La rencontre des rois - 3° partie

5 minutes de lecture

Ma tante fit une courte apparition. Nous étions attendus. Soudain, je réalisai mon incapacité à descendre les escaliers. Je lui fis signe mais elle partit précipitamment. William perçut mon trouble et proposa de me porter. Je précisai le danger que cela représentait, si nous tombions, ou si ma jambe cognait un mur. Cette situation me ramena quelques semaines plus tôt, dans les bras de Krys. Je le savais capable de me transporter sans faiblir. Je me tournai vers William. Il avait la carrure de Krys, toutefois cela ne représentait pas une garantie.

— On va te porter à deux, me rassura-t-il, n’est-ce pas Owen ?

— Oui, bien sûr.

— Mais il y a des endroits où on ne passera pas à trois, fis-je remarquer.

— Ça ira, assura William, ça ira.

Je me laissai emmener. Arrivée près des premières marches, ils me soulevèrent. Roger et Robb portaient la chaise.

Aux endroits délicats, William fut seul à me porter. Owen lui passait délicatement ma jambe handicapée. Je le sentais plus fébrile que Krys quoiqu’il avançât d’un pas régulier. Décidément, je ne cessais de les comparer, tous les deux.

Finalement, nous atteignîmes le niveau du sol sans dommage. William et Owen continuaient de me porter le temps que Roger et Robb apportent la chaise. Après que chacun ait récupéré de l’exercice, nous rejoignîmes le groupe des nobles de haut rang. Mélangés au peuple, nommés par le roi, des protecteurs discrets assuraient notre protection.

Si la ville s’étalait tout autour du château, sur le devant, la face sud, les différents souverains qui s’étaient succédé avaient toujours désiré qu’un espace important le sépare des premières habitations. L’esplanade était recouverte d’une pelouse restaurée régulièrement du fait des nombreuses manifestations qui s’y déroulaient. Aujourd’hui, des comptoirs de toutes sortes la peuplaient : buffets, bars, jeux, compétitions, théâtre, animations en tout genre, vente de babioles et objets bradés.

Mes compagnons et moi avions faim. Nous commençâmes par nous servir, tout en observant ce qui se passait autour de nous. Je demandai :

— À quelle activité désirez-vous vous engager, messieurs ?

— Je suis inscrit à la compétition de tir à l’arc, répondit William.

— Je lui préfère celle d’équitation, déclara Owen.

— Je vais goûter aux spécialités locales, annonça Robb.

Chacun se trouva une occupation. Pour ma part, j’allais me contenter de regarder, mais cela me convenait. Avant que nous nous séparions, attirés par telle ou telle activité, nous déambulâmes au milieu des comptoirs. Parti en éclaireur, Owen nous appela de loin. Parvenus à son niveau, il déclara :

— Nous sommes dans l’espace escrime. Regardez qui je vois sur la liste : Hugo est inscrit.

— Il va encore écraser la compétition, supputa Robb.

Promis au trône, il restait le favori de mon père. S’il se blessait lors de la compétition, je ne serais pas la première à regretter l’événement.

— Qui sont les autres ? demandai-je.

— Il en reste beaucoup. Il y en a que je ne connais pas : Hector, Thomas, Noah, André, Gustave et Markus. Des nouveaux apparemment. Ils ont débuté tout en bas de l’échelle et progressent en direction du haut du panier.

— Alors Hugo a des soucis à se faire, dis-je. Il y a là des gaillards capables de lui donner du fil à retordre.

— Hugo est imbattable, me contredit Robb.

— Je ne dis pas qu’il va perdre. Je dis qu’il va avoir des surprises.

— Tu les connais ?

— Oui, parmi eux, il y a les trois immortels. Quant à Noah, j’ai cru entendre qu’il était encore plus fort qu’eux. Est-ce que tu vois Krys dans la liste ?

— Non. Pas de Krys, répondit Owen.

J’aurais tant aimé le rencontrer. Ce domaine où, pourtant, il excellait, ne l’avait pas attiré. J’essayais de me mettre dans sa tête. Je suis sûr de gagner, allais-je montrer ma force au monde entier ? Non, pas lui. Il ne semblait rechercher ni gloire, ni reconnaissance. Je le comprenais. Il avait déjà gagné tant de combats en tant qu’esclave.

— S’il avait concouru, Hugo perdait, ajoutai-je.

— C’est qui Krys ? demanda Robb.

— Le premier des immortels.

— Les quatre immortels, ce n’est pas l’expression employée lors des reproductions de la bataille de l’Isthme ? demanda William.

— Elles sont jouées chez vous ?

— Les ménestrels n’ont pas de frontière.

— Je leur ai collé cette étiquette en les voyant se battre. Je n’imaginais pas qu’on puisse les atteindre.

— Tout le monde sait qu’il s’agit d’une légende ! claironna Robb.

— Qui dit cela ?

— Les ménestrels enjolivent leurs histoires afin de les rendre croustillantes, surenchérit Robert.

— Comme ils font en permanence, ajouta Antoine, le frère de Robb.

— Je vous dis ce dont j’ai été témoin, vous n’êtes pas obligés de me croire.

— Les différentes compétitions vont reprendre. Je vous laisse, annonça William.

Tous les princes se dispersèrent, selon affinités. Nous nous retrouvâmes entre princesses. Je m’approchai de la liste en me demandant si un nom avait échappé à Owen. Non, visiblement, pas de Krys.

— Pourquoi les garçons ont-ils besoin de s’échiner ainsi, demanda Ingrid ?

— C’est leur truc, la compétition, répondit Léa.

— Ça leur apporte de la gloire, ajouta une princesse dont j’ignorais le nom.

— Ils jouent les coqs. Celui qui gagne s’imagine que nous tomberons follement amoureuses de lui.

— C’est Hugo le plus fort.

— Depuis longtemps.

— Alors pourquoi ne le voit-on pas ? demanda Ingrid.

— Ceux qui ont beaucoup de points peuvent très bien commencer à concourir à partir du niveau de la compétition qui correspond à celui qu’ils ont atteint lors de compétitions antérieures, expliquai-je. Par exemple, Hugo, qui est très haut dans plusieurs compétitions, peut se permettre d’arriver sur le tard et d’emporter la mise. D’ailleurs, il a suivi les grandes réunions entre souverains et ne pouvait concourir jusqu’à maintenant. Mais ça ne devrait pas lui poser de problème.

J’aperçus de loin Markus qui s’approchait de l’aire de combat, non loin de nous. Il inspecta les listes de résultats.

— Regardez, dis-je à mes amies, voici Markus, un des immortels.

— Pas mal, s’extasia Léa.

— Et musclé, ajoutai-je.

— Un grand mâle !

— Il y a du beau monde qui arrive derrière lui.

— On dirait que la compétition va reprendre.

L’adversaire de Markus était en place et s’échauffait. Les juges se positionnèrent, puis donnèrent le signe du départ. Après quelques joutes, Markus adopta une position plus offensive. Décontenancé par la puissance des coups, son adversaire reculait sans cesse, finit par perdre son épée et leva les mains.

— Waw, s’exclama Léa, il est fort !

— Et tu n’as encore rien vu, affirmai-je.

— S’il est si fort, pourquoi son nom apparaît sur les listes depuis tôt ce matin ?

— Parce qu’il n’est pas connu, dis-je. Il n’avait pas de points jusqu’à maintenant. Il est obligé de se bâtir une réputation depuis tout en bas de l’échelle.

— Il devrait être très fatigué, alors ?

— Oui, ajoutai-je, ça pourrait lui porter préjudice quand il affrontera quelqu’un de sa catégorie.

Pressée d’échapper à Hugo, je proposai de nous promener au travers des allées. Léa poussait la chaise. Je cherchai Krys discrètement. Nous revînmes près de l’aire de combat deux heures plus tard. J’inspectai les listes. La finale avait été remportée par Hugo. Noah n’avait pas accompli de miracle contre lui. Le troisième était Duncan, un officier qui suivait Hugo dans tous ses déplacements. Il avait battu Markus, quatrième. La fatigue, sans doute. N’empêche, ils s’étaient tout de même élevés jusqu’au sommet. Si ma tante m’en laissait le temps, je les féliciterais tout à l’heure.

William nous rejoignit. Il avait atteint la demi-finale. Je le félicitai. Mais qui avait gagné ? Hugo bien sûr ! Il était partout.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
1305
1101
1035
693
Défi
abou
En réponse au défi "DésAccenTués", un texte sans accent :

Six heure ! C’est l'heure de sortir du lit. Il me reste du sommeil dans les yeux, mon esprit est empli d’une brume persistante. Une sonnerie stridente me vrille le cerveau. J’empoigne mon smartphone pour le faire taire. Je combats l’impulsion de le lancer contre le mur, face au lit.
2
7
8
2
iguane199

J'ai énormément des idées de projets dans la tête
Je compte bien pour toujours, ne rester que moi même
Je ne veux pas être un objet, n'y paraître bête
Comme ces tordus qui rodent dans le blasphême

J'arrive à rêver, d'une meilleure réussite
Je ne souhaite pas devenir orgueilleuse
J'ai envie de vivre la splendide vie d'artiste
Je refuse d'être métamorphosé en prétentieuse

J' espère être un jour, reconnu de mes talents
Ne plus être considéré, comme une demeurée
Je persévère autour d'un domaine épatant
J'estime cette chouette atmosphère si adorée

Je m'echappe, dans un paradis de couleurs
Je me projette, dans cette féerique rêverie
J'efface de ma pensée, ces maudits gens destructeurs
C'est plutôt eux, qui finiront à la déchetterie.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0