11. Interdit.

2 minutes de lecture

Arcis se réveilla en sueur, la bouche sèche, les larmes aux yeux, désorienté Encore un cauchemar. Toujours le même.

Une forêt. La mort sanglante de sa mère et sa petite sœur devant lui. Impuissant il ne pouvait que crier. A genoux devant les corps,  il pleurait sur leurs visages. Une voix sinistre retentissait alors sur les murs de son rêve et soudain les cadavres ressuscitaient.


Il s'éveillait à ce moment. Après quelques secondes à tenter d'oublier le cauchemar, il se leva sans bruit. Des ronflements. Son père dormait dans le canapé. Il prit la couverture posée à côté de lui et le couvrit. Les braises de la grosse cheminée centrale rougeoyaient doucement. Assoiffé, il se mit à la recherche d'un peu d'eau. Sa quête prit fin sur la grande table en bois, l'enfant se désaltéra bruyamment directement au bec de la cruche, sans réveiller personne. Un bruit sourd provenant du plafond l'interrompit. Il resta un instant sans faire bruit. Un nouveau coup. La curiosité d'Arcis fut plus forte que les avertissements de son arrière grand-père plus tôt dans la soirée.

Il monta vers l'entrée, lentement. Même en chaussettes les marches étaient froides sous ses pieds.

Il prit une bougie sur la commode du petit hall et emprunta l'escalier interdit, le cœur battant.

Aide-moi! Un murmure dans son esprit.

L'air y était frais. Devant lui, un long couloir se perdait dans la pénombre. La faible lumière de la bougie révéla une porte à gauche et une fenêtre noire d'une nuit sans lune.  Il continua d'avancer lentement. A chaque pas, une nouvelle porte se dévoilait à la flamme vacillante de la bougie fatiguée. Les coups se firent plus intense. C'était celle-ci. Il mit son oreille contre le battant. Une plainte, comme les pleurs d'une petite fille. Arcis tapa sur le bois. Les pleurs cessèrent brusquement.

Aide-moi! 

Il était terrorisé mais une voix intérieure, comme un susurrement à son oreille, l'incitait à tourner la poignée.

La porte s'ouvrit sans un bruit. Une petite fille vêtue, d'une robe grise rapiécée, était assise, les bras autour de ses genoux remontés contre elle, la tête baissée.  Arcis posa une main sur l'épaule de l'enfant, il cria. La créature qui venait de lever la tête n'avait rien à voir avec une enfant. Il tomba en arrière.

Aide moi! 

Les bras du monstre s'étaient allongés dans un craquement sinistre d'os, ils ressemblaient à des pattes d'araignées velues avec des mains griffues au bout. Son visage n'était que plaies purulentes et verrues suintantes. En guise de lèvres, des dents acérés dégoulinantes de bave visqueuse. La créature agrippa ses jambes.

Aide moi!

Arcis tenta de se défendre en agitant ses pieds mais c'était trop tard elle était sur lui, elle approcha la bouche de son visage, de la salive coula sur dans son cou. Il hurla.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Neptune

Les manches étaient trop grandes,
Ou moi, trop petite,
J'étais cette image dégradante,
Cette illusion fantasmagorique,

Je me souviens, j'écoutais du Vivaldi,
En souvenir de mon ami,
La tête levée vers les étoiles,
Je faisais des constellations, une toile,

Je reliais les traits entre eux,
Pour dessiner son visage dans les cieux,
Quelques larmes perlaient de mes pupilles,
Il ne fallait pas que je vacille,

La paume tendue vers l'éternelle candeur,
Je n'étais pas à la hauteur,
Pour braver le dessein de son existence,
Pour combler le vide de son absence.
21
24
17
4
Josselin "Ad Hoc" Soucaille
Bonjour à tous ! Voici une petite nouvelle écrite dans le cadre d'un concours, qui a d'ailleurs décrochée le premier prix (non non je suis pas fier, je vous pas de quoi vous parlez). J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte, qui appartient au genre du conte, genre que j'affectionne tout particulièrement.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Bonne lecture !
2
0
0
9

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0