10. Un ami.

3 minutes de lecture

Seul réconfort dans des ténèbres oppressantes, une petite flamme vacillait dans le lointain. Selenn la fixaient intensément depuis son réveil.

Où était-elle? Etait-ce à cela que ressemblait la mort? Son dernier souvenir était la chute dans les escaliers de la Tour Blanche.

La jeune femme avait tenté de se mouvoir mais ses mains et pieds étaient entravés.  Elle avait crié, implorant de l'aide mais sa voix s'était perdue dans la pénombre. Elle se sentait brûler de l'intérieur, c'était si douloureux. Une odeur nauséabonde emplissait l'air et régulièrement son corps se mettait à trembler. Selenn était terrifiée et désorientée.

Une voix douce et apaisante s'éleva brusquement dans le noir.

- L'odeur que tu sens provient de ton corps. Il expulse le poison que tu as ingéré pendant trois ans. 

-Qui êtes vous? Elle essaya de conserver une voix calme.

- Un ami.

- Je n'ai plus d'amis depuis longtemps.

- Il t'en reste un.

- Quel genre d'ami es tu pour m'attacher ainsi!? Une onde de douleur la traversa, elle gémit.

- Tu es attachée pour éviter que tu te fasses du mal.

- Pourquoi suis-je dans le noir?

- La drogue que tu as pris est issue des Ombres. Tu es dans l'obscurité pour qu'elle y retourne.

- Où suis je?

- Tu es chez moi.

- J'ai si soif.

- Tu auras de l'eau quand le poison aura quitté ton corps.

La peau de Selenn lui sembla être soudain transpercée par des centaines d'aiguilles chauffées à blanc. Elle hurla sa douleur.

- Trois années sans rien ressentir. Maintenant tu réapprends les sensations. Et tout commence par la douleur. Tu vas avoir très mal.

- Je ne veux pas de tout ça! Libères moi!! La jeune femme tenta de se débattre. En vain.

- Tu es déjà libre. Tu as eu une vision. Tu as fait un nouveau choix.

- Non je n'ai pas voulu ça.

- Inconsciemment si. Tu es sortie de ta torpeur. Souviens toi Selenn.

La vision de son père assassiné lui revint comme une vague scélérate qui la submergea de chagrin. Elle hurla à nouveau. Elle se noyait dans ses émotions. La tristesse et le désespoir s'insinuaient dans ses veines tandis que la drogue s'en échappait.

-Respires lentement. 

- J'étouffe.  

- Non tu n'étouffes pas! Tu vis à nouveau.

- Je ne veux pas vivre! Sa mâchoire se crispa, ses dents grincèrent.

- Ce n'est plus toi qui décide.

Selenn retrouva un peu de souffle.

- Tu parles de vie? La vie est une torture. Elle sentit des larmes fuir ses yeux et couler sur sa peau. J'ai tout perdu.

- Non ce n'est pas la vie qui t'as tout fait perdre. C'est toi qui es responsable.

- Et tu te dis un ami? 

- C'est parce que je le suis que je te le dis. Tu as ruiné la vie de ta famille.

- Pourriture! 

- La vérité est toujours difficile à entendre.

- C'est ta vérité! Mes parents ne m'ont jamais comprise! Je l'aimais tellement.

Un rire s'éleva dans l'obscurité profonde.

- Et tu ris?

- Oui, je ris de ma naïveté! Je pensais que tu avais grandi. Je me trompais lourdement. Tu n'es pas celle que je pensais. Tu es toujours cette petite fille capricieuse qui détruit tout autour d'elle. Tu prends ta soeur comme prétexte à ta faiblesse. Tu avais raison, je ne suis pas ton ami. Maintenant je te laisse à tes souffrances pauvre petite. Tu ne mérites pas la rédemption ni ma compassion.

Selenn cria encore et encore, la douleur était insupportable. Dans un râle d'agonie, elle souffla.

- Libère moi. Je t'en prie.

Sa supplique resta sans réponse. La jeune femme haleta bruyamment et fixa de nouveau la petite flamme qui dansait dans le lointain en quête d'un réconfort qui ne dura qu'un instant. Aussi brutalement qu'elle fut douce, la lueur disparut. Les ténèbres enveloppèrent Selenn dans leurs linceuls glacés.

- Tu ne la mérites pas. 

Ces derniers mots la plongèrent dans un désespoir plus cruel que la mort. Elle n'avait plus la force d'hurler, son esprit sombra. 



Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Neptune

Les manches étaient trop grandes,
Ou moi, trop petite,
J'étais cette image dégradante,
Cette illusion fantasmagorique,

Je me souviens, j'écoutais du Vivaldi,
En souvenir de mon ami,
La tête levée vers les étoiles,
Je faisais des constellations, une toile,

Je reliais les traits entre eux,
Pour dessiner son visage dans les cieux,
Quelques larmes perlaient de mes pupilles,
Il ne fallait pas que je vacille,

La paume tendue vers l'éternelle candeur,
Je n'étais pas à la hauteur,
Pour braver le dessein de son existence,
Pour combler le vide de son absence.
21
24
17
4
Josselin "Ad Hoc" Soucaille
Bonjour à tous ! Voici une petite nouvelle écrite dans le cadre d'un concours, qui a d'ailleurs décrochée le premier prix (non non je suis pas fier, je vous pas de quoi vous parlez). J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte, qui appartient au genre du conte, genre que j'affectionne tout particulièrement.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Bonne lecture !
2
0
0
9

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0