CHAPITRE 34 : « PENN » « Thomas »

4 minutes de lecture

CHAPITRE 34 : « PENN » « Thomas »

- Bonjour humain, que puis-je faire pour vous ?

La voix sortant de nulle part ne les surprend pas vraiment, à part bien entendu Mathis qui tourne la tête comiquement dans tous les sens à chercher d’où elle provient.

Cette fois encore tous se font la remarque que le langage employé leur est inconnu, alors que bizarrement ils en comprennent le sens.

Thomas ne perd pas le nord pour autant, répondant rapidement à la question posée.

- Pourrais-tu remettre cette section du vaisseau en service ?
- Je contacte le service maintenance pour les réparations nécessaire !!
- Combien de temps penses-tu que cela prendra ?
- Je ne peux répondre à cette question.
- Quelle est l’étendue de ta charge ?
- Pouvez-vous reformuler la question ?
- Combien de salles comme celle-ci entrent dans ton périmètre de surveillance ?
- Trois cent vingt-huit !!

Tous se regardent avec l’étonnement d’un nombre si considérable, la salle où ils se trouvent étant déjà d’une immensité peu commune.

- Combien sont-elles vides ?
- Je ne peux répondre actuellement à la demande tant que mes circuits n’auront pas été reconnectés dans leur ensemble !!
- Combien y en avait-il à ton dernier recensement ?
- Trois cent vingt-quatre !!
- Ce qui représentait combien de personnes pouvant rester encore en stase ?
- Moins de deux cent mille !!

Thomas fait un calcul rapide.

- Donc une salle peut contenir cinquante mille personnes ?
- C’est exact, sauf celles réservées aux membres de l’équipage qui ne contient que deux cents cellules de stases.
- Était-elle vide à ton dernier recensement ?
- Non !! Les deux tiers de l’équipage y étaient toujours, seul un tiers d’entre eux était en éveil.
- Demande-lui à quand datent ces dernières statistiques ?

Thomas se tourne vers Damien, curieux d’en connaître la raison.

- Pourquoi donc ?
- Peut-être saurons-nous alors si c’était avant ou après l’explosion qui a détruit en partie le vaisseau.

Thomas s’adresse alors à l’IA du vaisseau.

- Peux-tu répondre à cette question ?
- Pas dans l’état actuel, cette partie des données ne m’est encore pas accessible.
- As-tu eu connaissance de l’explosion ?
- Pas dans l’état actuel, cette partie des données ne m’est encore pas accessible.
- Es-tu en contact avec l’IA de maintenance la plus proche ?
- Oui !! Les méca-tech sont en route, l’énergie de cette salle ne devrait plus tarder à être remise en service.

Sa phrase à peine terminée que déjà plusieurs voyants commencent à redonner signe de vie sur le pupitre, Thomas hésitant à les mettre en action sans savoir à quoi ils correspondent de peur de mettre en danger le groupe tout entier.

- As-tu la main sur ce pupitre ?
- Bien entendu.
- Alors remets en service ce qui peut l’être en toute sécurité au fur et à mesure !!
- Bien commandant !!
- Hein !!

Le cri de stupeur venant de tous qui maintenant scrutent Thomas sans comprendre, ce dernier aussi surpris qu’eux de s’être fait appeler commandant.

- Pourquoi me donnes-tu du « commandant » ?
- Étant le seul humain vivant, le titre vous revient tant qu’un des deux autres commandants officiels ne soit mis en éveil.
- Comment ça, je suis le seul humain ? Et mes amis dans tout cela ?
- Je ne connais pas la notion d’amis, veuillez préciser commandant.
- Je parle des personnes qui m’accompagnent ?
- Comment pourrais-je les définir tant qu’ils n’auront pas été reconnus.

Thomas réfléchit à la réponse somme toute assez ambiguë avant que son regard ne se reporte sur le pupitre, comprenant alors d’où vient le problème.

Il s’adresse alors au groupe en donnant ses instructions.

- Passez tous la main sur le lecteur d’empreinte.

***/***

« Un quart d’heure plus tard. »

Toshio passe le dernier, faisant déjà une grimace avant même de ressentir la légère douleur de la piqûre et une fois chose faite, c’est Thomas qui reprend la discussion avec l’IA.

- Suis-je toujours le commandant ?
- Je détecte maintenant trois humains, quatre non humains répertoriés comme habitants de cette planète et un non humain non répertorié.
- Définis-moi « humain » ?
- Habitant de Gaia.
- Définis « Gaia » ?
- Gaia ou planète Terre, terre d’origine de la race humaine.
- Je vois, donc dans tes données, humain n’est qu’un nom lié à un lieu et non une catégorie, c’est bien ça ?
- Exact commandant.
- Comment alors définirais-tu mes compagnons ?
- Homo sapiens/sapiens à des moments différents de l’évolution.
- Je vois !! Je suis donc avec deux de mes compagnons un humain à un stade plus évolué que ceux du vaisseau ?
- Exact commandant quoique la différence reste insignifiante démontrant qu’un millénaire tout juste vous sépare.

Damien commence à trouver le temps long, aussi passe-t-il subrepticement derrière son chéri pour commencer à lui faire des papouilles en douce.

Le fait de l’avoir retrouvé étant encore fortement marquant, lui démontrant une fois encore s’il en avait eu besoin combien sa présence lui est indispensable au quotidien.

Mathis pour sa part est loin de se sentir blasé par les événements qu’il vit actuellement, aussi dans un premier temps repousse-t-il les avances de son homme avec un certain agacement.

Ce n’est qu’une fois qu’il se tourne vers lui pour lui demander d’arrêter, qu’il se rend compte l’avoir vexé à la mine triste et renfrognée de ce dernier.

Alors que la discussion pourtant l’intéresse au plus haut point, son choix est vite fait quand il entraîne son « Dami » dans un coin en retrait de la vue du reste du groupe.

- Pourquoi tu fais cette tête ? Si c’est parce que je ne réponds pas à tes avances alors excuse-moi mais et d’un ce n’est ni le moment ni le lieu et de deux, je trouve passionnant tout ce que je découvre ici !! Pas toi ?
- Pffttt !! Tu en reviendras vite quand comme nous, tu auras arpenté ce vaisseau durant des jours !!

Voyant son air restant inhabituellement renfrogné, Mathis le secoue gentiment des deux mains sur les épaules.

- C’est une raison pour me faire la gueule ?
- Ce n’est pas ça… juste que tu m’as trop manqué… tu comprends ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0