LE PERCEPTEUR ou la descente aux enfers... (9)

3 minutes de lecture

Où l’on pourrait croire qu’à chaque pas vers le bas, on touche le fond.

Il ne comprit pas le changement. Virginie ne parlait pas, comme d’habitude, mais elle faisait semblant de ne pas le voir, pourtant ça, c’était nouveau. Paulette avait perdu ses belles couleurs de fille des champs, halée par le vent de la mer qui vous sale la peau et la creuse sans espoir de rajeunissement. Elle non plus ne parlait plus que pour le service. Elle avait l’air continuellement gêné. Il crut pendant quelques jours qu’elle couvait une maladie. « Ça va pas Paulette ? » « Si Monsieur Lamotte. » Il ne put rien tirer d’autre. Le soleil qui remontait dans le ciel n’apportait pas, non plus la gaieté dans le bureau. Alors que chaque année, à la même époque l’atmosphère se détendait, les filles riaient pour un rien, cette fois on se serait cru en novembre. Les clients entraient et sortaient comme des zombies, les réclamations étaient traitées sans bruit, sans éclats de voix. Les êtres humains qui formaient l’entourage vivant de Guy Lamotte, chantaient, tel un chœur antique, une musique sourde et sinistre. Notre héros ne perçut pas non plus le changement chez son épouse, de plus en plus muette. Thérèse l’évitait avec une insistance qu’il fut bien obligé de remarquer, mais qu’il mit sur le compte de son intrusion dans la chambre la fameuse fin d’après midi où il les avait vus, elle et Maryse enlacées sur le lit. Cette scène lui revenait en boucle quand il était seul dans son bureau. Il finissait toujours par prétexter une course, et se précipitait chez Loulou.

Un jour, il avait craqué. « Maryse, il faut qu’on parle de Thérèse. » « Pour en dire quoi ? Qu’on se l’envoi tous les deux ? » Que dire de plus, Thérèse il l’avait tripoté, sans plus. Soutenir le contraire ne servirait à rien. Que Maryse soit une gouine, il n’arrivait pas à le croire. Comment ça lui avait pris. Jamais il ne s’en serait douté, s’il ne l’avait pas vue, de ses yeux vus. Ce n’était peut être qu’un moment d’égarement. Thérèse était quand même une fieffée salope.

Il était sûr, au fond de lui qu’elle avait entraîné Maryse qui s’était laissé faire, en toute innocence. Maryse n’était pas une femme d’intérieur, elle préférait les bavardages aux joies de la cuisine et du ménage. Mais justement il y avait Thérèse. Alors, où était le problème ? Passer l’éponge, c’est ça, on fait un trait dessus et on n’y pense plus. « On n’y pense plus ? Tu t’envoies Paulette, peut être Virginie, Thérèse, ça j’en suis sûre, elle me l’a dit. Tu te saoule chez Loulou, c’est trop. T’as dépassé la dose, il faut que ça éclate. Guy Lamotte, c’est fini. F.I.N.I. » Quand elle l’appelait Guy Lamotte, c’est que ça bardait. La dernière fois c’est quand il l’avait mise enceinte de la cadette. Elle ne voulait qu’un seul enfant. Juste pour ne pas avoir de reproche de la part de la famille. Pas deux. Ça avait été neuf mois d’enfer.

Il s’était sentit comme en apesanteur. L’appartement s’était fondu dans un brouillard étouffant.

Mais rien n’était fini entre Maryse et lui. La vie avait continué, juste avec moins de sexe. Il ne s’était pas demandé pourquoi. A ce jour il ignorait que l’enfer allait refaire son apparition. Mais l’enfer, le vrai, n’était pas ce qu’il croyait. Ce n’était pas une souffrance, c’était la négation de la vie. Pas son absence. Il allait devenir un "non être" au milieu des autres, des vivants. Mais il ne pouvait pas le deviner. On n’imagine pas l’inconnu. Tout intelligent que l’on soit. Sa conscience masquait le changement d’atmosphère. Il ne voyait rien parce qu’il refusait l’évidence. Puisqu’il ne comprenait pas ce qu’il se passait, c’est qu’il ne se passait RIEN.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

rêveuse de vie
Ce sont mes rêves brisés. J'avais besoin d'écrire mon ressentit. Ce n'est pas grand chose, mais parfois cela fait du bien d'écrire ce qui est dans notre cœur. J'espère que cela vous plaira.
3
9
84
6
Défi
Lisa Giraud Taylor

A chaque fois qu’on évoquait son nom, la plupart d’entre nous baissait les yeux.

Non pas qu’il nous faisait peur, ou nous impressionnait, mais il n’était pas le genre de personnes à qui on s’adresse sans invitation.

Il était souvent seul, assis, de l’autre côté des berges, le matin de très bonne heure, si bien que peu d’entre nous l’avaient déjà croisé de près.

Je me souviens que mon père racontait qu’à ses huit ans, il avait traversé la rivière, enveloppé dans son habituelle cape blanche, et qu’il lui avait remis un sifflet creusé dans un bout de noisetier.

A mes huit ans, il m’a remis un autre sifflet, en bouleau cette fois.

Il vivait là, dans la forêt du Domaine, depuis des milliers d’années, semble-t-il ; Il ne parlait à personne mais tout le monde l’observait.
Il n’avait jamais changé d’apparence depuis près de cent ans.

Son grand gabarit portait beau. Sa longue soutane bleu nuit était rehaussée de ladite cape. Bien souvent, il ne portait pas de chaussures mais des chaussons à peau veloutée.

Son visage était harmonieux, ovale avec de grands yeux vert émeraude. Sa bouche était fine mais bien dessinée et on notait une fossette qui creusait sa joue gauche quand il parlait ; rarement.

Il n’était ni mince, ni gros, il n’était pas. Il était souple, élancé et musclé - d’après les femmes qui l’avaient croisé, un jour, au bord du ruisseau au fond du domaine.

Il portait une longue cicatrice le long de sa jambe gauche, avait noté ma mère.

Ses cheveux étaient châtains, courts, avec quelques boucles folles qui lui donnaient des airs d’angelots.

Pourtant, il était craint par les seigneurs des autres domaines. Il avait été un « grand », comme disait le seigneur de la forêt des Bois. Il avait été terrifiant sur les champs de batailles, avait coupé des têtes, des mains et éviscéré femmes, hommes et enfants, sans une once de répulsion.
Il était connu, également, pour sa propension à affronter les tournois, les joutes et autres jeux guerriers, une épée à la main, les pieds au sol, nus, sans baisser le menton.

Il était un ange auprès des enfants de notre domaine, un protecteur auprès des femmes et des hommes de notre village, mais, aussi, un exterminateur froid et patient.

On disait que lorsqu’il avait une proie dans son viseur, il n’y avait plus aucune issue, aucun échappatoire.

Il était, en outre, l’un de magiciens les plus connus de notre siècle ; maudit pour certains, enchanteur pour d’autres ; brutal pour beaucoup, bienveillant pour peu.

Il était comme sa mère, une fée du Lac Troublé, aimable, affable et envoûtant, tout en étant le double de son père, Le Scribe Noir, celui qui apportait le soufre, la sécheresse et le vent glacial les longues soirées d’été.

On disait de lui qu’il oscillait entre le calme et la tempête et qu’il réagissait à l’instinct… Instinct qui pouvait autant tuer que caresser… comme le vent et l’eau.

Il s’appelait Turbidus Humor... Il me regardait droit dans les yeux, en ce jour de mes huit ans.
3
7
2
2
Vatis Maestus
Un petit garçon, n'ayant jamais eu de raison, partira pour un long voyage à la recherche de ses mirages. Or, les géants contrôlant le temps s'opposeront à toutes divergences du chemin. Personne ne s'oppose au destin.
4
2
1
6

Vous aimez lire jean-alain Baudry ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0