Visite

3 minutes de lecture

— Pst, Azmin ! Hé !

Azmin ouvrit les yeux ; elle avait somnolé pour tromper l'ennui. Elle se redressa et tenta de distinguer les traits de la personne qui lui parlait dans la pénombre.

— Tiên ? Qu'est-ce que tu fais ici ? Où est le choesang ?

— Il m'a dit de venir te voir. Il attend dehors.

Son amie se tenait juste derrière la grille de fer forgé et lui souriait doucement.

— Tiên, je suis tellement désolée, je ne voulais pas te blesser... Je... Je ne sais pas ce qui m'est arrivé...

La voix d'Azmin se brisa sous l'émotion.

— Je sais bien, répondit Tiên. Je sais bien que tu n'étais pas dans ton état normal, à ce moment-là. C'est moi qui ai eu peur, je me suis évanouie quand tu m'as touchée. C'est ce que j'ai dit au Conseil. Mais...

— Je sais. Ce n'est pas ça qui les fera changer d'avis. Désormais, je suis un monstre pour eux, une menace à éliminer.

— Azmin, pardonne-moi !

Tiên s'élança contre la grille et passa son bras à travers les barreaux.

— C'est de ma faute ! Si je ne t'avais pas entraînée dans la tente de Nearidei, tu... Je...

Elle tomba à genoux, le corps agité par des sanglots amers. Azmin eut le cœur serré devant le chagrin de son amie. Elle tira sur ses chaînes pour s'approcher d'elle et la consoler, mais elle ne parvint qu'à se déchirer plus la peau des poignets. Alors, elle se résigna et se tassa dans l'ombre de son étroite cellule.

— Ne t'en fais pas, Tiên. Rien de tout cela n'est de ta faute. C'est un pur hasard.

Elle-même voulait s'en convaincre, mais les paroles du prêtre lui revinrent en mémoire : la transformation en imura résultait toujours d'une malédiction. Or, qui aurait pu lui lancer un maléfice aussi puissant lorsqu'elles étaient dans la tente, à part Nearidei ?

Azmin frissonna en repensant au visage transfiguré de la voyante qui lui prophétisait un avenir sanglant.

— C'est étrange... Au moment où elle parlait de toi, tu t'es changée en démon. Mais moi, elle a prédit que je mourrai aussi. Et pourtant, je suis là à te parler... reprit Tiên d'une voix chevrotante.

— Ne dis pas ça, s'il te plaît... Jamais je ne te ferais de mal, Tiên. Tu es ma meilleure amie.

— Le destin ne peut être changé, puisque ce sont les dieux eux-mêmes qui l'écrivent. Ne t'inquiète pas, je ne compte pas mourir si facilement. Mais je dois bien m'habituer à cette idée.

— Je ne laisserai jamais rien t'arriver, promit Azmin. Je t'en prie, arrête de penser que je vais te tuer.

— Seul l'avenir nous le dira...

Un long silence s'ensuivit, entrecoupé par les pleurs ténus de Tiên. Les paroles d'Azmin l'avaient touchée au plus profond de son cœur ; elle ne pouvait que croire les mots de son amie de toujours. Jamais elle ne l'avait déçue, jamais elle ne l'avait abandonnée lorsqu'elle était dans le besoin. La jeune fille était partagée entre la peur inspirée par la prophétie et l'admiration pour la détermination sans faille de la prisonnière. Une idée germa dans son esprit.

— Dis, Azmin... Tu crois que les humains peuvent quand même changer le cours de leur destin ? interrogea-t-elle soudain.

— Je ne sais pas, répondit Azmin, prise au dépourvu. J'espère que oui. Le choesang m'a assuré du contraire, mais je refuse de me complaire à jouer le jeu des dieux, ou de qui que ce soit qui définit à l'avance mon avenir. C'est moi qui vivrai, pas eux, alors je veux pouvoir décider de ce que je deviendrai moi-même. Si on me laissait une deuxième chance, je voudrais pouvoir prouver que je suis capable de respecter mes valeurs morales.

Tiên leva la tête et vit la détermination sur le visage attristé de son amie.

"Azmin va se battre... Elle n'abandonnera jamais. Ça, c'est elle tout craché."

Elle se remit sur ses pieds et s'éloigna de la cellule d'Azmin.

— Attends, Tiên ! Où vas-tu ? l'interpela cette dernière. J'ai peur, ne me laisse pas...

— Mon destin m'appartient, et je vais le changer ! répondit Tiên d'une voix assurée. À plus tard, Azmin !

Azmin resta seule dans la prison souterraine, hantée par le souvenir de Nearidei.

— Qu'est-ce qui t'est passé par la tête, Tiên ? Je t'en prie, ne me fais pas me sentir coupable à ton égard. Ne fais pas de bêtise, murmura-t-elle après que les bruits de pas se furent évanouis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Angelinnog
Alex, tout le monde connaît Alex.
En êtes vous sûre ?

Réponse au défi :
Écrire à partir d'une illustration de PM34
https://pixabay.com/images/id-4804609/
17
6
15
2
Défi
no97434

Que je t'aime toi! Oui toi qui me permet de faire ce qui me plaît!
M'étaler dans mon grand lit,
Déjeuner de fraises Tagada,
Retourner sous la couette et compter les éléphants verts,
Chanter faux sous la douche,
Regarder le téléphone sonner d'un air pas concerné,
Ecrire les mémoires de mon cartable à deux heures du mat,
Regarder la vaisselle s'empiler dans l'évier et lui dire "Pas envie, on verra ça demain",
Danser et danser encore,
Faire des grimaces devant le miroir,
Pleurer devant un film Rome Antique,
Manger des loukoums à la rose
Ecrire une lettre de rupture à tous les méchants pas beaux
Ecrire une lettre d'amour à mon futur amoureux
Buller dans un bonheur plus-que-parfait
Je pourrais continuer pendant des jours sans exagérer la liste de mes petits bonheurs. Tout ça pour dire que souvent la solitude moche, la grise, l'affreuse, je l'ai ressentie en compagnie.

17
15
0
1
Défi
SabrinaShelley

Chère maman,
Ils me diront d'oublier , ils me diront de ne plus y penser . Je ne cesserai d'y rêver, le touché de ta peau, la lumière de ton sourire , toutes ces choses ravissent mon coeur .
Je me souviens de nos moment allonger l'une contre l'autre. Te souviens-tu? Ton odeur et ta chaleur me remplissais d'un bien être sans égal. Mon coeur tout entier était alors abreuvé de paix.
Tant de tourments dont ma tête est abreuvé ,je ne songe qu'à toi . J'entend encore tes derniers souffles dans mes oreilles, une mélodie funèbre qui me dévore de l'intérieur. Je ressens encore ta main ridée aux doigts froid entrelacés dans la mienne . Je ne peux comprendre la vie , comment je peux passé outre ton absence ...
Le creu vide de ton vieu fauteuil , cette chambre jouant la melodie d'un froid chagrin . Ton odeur peu à peu disparaît, je m'efforce en vain de la garder entre la paume de mes mains .
La terrible amertume qui sévi dans ma bouche à l'idée d'oublier le ton de ta voix . Est-ce cela mourir?
3
1
0
1

Vous aimez lire KagomeAohane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0