Sept

4 minutes de lecture

Emerson errait sur les avenues incertaines de la Cité. Le monde de l'autre côté était aussi flou qu'un rêve, ce qui rendait caduque toute tentative de s'y orienter. Tout du moins, il lui avait fallu laisser sur le quai son appréhension traditionnelle de l'espace. Le haut et le bas se trouvaient abolis par le paysage renversé, fragmenté – perpétuellement dissout en même temps qu'en constante éruption – de la ville des songes. L'errance elle-même ne revêtait plus le même sens. Le rêve rendait possible un égarement immobile : si le rêveur demeurait statique, pourtant l'univers onirique continuait de se mouvoir autour de lui. Ainsi la jeune femme progressait, au hasard semblait-il.

La froideur acérée du perce-masque persistait à lui dévorer les entrailles. De quoi mettre en pièces une bonne fois pour toutes les papillons qui lui retournaient l'estomac, si seulement la dévotion de la soupirante n'était demeurée inébranlable. Ses sens s'étaient mis en veille, sinon complètement éteints. Le goût et l'odorat s'étaient évaporés de concert dès sa traversée nautique, refoulés sur l'autre rive. Le toucher s'était dérobé en chemin, déstabilisé par le reflux, les assauts incessants d'emprises invisibles. Imperceptibles, à leur manière. Du contact matériel, ne demeurait que son écho abstrait ; un doigté ineffable, à jamais interdit au verbe du monde physique. L’ouïe et la vue subsistaient, en demi-mesure ; elles aussi réduites à une sorte de résonance fragile. Le fruit des perceptions d'Emerson lui paraissait friable, peu fiable. Elle refusait de croire pleinement en l'existence de ce qu'elle pouvait voir ou entendre et qui de toute manière s'évanouirait aussitôt, mué en de nouvelles impressions passagères. La seule sensation qui demeurait intacte se révélait la douleur, sans cesse remémorée par la pointe insistante du sabre dans son ventre ; comme une ultime attache à sa réalité.

— Emerson ?

Cette voix qui l'appelait, elle ne la connaissait que trop bien. Jusqu'alors, elle osait à peine espérer la réentendre un jour et, au moment où elle perçut la vibration familière des cordes vocales de Seth, un frisson l'électrisa. Elle balaya des yeux le paysage fragmenté de la Cité à la recherche d'un visage adoré. Pourtant, lorsque le regard d'Emerson rencontra la créature qui venait de l’interpeller, elle demeura clouée sur place. Non qu'elle fût seulement tétanisée par l'effroi que propageait en elle une pareille vision ; elle luttait en vérité contre la révulsion qui lui commandait de battre en retraite.

— Seth ? C'est bien toi ?

Nulle réponse n'était nécessaire. Au plus profond d'elle-même, Emerson avait la certitude d'être en présence de celle pour qui elle avait entrepris cette quête, ultime mise à l'épreuve. Toutefois, finalement confrontée à ce qu'elle avait toujours obstinément refuser de voir, l'apprentie-rêveuse sentait sa résolution s'affaiblir.

Seth s'avança vers elle, mue par une sorte de grâce repoussante. Magnétisme indescriptible. C'était bien elle qui se traînait en ondulant sur ses sept paires de pattes, dessous sa cuticule rugueuse. Parvenu à hauteur d'Emerson, le monstre kafkaïen se redressa, dévoilant son thorax translucide. Le frétillement de ses pattes remuait l'entièreté de son exosquelette ; la pudeur, Seth semblait l'avoir abandonnée à son ancienne enveloppe. Ses petits yeux composites dévisageaient sa chère et tendre de toutes leurs noires ocelles.

— J'en reviens pas, que t'aies fait tout ce chemin pour me voir ! C'était bien pour me voir, n'est-ce pas ? Alors, regarde-moi au moins en face !

Un haut-le-cœur stagnait dans sa poitrine endolorie, lorsqu'Emerson prit sur elle pour glisser les yeux sur l'âme mise à nue de son amante.

— Tu ne dis rien, Em' ? Tu as donné ta langue au Mage ? Mais qu'est-ce que tu as dans le ventre ? C'est une épée ?

— C'est un laisser-passer. C'était le prix à payer pour te rejoindre.

— Ça alors ! C'était pas des conneries. Tu étais sincère, tu m'aimais à ce point-là. Est-ce que ça te fait mal ?

Seule la voix se Seth était demeurée intacte, songeait Emerson. Tout le reste s'était confondu, métamorphosé en cette ignoble créature. Un cloporte, comment avait-elle pu ne pas s'en douter ? Face à la cruauté d'une telle évidence, l'amoureuse éperdue, entrée par effraction dans le Songe, ne put retenir le fou-rire enragé qui lui brûlait la gorge. C'était un rire terrible, le son de la démence.

— Je t'aime aussi, tu sais, confessa le porcellion. Peut-être que tu pourrais rester, cette fois. Peut-être que ça marchera, si c'est toi qui essayes d'adhérer à mon monde...

— À ton monde ou à toi... J'ai toujours essayé, tu sais. Mais ça non plus, tu ne l'as pas remarqué.

— Je n'ai pas eu le temps.

— Qu'est-ce que tu as d'autre maintenant ?

L'une des antennes de Seth caressa la joue d'Emerson – fermement accrochée aux sentiments qui l'empêchaient de se dérober – et s'insinua furieusement entre les mèches de ses cheveux.

— Embrasse mon âme, et tu verras.

— Embrasser ton...

Les lèvres d'Emerson tremblaient. Sans qu'on eût besoin de le lui dire, elle avait l'intuition que ce baiser – tabou suprême entre leurs deux réalités – scellerait à jamais son sort si elle l'acceptait ; qu'il achèverait de détruire ce que le perce-masque avait brisé en elle.

— Si tu m'aimes vraiment, insista Seth, alors embrasse-moi.

Et Emerson de déglutir, en considérant avec effroi cette bouche incisive sous les antennes fléchies. Il lui fallut se faire violence pour ne pas céder au puissant écœurement que lui provoquait la simple vue de Seth, ainsi révélée. Ses paupières se fermèrent d'elles-mêmes et sa mâchoire se crispa en une pénible grimace tandis qu'elle venait se blottir contre ses anneaux grenus. Alors, les quatorze pattes du monstre s’agrippèrent à son buste dans une étreinte déchirante. Le menton d'Emerson se tendit à grand peine vers le visage d'insecte de celle qui autrefois avait partagé ses nuits et, dans un élan de bravoure, elle inséra sa langue dans l'orifice buccale le plus abject qu'elle eut jamais connu. Mais, comme elle s'efforçait d'offrir à son abominable aimée une énième preuve de sa passion, une nouvelle torture ébranla la jeune femme : les mandibules féroces qui lui broyaient le visage. Aussitôt, rendue à la survie, elle tenta de s'extraire de cet étau mortel.

— Je ne peux pas, Seth. Je n'ai pas la force...

Cependant, insensible à ses sanglots, l'âme-crustacé continua de l'étouffer.

Annotations

Recommandations

Défi
Anaid Retinperac
Le jeu des micronouvelles - Semaine 27 : Dimanche
8
14
0
0
Défi
lina arlli
Acrostiche rimé.
2
1
0
1
Victor Bouvier
Pour nos Guerrières et Soldats inconnu(e)s.
2
0
0
0

Vous aimez lire Opale Encaust ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0