IRIS - Doudou Leo

6 minutes de lecture

Il était une fois - J'ai encore rêvé d'elle


Sa main s'empare de ma joue et je me frotte doucement contre elle. Je soupire de bonheur au contact chaud de sa paume. Les yeux fermés, je respire son parfum enivrant qui m'enveloppe. Je sens son regard posé sur moi, mon sourire s'étire lorsque son souffle me caresse le nez. J'ouvre les paupières et plonge dans ses émeraudes qui brillent de mille feux.

Il m'a tellement manqué !

Il passe son bras derrière ma nuque pour me coller contre son torse nu. Mes doigts courent sur ses tatouages et remontent lentement vers son visage. Je veux profiter de lui, de chaque moment ensemble. Je passe le dos de ma main sur sa joue et son petit sourire en coin qui me fait fondre apparaît.

Mon cœur est sur le point d'exploser, je ne veux pas que cet instant s'arrête, il est trop précieux...

J'approche délicatement mes lèvres et caresse les siennes, douces comme du velours. Sa respiration change, elle devient plus lente comme s'il se retenait de respirer, comme s'il avait peur de quelque chose. Mais de quoi ?

Mes doutes disparaissent lorsqu'il s'empare de ma bouche avec avidité, une pulsion furieuse qui nous dévore tous les deux.

Un gémissement s'échappe de ma gorge, j'en veux plus, j'ai besoin de lui ! Il répond à ma plainte en me plaquant encore plus contre lui, ses paumes se posent sur mes fesses et j'agrippe ses cheveux. Il va me rendre folle ! Nos langues entament un ballet sensuel qu'elles connaissent désormais à la perfection.

Il grogne contre ma bouche et glisse ses mains sous la dentelle de ma nuisette pour venir caresser la pointe sensible de mes tétons durcis sous l'effet du désir qu'il éveille en moi. Je soupire de plaisir en mordillant sa lèvre inférieure et je plonge mes yeux dans ses prunelles ardentes.

Nos corps affamés réclament plus que des caresses, c'est un besoin vital de le sentir en moi. Je plaque mon cowboy sur le dos et grimpe sur lui en retirant mes vêtements qui volent au bas du lit. Je dépose des baisers sur son torse et trace avec ma langue le contour de ses tatouages. Sa peau délicate et sucrée me donne encore plus faim de lui. Impatient, il me place dos contre le matelas et m'embrasse fougueusement.

Leo quitte ma bouche pour descendre sur ma poitrine, doucement il souffle sur mes tétons, aspire et enroule sa langue autour. Mon dos se cambre et je glisse mes doigts dans sa crinière blonde.

Par les saints, c'est tellement bon !

Nos yeux se trouvent, une lueur coquine traverse ses émeraudes et un sourire ravi vient rejoindre ce tableau merveilleux. Ses lèvres fiévreuses parcourent ma peau brûlante et descendent délicatement vers mon nombril. Nos regards sont connectés, j'adore l'observer et ça m'excite terriblement !

Il se place entre mes jambes et embrasse l'intérieur de ma cuisse en continuant de me fixer. Il va me rendre folle ! Je frémis de la tête aux pieds...

— Iris ! Debout ! hurle une voix.

Marie déboule dans ma chambre comme une folle. J'ouvre les paupières et grogne de mécontentement. Punaise !

Encore un rêve de lui... Je suis totalement chamboulée, mes hormones sont en feu ! J'ai les joues brûlantes et je remonte la couverture sur moi pour cacher mon embarras devant Marie.

Ma meilleure amie écarte les rideaux et je m'enfonce encore plus sous la couette.

— Iris, allez hop il faut que tu sortes de ta chambre ! m'ordonne-t-elle en s'emparant des draps pour les ôter en me retirant la chaleur protectrice de mon lit.

— Marie ! je hurle en plaquant un oreiller sur ma tête. Laisse-moi dormir tranquille !

— Non, non et non ! Tu ne vas pas passer encore toute la journée enfermée ! Quand tu n'es pas sur le terrain, tu passes ton temps roulée en boule avec cette fichue veste que tu colles comme un doudou ! s'exclame-t-elle en montrant le vêtement que je tiens contre moi. Tu vas te lever, te laver et on va sortir !

— Non ! je proteste en me retournant dans l'autre sens.

Je sens qu'elle s'approche du lit en ronchonnant. J'ai vraiment pas envie de sortir, pas envie de voir du monde, juste envie de rester tranquille... Je me prends un coup de pied dans le dos et m'effondre lamentablement sur le parquet.

— Aie ! Tu es malade !? je lui lance en me massant l'arrière-train.

— Aux grands maux, les grands remèdes ! Ça fait un mois, Iris ! Tu ne peux pas continuer comme ça ! Je me fais du souci ma cocotte, ajoute-t-elle en me fixant avec les mains sur les hanches. Ce Leo est venu foutre le bazar et c'est moi qui te ramasse à la petite cuillère maintenant !

Un putain de mois sans nouvelles... Mon cœur se serre et je refoule les larmes qui pointent le bout de leurs nez. J'ai beaucoup pleuré, trop même... Mais Blondie laisse un trou béant dans ma poitrine et je pense qu'il a dû m'oublier... Passer à autre chose et continuer sa vie de son côté. À quoi je m'attendais sans blague ? À ce qu'il revienne ? À ce qu'il me contacte...? Peut-être...

Nan, mais je délire ! Je secoue la tête sous le regard inquiet de Marie et j'essaye de sourire un peu pour qu'elle me laisse tranquille.

— Je vais parfaitement bien ! je lui dis en ramassant mon oreiller et mon doudou Leo.

Oui, j'avoue, je suis retournée récupérer la veste de Blondie que j'avais cachée dans l'armoire. Depuis, je dors tous les soirs avec et Marie lui a donné le surnom de doudou Leo...

J'ai quel âge sans blague ? Cet idiot me manque ! J'en suis à faire des rêves érotiques, je deviens folle !

— Effectivement tu vas très bien ! C'est la grande forme ! se moque mon amie en me pointant du doigt.

J'inspecte ma tenue. Ok, j'ai vraiment un look qui fait peur. Elle est loin la nuisette en dentelle de cette nuit torride...

— Ben quoi, tu aimes pas mon pyjama hyper sexy de licorne ?

Marie lève les yeux au ciel en se dirigeant vers mon armoire et fouille dedans à la recherche d'une tenue.

— Il est dix-huit heures Iris, c'est pas le moment de porter une horreur pareille ! elle me répond en affichant une moue dégoûtée. On va se faire belle comme des succubes et sortir boire un verre !

Oh non pitié ! Pas ça ! Je fais mine de retourner me coucher, mais elle m'attrape par le bras pour me tirer dans la salle de bain.

— Je vais demander à Will de nous accompagner, si je n'arrive pas à te faire sortir de cette chambre peut-être qu'il réussira cet exploit !

Je la fusille du regard, pas de Will pour le moment ! Déjà qu'il a mal digéré ses vacances forcées à Tombouctou, j'ai pas envie de passer la soirée à entendre dire des horreurs sur Lars... Et proférer des menaces de mort sur Blondie.

— Non pas Will !

Elle souffle un grand coup en me collant une robe dans les bras.

— Tu vas lui en vouloir longtemps ?

— Le temps qu'il faudra ! Il voulait tuer Blondie, Marie !

Oh la la me voilà encore en train de défendre cet idiot qui m'a blessé et brisé le coeur...

— Ok, ok pas William ! elle abandonne en me retirant la veste des mains. Mais on sort c'est pas négociable ! Allez hop sous la douche ! Prend soin de toi et ne t'inquiète pas, je vais ranger doudou Leo sous ton oreiller !

Je lève les yeux au ciel et lui tire la langue lorsqu'elle referme la porte derrière elle. Je glisse contre le mur et laisse tomber ma tête en arrière. Putain mais qu'est-ce qui cloche avec moi ? Pourquoi j'ai si mal ? Pourquoi j'arrive pas à l'oublier ? Ses yeux verts, sa bouche, son sourire charmeur et son odeur... Je mords ma lèvre pour retenir mes larmes, il faut que je passe à autre chose.

Marie a raison, ça fait quatre semaines que je souffre, que j'essaye de me concentrer sur mon travail, tête baissée. J'enchaine les contrats, je dors mal et je pense beaucoup trop lorsque je reste seule... C'est décidé, je dois me changer les idées et cette soirée va me faire le plus grand bien, enfin j'espère. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Peggy "Ladaline" Chassenet
ATTENTION, il s'agit du tome 2.

Ce début d’année scolaire a été mouvementé pour nos ados, particulièrement pour Tristan, toujours très affecté par le drame qui a touché sa famille.
Les secrets n’ont pas tous été levés. Tellement de questions restent en suspens.
Ils vont devoir apprendre à vivre les uns avec les autres, mais surtout et avant tout, à accepter le monstre qui est en eux.


___________________________________________
Contenu sensible

Club Valentine : les annotations sont les bienvenues.

Ne vous embêtez pas à corriger les accents circonflexes, je ne suis pas fâchée contre eux, mais j'utilise les rectifications orthographiques de 1990 ^_^
171
191
60
250
StianSamaelle
Lars apprécie la douceur d’une vie tranquille, mais voilà, faire partie des plus puissants magiciens ne donne pas vraiment droit aux congés payés. Dieux mineurs, créatures surnaturelles ou encore petites gens, tous ne cessent de l’importuner pour réclamer ses services.

Le comble du comble ? C’est lorsqu’on vient l’enquiquiner alors qu’il est déjà en mission ! Tiens, comme cette rencontre qui vient chambouler tous ses plans. Et le voilà avec un sale petit chat sur les bras et un demi-dieu psychopathe à traquer. Et tout ça pour quoi ? Un pauvre anneau dont les pouvoirs ne fonctionnent même pas !

Lars aimerait tellement profiter d’une vie tranquille, mais pas aujourd’hui. Il doit d’abord terminer sa mission sans y laisser sa peau. Mais plus facile à dire qu’à faire quand il faut, en prime, ne pas se laisser distraire par un ravissant petit chat aux yeux verts...


CONTENU MATURE avec des scènes de sexe explicites, un langage parfois ordurier et des scenes violentes qui pourraient heurter la sensibilité de certains/nes.


Un nouvel épisode tous les dimanche !

Cover by Alexandra de Cornuaille
110
171
90
167
Peggy "Ladaline" Chassenet
Liang a un don, les objets lui parlent. Par simple contact, il perçoit des images, des odeurs, des sensations. Pour ne pas surcharger sa tête avec les souvenirs des autres, il préfère se tenir à l’écart. Cependant, lors de ses rares excursions dans le monde, il s’accorde un petit plaisir : collecter des objets pour ensuite découvrir leur histoire.
Ses études, son futur travail, sa vie, il a tout prévu, tout organisé pour ne pas déranger. Seul grain de sable dans le rouage, l’administration de la fac. Cette année, il va devoir se rendre sur place pour assister aux cours et côtoyer ses semblables.

Beau, gentil, charmant. Tout le monde s’accorde à le dire, mais qui se cache derrière ce sourire ?
------------------------------------------------------------------------------
Club Valentine : les annotations sont les bienvenus.

Ne vous embêtez pas à corriger les accents circonflexes, je ne suis pas fâchée contre eux, mais j'utilise les rectifications orthographiques de 1990 ^_^
23
37
45
37

Vous aimez lire StianSamaelle ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0