CHAPITRE 12 : « Centre hospitalier De Bierne » « Ludovic »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 12 : « Centre hospitalier De Bierne » « Ludovic »

« Bureau de la DBIFC, un quart d’heure plus tard. »

Ludovic referme à peine la porte de son bureau une fois à l’intérieur qu’il est interpellé par son épouse, cette dernière s’étant faite discrète sur la fin de cette réunion pour le moins troublante.

- Tu parles d’un scoop !!
- De quoi tu parles ?
- De ton succès auprès des hommes pardi !!
- Hum !! Oui… ça m’en a tout l’air, mais… tu crois vraiment que cela tient à la présence d’Alexandre ?
- Tu en doutes encore ?
- Je ne sais qu’en penser en fait, pourquoi alors cela ne nous l’a pas fait plus tôt ? Après tout voilà déjà quatre ans qu’il est ici, alors pourquoi maintenant ?
- Qu’est-ce que j’en sais, je dis juste ce que tous ressentent depuis quelques jours !! D’ailleurs pourquoi n’as-tu pas voulu suivre les autres qui se rendaient à l’ancien dispensaire pour le rencontrer ?

Ludovic s’assoit en soupirant, conscient que sa décision en a surpris plus d’un.

- Pffttt !! Je préfère éviter un contact trop proche de lui pour le moment, je me suis assez pris d’allusions pour aujourd’hui sans tenter plus le diable.

Mélanie vient s’asseoir sur ses genoux en lui entourant le cou de son bras.

- Ce n’est pas une découverte pour moi que mon mari plaise autant, il faudrait que je sois aveugle et sourde dans le cas contraire.

Elle l’embrasse longuement avant de reprendre la parole.

- Tu n’as jamais été tenté ?
- Comment ça tenté ? Par quoi ? Les garçons ? Non jamais, pourquoi cette question ? En douterais-tu par hasard ?
- Bien sûr que non, allons !! Juste d’y avoir pensé, ce n’est pas un crime non plus.

Ludovic va pour la rembarrer vertement quand un souvenir le traverse d’une pensée peu sage qu’il a occasionnellement envers une personne qu’il affectionne particulièrement et bien sûr son hésitation à répondre est de suite interprétée par son épouse.

- Là !! Tu vois !!
- Je vois quoi ? OK j’avoue qu’il m’est arrivé quelques fois de trouver un certain charme chez un garçon, mais ma pensée n’a jamais été plus loin.
- Yuan ?

Ludovic ouvre grand les yeux de surprise que sa chérie ait deviné de qui il s’agissait.

- Euh… oui… mais comment…
- Bah !! Ce n’est pas très difficile à imaginer, c’est le premier nom qui vient à la bouche de tous dès qu’on aborde ce genre de sujet. Je ne voyais personne d’autre à part peut-être son fils à la façon dont tu me l’as avoué.
- Je ne t’ai rien avoué, que vas-tu encore chercher là !! J’ai juste dit que je lui trouvais un certain charme, pas que je rêvais de coucher avec !!
- Mais ça pourrait arriver ?
- Mais non enfin !!

Il hésite avant de poursuivre, voulant à la fois clore une bonne fois pour toutes le sujet tout en étant tout à fait honnête avec lui-même.

Encore une fois Mélanie fine mouche et connaissant son chéri par cœur, s’aperçoit de son hésitation.

- Oui ?? Tu allais dire quelque chose ?
- Juste que je ressens quelque chose de particulier avec « Yu », je ne pense toutefois pas que cela remette en question mon hétérosexualité… c’est juste que… Arrhhh !! Je ne trouve pas les mots !!
- On a tous un jardin secret où nos pensées les plus profondes restent tout au fond de nous, je ne pense pas que ce que tu ressens soit contre-nature, juste que tu te refuses à en prendre conscience.
- Arrêtons là tu veux bien, je ne sais pas ce que vous avez tous à vouloir me caser avec un autre gars !! Est-ce que je te demande si tu ne veux pas essayer avec une fille ou encore un couple ? Peut-être que moi oui !!

Le déclic se fait autant dans l’esprit de Mélanie que dans celui de Ludovic, c’est encore elle qui la première dévoile sa pensée et bien entendu l’étonnement qui va avec.

- Antonin !! Mais oui suis-je bête, c’est ça !! Tu aimerais remplacer Antonin qui a arrêté depuis quelques années sa relation avec Patricia et Yuan.

Ludovic rougit brusquement, révèlant ainsi qu’elle a vu juste et ce même si la dite révélation vient juste de se faire également pour lui.

- Je ne te suffis donc plus ?
- Mais non enfin !! C’est cette conversation qui dérape jusqu’à nous mettre tout un tas d’idées confuses en tête, je commence à croire moi aussi qu’Alexandre y est pour beaucoup dans cet état de fait qui sinon ne nous serait très certainement jamais venu en toute conscience. D’ailleurs depuis tout à l’heure on ne parle que de moi… et toi là-dedans ? Tu n’as pas une envie qui ressort ? Un gars ? Une fille ? Les deux ?

Mélanie est en toute vraisemblance surprise par la question rien qu’à voir la tête qu’elle fait, n’ayant pas eu ce genre de pensée, obnubilée qu’elle était sur le cas de son chéri à lui découvrir une envie cachée.

Elle le prend finalement avec le sourire, en se disant que c’était le retour du bâton à toutes ses questions ayant fini par faire avouer à son homme un fantasme bien enfoui en lui.

- S’il y avait plus d’hétéro alors la question se poserait peut-être ! Hi ! Hi ! Seulement voilà…

Elle fait un tour complet sur elle-même les bras écartés en grand.

-… ce n’est pas ce qu’il y a de plus représentatif autour de nous.
- Arrête, tu veux bien !! À t’entendre on croirait que c’est « Gayland » ici !! Si tu ne te bases que sur le groupe formé en France, alors je ne dis pas mais ce n’est qu’un dixième à peine des employés du site, il suffit de te faire de nouveaux amis pour te rendre compte que les Gays ne restent qu’une minorité en dehors de notre cercle d’amis.
- Ça veut dire quoi ?
- Comment ça ?
- Tu veux que je me trouve un amant ??
- Pffttt !! Tout de suite !! Je réponds juste à une fausse idée que tu te fais, après tout je ne vois pas pourquoi tu ne serais pas touchée également par la vague d’hyper-sexualité que nous ressentons tous.

La main de « Ludo » part sous la jupe de Mélanie sans qu’elle fasse le moindre geste pour l’en empêcher, un sourire lui venant alors sous la moiteur révélatrice de sa petite culotte.

- Ahhh !!

Le petit cri de plaisir lui indique qu’il a cette fois ci toute autorité pour poursuivre ses investigations, ce qu’il ne se prive pas de faire tout en se moquant gentiment d’elle.

- Je comprends mieux pourquoi tu insistais tant sur le sujet ! Hi ! Hi ! Dis-moi ce qui te plairait ? Ton fantasme le plus secret ? Un autre garçon ? Une fille ? Seule ou avec moi ? Allez dis-moi ?

Mélanie n’est plus en état de répondre à cette joute verbale, sa main libérant le membre en rut de son petit « Ludo » chéri pour venir s’y asseoir d’un mouvement souple alors qu’il n’a que juste le temps d’écarter la petite culotte pour laisser le passage.

Le tremblement rapide de tout le corps de son épouse surprend Ludovic, il comprend alors combien l’excitation était là depuis tout ce temps qu’elle était sur ses genoux et sans doute avant ça, pour que l’orgasme déjà commence à la prendre alors qu’il vient juste de la pénétrer.

Rien que cette pensée lui remonte des picotements depuis le bas du corps, tremblant à son tour en diapason de son épouse qui entre en transe sous la remontée de l’orgasme puissant qui maintenant la secoue de la tête aux pieds tandis que lui se vide par saccades sous un plaisir aussi bref que fulgurant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

laurentdu51100
"Avis donner par diverses maisons d'éditions consultées pour format papier"

***/***

Les parents de Florian meurent dans un accident d'avion, il est recueilli et découvre peu à peu qu'il est bien plus intelligent que les autres. Il réussit tout ce qu'il entreprend avec ingéniosité.

Le jeune orphelin surdoué qui se découvre également des "dons" extraordinaires au fur et à mesure qu'il prend de l'âge, comme se soigner et soigner les autres.


***/***

Récit sentimental, d'amour gay/bi/hétéro et de fantasy fiction.

***/***

Intérêt du scénario

L’immersion au tout début de récit est simple. On suit l’histoire malheureuse du petit Florian qui perd ses parents. La trame principale est précise et claire.
Le suspens lié au don et au génie de Florian maintient l’envie de lire le récit. Ce dernier ne manque pas de rythme. L’alternance des formes entre les actions, les dialogues et les descriptions font qu’il y a peu de longueurs.
Le récit est original, l’auteur a un univers personnel qu’il a développé correctement, avec un certain style, et la lecture est agréable.

***/***

Intérêt des personnages
Les personnages sont attachants, charismatiques et émouvants. Leur comportement est logique et rationnel face aux pouvoirs de Florian.
On peut suivre une évolution de la psychologie des personnages au fur et à mesure de l’histoire.
686
613
0
575
Défi
Essa Lil


Ligotée, elle se sent étriquée dans le coffre de cette voiture de collection au bord de laquelle, ce matin, un bel homme s’était arrêté à son niveau alors qu’elle se rendait au supermarché.
- Vous souhaitez que je vous accompagne demoiselle ?
Elle qui par nature n’était pas méfiante des hommes, a trouvé l’approche plutôt audacieuse, et il fallait avouer que le regard ténébreux du jeune homme ne l’a pas fait hésiter une seconde.
Elle s’installa côté passager, se tourna vers lui avec un sourire de remerciement, et boucla sa ceinture. Elle délivra son bras droit de la retenue de la ceinture qui comprimait sa poitrine pulpeuse, elle la glissa derrière son épaule, elle ouvrit la vitre entièrement ; ses cheveux volaient au vent
Il avait l’air amusé et fier de la facilité qu’il a eue à l’attirer vers lui, il démarra et fit crisser les pneus du véhicule, et sans attendre il lui dit :
- Tu te souviens de moi Anne-So ?
Elle fut interloquée…et ne comprit pas comment cet inconnu pouvait connaître son nom d’emprunt. Elle ne répondit pas, la peur au ventre, son pouls s’accélerait à mesure que l’orbite de ses yeux s’emplissait de veines saillantes, couleur rouge vif.
Face à son mutisme, il poursuivit :
- Anne-So, 36 ans, un enfant, libraire fantasque, aime la littérature, le cheval et croquer la vie à pleine dents.
Il n’attendait rien d’elle de particulier, et gloussait de plaisir à la voir terrifiée.
Tout son corps se raidissait à chaque parole qu’il débitait, et à chaque seconde qui passait.
Il actionna la fermeture automatique des vitres et des portes. Les yeux rivés sur la route, il passa sa main devant elle, elle s’enfonça dans le fond du siège, complètement tétanisée, il effleura sa poitrine et alla chercher la ceinture derrière son corps glacé pour la remettre convenablement.
- Anne-So, ne cherche pas les ennuis, je ne tiens pas à ce que la police nous arrête pour une ceinture mal bouclée, car maintenant que je t’ai attrapée, tu ne m’échapperas pas. Et à partir de maintenant, tu as intérêt de la boucler.
3
6
2
1
Défi
laficou

ce moment, prenez le comme une pause
comme un mur qui s'interpose
entre vous et votre vie morose

pensez à autre chose
faites une pause
pour que tout se juxtapose

laissez vos paupières closes
que votre monde s'emplisse de roses
et savourez le bonheur à haute dose
5
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0