Murphy

5 minutes de lecture

Il s’appelle Christian. Je m’en souviens en émergeant du sommeil (aucun cauchemar, cette fois-ci, seulement une vaste béatitude bienfaitrice). Je prononce ce mot, Christian, à voix haute et il est doux à entendre. C’est un prénom magnifique. Je repense à lui, je m’imagine même avec lui, un rêve agréable, nous sommes heureux, il me presse entre ses bras, il me serre fort et me chuchote à l’oreille à quel point il m’aime, qu’il ferait tout pour moi, même si on lui demandait de mourir et nous partons vers la mer dans une voiture rouge décapotable, nous savourons le vent marin qui gratifie nos visages, l’odeur du sel et au loin, la grande étendue bleue, et quand nous arrivons à la plage, un formidable crépuscule embrase le ciel, il n’y a personne, seulement nous et nous et nous courons vers les vagues, dans le noir, là où personne ne peut nous voir, nous disparaissons du monde, nous ne sommes plus que des fantômes dans un univers parallèle, nous nageons dans l’eau délicieusement tiède et quand nous sortons, nous nous séchons et…

Quand je me décide à me lever, j’attrape mon téléphone et commence à chercher. Je dois le retrouver, je vais le retrouver. Je ne sais rien de lui, je n’ai qu’un prénom et le souvenir diffus et troublé de son visage. C’est peu, mais suffisant. Je commence par chercher tous les Christian dans la liste des abonnés d’Alan Weiss (Alan est un animal social qui doit connaître de près ou de loin la moitié des jeunes de cette ville). Je n’en trouve que trois, un quinqua, un moniteur de ski et un troisième sans photo de profil, que j’ajoute dans le doute. Je répète la même opération avec cette Laura Brossard qui était venue avec Rojas, plus une dizaine de personnes dont je connais les noms et qui étaient présentes à la soirée. Je commence à décourager et épie du côté de Rojas. Finalement, j’ajoute trois autres Christian mais aucun n’est le bon, puisqu’il s’agit de vieux comptes ou de faux comptes.

Je me souviens soudain de ce gars complètement défoncé avec qui Christian était venu. Il s’appelait… Nicolas. Oui c’est ça ! Pauvre cruche, pourquoi n’y as-tu pas pensé avant ! J’envoie un message à Alan pour lui demander le nom de famille de ce Nicolas, mais Alan ne me répond pas et après dix minutes pendant lesquelles je continue mes recherches, je me décide à contacter Rémi Rodrigo, à qui je ne lui parle plus depuis son invitation au parc, mais j’espère qu’il ne m’en tiendra pas rigueur (je ne veux pas demander à Serena car elle voudrait à tout prix me « protéger » et ferait tout pour détruire mes plans). J’essaie de décrire le plus fidèlement possible à Rémi Rodrigo Christian (il ne trouve pas) puis Nicolas. Rémi m’annonce que Nicolas n’a pas de compte Instagram et qu’il hait les réseaux sociaux. Mais, chose intéressante, Nicolas serait pote avec un certain Mohammed Alaoui.

Après cinq autres longues minutes (depuis combien de temps suis-je derrière cet écran, à prier pour retrouver un inconnu qui, de toute manière, ne doit même pas se souvenir de moi ?), je tombe enfin sur Mohammed Alaoui et alors que mes mains se mettent à trembler sous l’excitation et mon cœur à battre plus fort, un autre nom apparaît enfin dans les suggestions : Christian Descartes.

Mon inconnu.

En rassemblant tout mon courage, je m’abonne à lui et lui envoie un message. Je veux attirer son attention. Une fois le message parti, une vague d’angoisse me traverse, si forte que je balance mon téléphone au pied de mon lit. La simple idée qu’il me réponde m’excite et me terrifie à la fois. Je m’en veux presque d’avoir tenté quelque chose d’aussi futile.

Mon téléphone sonne soudain et je me précipite dessus. Malheureusement, ce n’est que Rojas qui me dit « Salut ». Déçue, je lui réponds « Slt » et aussitôt, je reçois sa réponse, que je n’ouvre pas.

La journée avance à une lenteur inimaginable. Je n’ai envie de rien, donc je ne fais rien d’autre qu’attendre, désespérer et finalement déprimer et me mettre à pleurer, de rage et de fatigue. Je sors prendre l’air, mais quand j’aperçois des connaissances au détour d’une rue, je fais demi-tour et retourne me terrer chez moi, dans le confort anémiant de mes couvertures. Je lance une série au hasard, que je visionne en dévorant une plaquette de chocolat. J’ai mal au ventre, je vais aux toilettes, je reviens, j’ai toujours mal au ventre. Je sanglote un peu et je me trouve pitoyable.

Le soir, un message de Christian illumine mon téléphone. Aussitôt, mon rythme cardiaque s’accélère et je fixe mon écran, presque dans un état de transe. J’envisage toutes sortes de réponses possibles, tente de faire des paris sur sa réaction la plus probable et essaie de me persuader qu’il ne va pas me rembarrer. Mes yeux se mettent à pleurer alors, n’y tenant plus, j’attrape mon portable et entame la conversation :

Murphy : Salut !

Christian : Salut.

M : C’était toi à la soirée ?

C : Quelle soirée ?

M : La soirée chez Alan Weiss.

C : Ah. Peut-être bien…

M : Alan t’avais présenté à nous, tu te rappelles ?

C : Non, je ne pense pas. Pourquoi ? Tu as ma veste ?

Quelle veste ? Oh et puis je m’en fiche, Christian me parle, c’est incroyable !

M : Non, désolée. Tu l’as perdue ?

C : On me l’a volée. Une veste Dior à 1600.

M : Oh ! Les gens sont vraiment des connards.

Il ne répond pas, merde merde merde, je dois trouver quelque chose à dire, n’importe quoi…

M : Tu sais qui je suis ?

C : Non. Je ne me souviens de rien. Que s’est-il passé ?

M : Alan nous a présentés et nous avons un peu parlé.

Une petite exagération ne fait de mal à personne. Surtout s’il ne se rappelle de rien.

C : Il y avait des gens avec toi ?

M : Oui. Rojas Lagrange et Laura Brossard, mais tu ne semblais pas les connaître.

C : Tu sais s’ils auraient pu prendre ma veste ?

Encore cette veste…

M : Non, je ne pense pas. Ce n’est pas leur genre.

C : Un bon voleur ne retire jamais son masque.

M : Il y avait plein d’autres gens à la soirée. Ça aurait pu être n’importe qui.

C : Peut-être. Que veux-tu ?

M : Tu semblais seul, à la soirée. J’étais intriguée.

C : Et tu es venue me parler. Tout s’explique.

M : Qu’est-ce qui s’explique ?

C : Nous avons couché ensemble.

M : Quoi ? Non !

C : Pourquoi pas ?

M : Je suis partie vers une heure. Tu te trompes de personne.

C : Ça m’aurait arrangé que ce soit toi. J’ai vu ta photo de profil, tu es assez mignonne.

M : Merci. Mais ce n’était pas moi.

C : Tant pis.

M : Tu étais tout seul pendant la soirée. Pourquoi ne parlais-tu pas à tes amis ?

C : Je n’ai pas d’amis.

M : Tu es venu accompagné, pourtant.

C : Ça ne veut rien dire.

M : Si j’avais su, je serais venue te parler. Tu as l’air gentil.

Il ne répond pas tout de suite à ce dernier message. Sûrement est-il trop poli et ne veut-il pas m’importuner, ou peut-être est-il tout simplement timide et ne sait pas quoi me raconter. C’est mignon… Comme il est tard et qu’il ne montre plus aucun signe de vie, j’essaie de m’endormir mais mon cerveau est trop occupé à imaginer la suite parfaite de cette conversation et ce qu’il se passera, après.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Luciferr ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0