Erran

7 minutes de lecture

La fumée âcre caractéristique d'une déflagration cristalline l'accueillit dès son entrée sur le terrain d'entraînement jouxtant l'académie. Deux jeunes recrues s'activaient à ramasser les débris minéraux et les pièces de métal déformées qui jonchaient encore le sable blanc.

Tandis que les cadets se levaient en hâte pour se mettre au garde à vous, Erran leur adressa un sourire compatissant. Cette tâche ingrate vous laissait les mains colorées pendant des jours, quoi que vous fassiez. Elle était réservée aux cancres et aux fortes têtes.

J'étais des seconds il n'y a pas si longtemps. Cela me semble pourtant une éternité.

Le garde en faction effectua lui aussi le salut réglementaire, le laissant passer sans ouvrir la bouche ; il n'était pourtant pas habituel de pénétrer dans l'académie militaire de Mogrador par la porte arrière. Erran devait l'avouer, le prestige de l'uniforme avait ses mérites. La nostalgie l'envahit une nouvelle fois lorsqu'il s'engagea dans couloir qui menait aux quartiers des officiers. Rien n'avait changé durant la dernière décennie : une succession de portes coulissantes ornées de tableaux de commandes et des murs métallisés ; aucun autre ornement que la bande horizontale noire qui rappelait les armoiries de la cité.

Un homme se tenait roidement devant le bureau du colonel Griek, le vieux râleur qui dirigeait la formation de l'infanterie. Tandis que le soldat saluait, Erran fut surpris par son grade.

Deux barres dorées, un lieutenant. Que fait-t-il ici ?

— Capitaine Dakir ? interrogea l'officier.

Il approuva d’un simple hochement de tête.

— Vous êtes attendu, entrez je vous prie.

Le lieutenant passa un badge devant le détecteur et la porte s'ouvrit sans un bruit. Erran la franchit et se dirigea droit vers le bureau. S'il ne prêta pas attention au décor familier, il ne manqua pas l'odeur de vieux tabac qui ne quittait jamais le vieux grincheux. Il fut cependant pris au dépourvu lorsqu'il découvrit l'officier supérieur qui se tenait tranquillement en appui contre le meuble.

Qui est-ce ? Où est le colonel Griek ?

Par chance, sa formation lui avait appris à conserver son calme. Il repéra les épaulettes de son vis à vis qui affichaient trois barres surmontées d'une étoile. En plus de l'uniforme traditionnel de l'infanterie, cet inconnu portait une cape et affichait fièrement la médaille qui pendait sur son torse. Cette dernière avait la forme d'un lézard pourvu d'ailes rachitiques et la juger laide aurait été une réaction logique, pour Erran elle fit l'effet d'une décharge cristalline.

Un général décoré du Dragir !

Décernée pour service exceptionnel rendu à la nation, ils n'étaient pas nombreux à avoir reçu une telle distinction. Le plus surprenant était qu'il pensait connaître tous les hauts gradés de Mogrador, au moins de vue. Or cet homme au visage glabre et à l'œil inquisiteur lui était parfaitement étranger.

Le capitaine s'arrêta devant son supérieur droit comme un i et effectua machinalement le salut réglementaire. Il chercha encore brièvement le colonel Griek du coin des yeux, mais ce dernier faisait défaut. Ils étaient seuls. Son regard retomba sur le général.

Trente-cinq ans peut-être, à peine plus que moi. Je n'ai jamais entendu parler d'un soldat promu au conseil de guerre aussi jeune !

Les cheveux noirs et gras de cet inconnu étaient un autre point remarquable car les mogradoriens arboraient plutôt des teintes claires. Il y avait aussi cette petite balafre sous l'œil droit.

— Repos, ordonna l'officier supérieur, interrompant le flot de pensée d’Erran. Vous êtes en retard capitaine.

— Mes excuses, la navette a pris du retard. Un problème de batterie.

Le général se redressa en hochant brièvement la tête, sans relever l’excuse douteuse.

— Que pouvez-vous me dire sur le jakou capitaine ? enchaîna-t-il de but en blanc.

Erran fronça les sourcils, flairant une question piège. Il avait aussitôt songé à l'un de ses amis, particulièrement adepte de la substance. Sa consommation était fermement défendue dans le rang. Pour autant, s'il s'était agi d’accusations, ç'aurait été à son supérieur direct de le convoquer.

— Il s'agit d'un breuvage, une drogue devrais-je dire, répondit-il donc calmement. Elle est le fruit de la distillation des feuilles du jak, une plante phosphorescente qui pullule dans les bas-fonds depuis quelques années. Sa consommation est restée un temps dans les limites de la ville basse, mais ses propriétés euphorisantes ont fini par attiser l'intérêt de la jeunesse dorée de Mogrador. Son contrôle et sa production restent aux mains de la pègre. J’ajouterai que la plupart des rapports de violence que nous recevons sont en lien avec ce produit.

— Vous maîtrisez votre sujet. Votre temps dans le service juridique n’a pas été complètement perdu, salua le général en lui accordant un sourire glacial.

Erran s'efforça de rester flegmatique face au mépris évident du général.

— Vous omettez une propriété intéressante, continua le haut gradé. Ce produit renforce temporairement les muscles et les réflexes de son consommateur.

Un petit rictus se forma au coin des lèvres du capitaine, qui ne put tenir sa langue.

— Cumulé à l’excitation, cet effet rend le sujet particulièrement enclin à la violence.

Le général lui adressa un regard intense et Erran avala sa salive, sentant la tension monter. Prendre la parole face à un officier supérieur sans y avoir été invité était punissable.

— Ce qui va suivre est confidentiel, puis-je compter sur votre discrétion capitaine ? reprit pourtant le haut gradé d'une voix calme.

— Oui Mon Général, réagit aussitôt le soldat d'autant plus intrigué.

— Nos chercheurs travaillent sur un procédé qui permettrait de séparer ces deux effets.

Comme tous les jeunes issus des castes aisées de la ville, Erran avait lui-même expérimenté les effets du jakou. Il ne put s'empêcher de frissonner à l'idée d'une troupe profitant de la puissance conférée par ce breuvage sans ses inconvénients. Il s'agirait d'une arme terrifiante et l'intérêt de l'armée était compréhensible. D’un autre côté, Mogrador avait su dominer tous ses rivaux grâce à son expertise technologique. Quel besoin avaient-ils de s'intéresser à une substance dopante qui pourrait avoir des effets secondaires sur la santé de leurs troupes ?

Cette conversation est trop étrange.

— Mes excuses Monsieur, mais je pensais avoir été convoqué par le colonel Griek, lâcha-t-il. Je ne vois pas ce qui...

— C'est moi qui vous ai fait venir, contra le général. Cette convocation n'était qu'une couverture.

Les éléments se mirent immédiatement en place dans l'esprit du soldat, qui fixa son interlocuteur avec choc. Sa mâchoire se contracta.

— Les services spéciaux... souffla-t-il.

Les individus appartenant à cette organisation opéraient dans l'ombre, ils s'occupaient des basses besognes de l'empire.

Après ce qui s'est passé, ils osent me contacter ?

Un fin sourire germa sur les lèvres de l'officier supérieur, qui hocha la tête.

— Vous êtes un élément brillant. Brillant et célèbre. Deux choses qui rendent impensable de priver Mogrador de votre talent.

— Quoi que vous ayez à me dire, cela ne m'intéresse pas, répliqua Erran sèchement en prenant immédiatement la direction de la sortie.

Il se fichait bien des conséquences que ce geste pouvait avoir sur sa carrière.

— Même si cela concernait la sécurité de la famille impériale ?

La voix du général résonna dans la petite pièce. Erran s'était arrêté net. Après une courte hésitation, il se retourna pour faire face à l'officier supérieur.

— De quoi s'agit-il ? Pourquoi ces questions sur le jakou ?

— Cette question est liée à votre couverture, indiqua le général en lui tendant un dossier. Vous avez là de nouveaux papiers d'identité et toutes les informations nécessaires à leur sujet. Détruisez les feuillets concernés après en avoir pris connaissance.

— Je n'ai jamais dit que j'acceptais.

— Vous le ferez, Capitaine. Vous allez vous rendre dans la ville basse en tant que sergent-enquêteur, chargé d'étudier le trafic de jakou. À ce titre, vous aurez autorité sur les Gardiens locaux, ce qui pourra vous être utile.

— Où voulez-vous en venir ? riposta un Erran luttant pour ne pas perdre son calme.

Toute forme de respect s'était envolée lorsqu'il avait compris à qui il avait à faire, mais le général demeura indifférent à ses manières.

— Votre véritable mission est d'intégrer un groupe de rebelles se prenant pour les bienfaiteurs du bas peuple. Ils s'opposent, entre autres, au traffic de jakou.

Une cause commune soupoudrée de dégoût apparent pour la corruption et l'inaction des autorités, un plan simple et efficace, déduisit le soldat.

— Pourquoi se soucier d'eux ? rebondit Erran. Il y a toujours eu des agitateurs dans les classes inférieures. Un nouveau groupe qui cherche à réduire les trafics prohibés représenterai plutôt une bonne nouvelle. Il n’y a rien ici qui concerne les services spéciaux en tous cas.

— Des sources concordantes mettent en avant un projet d'envergure. Ils viseraient le sommet de l'État.

— Ils n'en ont pas les moyens.

— En êtes-vous si sûr ?

Erran retint de justesse la riposte cinglante qu’il avait sur le bout de la langue. Il n'avait pas mis les pieds dans la ville basse depuis des années, y avait encore moins vécu. Pouvait-il vraiment prétendre maîtriser son sujet ? Le général approuva son silence d'un bref hochement de tête.

— Gagnez leur confiance, quitte à vous salir les mains. Vous avez un mois pour intégrer leur organisation, vous recevrez ensuite de nouvelles consignes. En cas d'échec, j’organiserai votre évacuation et vous retournerez dans les services juridiques. En conservant le grade de sergent, cela va de soi.

Le général acheva sa phrase avec un sourire malsain, toutefois Erran attachait peu d'importance à son grade ou à la reconnaissance de ses pairs.

— Pourquoi moi ? questionna-t-il plutôt.

— Je vous l'ai dit, votre talent est gâché. Par ailleurs, votre motivation sur cette mission en particulier ne fait aucun doute.

Les deux hommes échangèrent un long regard dans un silence pesant.

Il y a d'autres raisons, c'est évident. Les services spéciaux ont un profit à tirer de mon implication dans le démantèlement de ce complot…

Cependant, il devait leur donner raison. Erran en avait assez de son traintrain quotidien, un retour sur le terrain était bien trop tentant.

— Vous pouvez compter sur moi, lâcha-t-il dans un souffle.

— Merci Capitaine. Rompez.

— Oui Monsieur.

En sortant, Erran croisa le regard du lieutenant en faction. Il remarqua à quel point ce dernier était vide d'émotion.

Travailler dans les services spéciaux, c'est perdre son âme. Qu'en est-il de la mienne ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Manon Dastrapain
Après deux ans passés à rêver de Ramah et de Danapi, Mahaut a découvert son destin. Malheureusement, il semble l’emmener tout droit vers le mauvais idéal.

Tandis que le mouvement qu’elle a initié croît en taille et en pouvoir, Mahaut est confrontée aux dissensions et aux menaces inhérentes à sa position de meneuse. Tout en luttant pour préserver la beauté de Danapi pour tous les rêveurs, elle va devoir effectuer des choix périlleux, dont les conséquences pourraient bien changer l’avenir de l’Humanité.
11
9
10
55
É. de Jacob

Ce jour-là, nous nous étions réunis sur les Plaines d’Abraham, à Québec, sept de mes amis et moi – autant filles que garçons. Nous avions joué à toutes sortes de jeux, tels que le baseball, le volley-ball et le football. C’était une splendide journée d’été. Aussi avions-nous prévu d’y pique-niquer à la fin de l’après-midi. Ce que nous fîmes après avoir placé côte à côte deux tables de pique-nique gracieusement fournie par la Commission des champs de bataille nationaux. Chacun avait apporté un mets de son cru. Abstraction faite du plat de Marc – qui franchement était dégueulasse : c’était une sorte de bouillie sans texture ni saveur qui déplut à tout le groupe, y compris à lui-même –, nous nous étions bien régalés.

Après le repas, tous bien repus que nous étions, nous débarrassâmes les tables des restes de notre repas et nous assîmes en sirotant une bonne bière, bien décidés à profiter ensemble de la merveilleuse soirée qui s’annonçait.
- Racontons-nous des histoires, suggéra subitement Laure.
- Oh que non ! s’objecta Laurent avec vigueur. Je suis pourri pour raconter des histoires. Pourquoi ne pas reprendre nos jeux plutôt ?
- Ouais ! approuva Maxime. Moi non plus, je n’en connais pas.
- Ah, les gars, les apostropha Alice. Soyez ouverts d’esprit pour une fois ! On va s’amuser.
- T’en connais, toi des histoires, je suppose ? lui rétorqua Émile, sarcastique.
Alice fit une moue de dépit et secoua négativement la tête.
- Toi, Jacob, lança à brûle-pourpoint, Josée. Je sais que tu en connais. Pas vrai ?
J’approuvai du menton.
- Parfait. Nous avons notre conteur, trancha Isabelle. Vas-y. On t’écoute.
- J’espère qu’elle est bonne ton histoire, grommela Maxime d’un ton menaçant.
- Je pense qu’elle va vous intéresser, osai-je avancer. Il s’agit d’une légende d’un de mes ancêtres.
- Est-ce une légende connue ? interrogea Laure avec un intérêt évident.
- Je ne crois pas, soumis-je humblement. Il s’agit d’une vielle légende indienne.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? T’es pas Indien à ce que je sache, ergota Max d’un ton moqueur.
- Je sais, commençai-je. J’ai toujours été élevé et considéré comme un Blanc. Ce que je me sens, d’ailleurs. Mais l’un de mes oncles a découvert tout récemment que nous avons des ancêtres Micmacs - aussi écrit Mi’kmaq, plus en conformité avec leur langue.
- Wow ! Toute une nouvelle, ça ! s’exclama Laurent d’un ton stupéfait. Tu vas pouvoir un jour avoir une maison sur une réserve et tu ne paieras plus jamais d’impôts. Chanceux, va.
- T’es bête, Laurent, le gratifiai-je sèchement. Pour ça, il faudrait que je me fasse reconnaître comme étant Indien. Ça risque d’être long. Et je ne suis pas sûr de vouloir m’embarquer dans cette galère.
- Quoi ? T’a honte d’être Indien ? me questionna Alice.
- Mais non ! Au contraire. Quand j’étais jeune, des compagnons de classe me demandaient régulièrement si j’étais Chinois ou Indien, à cause de mes yeux bridés. Et cela me rendait fier. J’ai toujours cru que notre famille avait du sang indien. Si vous aviez vu l’une de mes grand-tantes. Elle ressemblait à une vraie Indienne. Elle était la sœur de ma grand-mère paternelle. Sauf que personne ne nous l’a jamais confirmé. Mais...
- Tu viens de dire que ton oncle l’a fait, m’interrompit Laure.
- En effet, acquiesçai-je. Mais cette fois-ci, c’est du côté de ma grand-mère maternelle.
- Ah bon ! intervint Marc. Ça veut dire que tu as du sang indien dans tes deux lignées.
- Je le pense, agréai-je.
- Je croyais qu’il ne fallait pas identifier ces peuples par le mot « Indien », soumit Laure.
- Tu as raison, approuvai-je. Il faut parler d’Autochtones ou de gens des premières nations. Même le mot « Amérindien » ne leur plaît pas. Mais moi, je préfère dire que j’ai du sang indien. Ça me rappelle mon enfance. Et il me semble plus évocateur. Mais bon, nous sommes entre nous, si nous utilisons ce mot, nous ne blesserons personne, non ?
Tous agréèrent.
- Et si tu commençais ta narration, suggéra Laure, qui affectionnait l’art en général sous toutes ses formes et la littérature en particulier. Sur ce point, nous avions beaucoup d’affinités.
- En fait, je vais plutôt vous lire La légende du corbeau, leur annonçai-je.
- Nous la lire ? s’enquit Alice avec surprise.
- Oui, confirmai-je. Je l’ai tellement trouvée spéciale, quand mon oncle me l’a racontée, que je l’ai écrite, dans le but de la faire publier un jour.
- Ah oui ! s’étonna Laure, d’un air tout à fait ravi. Va vite la chercher. J’ai hâte de l’entendre.
Heureusement, mon auto n’était pas stationnée très loin. J’y courus aller retour. Tous les yeux de mes amis étaient fixés sur moi quand je revins vers eux.
- Allez ! Dépêche-toi ! s’impatienta Laure. J’ai trop hâte d’entendre ton récit.
Essoufflé, je pris place en face d’elle et retirai mon manuscrit de sa chemise. Puis, bien que je ressentisse une certaine pudeur – de fait, je n’avais jamais récité à haute voix, devant un auditoire si étriqué fût-il, l’un de mes textes – je me lançai, le souffle court, dans la lecture de La légende du corbeau :
5
9
1
16
MerryMe
Le jour où leurs parents leur annoncent que la voiture qui les accompagnaient depuis leur plus tendre enfance les a quittés, Paul et Maurina, des jumeaux, décident de passer à l'action. Comment remplacer cette voiture irremplaçable et par quels stratagèmes y arriver?

Entre mauvais plans et intrigues, le frère et la sœur vont découvrir le monde sous un jour nouveau.
3
0
11
21

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0