Règle #5

2 minutes de lecture

Règle #5 : Simplifiez. Restez synthétique, centré. Combinez les personnages. Évitez les détours. Vous penserez y perdre, mais vous en serez libéré.

→ Tuez vos darlings ;-)

Encore une fois, l’analyse que fait Bugaj de cette règle remet l’ensemble dans une perspective plus modérée. Surtout, dit-il, il ne faut pas simplifier à outrance ou employer cette règle pour réduire des arcs tansformationnels de vos personnages, ni supprimer de sous-intrigues qui donneraient de la profondeur à l’ensemble. Une histoire doit respirer, il ne faut pas en faire une suite de séquences d’action. Trouver le juste équilibre demande des essais, et c’est en faisant des essais qu’on arrive à une histoire intelligente, pas une mécanique sans âme truffée d’astuces scénaristiques ;-)

La simplification a pour but de séparer le superflu de l’essentiel, mais il n’est pas toujours facile de faire la part des choses. Surtout qu’en fonction du type d’histoire qu’on écrit, ces éléments ne seront pas les mêmes. Il y a des récits qui se nourrissent d’une grande densité de personnages (Cf. le trône de fer ou le Seigneur des Anneaux – la fantasy en général), d’autres qui sont plus dans le contemplatif et assument un rythme posé. Le ton et le rythme sont liés à la thématique et au style de l’auteur. Il n’y a donc pas de recette, juste l’évidence qu’un travail de relecture / réécriture est souvent nécessaire pour atteindre le bon équilibre.

Je terminerai sur une citation de Bugaj :

Même si vous écrivez dans un style un peu plus « baroque », vous trouverez sans doute énormément de bénéfices dans le processus de simplification. Car ce style « baroque », la plupart du temps superflu, porté sur la surenchère et construit sur une écriture très « ornementale », implique souvent un certain gâchis, s’il ne correspond à rien de pertinent par rapport au propos de votre histoire. Votre défi en tant qu’auteur consiste à faire en sorte que tout dans votre histoire soit pertinent. Même de façon très subtile. Dans cette perspective, il est effectivement intéressant de conserver les meilleures scènes et les meilleurs personnages, en fonction de leur capacité à refléter la véritable essence de votre histoire. Qu’il soit question de la thématique, ou de l’intrigue. Par conséquent, et dans l’idée de rendre cette règle encore plus utile, je me permets de conclure par ce critère spécifique aux séquences et aux personnages :

« Si un élément (séquence ou personnage) n’apporte aucune nouvelle information, aucune nouvelle perspective intéressante, rien de pertinent par rapport à l’arc transformationnel des personnages, ou encore par rapport à l’intrigue et la thématique qu’elle porte… alors enlevez-le ! »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Andrew
Je vous présente mon mental x) celui que je remplace quand il me fais mal x)
0
0
0
1
Margueron
Au delà du monde des mortelles, il y a le monde du milieu non paisible, là ou sont stocker les âmes en perdition. Anya jeune esprit ayant perdu là vie à 17 ans en fait partie. Pour elle une seule manière d'en partir...le spiritisme!
Mais une fois arrivé chez les mortels, elle doit faire face à non seulement les problèmes des esprits, mais ceux aussi des vivants. Et l'un comme l'autre c'est un peu compliqué!
0
3
0
9
Lil Blister
L'Inspiration peut être bonne, bien-sûr...
Mais qu'en serait-il, si elle venait à nous faire croire en l'impossible...
4
2
4
1

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0