film commence et personne ne vient me rejoindre alors que j’ai laissé une place vide à coté de moi, peut être à t’il eu un empêchement. Je regarde rapidement mes emails mais aucun message mais ma foi le film à l’air plutôt sympa.

La première scène érotique arrive et là je me sens mal à l’aise car les acteurs jouent plutôt très bien. Les mots crus fusent et j’ai juste envie de me cacher dans un trou de souris. Seconde scène érotique et bien plus érotique, à la limite du porno, bien que j’en ai jamais vu. Les images de ma nuit avec lui me reviennent, on aurait pu jouer dans ce film sans problème. 3 ème scène érotique et là je commence vraiment à avoir chaud, je ne pensais pas que des scènes pouvaient jouer sur ma libido. La 4ème scène est la pire car elle reprend une position qu’on a faite cette nuit là. Le film se termine et je sens qu’il m’a pas mal émoustillé, donc je file me rafraîchir aux toilettes.

- Excusez-moi, Abby c’est vous ? Me demande une jeune fille.

- Euh oui pourquoi ?

- On m’a demandé de vous donner ça. Dit-elle en me donnant un sac avec un masque et un papier plié dedans.

- Euh...Merci.

Je déplie le morceau de papier…

---------------------------------------------------------------------------

Va dans la première cabine et mets ton masque Abby .

---------------------------------------------------------------------------

J’ai l’impression que je vais sombrer, je pars dans la cabine et je mets mon masque sur les yeux. Je pensais qu’il m’avait posé un lapin, mais il semblerai qu’il soit là. J’attends et la porte se met à toquer. Je l’ouvre et je sens une présence qui referme la porte puis il m’attrape mes poignets et les pose contre le carrelage froid du mur. Je sens l’odeur de la cigarette qu’il vient sûrement de fumer avec une sorte de parfum de menthol derrière, peut être un chewing gum.

- T’étais là alors ? Dis-je

Ses lèvres se posent sur ma bouche, et sa langue rentre tendrement en contact avec la mienne. Tout mon corps frissonne et il finit par me relâcher les poignets pour les mettre autour de son cou. Je gémis sur ses lèvres et nous arrêtons de nous embrasser lorsque l’air nous manque. Je fais descendre mes mains le long de ce que j’imagine être un t-shirt et pose mes mains sur ses hanches puis sur son jean.

- T’es en civil aujourd’hui.

Je sens ses mains sur mes cuisses et ma robe se relève doucement. Il me caresse puis passe à mes fesses qu’il malaxe.

- J’ai mis le string que tu m’as offert à l’hôtel. Dis-je

Il m’embrasse puis j’entends le tissu craquer.

- Qu’est ce que…

Mon string est dans ma bouche et je ne peux plus parler. Il me retourne et me fait me cambrer. Il me caresse et une première fessée tombe puis une seconde qui est forte et piquante. J’espère qu’il n’y a personne dans les toilettes. J’entends son pantalon se déboutonner puis sa chair se poser à l’entrée de la mienne. Je ferme les yeux derrière mon masque et d’un coup sec il entre en moi. Ses mais sur mes hanches nous font bouger et son ventre comprime mes fesses à chaque pénétration profonde. Sa main se pose sur mon ventre et il devient plus brutale. Son autre main attrape mes cheveux et me colle au carrelage puis il accélère. Le plaisir envahit mon bassin, puis mes reins, il tire sur mes cheveux et me fait basculer la tête en arrière, ses doigts glissent jusqu’à mon clitoris et mon orgasme me ravage et je dois faire un effort surhumain pour ne pas tomber. A son tour il se contracte et je le sens jouir en moi. Il retire mon string de ma bouche et je ravale ma salive. Il me pose un baiser dans mon cou et puis j’entends la porte s’ouvrir et ses pas s’éloigner de moi. Je referme la porte et m’assois sur les toilettes et les larmes arrivent. Je pose mon visage dans mes mains et je pleure toutes les larmes de mon corps.

- Luna c’est moi.

- Alors comment c’était cette première sortie ?

- Il n’était pas là, enfin si mais je l’ai pas vu tout de suite.

- Ah...ok, c’est étrange.

- Il m’a rejoint aux toilettes, il m’a demandé encore de mettre son masque et...et on a …

- Dans les toilettes du ciné ?

- Oui et je me sens super mal Luna. J’arrive pas à garder la tête froide. Luna je sais plus quoi penser de moi.

- Ok, pourquoi tu te sens mal ? Dis-moi ce que tu ressens Abby.

- C’est pas moi ça, je suis pas une fille facile qui couche dans des toilettes !

- J’ai couché un paquet de fois dans les toilettes et j’estime pas que ça soit mal.

- Mais t’es pas mariée Luna !!! Moi si !!! J’ai menti à mon mari et là je recommence, c’est plus une erreur de parcours là.

- Ok, déjà respire.

- Son sperme coule de moi, j’ai plus mon string car il me l’a pris, j’ai l’impression d’être sale Luna.

- C’était bon au moins ?

- Oui, il fait ça à merveille mais...mais je sais pas à quoi il ressemble, je sais même pas si il me plairait. Et puis je connais rien de lui, même pas sa voix.

- Ouais bah ça c’est pas grave, on s’en tape de sa voix. Du coup il est venu au ciné mais tu l’as pas vu, c’est ça ?

- Oui, l’hotel, le cinéma...Il me...enfin il...

- Te baise. Finit-elle

- Ouais et il part.

- Mais même si il restait Abby, tu aurais son sperme en toi, tu n’aurais plus de string, ça changerai rien.

- Dans quoi je me suis foutue.

- Une relation atypique je crois.

Je me nettoie comme je peux, puis je vais me rafraîchir le visage, remettant mes cheveux en place puis je sors. Des gens sont dehors, sûrement pour la prochaine séance. Un groupe de gars sont là et fument ensemble, ils sont tous rasés, et tous portent un jean. Est-il parmi eux ? Et si ils me partageaient entre eux sans que je le sache ? Après tout j’ai les yeux bandés, y avait une haleine mentholé là, pas à l’hôtel. L’autre fois il était en tenue militaire et là en jean. Oh non j’espère que je me trompe. Mon ventre se tord lorsque l’un d’eux me regarde. Est ce lui ? J’espère pas car il est vraiment pas beau. Je dois arrêter ça, c’est trop malsain.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0