Chapitre 41 Premières armes - Partie 2

5 minutes de lecture

  Nos trois héros se retrouvèrent au sud du village après une vingtaine de minutes.

- Pas d'hembra avec nous, demanda simplement Sin fo en rejoignant son mari.

- On n’en a pas besoin. Tu as plus de pouvoirs qu'eux tous réunis.

- Peut être, mais tu devrais suivre tes propres consignes si tu veux que les gens te suivent.

- Je n'ai pas demandé à les diriger.

- Il faut bien que nous ayons quelqu'un pour nous guider. Sans cela, chacun n'en fera qu'à sa tête et nous aurons bien du mal à les garder en vie. Aucun d'eux n'est vraiment un combattant.

- Nous non plus à l'origine, mais il a bien fallu s'adapter. Allons-y avant qu'il ne nous reste plus aucun djaevel à tuer là-dedans.

 Ils sortirent leurs armes avant de pénétrer dans le village. Sin fo dégaina son fidèle cimeterre, et Tabatha fouilla son sac à la recherche de sa dague. Cette arme pouvait paraître petite et inadaptée pour combattre les djaevels, mais Tabatha s'était toujours battue avec elle, si bien qu'elle la connaissait par cœur. Cette petite lame légère était parfaitement adaptée à la main de la jeune fille.

 Hank quand à lui regrettait la perte de son arme fétiche, sa lance qui l'avait suivi toutes ces années et que Sin fo avait détruite quelques jours plus tôt. Elle ne s’était servie que du manche en bois, mais en le sectionnant elle avait malencontreusement abîmé la partie métallique, rendant impossible toute réparation. Hank avait donc été obligé de se trouver une nouvelle arme avant de quitter Ts'ing Tao.

 Il avait d'abord pensé se forger une épée, mais il n'en avait ni les compétences ni le temps. De plus, une lame n'était pas le meilleur moyen d'abattre un djaevel, à moins d'être un bretteur exceptionnel, ce que Hank n'était pas. Il avait donc opté pour une arme plus adaptée à ses capacités et avait récupéré un marteau chez le forgeron de Ts'ing Tao. Ce n'était pas un marteau de combat, comme en possédaient certains soldats de l'armée royale, mais un simple marteau de forgeron, avec un manche raccourci et une lourde tête carrée. Hank s'était entraîné à le manier pendant quelques jours sur des sacs de semis dans sa grange, mais il n'était pas encore très à l'aise avec.

 Après presque quatre jours de marche, en ayant contourné la montagne et traversé la forêt, les habitants de Ts'ing Tao avaient fini par rejoindre l'endroit où Sin fo et Hank avaient retrouvé Tabatha. Ils avaient d'abord avancé prudemment, avant de se rendre compte qu'il n'y avait plus aucun djaevel dans les environs. Ils s'étaient posés quelques minutes pour souffler un peu, et plusieurs habitants de Ts'ing Tao s'étaient penchés au dessus de l'immense crevasse et étaient restés admiratifs devant sa taille et sa profondeur.

 Ils savaient tous bien sûr que Sin fo possédait un pouvoir et qu'elle était capable d'accomplir de véritables prouesses, mais très peu d'entre eux l'avaient vue de leurs propres yeux. Même les premiers habitants de Ts'ing Tao, ceux qui avaient combattu les hembras, ne l'avaient pas vue faire apparaître leur île du fond des flots, car il faisait nuit noire et ils étaient trop accaparés par le combat pour regarder le lac.

 Après leur expédition et le coup de sang de Sin fo chez Roussel, la jeune femme et son mari avaient perdu la confiance et la sympathie de leurs voisins. Mais en voyant les stigmates de leur combat sur le terrain, beaucoup se dirent qu'ils ne seraient nulle part plus en sécurité dans le royaume qu'auprès de cette femme et de cet homme. Sin fo en revanche ne s'était pas sentie très à l'aise en revenant à cet endroit et avait voulu le quitter très vite. D'abord trop fatigués pour bouger, le groupe avait fini par se ranger à son avis lorsque plusieurs personnes avaient cru entendre le râle des djaevels qui remontait en écho depuis le fond de l'abysse. Ils s'étaient donc remis en marche, et après trois autres jours passés en forêt, ils avaient fini par tomber sur un village. Ce même village qu'ils s'apprêtaient à débarrasser de tous ses djaevels.

 Les trois amis avancèrent prudemment dans la première rue. À première vue, la ville semblait totalement déserte. Ils n'entendaient d'autres bruits que le son de leurs pas sur le pavé. Ils n'entendaient même pas leurs compagnons, alors que certains d'entre eux ne se trouvaient qu'à deux rues de là. Hank ne savait pas si c'était bon signe ou pas. Mais il ne pouvait pas se porter au secours de tous ses compagnons. Il devait leur faire confiance et les laisser se débrouiller. La priorité pour le moment était de remplir sa part de travail tout en protégeant sa famille. Il regarda des deux côtés de la rue et désigna la maison sur sa droite d'un signe de tête.

- J'ai cru voir du mouvement derrière la fenêtre. On commence par là.

 En vérité, Hank n'avait rien vu. Cette maison était simplement la plus petite du quartier, et par conséquent celle susceptible d'abriter le moins de djaevels. Hank ne l'avait pas dit à sa femme, mais il redoutait ce premier affrontement. Il avait failli mourir moins de trois semaines plus tôt, et il n'était pas pressé de recommencer. Ils s'approchèrent de la bâtisse et Hank se rendit compte que sa main tremblait. Il la posa sur la poignée de la porte pour éviter que Sin fo ou Tabatha ne s'en aperçoivent et colla son oreille contre le panneau de bois pour écouter à l'intérieur. Après quelques instants, il dit :

- Je n'entends rien. Soit il n'y a personne, soit ils sont très discrets.

- On ne le saura qu'en rentrant, répondit Tabatha. Qu'est-ce qu'on attend ?

 Hank déglutit avec difficulté et répondit sans enthousiasme :

- Tu as raison. Allons-y.

 Il tourna lentement la poignée, ouvrit la porte d'un coup sec et s'engouffra à l'intérieur en brandissant son marteau, Sin fo et Tabatha sur les talons. Ils s'avancèrent jusqu'au milieu du couloir avant de se rendre compte qu'il n'y avait effectivement personne. Après un rapide coup d'œil alentour, Hank désigna l'escalier et dit à Sin fo :

- Je monte avec Tabatha, occupe-toi du rez-de-chaussée et de la cave s'il y en a une.

- Vas-tu me donner des ordres jusqu'à la capitale, plaisanta Sin fo.

- C'est parce que je sais que tu aimes me contredire ma chérie. J'ai besoin de Tabatha avec moi là-haut pour assurer mes arrières, et je sais que tu peux te débrouiller seule en bas. Et surtout, tu pourras te servir du sol pour te défendre en dernier recours, ce que tu ne pourrais pas faire à l'étage.

- Très bien, je t'écoute pour cette fois, mais n'en fais pas une habitude. Soyez prudents, conclut-elle en embrassant son mari.

- Toi aussi. Appelle si tu as besoin d'aide.

 Sin fo ouvrit une porte sur la droite et Tabatha et Hank grimpèrent l'escalier.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0