16. La taverne du Scorpion

4 minutes de lecture

Le brouhaha de la célèbre taverne du Scorpion débutait à l'aube quand la chaleur se faisait plus douce. Il se répandait dans les rues comme annonciateur d'une nouvelle nuit. La taverne prenait vie. A l'aurore elle s'assoupirait. L'établissement était tout en longueur, le bar courait jusqu'au fond. Les clients se disputaient une dizaine de tables. Les rixes étaient fréquentes mais faisaient partie du charme de l'endroit.

Grys, assis au comptoir, dégustait une bière brune de Cyryul, breuvage réputée jusqu'aux confins des Terres Sauvages. Le patron ajoutait un ingrédient secret qui lui donnait ce gout particulier un peu amer. Le mercenaire connaissait le mystère de cette boisson. D'aucuns rendraient leur dîner sur le plancher en apprenant que cette petite saveur spéciale était du à quelques gouttes d'urine de rat. Grys était doué pour trouver le petit secret inavouable qui pouvait lui servir à obtenir quelques privilèges. Il buvait gratuitement ici depuis qu'il avait découvert la composition du nectar du patron. Sa quatrième chopine vidée, Une cinquième fut commandée. 

- C'est comme ça que tu travailles petit Grys.

Le mercenaire ne se retourna pas. Il reconnaissait cette voix presque féminine.

- Tiens c'est cette putain de Lodith!

La guerrière rougit de colère.

- Tiens ta langue mercenaire nain si tu veux pas qu'elle termine dans mon assiette.

- Casse toi Lodith. Je ne suis pas encore assez bourré pour te supporter.

- T'as l'air bien énervé.

- Peut-être parce je viens de découvrir que ma femme, en plus d'être Alzebal, fornique avec une autre femme.

Lodith se mit à rire.

- Allez Grys! Ca t'a pas excité un peu?

- Si tu ne ressemblais pas à mon grand oncle Talgert, peut-être mais là c'est répugnant même si je dois l'avouer, il fit une pause et se frotta l'oreille. 

- J'ai ri!

Le regard de Lodith se fit moins avenant.

- Ta femme te veux en vie, et c'est la seule raison pour laquelle t'as encore la tête sur les épaules petit homme.

Lodtih sentit une petite piqûre sur la cuisse. Elle baissa les yeux, une dague appuyait sur son pantalon de cuir

- Ne me sous estime pas géante de pacotille. Un geste et tu te vides de ton sang comme une truie. Ne me manque plus jamais de respect. 

Lodith fit un pas en arrière et leva les deux mains en l'air.

- Très bien Grys. Je te laisse tranquille mais n'oublie pas le contrat.

- Ne t'inquiète pas pour moi. Je sais ce que j'ai à faire. Je n'ai jamais échoué.

- Ce n'est pas ce qu'on m'a dit. Lodith lui fit un clin d'oeil.

- Dégage!

La géante sortit de la taverne en bousculant un ivrogne qui tomba lourdement sur le sol sans vraiment réaliser comment il s'était retrouvé là.

Grys se retourna vers le comptoir et entama sa cinquième chopine.

Que savait-elle? Personne n'était au courant de cette histoire, pas même sa femme.

Le mercenaire secoua la tête, c'était sûrement un coup de bluff. Il se concentra sur son objectif quelques minutes. Il pensait mieux dans le vacarme d'une taverne surtout avec quelques verres.

Ce Loup était un malin mais il était blessé moralement. Il ne devait penser qu'à une chose. Se venger.

Son fils devait être en lieu sûr maintenant car il devait avoir l'esprit clair sans se soucier de la sécurité de sa seule famille.

Cela lui rendrait la tâche plus facile. Il allait se précipiter directement dans le piège tendu. Avec quelques renforts, il n'aurait aucune chance. Il fallait juste l'amener là ou il le voulait. Une fois ce contrat rempli, il réglerait le problème Alzebal.

En attendant son verre était vide.

- Tavernier! Un dernier pour la route! Tu mets ça sur mon compte! Il se mit à rire mais s'arrêta brusquement. Curieusement la sixième chopine lui donnait toujours une idée bonne ou mauvaise. Mais à chaque fois une idée.

Le portail de Trieste. Loup devait le connaitre. Il l'utiliserait sans aucun doute. L'endroit était tout trouvé pour un guet-apens. Mais peut-être l'avait-il déjà utilisé. Il fallait faire vite. 

Grys abandonna sa sixième chopine qui trouva rapidement un nouveau compagnon. Il sortit rapidement de la taverne.

- Lodith, cria t-il scrutant la pénombre.

- Je suis là, pas besoin de hurler. La géante sortit d'une petite ruelle face à la porte de la taverne du Scorpion.

- j'étais sûr que tu étais dans le coin.

- Oui! Je voulais te filer une raclée. 

- Ca attendra pour les papouilles.

-Qu'est ce qui se passe Grys?

- Je sais où attraper votre cible.

- Crache le morceau! Tu m'intéresse.

- Le portail de Trieste. La géante souffla.

- Il ne peut pas le connaitre!

- C'est un chasseur, il connait parfaitement la forêt des Larmes. Impossible qu'il soit passé à côté. Mais il faut faire vite. C'est peut-être déjà trop tard. Il me faut des hommes, et un mage des ombres.

- Un mage des ombres?

- Arrête Lodith. Je sais que vous avez des adeptes des ombres dans vos rangs. Vous ne les faites pas intervenir souvent mais ils sont là. 

- Pour quand?

- Là maintenant! Tu comprends pas, il doit être déjà sur ma piste! Le temps presse!

Lodith se retourna vers la ruelle où elle était dissimulée.

Des ombres de l'obscurité surgit silencieusement une silhouette vaporeuse. 

- C'est comme si j'y étais, susurra la forme sombre sans visage.

Grys ricana.

- Vous me faites suivre par une ombre? Je m'en doutais. Je l'ai senti il y a quelques jours. Saleté! 

- Nous ne sommes pas aimé il est vrai. La voix était douce et calme.

- Pas aimé? Haïs plutôt. 

- Effectivement. Nous étions haïs mais qui se souvient de nous à présent?

- Ca vous rend d'autant plus dangereux.

Lodith interrompit la conversation.

- Silence! Ombre tu devrais déjà être au portail de Trieste.

- Oui Ombre! Obéis à ta patronne!  

Mais la forme avait déjà disparu dans la nuit.

- J'espère que tu ne te trompes pas Grys. C'est ta dernière chance.

- Tu ne m'effraies pas. 

- C'est pas de moi que tu dois avoir peur.

- J'en ai marre de toi Lodith. Tes menaces ont juste le don de m'énerver. J'ai un contrat à terminer. Sur ce! Grys fit un salut de la main et disparu dans le dédale tortueux des rues de Cyryul.

"Pauvre petit Grys" pensa Lodith.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

MoonLight


Un immense sentiment de soulagement envahit Alice quand elle débrancha son radio-réveil. C'était fini. Plus de patron, plus de collègues, plus de rapports à finir en urgence, plus rien. La liberté. Elle souriait intérieurement en imaginant la tête qu'ils allaient faire au bureau en apprenant la nouvelle : elle n'irait plus travailler, plus jamais. Sa décision avait été longuement réfléchie. Cela faisait des années qu'elle y pensait, mais elle s'était décidée l'été précédent, pendant ses vacances dans le Sud, en contemplant le bleu turquoise de la piscine de l'hôtel. Elles étaient si bien ces vacances qu'elles ne pouvaient pas s'arrêter, ce n'était pas possible. Ce seraient des vacances pour toujours, point final. Et tant pis si ça allait être dur, s'il allait falloir se priver. Après tant d'années à trimer pour un patron si peu reconnaissant, elle avait décidé de mettre un terme à cette vie privée de sens.
- Chérie, chérie, réveille-toi, tu es en retard, il est presque 7h30 !
- Non je ne suis pas en retard.
- Comment ça ? Tu comptes te préparer à la vitesse de la lumière ?
- Non. Je ne compte pas me préparer du tout.
- Tu vas aller au travail en pyjama ?
- Non, je ne vais pas aller au travail.
- C'est quoi cette histoire ? Tu es malade ?
- Non, je te remercie, je vais bien. J'ai décidé de ne plus aller travailler, c'est tout.
- Tu es folle ! Bon, en rediscute ce soir OK, il faut que j'y aille là.
- OK à ce soir.
Alice regardait ses mains. Elles tremblaient. La peur sans doute. La peur de l'inconnu, de ce saut dans le vide qu'elle avait pourtant longtemps prémédité. Qu'allait-elle devenir ? Qu'allaient-ils tous devenir ? Eric, les enfants ? Qu'allaient dire ses parents, ses amis, même ses collègues ? Qu'elle était devenue folle ? Oui, ça sûrement. Merde, c'était de la folie un truc pareil !
1
0
1
2
Défi
Nuange

C'est la saison des pluies.
Le sol est boueux. Les chevaux peinent à avancer. Nous avons perdu deux hommes.
Ce n'est pas grand chose me diras-tu. Deux hommes sur cinq-cents… Et pourtant c'est déjà trop pour moi… L’un se nommait Brychann, l’autre Hywel. Tous deux avaient une vie. Je les entendais parler de leur famille le soir, tu sais ? Hywel était tout juste marié, Brychann narrait les bêtises de ses trois marmots… À présent ils sont morts, d’une fièvre idiote, enterrés en territoire inconnu…
Je ne peux le supporter… Mais, “Gwenhwyfar, ce sont les lois de la guerre” me diras-tu. Idiot. Tu te doutais que je ne voulais pas ça. Cette pression, cette ambiance c'est trop pour ma personne.
Nous n’en sommes rendus qu’à la moitié du chemin… Je me demande si nous atteindrons le Nord avant que ne fleurissent les premières bourgeons… J’essaye d’aider les hommes du mieux que je le peux. Souvent, je parcours les plaines et les vallées sous ma forme de chouette. Cela nous a évité trois embuscades… Des morts en moins. Des soldats en plus.
Arlan, tu dois nous rejoindre. Nous avons besoin de toi. J’ai besoin de toi. Cesse de me répéter que la pauvre mage que je suis sera utile ici. À six-cent trente-deux ans tu as le double de mon âge, l’armée a besoin d’une personne bien plus expérimentée qu'une gamine. Tu bénéficies de toute ma confiance tu le sais, mais n’en abuse pas. Mon ami, comme moi tu as connu le génocide des Métamorphes et des Elementaires, tu as assisté à leur massacre, femmes, hommes, enfants tous y sont passés. Le sang coulait à flot, formant une mare aussi impressionnante que l'étang du Palais d’Ambre aujourd'hui en ruine. Il ne reste désormais que quelques survivants qui se comptent sur une seule main, marqués par le crime abominable commis il y a des siècles de cela. Aujourd'hui l’ennemi revient, plus fort que jamais, il se prépare dans les Montagnes d’Onyx. Il est décidé. Cette fois-ci nulle âme ne sera épargnée. Nous nous devons de protéger notre monde.
Mais Arlan, j’ai peur. Peur de revoir le sang degouliner. Comment oses-tu m’infliger cette lourde tâche que de guider les troupes du pays jusqu’aux montagnes et de les défendre contre l’ennemi, si danger advenait ? J’ai peur Arlan… Peur d’échouer… Peur du poids que je porte sur les épaules… Tous les soldats m’observent comme si je détenais la science incarnée, le commandant m’interroge, me réclame mon avis pour ses stratégies de guerre… Et si par ma faute tous périssaient ?
Je t’en prie… Viens…
Gwenhwyfar
4
5
0
2
pierre françois

l'Etre du rêveur :
l'inspiration onirique ;
Ne servir à rien...
2
4
0
0

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0