Règle #6

Une minute de lecture

Règle #6 : Quels sont les points forts de vos personnages ? Leurs zones de confort ? Mettez-les face à leurs faiblesses, dans les situations les plus inconfortables. Posez-leur des défis de taille. Comment vont-ils s’en sortir ?

Il est important de garder à l’esprit que cette règle est beaucoup plus intéressante lorsqu’il s’agit de l’appliquer à des considérations émotionnelles, plutôt qu’aux aptitudes des personnages.

Il n’est pas question ici de chercher à créer des situations d’opposition au personnage qui s’enchaîneraient les unes derrière les autres. Mais plutôt de voir quelles sont les transformations que les événements peuvent apporter aux personnages, et quels dilemmes elles vont engendrer. Par exemple : confronter un personnage à une difficulté qui l'obligera à développer une réaction psychologique opposée à son caractère (un arnaqueur placé dans une situation où il ne peut plus filouter), qui le forcera à changer (il devient au fur et à mesure « honnête » et remplace son ancien comportement), mais un jour une nouvelle situation suscite à nouveau ses tendances mauvaises (le filou retrouve la possibilité et la tentation d'arnaquer). Comment réagit-il ? Va-t-il revenir « du côté obscur » ? Ou va-t-il se faire violence et accepter sa transformation ? Comment ?

Confronter un personnage qui a déjà subi une transformation de sa personnalité à une situation dont la solution la plus évidente impliquerait un retour à ses principes refoulés, est une manière très efficace de concevoir une bonne dramaturgie.

Il faut donc voir cette « règle » comme un encouragement à développer des situations de challenge qui nourriront les personnages et créeront des tensions dramatiques.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
1
2
0
0
Ydolem
(chanson) "Tambour de vie" est un texte à mettre en musique.
Les tumultes de la vie en quelques lignes poétiques.
2
1
0
0
Défi
Audrey Raillot

Ce parfum monte en nous comme de la fraîcheur,
On se sent rempli de bonheur.
On sent l'été qui arrive sous le beau soleil,
Avec toutes ces merveilles.

Le soir, on peut bouger comme on veut,
La fraîcheur reste commes un enfant heureux.
Moi, ça me donne envie de faire la fête,
Cette fraîcheur me reste jusque dans la tête.

Une fois le flacon fini,
On est triste, et on se sent vide dans la nuit.
On est malheureux, on a chaud,
Et les autres parfums ne nous montent pas jusqu'en haut.

Si j'ai choisi ce poème,
C'est parce que, je n'ai pas de fin,
C'est pour rendre les enfants heureux,
Et jamais malheureux.
3
2
0
0

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0