Ouverture de bal

4 minutes de lecture

La journée avance, avec Amandine, on mange et discute avec beaucoup de personne différentes. Mes oncles et tantes, certains cousins éloignées, et aussi avec mes parents. Je les félicites pour leur fête très réussie, et pour l'ampleur de la surprise qui nous ont faite. Maman est très touchée, j’en rajoute une couche sur la beauté de sa robe (je suis loin d’être le premier).

Mes parents sont invités à rejoindre la scène, leur amis leur ont prévu quelques animations. Je suis ça avec intérêt, c’est des chansons a la con, des jeux de soirée de mariage. Ils leur font jouer au “Lui ou Elle” notamment c’est l’un des jeux les plus fun.

Il y’a des beaux moments, et d’autre un peu plus marrants. Le moment le plus original c’est très certainement mon père qui l’a subie, il a dû essayer de retrouver ma mère en ne touchant que la cheville de celle ci. Évidemment, il n’a pas réussi, mais tout le monde a bien rit.

Une fois les activités finie, voilà l’ouverture de bal. Mes parents dansent alors au milieu des convives. Je ne connais pas l’artiste mais il chante un truc comme “Je T'aimais, Je T'aime, Je T'aimerai‎”. C’est plutôt bien choisi vu les circonstances.

Une fois la première chanson tout le monde se met à danser, c’est un slow, j’en profite donc pour danser avec ma nouvelle fiancé. C’est un moment de rapprochement quelques baisers certes mais nous sommes surtout blotti l’un contre l’autre. Même Jean danse, chose exceptionnelle, il est avec la fille que j’ai croisé tout à l’heure. Je ne l’ai même pas vu revenir, il faut dire qu’il y a foule.

J’ai même la chance de danser avec maman, en échange Papa danse avec Amandine. Je suis grand donc ça ne pose pas trop de problème et je passe un doux moment avec ma Maman. Je suis très ému et très fier d'être là à danser avec elle. Finalement, je me fait subtiliser la place par l’un des frère de ma Mère. Je me retrouve sans cavalière puisque Amandine s’est éloignée et a cessé de danser.

Je la rejoins, nous nous embrassons follement à nouveau. Beaucoup étant entrain de danser on en profite un peu pour ne pas être trop remarqués. La joie de cette journée est vraiment immense, je crois qu’on atteint des sommets.

Quelques instant après ma mère fait un brève allocution, remerciant ainsi tout le monde d’être présent. Tout le monde est convié à prendre place à table, le traiteur propose un buffet en service libre et bien sûr à volonté.Le repas dure des heures mais c’est très bon. Durant la soirée, j’ai retrouvé Jean a un moment et j’ai pu discuter seul avec lui.

- Moi : T'étais parti où tout a l’heure ?

- Jean : Bah devine.

- Moi : Bah j’en sais rien c’est pour ça que je te demande.

- Jean : Je suis allé chercher le cadeau qu’on fait aux parents.

- Moi : Oh punaise oui la photo de nous tous.

- Jean : Bin oui.

- Moi : Tu t’y es pris au dernier moment.

- Jean : J’ai pas eu tellement d’autre solution en fait.

- Moi : Oui, toute façon l’essentiel c’est de l’avoir.

- Jean : Exact.

- Moi : Tu me redira pour combien tu en as eu.

- Jean : Ça roule.

- Moi : Mais au fait petit cachottier, c’est qui la fille avec qui tu dansais tout à l’heure ?

- Jean rougissant : Bah c'était Fanny.

- Moi : La fille dont tu es fou amoureux ?

- Jean amusé : Fou amoureux faut pas abuser non plus, mais oui.

- Moi : Et alors tu concrétise ?

- Jean tout rouge : Euh pas vraiment.

- Moi taquin : Et alors tu attend quoi ?

- Jean taquin : Et toi tu attendu combien de temps avec Amandine ? Qu’en plus tu t’es même jamais lancé.

- Moi cassé : Ouai bon c’est vrai.

- Jean : Et toc !

- Moi taquin : Tu as qu’a te lancer au lieu de me donner des leçons.

- Jean cassé à son tour : Oui j’avoue pas facile.

- Moi : Ah tu voit.

Amandine me rejoint a ce moment la et elle semble avoir surpris notre discussion.

- Amandine : Hé les frangins, franchement c’est mignon votre timidité vis à vis des filles aussi.

- Jean & Moi : Ah bon ?

- Amandine : C’est aussi pour ça que j’ai été attiré par toi Pierrot.

- Moi : Ah bon ? Mais ducoup faut qu’il fasse quoi Jean ?

- Amandine : Je connais pas la fille que tu veux mais franchement commence par lui demander si elle est célibataire déjà ca t’aidera.

- Jean souriant : Facile à dire, je m’imagine me pointé avec ma tête de timide, et lui dire “Tiens Fanny est-ce que tu es célibataire ?”

- Moi riant : C’est sûr que si tu y va avec tes gros sabots.

- Amandine amusée : Non mais tu sais comment ça s’est passé entre Pierre et moi ?

- Jean : Je souviens plus bien.

- Amandine : Bah on avait un “action ou vérité” et dans ce contexte on a été moins gêné.

- Jean : Ouai j’avoue, j’y penserai merci.

Jean semble motivé, mais je sens bien qu’il n’est pas encore prêt à faire la proposition. Il est plus timide que moi encore, et en plus son problème de “taille” ne l’aide pas à se donner du courage. Je lui ai déjà dit plusieurs fois que s'il continuait ainsi il risquait de se la faire piquer.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Rayvaxx ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0