CHAPITRE II : face-à-face ( 2/2 )

6 minutes de lecture

Girin pointa du doigt un groupe d’orc :


— Attention ! chuchota-t-il. Regarde là-bas.

— Des orcs… Comment va-t-on passer ? demanda Elàlia.

— Pour l’instant, descendons, répondit le nain, nous verrons une fois en bas, mais j’ai l’impression qu’ils cherchent quelque chose.

— Je vous suis, dit Elàlia tout en suivant les pas de Girin.


Les orcs, ces créatures aussi grandes qu’un homme, avec une peau grisâtre qui tend sur le vert pour certains. Leur protection se composait de morceaux d'armures récupérées sur les cadavres de leurs victimes. Ils possédaient donc parfois différentes parties d’armures provenant de plusieurs contrées, en fonction d’où ils avaient été. Leurs traits se ressemblaient énormément : un visage, souvent balafré, laissait apparaître de grands yeux ronds et des dents pourries. Ils parlaient d'une voix rauque et grave. Tous les orcs n’étaient pas des idiots : les plus intelligents se plaçaient en tête des armées et la hiérarchie chez les orcs paraissait simple. Un simple soldat pouvait devenir capitaine à condition de battre son propre capitaine lors d’un duel à mort. La orcs ne conaissaient pas le savoir-faire des autres races : les forgerons ne fabriquaient pas d’armures solides et ne faisaient que les réparer la plupart du temps, leurs armes n’étaient souvent pas de bonnes qualités et se brisaient souvent lors des combats et en tant que créatures magiques, ils ne pratiquaient pas la magie. Seul leur nombre les rendait vraiment dangereux. Néanmoins, il arrivait qu’un chef de guerre puisse faire la différence au cours d’un combat, grâce à une stratégie bien coordonnée. Les orcs avaient envahi le continent après la Grande Guerre, il y a deux milles sept cent vingt-cinq ans, sous les ordres d’Asgoroth, leur créateur, afin de semer la terreur chez les populations, et garder son emprise sur le monde.


Les deux compagnons descendaient pour se retrouver au milieu des marécages. Alors qu’ils avançaient lentement, les orcs tout autour d’eux, criaient. Girin pris sa hache afin de se battre mais Elàlia le stoppa :


— Non, arrêtez ! souffla l'elfe en posant sa main sur la hache du nain.

— Pourquoi ? On ne pourra jamais passer en douce, lui chuchota Girin.

— Je ne suis pas une grande guerrière. Je sais me débrouiller mais jamais je ne pourrais me battre contre autant d’ennemis. Et puis, on a plutôt intérêt à se faire discret tant qu’on n’a pas ce que l’on est venu chercher.

— Bon… Je veux bien passer en cachette mais si un seul nous repère, je le coupe en deux, dit le nain.

— D’accord.


Inversant leurs rôles, Elàlia guidait à présent Girin. Ils avançaient doucement jusqu’à l’entrée, évitant soigneusement les orcs qui criaient les uns sur les autres. Alors qu’ils arrivaient près du hall, deux grands orcs en sortaient, les empêchant de passer par là. Girin montra à Elàlia une ouverture sur le côté du temple et ils passèrent par une petite fissure. Ils parvinrent dans une immense salle où tout était dévasté. Des tables renversées, des objets brisés sur le sol, du sang séché un peu partout et des squelettes qui gisaient là depuis longtemps laissaient paraître un spectacle des plus déplaisant. Il ne restait rien de ce qu’était ce temple autrefois.


Il y avait beaucoup moins d’orcs à l’intérieur ce qui facilita la traversé du hall. Ils avancèrent vers une seconde salle, séparé de la première par d'immenses portes, dont l'une était tombait, presque tout aussi grande que l’entrée. Sur celle qui restait, de grandes gravures très soignées, très précises représentaient Farmín, le père des dieux. Sa main était en direction de l’autre porte qui était malheureusement brisée et bien trop endommagée pour voir ce qu’il y avait de gravé dessus. Une fois à la seconde salle, un orc déboula soudainement et il vit Girin qui n’eut le temps de prendre son arme. Elàlia se jeta sur la créature avec une rapidité étonnante et elle lui trancha la gorge tout en posant sa main sur sa nouche afin d'étouffer un petit râle. Girin la regarda, sans dire un mot, comme paralysé par ce qu'il venait de voir en l'espace d'un instant. Le nain pris conscience à ce moment-là, que la gentille petite elfe à qui il parlait tout à l’heure pouvait aussi se montrer froide et sans pitié avec ses ennemis. Lorsque Elàlia lâcha l'orc, Girin lui rendit grâce :


— Merci. dit-il encore sous le coup de l’adrénaline.

— Je vous en prie, monsieur Girin. Mais faites plus attention, s’il vous plaît !

— Euh… Oui, oui, bien sûr. Répondit-il complètement abasourdi que ce soit elle qui lui fasse une telle remarque.


Girin récupéra le corps et le cacha dans un tonneau vide. La deuxième salle ressemblait à la première : des objets brisés sur le sol et beaucoup de sang sur le sol. Les cadavres étaient quant à eux crucifiés sur les quatre murs de la pièce. La plupart étaient tombés au sol mais on pouvait deviner les souffrances de ceux qui avaient reçu ce cruel destin.


Ils arrivèrent sur une troisième pièce complètement vide à l’exception d’une immense statue, représentant Nanna, la mère des dieux. Elle possédait dans sa main gauche une gerbe de blé et dans sa main droite jaillissait une boule de feu. Habillée d'une longue robe ouverte dans son dos et le visage était caché par un casque de guerrier, elle semblait puissante et invincible. Voyant une échelle qui passait derrière la statue, Elàlia la montra à Girin afin qu’ils grimpent tous les deux. Une fois en haut, ils passèrent par une petite ouverture leur permettant de finir dans une dernière salle pleine d’orcs qui semblaient encore chercher quelque chose. L’un d’eux cria soudainement :


— Retrouvez-la ! Il nous la faut vivante alors ne lui faites pas de mal ! Je sais qu’elle est ici !


Elàlia se tourna vers Girin :


— Il… Il parle de moi ?!

— Non… Je ne pense pas. Tu as tué le seul qui nous as vu.


Les orcs criait à la femme de sortir de sa cachette, sous peine de brûler tout le temple. Soudain, l’un des orcs sorti une femme d’un petit trou. De taille moyenne, ses yeux étaient ronds et de couleur marron. Elle portait une robe rouge ouverte au niveau de la jambe gauche qui laissait entrevoir un petit tatouage. Ses cheveux, en chignon, étaient violet clair, formant un dégradé, qui allait du haut pour le plus foncé, jusqu’en bas pour le plus clair. Elle portait un petit pendentif en forme de cœur et elle exhibait de grandes boucles d’oreilles ainsi que deux bagues sur la main droite. Sa tenue, plutôt citadine, n’allait absolument pas avec cet endroit, tout sauf accueillant. L’un des orcs sorti son épée et la pointa sur la jeune femme.


— Où l’as-tu caché ?! Cria l’orc.

— Je ne sais pas de quoi tu parles, je suis venue ici pour prier, répondit la jeune femme, d'un ton détaché.

— Je vais te tuer !

— Non ! Rugis une voix au fond de la salle.


Les orcs se retournèrent et un troll avança vers eux. Sur lui, se trouvait un orc qui paraissait bien sûr de lui. Ses mains étaient coupées et une chaîne reliait ses moignons au troll. Il regarda la jeune femme et dit :


— Il serait dans ton intérêt de nous répondre, jeune fille. On sait ce que tu caches. On en a besoin pour le seigneur Asgoroth. Donnes la nous, et on te laissera filer. Après tout… Tu n’es rien.

— Non. Répondit la femme sûre d’elle.

— Gargaz ! Tu es trop gentil ! On doit la tuer, pour l’exemple ! On trouvera ce que l’on cherche sur son cadavre. Cria un orc à son chef.

— Silence ! Le maître ne veut pas la tuer, pour l'instant...


Gargaz n’eut pas le temps de finir sa phrase que la femme sortit alors une dague et tua les deux orcs à côtés d’elle. Elle jeta ensuite une fiole sur le troll qui éternua puis se baissa lorsqu'elle se brisa à son contact. La jeune femme profita de ce moment d'innatention pour sortir un éventail avec des pointes aux extrémités. D'un mouvement rapide et précis, elle se jeta sur l'orc et lui trancha la gorge. Tous les autres crièrent alors, mais Elàlia sorti de sa cachette et en tua un. Girin envoya une petite hache sur un orc qui allait se jeter sur la jeune femme. Ils se rejoignirent et les orcs les encerclèrent.


— Vous êtes qui ? demanda la jeune femme.

— Des amis. Répondit Elàlia.

— On n’aime pas les orcs non plus, ajouta Girin, on vient t’aider.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Florian Guerin


Si on lui avait révélé les peines qu’il allait endurer, jamais Owen n’aurait ouvert l’œil. Il faisait frais, en cette fin d’hiver. Le ciel s’était couvert et la pluie nettoyait le sang de la bataille. La guerre avait été perdue par le royaume de Koordie et les envahisseurs devaient déjà arpenter l’intérieur des terres.
Owen avait survécu. Il ne savait pas vraiment comment, mais ses poumons continuaient d’inspirer et d’expirer. En revanche, le reste de son corps hurlait à l’agonie, le suppliant d’en terminer avec ces supplices.
Le chevalier errant remua ses bras et comprit d’où provenait la douleur éminente : son dos. Ces barbares sans honneur l’avaient frappé par derrière, le lacérant de l’omoplate au bassin. Si le coup était venu de l’avant, Owen aurait assisté à l’escapade de ses viscères. Devait-il pour autant se réjouir de la situation ?
Très bien, il allait souffrir. Mais quand bien même, il ne pouvait rester là, avachi dans le sable herbeux et lambiner jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il dressa la nuque, mais des doigts crochus lui arrachèrent une partie du visage. Sans honte, il hurla à faire rougir un porc effrayé.
Les doigts n’étaient en réalité qu’une touffe d’herbe. Une croute épaisse s’était formée par-dessus sa balafre au front et s’était empêtrée dans la végétation éparse. Owen tâta sa blessure. Elle partait de sa tempe droite pour s’achever sur le haut de sa lèvre supérieure. Son œil ? Le chevalier s’alarma en s’apercevant qu’il ne pouvait plus l’ouvrir.
L’effroi prenant le pas sur la peine physique, Owen parvint à se mouvoir et à attraper la dague qui patientait dans sa botte. L’arme renvoya un pâle reflet ; ou peut-être était-ce véritablement le teint de son faciès ? La lésion n’était pas belle à voir. Owen crut un moment observer une grosse limace rouge et caillée.
Il fallait se rendre à l’évidence, son œil était perdu. Que la mort emporte ces chiens de Worgros. Ne se contentant pas de décimer leurs adversaires sur la plage, ces salauds les avaient poursuivis jusqu’au plateau en surplomb. S’ils avaient atteint cette région, alors ils avaient certainement traversé le village d’Owen. Sa femme Marie et sa fille Espérance y logeaient, bien évidemment.
Owen devait les rejoindre.
Il enjamba les corps qui jonchaient la vaste prairie ; des soldats, pour la plupart, et quelques magiciens éparpillés. Une hécatombe comme le royaume n’en avait jamais connue. Owen aurait pu les pleurer, mais il ne connaissait pas un seul d’entre eux. Chevalier errant, il n’était pas du genre à s’attacher ou à créer des liens amicaux. A part avec Marie…
Il devait se mettre en route mais, avant toute chose, se débarbouiller et apprécier la gravité de l’ensemble de ses blessures. Avec précaution, il descendit dans un vallon peu profond. En s’humectant le visage avec l’eau de la rivière, il réalisa à quel point la soif le tiraillait. Après avoir absorbé d’innombrables gorgées, il se nettoya succinctement le corps.
Le froid ne l’effrayait pas et le réconfort apporté par la douceur de l’eau surpassait toute réserve de la part d’Owen. L’entaille dans son dos l’avait terrassé sur le coup, mais elle avait présentement cessé de suinter. Elle ne devait pas être profonde. Owen ne pouvait en revanche pas en dire autant de la longue estafilade qui scindait son visage.
Doucement, il humidifia la croute de sang séché afin de la ramollir, puis la décrocha avec délicatesse. Le sang ne se fit pas attendre, et un pus épais et blanchâtre se joignit au premier écoulement. Ce dernier suppurait principalement de son orbite, le reste de la blessure étant moins grave. Il fallait suturer, et vite.
Sur le plateau, il avait repéré des reliquats flottants de magie. Owen n’était pas magicien, mais il savait que ces flammèches électriques feraient l’affaire. La remontée du vallon fut plus aisée que la descente. Soit la douleur s’était adoucie, soit ses muscles commençaient à s’accoutumer à leur peine.
Owen retourna dans le champ de cadavres, puisque c’était en ce lieu que les résidus magiques voletaient. Les magiciens du royaume avaient le pouvoir d’ouvrir des portails sur un autre monde, depuis lequel ils mandaient des forces éthérées. Chacune d'elle portait le nom de magie, sort ou sortilège. En fait, le nom importait peu.
De toute façon, la magie s’était comme évaporée durant la bataille. Pourquoi ? Owen n’en avait pas la moindre idée. Ce dont il était sûr, en revanche, c’était que ce phénomène leur avait couté la victoire.
Owen s’approcha de l’un des portails encore ouverts pour quelque raison inconnue et inséra son couteau dedans. La magie chauffa sa lame jusqu’à la rougir. Le chevalier admira, non sans anxiété, la dague ardente. Le temps lui était compté, il ne pouvait se permettre de jouer avec les minutes.
Pour Marie. Pour Espérance.
Le métal brûlant se posa sur la chair endolorie.
423
319
470
189
sujet17
Fallorn Saga est une suite de roman qui ont tous un point commun : ils se passent dans le monde imaginaire de... Fallorn ! ( eh oui, fallait le trouver !^^) Le principe est simple, plusieurs histoires se déroulent en parallèle les unes des autres. Bien que certaines soient plus étalés sur le temps que d'autres, elles finissent toujours par se rejoindre à un moment donné. Certaines se croiseront plusieurs fois, d'autres non...


Le sabre est le cerisier parle de l'île de Miranishi, au Sud-Est de Fallorn, et raconte la guerre civile qui s'y déroule. En parallèle, découvrez l'histoire de Yuki, une adolescente de quinze ans qui cherche à venger son frère qui s'est fait assassiner il y a cinq ans.

Les chapitres seront découpés pour que chaque partie ne dépasse pas les 5-6 minutes, et je publierais toutes les parties d'un chapitre en même temps afin d'éviter une attente inutile.

N'hésitez pas à me faire des retours, c'est toujours appréciable ^^

Bonne lecture :)
9
23
136
38
Lucie Abatroi
Un texte très personnel sur un sujet peu connu et sûrement encore tabou chez les femmes (même si cela peut également arriver à des hommes), non, je ne parlerais pas de violence, un sujet beaucoup plus personnel, plus intime, mais qui est tout aussi important.
17
15
14
13

Vous aimez lire sujet17 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0