Carambolage

4 minutes de lecture

Là-haut, je regrettai la paisible obscurité qui me terrifiait quelques minutes plus tôt. Des faisceaux de lumière crue transperçaient la nuit de toute part. Des ombres dansaient au rythme des flammes silencieuses qui léchaient le sol.

Quelque chose me troublait. Plus que la douleur, plus que la sensation de désorientation ; le silence, lourd et oppressant, sans même le grésillement des insectes nocturnes, seulement rompu par des gerbes d'étincelles qui claquaient sans prévenir ; un silence respectueux, presque solennel. Un silence de cimetière.

Le clignotant brisé d'une berline à demi calcinée dévoilait la scène à chaque seconde. Et à chacune d'elle, le même spectacle s’offrait à mes yeux. Cette nuit-là, un drame avait eu lieu : un monstrueux carambolage encombrait les deux voies de l’autoroute.

Je me redressai, ignorant les reproches que m'adressait mon corps endolori et épuisé. Je pus mieux embrasser la scène du regard. Des voitures se chevauchaient, d’autres se retrouvaient compressées en accordéon, certaines étaient sectionnées en plusieurs morceaux. Il y avait quelque chose de grotesque dans cette sculpture de métal. J'y dénombrai dix-sept véhicules, exactement ; la froide précision de ce décompte macabre me parut aussi surprenante que déplacée.

Je réalisai alors qu’il y avait des conducteurs et des passagers, là, quelque part sous cette tôle torturée. Des femmes et des hommes. Des enfants. Un autre décompte macabre. Je me ruai vers les véhicules les plus proches, demandant si quelqu’un avait besoin d’aide, appelant moi-même à l’aide. La panique et la confusion me gagnèrent. Je passai la tête par les fenêtres et les pare-brises explosés. Partout la même scène d’horreur indescriptible. Du sang, des corps profanés par la violence du choc, la mort. Certains avaient été éjectés de leur véhicule comme je l'avais probablement été moi-même, la chance en moins. Je frémis à l'idée de découvrir un survivant, craignant de trouver un mourant ou un estropié pour lequel je ne serai d'aucune aide. Je redoutai encore davantage d’être le seul épargné au milieu de cette foule de condamnés.

Soudain, une lueur m'aveugla. Dans un fracas extraordinaire, un bolide vint s’encastrer à son tour ; un hurlement de ferraille qui se réduisit vite à quelques grincements. Et de nouveau le silence. Dix-huit. Je ne me donnai même pas la peine de me porter à leur secours. L’état du véhicule ne laissait aucun doute sur le sort de ses occupants. Je ne pouvais rien tenter pour eux non plus. Je crus me consoler en me persuadant qu’ils n’avaient pas souffert, je les enviai presque.

Un profond sentiment d’impuissance m’envahit. Je me repris aussitôt ; si je ne pouvais rien pour les morts, je pouvais encore me préoccuper des vivants. Une main sur la glissière de sécurité pour me guider autant que pour me soutenir, je remontai l’autoroute pour tenter de signaler l’accident aux prochains automobilistes qui n’allaient pas manquer d’arriver. Un grand virage masquait le lieu du drame. Comme si la nuit et le brouillard ne suffisaient pas.

A peine avais-je parcouru une centaine de mètres que j'aperçus deux phares au loin, à l’autre bout de la grande ligne droite qui précédait la courbe fatale. Je lâchai la glissière pour agiter les deux bras et me mis à crier, persuadé que ma voix couvrirait le bruit du moteur d’une voiture lancée à plus de 130 kilomètres à l’heure. M’avaient-ils seulement aperçu ? Pauvre énergumène s’agitant sur les bords de l’autoroute, hurlant comme un dément ? Le conducteur avait-il souri en me voyant ? Peut-être avait-il pris peur ? De bien vaines questions.

De là où je me trouvais, j'entendis un bruit sourd et étrangement lointain. Comme une pierre jetée dans une épaisseur de poudreuse. Dix-neuf.

À cette distance, je distinguai peu de choses. Je n’avais plus à imaginer ce qui se cachait derrière les vitres brisées, plus aucune chance d’entendre un gémissement ou une plainte. C’était bien plus supportable, presque confortable. Peut-être qu’en m’éloignant encore, j'oublierais ce moment et cet endroit. À jamais.

Je continuai de longer la glissière jusqu’à un petit pont qui permettait à une route départementale d'enjamber l’autoroute. Je m’assis et m’adossai à l’un des piliers, dos à la chaussée. Les stridulations des grillons et le hululement d'une chouette emplirent le vide que j'essayais de faire dans ma tête. Ici, le concert nocturne reprenait ses droits, ignorant le drame qui se déroulait à quelques pas d'ici. Une distance énorme, presque un monde d’écart pour ces petites vies. Et pourtant négligeable pour nous qui la parcourons si vite. Tellement vite.

Les secours finirent par arriver sur les lieux, tous gyrophares allumés. Ils ne purent que constater l’étendue de la catastrophe. Ils éteignirent les feux, détournèrent le trafic sur un autre itinéraire, sortirent les corps des véhicules et les alignèrent sur la chaussée. Ils relevèrent les plaques d’immatriculation et prirent des photos de la scène sous tous les angles possibles. Ils tentaient d’organiser ce chaos à défaut de pouvoir le comprendre. Cela dura des heures.

A l’aube, je me levai enfin pour retourner sur les lieux du drame et me signaler auprès des secours.

Annotations

Recommandations

Défi
aulia_moreau

"A quoi est-ce que tu penses ?"
Sa voix vient de briser le silence si doux qui nous entourait jusqu'à présent. Je souris. Une boule se noue dans mon ventre et l'envie de me mordre la lèvre me prend, mais je ne peux pas. Je sais qu'il m'observe et, s'il remarquait ce détail, il se douterait de quelque chose.
"Il fait bon aujourd'hui, je trouve."
Je n'ai pas trouvé meilleure réponse à lui donner. Lorsqu'il est dans la même pièce que moi, comme maintenant, je ne parviens plus à réfléchir. Une force surnaturelle, magique, m'entraine et me guide. Je n'ai plus conscience de ce que je fais, ni de ce que je dis. Je sais juste que je suis là, avec lui.
Il s'assoie à côté de moi et soupire, comme apaisé, relaxé. Mes sens s'éveillent et le rouge me monte aux joues. Je sens son parfum qui me caresse le nez, j'entends sa respiration régulière qui me berce. Dans un mouvement pour attraper sa tasse de café sur la table basse, il frôle mon genou. Mon coeur s'emballe quelques secondes, puis reprend un rythme régulier.
J'ose enfin lever la tête vers lui. Mes yeux glissent sur son visage, ses cheveux, son corps, et s'illuminent de petites étoiles, émerveillés. Il est si beau. Je ne lui trouve aucun défaut ou, plutôt, je les aime autant que ses qualités. Tout me fascine chez ce garçon, absolument tout. Je pourrais le regarder ainsi pendant des heures, sans me lasser une seule seconde. Je voudrais l'observer de façon à garder une image parfaite de lui dans mon esprit, afin d'en rêver la nuit et de confondre l'imaginaire et la réalité.
Pendant un instant, nos regards s'entrecroisent. Je baisse la tête et une mèche de mes cheveux glissent sur ma joue. Je ne la replace pas derrière mon oreille parce que je sais qu'elle l'empêche de voir la voie lactée qui emplie à cet instant mes yeux. Il n'y a que comme ça que j'échappe à l'envie de goûter ses lèvres... Il n'y a que comme ça que j'échappe aux sentiments qui m'animent.
"Je sais que tu ne me dis pas de quoi tu as peur" dit-il encore.
Ce qui m'effraye ? Je ne le lui révèlerai jamais, il n'a pas besoin de savoir tout ce que je ressens, tout ce que sa présence m'inspire, tout ce que son être provoque en moi.
Je sais que les émotions que j'éprouve sont belles, magnifiques même, mais je sais aussi qu'elles me feront mal si je les révèle. Tout garder pour moi, c'est une façon de me protéger. C'est pouvoir me mentir à moi-même plus facilement. Si personne ne sait rien, je peux plus facilement me dire qu'il n'y a rien.
Je sais que je suis tombée amoureuse, mais je ne me l'avouerai pas, de la même façon que je ne l'avouerai à personne. Et surtout pas à lui. Parfois nous n'avons pas les mots pour expliquer l'amour, mais ce qui est certain c'est que l'amour, lui, a ses maux. Ne pas trouver les miens, ne pas les chercher, ne pas les exprimer, c'était échapper aux siens, échapper au mal.
Il se relève et marche vers la fenêtre puis s'y accoude. Les rayons du soleil illuminent sa peau et font scintiller ses yeux bleus dans lesquels je pourrais me noyer éternellement.
Il a pris un air grave et pensif. Cela lui va si bien de réfléchir. Il se concentre, cherche dans le paysage un quelconque signe qui lui permettrait de comprendre, de savoir ce qui se passe dans ma tête et surtout dans mon coeur. Son sourcil gauche se surélève légèrement. Mon mutisme l'agace, je le sais.
Un petit moineau s'envole d'une branche, dehors, pour en gagner une autre, sur un autre arbre. De là-haut, il observe le monde et les autres oiseaux qui l'entourent, sans être dérangé, sans qu'on lui demande constamment à quoi il pense ou ce qui l'effraye.
"J'aimerais bien être un moineau, je crois" dis-je simplement.
Il sourit et continu de regarder dehors. Je frémis. J'aime voir ses petites fossettes se former sur ses joues. Il a l'air d'un enfant lorsqu'il est comme ça. Innocent, insouciant.
"Pour pouvoir t'envoler plus vite quand je te pose une question ?
- Pour ne pas avoir la possibilité d'y répondre."
Il se tourne vers moi, essaye de capter mon regard mais je le fuis. Je fais semblant de regarder par la fenêtre à mon tour, tout en gardant un oeil sur lui. Je ne peux pas m'en détacher, que cela concerne ma vue ou mes sentiments.
"Tu es si... Mystérieuse."
Cette fois-ci, c'est moi qui souris. Le timbre de sa voix change lorsqu'il ne parvient pas à comprendre quelque chose, mais je la reconnaitrais tout de même entre mille.
Je soupire. Il me fixe. Je sais qu'il attend que je dise quelque chose. Je préfèrerai pouvoir m'échapper de cette situation à vrai dire. Je préfèrerai ne pas avoir connu le beau côté des sentiments pour échapper au mauvais. Je me sens prisonnière ici, prisonnière de quelque chose que je ne veux pas ressentir. Il me faudrait un moyen de...
"Au final, peut-être que j'aimerais aussi l'idée de voler.
- Pourquoi ?
- Pour me sentir plus légère, plus libre."
4
4
3
4
ombe khaled
Une poésie réponse à un sujet sur les poèmes engagés...
FREE PALESTINE
4
14
1
1

Vous aimez lire Eric Kobran ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0