CHAPITRE VIII : Les retrouvailles

6 minutes de lecture

Assis sur une pierre, Koto nettoyait son sabre. Bohord, qui sortait tout juste de son bain, aperçut un bâton aux côtés du jeune homme. Il s’approcha et le prit dans ses mains.

— Reposez-le, s’il vous plaît.

— Pourquoi donc ? Tu n’as pas lâché cette canne depuis que l’on s’est rencontré. Pourtant, tu ne t’en sers pas.

— C’est tout simplement parce que ce n’est pas un bâton de marche. C’est…

Girin et Aurore arrivèrent à ce moment-là. Les deux hommes les observèrent, sans dire un mot.

— On n’a rien trouvé ! s’exclama Aurore. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir cherché.

— On a suivi les traces d’un chevreuil pendant quelques kilomètres mais il nous a finalement échappé, ajouta le nain.

— Ce n’était pas une compétition à la base… ? questionna Bohord. Pourquoi étiez-vous ensembles ?

— Disons que les choses ont un peu changé, rigola maladroitement Girin.

Les deux hommes se regardèrent, sans comprendre ce qui avait pu se passer entre ces deux-là.

— Dans ce cas, si Elàlia trouve quelque chose, alors vous aurez perdu, sourit Koto.

— Si cette gamine trouve un truc c’est ce nain de pacotille qui aura perdu, pas moi ! s’écria Aurore avant de s’en aller.

— Qu’est-ce qu’elle raconte ? demanda le vieillard.

— J’ai fait fuir la bête qu’Aurore était en train de traquer. Pour me faire pardonner j’ai essayé de le retrouver avec elle mais rien n’y fait, on ne l’a pas revu … J’espère qu’Elàlia ne va rien trouver ou je vais passer un sale quart d’heure…

***

Elàlia regardait Nalir, médusée. À ses côtés, il y avait trois autres nains. Deux d’entre eux paraissaient jumeaux, tant ils se ressemblaient. Tout deux très musclés, leurs cheveux étaient longs et noirs, tout comme leurs barbes qui descendaient sur leurs torses. L’un d’eux avait néanmoins une cicatrice au niveau de l’œil, qui semblait être devenu aveugle. Le dernier était presque aussi grand que Nalir. Plutôt frêle, il portait une petite barbe mal entretenue. Ses cheveux étaient coupés court et il semblait en retrait par rapport au groupe. Ils portaient tous des armures naines, légèrement bleutées, caractéristique des Montagnes Bleues. Le nain à la balafre s’approcha d’Elàlia, jusqu’à se tenir juste devant elle :

— Qu’est-ce qu’une elfe fiche ici ? grogna-t-il.

— Eh bien… Je… Je voulais prendre ce sanglier afin de pouvoir manger, répondit-elle en reculant.

— Il y a d’autres personnes avec toi ? demanda-t-il en s’avançant à nouveau.

— Je…

— Arrête, Varnir, ordonna son jumeau. Tu vois bien que tu lui fais peur.

— Je veux savoir ce qu’elle fait ici ! C’est louche ! On traîne par ici depuis près d’un mois et on n’a jamais croisé que des orcs ! Elle doit être de mèche avec eux !

— Tu vois le mal partout, si elle dit qu’elle voulait ce sanglier alors, c’est qu’elle le voulait.

— Et tu ne trouves pas qu’il est trop gros pour elle toute seule, crétin ?

— Qui est-ce que tu traites de crétin, le nain ?

— Ferme-la, t’es aussi petit que moi !

— Attention à ce que tu dis ou je te découpe en deux…

— Essaie donc Balgruf ! Viens !

— Oh ! On se calme ! ordonna le dernier qui n’avait pas encore parlé.

— Ysard ! Ne te mêle pas de ça ! C’est entre mon crétin de jumeau et moi, s’énerva le nain à la cicatrice.

— Répète ça pour voir ?! cria son frère.

— Stop ! On arrête, commanda Nalir. Vous vous donnez en spectacle là ! Vous ne pouvez pas vous comporter en nains civilisés pour une fois ?

— Excuse-nous…

— Ouais, pardon.

— Bon, reprit-il, peux-tu nous en dire un peu plus ? Comme tu le vois, nous sommes un peu à cran ces temps-ci… On ne voit que des orcs dans ces montagnes d’ordinaire, et rarement des humains alors des elfes… Pourquoi n’es-tu pas dans la forêt du Libranor ?

— Je voyage avec des amis. Nous venons de Yè et nous sommes venus ici. Nous ne faisons que passer, nous allons voir un ami.

— Nalir, coupa Ysard, s’ils sont nombreux, peut-être qu’ils pourraient nous aider avec notre… Problème ? Nous tournons en rond depuis plusieurs jours, un regard neuf nous fera du bien.

Le nain se mit à réfléchir quelques secondes en grattant sa barbe, puis il reprit la parole :

— Pourriez-vous nous conduire à vos compagnons ? Nous aimerions vous proposer un marché.

— Eh bien… Je ne sais pas trop… hésita l’elfe.

— On portera le sanglier. Comment comptiez-vous le porter jusqu’à eux ?

— Je n’y avais pas vraiment réfléchi je dois dire…

— Alors, acceptez, je vous prie. Si vous refusez, nous repartirons. Mais si vous nous aidez alors on vous en sera à jamais reconnaissant. Et puis, qui sait, peut-être pourrions-nous vous être utile à notre tour ?

Après quelques secondes d’hésitation, Elàlia fit un oui de la tête. Les nains prirent leurs sacs et Balgruf mit le sanglier sur ses épaules avec l’aide de son jumeau. Ils se mirent en marche vers le campement.

***

Le groupe attendait le retour de la petite elfe. Aurore s’était éloignée afin de se laver. Koto et Girin discutaient et Bohord se promenait autour du camp. S’étant un peu trop éloigné, il décida de couper à travers les bois pour revenir plus vite. Il tomba alors sur Aurore, qui sortait à l’instant, totalement nue, de l’eau. Ce dernier remarqua une petite cicatrice sur sa jambe droite, à moitié recouverte par un tatouage de dragon qui remontait jusqu’aux côtes. Le vieil homme s’asseya afin de réfléchir, se gratta la barbe et ferma les yeux un instant. Lorsqu’il les rouvrit, il vit Aurore devant lui, rhabillée et rouge de colère :

— Qu’est-ce que vous faites ici, vieux pervers ! Depuis combien de temps vous me mater ?!

— Quoi ? Mais… Attends ! bredouilla Bohord.

— Dégagez de là ! hurla la jeune femme en lui mettant une gifle.

Alors que le vieillard titubait pour retourner au camp, la joue en feu, il vit Koto et Girin, qui avaient visiblement tout entendu, et le regardait en ricanant.

— Un mot, et je vous tue, menaça-t-il.

— Oui, monsieur, répondit Girin avant de se mettre à rigoler.

— Je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais je ne pense pas que ce soit encore de votre âge, ajouta Koto en se tordant de rire à son tour.

— Je vous aurai prévenu… s’écria le vieil homme en levant le poing.

La troupe arriva à ce moment-là. Elàlia en tête :

— C’est moi ! Je suis de retour ! Désolée pour le retard, je suppose que j’ai perdu…

— Ah ! Te revoilà toi ! Mais… Qui sont ces gens ?! s’exclama Koto.

— Je… Je n’arrive pas à y croire. C’est toi, Nalir ?

— Girin ? Ahah ! Ça fait si longtemps ! Viens par-là cousin ! s’écria-t-il en le prenant dans ses bras.

— Cousin ? cria la petite elfe surprise.

— Eh oui ! C’est fou ! Comment vous vous êtes rencontré ? Que faites-vous là ? demanda le nain.

— C’est une longue histoire… Mais il y a aussi Balgruf, Varnir et Ysard avec nous ! assura son cousin.

— Ahah tout le monde est là ! Il ne manque plus qu’Elnir !

Les nains déposèrent leurs sacs ainsi que le sanglier, devant le groupe qui écarquilla les yeux.

— C’est… C’est Elàlia qui l’a tué ? demanda Bohord.

— Plus ou moins. Elle l’a poursuivi pendant un bon moment avant que le sanglier ne tombe sur nous. On l’a donc aidé à l’achever, dit Ysard.

— Donc ça ne compte pas ! s’écria Girin. Ahah, tu entends ça Aurore ?

— La ferme.

— Quelque chose ne va pas ? lui demanda l’elfe.

— Il ne vaut peut-être mieux pas en parler pour l’instant, coupa le vieillard. Aller, préparons ce sanglier, ajouta-t-il en se tournant vers le groupe de nain, si vous connaissez Girin alors vous êtes nos invités.

Tous se mirent en rond autour du feu. Aurore prépara le sanglier avec l’aide d’Elàlia qui n’osa pas lui dire un mot. À côté, les nains discutaient :

— Alors, Nalir ! Tu ne m’as pas répondu ! Que fait Elnir ? demanda le nain.

— Eh bien… Il… bafouilla-t-il.

— Il est mort, répondit Balgruf les larmes aux yeux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Florian Guerin


Si on lui avait révélé les peines qu’il allait endurer, jamais Owen n’aurait ouvert l’œil. Il faisait frais, en cette fin d’hiver. Le ciel s’était couvert et la pluie nettoyait le sang de la bataille. La guerre avait été perdue par le royaume de Koordie et les envahisseurs devaient déjà arpenter l’intérieur des terres.
Owen avait survécu. Il ne savait pas vraiment comment, mais ses poumons continuaient d’inspirer et d’expirer. En revanche, le reste de son corps hurlait à l’agonie, le suppliant d’en terminer avec ces supplices.
Le chevalier errant remua ses bras et comprit d’où provenait la douleur éminente : son dos. Ces barbares sans honneur l’avaient frappé par derrière, le lacérant de l’omoplate au bassin. Si le coup était venu de l’avant, Owen aurait assisté à l’escapade de ses viscères. Devait-il pour autant se réjouir de la situation ?
Très bien, il allait souffrir. Mais quand bien même, il ne pouvait rester là, avachi dans le sable herbeux et lambiner jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il dressa la nuque, mais des doigts crochus lui arrachèrent une partie du visage. Sans honte, il hurla à faire rougir un porc effrayé.
Les doigts n’étaient en réalité qu’une touffe d’herbe. Une croute épaisse s’était formée par-dessus sa balafre au front et s’était empêtrée dans la végétation éparse. Owen tâta sa blessure. Elle partait de sa tempe droite pour s’achever sur le haut de sa lèvre supérieure. Son œil ? Le chevalier s’alarma en s’apercevant qu’il ne pouvait plus l’ouvrir.
L’effroi prenant le pas sur la peine physique, Owen parvint à se mouvoir et à attraper la dague qui patientait dans sa botte. L’arme renvoya un pâle reflet ; ou peut-être était-ce véritablement le teint de son faciès ? La lésion n’était pas belle à voir. Owen crut un moment observer une grosse limace rouge et caillée.
Il fallait se rendre à l’évidence, son œil était perdu. Que la mort emporte ces chiens de Worgros. Ne se contentant pas de décimer leurs adversaires sur la plage, ces salauds les avaient poursuivis jusqu’au plateau en surplomb. S’ils avaient atteint cette région, alors ils avaient certainement traversé le village d’Owen. Sa femme Marie et sa fille Espérance y logeaient, bien évidemment.
Owen devait les rejoindre.
Il enjamba les corps qui jonchaient la vaste prairie ; des soldats, pour la plupart, et quelques magiciens éparpillés. Une hécatombe comme le royaume n’en avait jamais connue. Owen aurait pu les pleurer, mais il ne connaissait pas un seul d’entre eux. Chevalier errant, il n’était pas du genre à s’attacher ou à créer des liens amicaux. A part avec Marie…
Il devait se mettre en route mais, avant toute chose, se débarbouiller et apprécier la gravité de l’ensemble de ses blessures. Avec précaution, il descendit dans un vallon peu profond. En s’humectant le visage avec l’eau de la rivière, il réalisa à quel point la soif le tiraillait. Après avoir absorbé d’innombrables gorgées, il se nettoya succinctement le corps.
Le froid ne l’effrayait pas et le réconfort apporté par la douceur de l’eau surpassait toute réserve de la part d’Owen. L’entaille dans son dos l’avait terrassé sur le coup, mais elle avait présentement cessé de suinter. Elle ne devait pas être profonde. Owen ne pouvait en revanche pas en dire autant de la longue estafilade qui scindait son visage.
Doucement, il humidifia la croute de sang séché afin de la ramollir, puis la décrocha avec délicatesse. Le sang ne se fit pas attendre, et un pus épais et blanchâtre se joignit au premier écoulement. Ce dernier suppurait principalement de son orbite, le reste de la blessure étant moins grave. Il fallait suturer, et vite.
Sur le plateau, il avait repéré des reliquats flottants de magie. Owen n’était pas magicien, mais il savait que ces flammèches électriques feraient l’affaire. La remontée du vallon fut plus aisée que la descente. Soit la douleur s’était adoucie, soit ses muscles commençaient à s’accoutumer à leur peine.
Owen retourna dans le champ de cadavres, puisque c’était en ce lieu que les résidus magiques voletaient. Les magiciens du royaume avaient le pouvoir d’ouvrir des portails sur un autre monde, depuis lequel ils mandaient des forces éthérées. Chacune d'elle portait le nom de magie, sort ou sortilège. En fait, le nom importait peu.
De toute façon, la magie s’était comme évaporée durant la bataille. Pourquoi ? Owen n’en avait pas la moindre idée. Ce dont il était sûr, en revanche, c’était que ce phénomène leur avait couté la victoire.
Owen s’approcha de l’un des portails encore ouverts pour quelque raison inconnue et inséra son couteau dedans. La magie chauffa sa lame jusqu’à la rougir. Le chevalier admira, non sans anxiété, la dague ardente. Le temps lui était compté, il ne pouvait se permettre de jouer avec les minutes.
Pour Marie. Pour Espérance.
Le métal brûlant se posa sur la chair endolorie.
423
319
470
189
sujet17
Fallorn Saga est une suite de roman qui ont tous un point commun : ils se passent dans le monde imaginaire de... Fallorn ! ( eh oui, fallait le trouver !^^) Le principe est simple, plusieurs histoires se déroulent en parallèle les unes des autres. Bien que certaines soient plus étalés sur le temps que d'autres, elles finissent toujours par se rejoindre à un moment donné. Certaines se croiseront plusieurs fois, d'autres non...


Le sabre est le cerisier parle de l'île de Miranishi, au Sud-Est de Fallorn, et raconte la guerre civile qui s'y déroule. En parallèle, découvrez l'histoire de Yuki, une adolescente de quinze ans qui cherche à venger son frère qui s'est fait assassiner il y a cinq ans.

Les chapitres seront découpés pour que chaque partie ne dépasse pas les 5-6 minutes, et je publierais toutes les parties d'un chapitre en même temps afin d'éviter une attente inutile.

N'hésitez pas à me faire des retours, c'est toujours appréciable ^^

Bonne lecture :)
9
23
136
38
Lucie Abatroi
Un texte très personnel sur un sujet peu connu et sûrement encore tabou chez les femmes (même si cela peut également arriver à des hommes), non, je ne parlerais pas de violence, un sujet beaucoup plus personnel, plus intime, mais qui est tout aussi important.
17
15
14
13

Vous aimez lire sujet17 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0