Chapitre 22 - Mickaël

6 minutes de lecture

Il y a des gamins qui sont dehors en train de fumer, des petits jouent à la balançoire et des mères donnent le biberon à leurs gosses. Parfois certains gamins sont isolés, ne se mélangeant pas aux autres.

- Nico est là ? Dis-je à Lisa que je chope.

- Dans son bureau.

Je frappe et on me dit d’entrer.

- Mick’, comment vas-tu ? Me demande-t-il

Il va pour se lever mais je sors mon arme et le pointe.

- Reste assis ne te donne pas cette peine.

- Putain mais qu’est ce que tu fous Mick’ !

- C’est toi. Tu crois que tes contacts vont m’empêcher de t’envoyer en enfer ?

- Arrête Mick’, je ne sais pas de quoi tu parles !

Je pose mon flingue sur son genou et j’arme.

- Arrête !!! Qu’est ce qui t’arrive !!!

- Tu baises avec ma femme !!!

- Mais t’es malade !!! Jamais je ne baiserais avec ta femme Mick’ !!!

- Elle est enceinte et ce n’est pas de moi ni de Shen…

- Elle est…enceinte ?

- Ouais, c’est ça de ne pas foutre de capote connard.

Il me regarde choqué et quand j’enfonce mon pétard dans son genou la frayeur arrive.

- Ecoute-moi Mick’, je ne couche pas avec Marielle, ce n’est pas moi.

- C’est un mec qui a des contacts et toi t’en as !

- J’ai fais une vasectomie Mick’, comment je pourrais mettre Marielle enceinte.

- Quoi ?!

- Je me suis fais opérer après notre dernier, on ne voulait plus d’enfant et…putain je ne pourrais pas tromper ma femme !!! Mais pour qui tu me prends !!! Dit-il

Je retire mon arme de sa jambe, secoué parce qu’il vient de me dire. Je n’ai pas le temps de comprendre que je me prends une bonne droite puis une autre et encore une autre. Il m’attrape par le col et me fout contre le mur, je me prends un coup dans le bide, et son genou m’éclate les couilles.

- Putain !!!!

- Jamais tu ne me menaces !!! Je suis ton ami Mickaël !!! Ton ami !!!

Là je l’ai vénère je crois. Je n’ai pas vu venir ses coups et je les ai pris avec violence.

- Mais qu’est ce qu’il se passe ici !!! Hurle Lisa en rentrant dans le bureau.

- Un petit mal entendu avec Mickaël mais rien de grave. Dit Nicolas qui m’aide à me relever.

- Ouais, t’inquiète. Dis-je en titubant

Elle croise les bras et attend qu’on balance les détails.

- Mickaël croyait que j’étais l’amant de Marielle.

Lisa éclate de rire.

- Mais où tu vas chercher tout ça toi.

- Elle est enceinte.

- Sérieux ?

Je leur raconte toute l’histoire et nous réfléchissons à nos options. Hélas on n’a pas grand-chose mais Nicolas va voir de son coté ce qu’il peut faire. Je rentre et je m’effondre sur Julie qui est en train de lire.

- J’ai envie de toi. Dis-je en fourrant ma tête sur ses nichons.

- T’étais où ?

- J’ai été niquer Nicolas.

- T’es sérieux ? Dit-elle en tentant de me repousser mais je suis trop bien sur ses nichons.

- Ouais et ce n’est pas lui.

- Bien sur que ce n’est pas lui !

- Fallait que j’en sois sur et maintenant je suis certain que ce n’est pas lui.

- Ça ne m’étonne pas, il a l’air amoureux de Lisa, c’est un mec bien.

Je la regarde et elle ricane devant les marques de mon visage.

- Il t’a dérouillé on dirait bien.

- Je ne l’ai pas vu venir.

- Mickaël Parker qui se fait mettre au tapis, j’aurais adoré voir ça.

- Connasse.

Elle rit de nouveau.

- Je veux baiser avec toi Ju’.

- Pas de relation médoc on a dit.

- J’ai une excuse, j’ai mal à mes couilles.

- C’est mérité.

- Tu es cruelle.

Elle ricane sous mon nez alors je lui prends la bouche. J’aurais au moins ce baiser. Putain que j’ai mal aux burnes !!! Il ne m’a pas raté.

Faut dire que tu l’as cherché.

Je vais finir par le savoir.

- On le fait qu’une fois et après on reprend le droit chemin. Dis-je en glissant ma main entre ses cuisses.

- On ne devrait pas t’as dis.

- J’ai changé d’avis. On va baiser et on verra que ce n’est pas bon et que ce n’est pas pour nous.

Elle gémit alors que je caresse que ce putain de tissu qui me sépare de sa peau.

- D’accord. Une seule fois et on en parle plus. Dit-elle gémissante.

- Ça me va.

Je lui retire ses fringues et elle retire les miennes. Putain que c’est bon d’être contre son corps.

- Une seule fois. Dit-elle en écartant ses cuisses.

- Ouais une seule fois.

Je pose ma bite contre sa chatte et me frotte pour m’imprégner de sa mouille. Ma bite masse son clito et mes couilles sa fente. J’ai envie de tout lui mettre, qu’elle me bouffe mon service trois pièces. Elle prend ma bite et la frotte plus fort contre. Elle veut me rendre barge ou quoi !!!

- Fous là ! Dis-je impatient

- Pas encore, je veux te sentir bien plus dur que ça.

Putain, la garce !!!

- Mets là !!!

Je suis possédé par mon envie, et j’ai maintenant qu’une idée, la baiser.

- Ton tel vibre Parker. Dit-elle en marquant une pause devant mon tel qui gigote rapidement sur la table.

- On s’en tape. Dis-je en l’embrassant.

- C’est peut être important Mick’.

Putain, mais pourquoi je ne peux jamais la baiser !!! Pourquoi !!!

- Fais chier ! T’aurais pas joué les garces en me frottant je serais déjà dans ta chatte ! Dis-je en me redressant.

- Regarde et revient. Promis je ne joue plus.

Putain j’adore !

- Prépare ta chatte je vais te la défoncer.

- Elle est déjà toute prête. Dit-elle en glissant son doigt dans sa fente.

- Putain arrête !!!

- Dépêche-toi, tu perds du temps.

Ouais mais là c’est trop beau de la voir se toucher. Elle sort son majeuret se le fout dans la bouche sensuellement.

- T’es vraiment une connasse.

- Hummmm j’ai tellement bon goût. Allez Parker, grouille.

Elle fout son index dans sa belle bouche et se glisse ses deux doigts. Je suis paralysé devant la scène. Je la vois se faire du bien et là je suis bien dur. Elle caresse ses seins avec son autre main et ses yeux se ferment sous le plaisir qu’elle prend. Elle sait ce toucher c’est certain. J’apprends en la regardant pour reproduire ses caresses quand j‘aurais été voir ce putain de portable. Son bassin bouge et elle se met à gémir plus fort. Putain alors c’est comme ça qu’elle se fait du bien.

- Mick’ dépêche !!! Je ne vais pas tenir.

- Tiens pas. Vas-y fais toi jouir.

Je veux la voir jouir sous ses propres caresses. Elle accélère ses doigts qui claquent dans sa chatte. C’est trop tentant pour moi et je vais l’embrasser, posant ma main sur la sienne, l’empêchant de bouger. Sa seule option est de bouger ses doigts en elle.

- Fais-toi jouir. Dis-je presque suppliant.

Je sens son corps se crisper et c’est magnifique.

- Mick’, ton tel. Dit-elle en revenant à elle.

- T’es vraiment chiante toi.

J’attrape mon portable et vois un message vocal d’un numéro inconnu. Julie me regarde, attendant de savoir si on va enfin finir ce qu’on a commencé.

« Pourquoi je me suis mariée avec lui ? Bah il est plutôt canon, il me baise bien et il a pas mal d’argent…J’en avais marre de galérer, alors j’ai choisis la facilité ahah »

Je reconnais sa voix et lorsque je regarde Julie elle porte sa main à la bouche tellement elle est choquée.

- Non…elle n’est pas comme ça Mick’. Dit Julie au bord des larmes.

- Je crois que je me suis bien fais baiser. Dis-je à bout de force.

Je reste là figé, abattu par les mots de celle que j’aime. Son petit ricanement à la fin qui veut tout dire. Si j’ai reconnu sa voix, ce petit rire diabolique, je ne l’ai pas reconnu. Mais tout s’emboite, elle savait que j’avais de la tune quand j’étais dealer, elle a flairé le bon coup et puis quand ça lui a échappé, elle s’est barrée se jeter dans les bras de Brian qui était friqué lui aussi. Gramont aussi est un beau parti, si faut elle ne s’est même pas sacrifiée, si faut elle a kiffé cette pute ! Et puis Tony c’est pareil, dealer, elle savait bien qu’il avait un peu de fric. Après tout quand je suis revenu, je n’ai pas eu de mal à la foutre dans mon pieu, elle a accepté très vite le mariage et n’a rien voulu lâché même quand moi je n’étais pas sur. Putain mais voilà pourquoi !!! Ce n’est pas par amour qu’elle a tenu bon, mais parce qu’elle voulait ce putain de contrat de mariage !!! Putain elle m’aura vraiment bousillé.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0