CHAPITRE 33 : « Centre hospitalier De Bierne » « Alan »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 33 : « Centre hospitalier De Bierne » « Alan »

Il sourit alors en regardant le plafond, cherchant à qui peut bien être ce sexe qui maintenant tient une raideur remarquable.

La taille et le diamètre qu’il palpe maintenant avec de plus en plus de convictions, bien loin du premier geste amené juste par pure curiosité, ne lui laissent bientôt plus aucun doute et si doute il pouvait encore avoir, ce dernier serait vite effacé par le petit soupir de satisfaction à quelques centimètres à peine de son oreille.

L’odeur de musc spécifique lui monte alors aux narines quand les lèvres sensuelles et pulpeuses de Tom viennent s’appuyer aux siennes le temps d’un bref baiser.

Le jeune Massaï se love ensuite sur son corps de façon si lascive qu’Alan ne peut rien faire d’autre qu’en prendre pleine possession des deux mains, l’excitation le rendant à son tour prêt à tout pour prendre et donner le plaisir que leurs corps exigent de façon si manifeste.

Il va pour investir le fondement visiblement quémandeur de son jeune amant quand quelqu’un frappe à la porte d’entrée et leur amène à tous deux un profond soupir de déception d’être interrompus alors qu’ils manifestaient de fortes dispositions à remettre le couvert d’une nuit pourtant riche en câlins de tout genre.

Tom se redresse souplement pour se lever, non sans jeter un bref coup d’œil de regret au passage sur le membre turgescent qui devait lui amener tant de plaisir.

Il prend néanmoins le temps de chuchoter à son ami quelques recommandations, avant de passer un peignoir de bain pour aller ouvrir.

- Réveille les autres et rejoignez-moi au salon, je me demande bien qui cela peut être ?
- Un enquiquineur sans doute qui arrive au mauvais moment.
- Il faut dire aussi qu’avec nous c’est souvent le mauvais moment !! Hi ! Hi !

C’est donc tout sourire de sa plaisanterie qu’il va ouvrir, sans manifestement faire attention qu’il a gardé cette bandaison matinale et que surtout cette dernière a eu bientôt fait de montrer son « nez » entre les deux pans du peignoir.

C’est donc cette vision qu’a Annie quand la porte s’ouvre et qu’apparaît le jeune Massaï, ce dernier marquant bien sa surprise que ce soit elle qui soit leur visiteuse.

- Tante Annie !!
- Ce n’est sans doute pas moi que tu attendais, tout du moins il me semble.
- Pourquoi tu dis ça ? Nous n’attendions personne !!

Le visage mais surtout le regard d’Annie étant orienté dans une direction sans équivoque lui font baisser la tête pour s’apercevoir du problème.

- Oups !! Excuse-moi ma tante, mais je me réveille juste et… enfin… tu comprends !!
- Ne t’inquiète pas pour ça il fut un temps où j’y étais habituée bien malgré moi.

Le manque de mouvement de Tom finit par la faire sourire.

- Mais ce n’est pas une raison pour me laisser ton sexe sous les yeux, je reconnais qu’il est très beau si c’est ce que tu attends pour le cacher à ma vue.
- Oh !! J’oublie souvent que vous n’êtes pas aussi libérés que dans ma tribu.

Il regarde son sexe qui commence à perdre de sa splendeur.

- Tu vois ma tante, il a compris et rentre tout seul ! Hi ! Hi ! Mais entre donc, tu avais sûrement quelque chose à nous dire qui amène ta visite ce matin.
- Alan et Mickaël sont là ?
- Heu !! Oui… mais… ils dorment sans doute encore.

Annie vérifie l’heure à sa montre, ayant eu soudainement un doute sur le fait d’être venue trop tôt.

- Il est plus de dix heures, il ne me semblait pas qu’ils étaient là en vacances.
- Disons pour faire court qu’on a tous eu une nuit agitée.
- Comme beaucoup depuis quelque temps.

C’est à ce moment précis que les trois autres garçons sortent de la même chambre, ne laissant plus de doute si elle en avait eu sur la dernière phrase de Tom.

Bien sûr son œil surprend la même tension des bas-ventres, que pyjama et short de nuit, n’arrivent pas à cacher suffisamment.

Elle préfère ne pas en remettre une couche pour aller à l’essentiel du but de sa visite « matinale », s’adressant directement à Mickaël.

- Vous avez reçu des nouvelles de l’Imperium ?
- À quel sujet ?
- Au sujet d’Alexandre, quoi d’autre veux-tu ?

Mickaël sort l’appareil qu’il a toujours avec lui, auquel elle aurait bien du mal à donner un nom tellement ses fonctions semblent des plus diverses et variées.

Une brève lecture avant qu’elle le voie froncer le front et que le jeune élu reporte son attention vers elle, semblant néanmoins fortement troublé par ce qu’il vient de lire.

- Alors ??
- C’est à n’y rien comprendre, son génome est à la fois similaire mais également complètement différent de celui de l’unique.
- Explique-toi !! Il est similaire ou différent, comment pourrait-il être les deux ?
- Tout comme pour l’unique, l’ADN d’Alexandre n’est pas naturel sans pour autant avoir de similitudes avec lui.

Annie fronce à son tour le front.

- Quand tu dis… « pas naturel », dans quel sens doit-on le prendre ? Artificiel ou échappant à l’évolution habituelle ?
- Pas naturel !!

Annie même si cette découverte pose question n’en éclate pas moins de rire en repensant à une réflexion de Florian quand elle lui avait posé une question similaire à l’époque de son premier retour sur Terre.

- Comme le « canada dry » en quelque sorte ! Hi ! Hi !
- Je ne vois pas là ce qui prête à rire !! D’ailleurs je ne connais pas ce truc que tu appelles canada dry !!
- C’est Florian qui s’était comparé à lui, ça y ressemble mais ça n’en est pas.

Voyant l’incrédulité manifeste des quatre garçons pour une publicité d’un autre âge, elle explique en quelques mots jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’ils ont bien tous saisi le deuxième sens caché.

- Ce serait une sorte de robot alors ?
- Pas du tout !! Disons plutôt que leur enveloppe corporelle a été créée par la pensée d’êtres grandement supérieurs à tout ce que nous ne pourrions jamais imaginer.

Annie les écoute et ne peut s’empêcher d’exprimer tout haut ce qu’elle en pense.

- En fait cela change complètement la donne, je m’explique !! Jusque-là nous nous étions faits plus ou moins à l’idée que Florian était une espèce de dieu, maintenant cette idée ne semble plus tenir s’il en existe des comme lui.
- Pourtant ma tante ma tribu a toujours cru en plusieurs dieux.

Alan qui jusque-là n’avait fait qu’écouter, donne à son tour le point de vue qu’il a pu lire sur son appareil durant tout ce temps où les autres s’interrogeaient.

- Le bilan d’analyse se termine par une approche tout autre venant de nos sages, ils abonderaient plutôt pour une civilisation supérieure. Ils n'en seraient ni plus ni moins que les rescapés ou encore des sujets spécialement créés et entraînés à l’expansion, de quoi avoir la tête à l’envers à essayer de comprendre réellement ce qu’est « l’unique » et a posteriori ce que sont les « uniques » maintenant qu’un deuxième commence à nous poser questions.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0