Chapitre 35 Mortelle solitude - Partie 4

5 minutes de lecture

 La jeune femme regarda autour d'elle pour savoir si elle ne se trompait pas sur l'endroit où elle pensait être. À vingt ou trente mètres à l'est, elle vit plusieurs monticules de neige qui se dressaient sur le sommet de la montagne. Un autre que Sin fo n'y aurait vu qu'une congère naturelle, mais elle croyait y reconnaître autre chose, et elle voulait en avoir le cœur net. Heureusement, au sommet, le sol était plat, et elle ne mit que quelques minutes à rejoindre son objectif. Là, elle écarta la neige d'un revers de bras, et un sourire apparut sur son visage en même temps que la pierre sous la neige. Sin fo savait exactement où elle était. Sous la couche de neige, la pierre avait la forme d'un fauteuil rudimentaire. Les autres bosses autour d'elle étaient aussi des fauteuils, qui formaient un cercle autour d'une petite table de pierre.

 L'endroit ressemblait à un lieu de réunion, un emplacement sacré où des pactes auraient été conclus entre des chefs de clans en des temps immémoriaux. Sin fo savait qu'il n'en était rien, pour la bonne et simple raison que c'était elle qui avait façonné cet endroit quelques années plus tôt. Une semaine plus tôt, Sin fo aurait pensé à ce jour comme à une autre vie, mais aujourd'hui, ce souvenir était plus vivant que jamais. Elle avait l'impression d'être revenue plusieurs années en arrière, quand Hank et elle étaient revenus sur Vadkraam et qu'ils ignoraient ce qu'il était advenu du royaume.

 À la réflexion, c'était pire encore parce qu'elle savait aujourd'hui ses amis en danger, alors qu'à l'époque elle était avec Hank, et ils étaient tous les deux en bonne santé. C'était comme si tout ce qu'ils avaient construit, tout ce qu'ils avaient accompli pendant ces trois ans n'avait pas existé. Cela Sin fo ne le pardonnerait jamais à l'homme qui leur avait envoyé ses djaevels. Il regretterait de lui avoir ainsi volé une partie de sa vie.

 Si Sin fo avait tenu à revoir ce lieu, ce n'était pas par nostalgie. Elle n'avait pas le temps de s'offrir ce luxe. Si elle s'était déplacée jusque là, c'est qu'elle était sûre de trouver un chemin sans danger pour redescendre, car elle était déjà passée par là. Plus loin, elle aurait perdu beaucoup trop de temps à chercher un chemin sûr et sans risques, à étudier toutes les possibilités, à éviter les pierres instables et les crevasses, à revenir en arrière et recommencer dans une autre direction.

 Bien sûr, la neige modifiait l'aspect du paysage, mais Sin fo faisait confiance à sa mémoire pour retrouver le chemin qu'elle avait emprunté la dernière fois. De plus, dès qu'elle serait suffisamment descendue, la neige disparaîtrait et les connaissances innées que Sin fo avait sur la terre et les pierres lui permettraient d'éviter les pièges de la montagne sans aucun problème.

 Pendant qu'elle réfléchissait à tout cela, le lopvent commença à montrer des signes d'impatience. Après avoir consciencieusement gratté toute la neige sous ses pattes, il frotta sa tête contre le dos de la jeune femme pour lui réclamer un peu d'attention. Sin fo leva les yeux au ciel en lui flattant le cou. Elle se demanda à voix haute comment elle allait pouvoir supporter cet animal comme seule compagnie pendant tout ce temps.

 Comme précédemment, Sin fo prit les rennes du lopvent dans une main et la main de Tabatha dans l'autre, et elle entama sa descente. Par chance, la pente était moins abrupte sur le versant nord que sur le versant sud, et mises à part quelques glissades sur des plaques de verglas, Sin fo ne rencontra pas de problèmes majeurs. Malgré cela, ce ne fut pas de tout repos, car avec Tabatha toujours groggy et la démarche pataude du lopvent, elle ne pouvait pas avancer très vite. C'est pourquoi Sin fo était toujours sur la montagne lorsque la nuit tomba.

 Étant en altitude et qui plus est au bord de l'île, la jeune femme put profiter très longtemps de la lumière des soleils, car il n'y avait rien pour la lui cacher. Sin fo abandonna très vite l'idée d'être redescendue de la montagne avant la nuit, mais elle accéléra le pas autant qu'elle put afin d'être le plus bas possible, et ainsi gagner quelques degrés de chaleur, et surtout de ne pas avoir trop de neige quand elle s'installerait pour passer la nuit.

 Elle était encore très haut lorsque le premier soleil disparut à l'horizon, et elle dut se hâter de trouver une solution. Elle repéra une grotte un peu plus bas vers l'ouest. Elle mit près d'une heure à l'atteindre et il faisait presque aussi sombre à l'extérieur de la grotte qu'à l'intérieur lorsqu'elle y pénétra. Dès qu'elle fut à l'abri du vent, Sin fo sentit qu'il faisait plus chaud. Bien sûr, elle n'y aurait pas passé toute sa vie, mais pour la nuit cela serait parfait.

 Les hautes parois les protégeaient si bien du climat extérieur que Sin fo n'alluma même pas de feu. Elle souhaitait économiser ses réserves de combustible. Elle n'en avait qu'une petite gourde, et elle avait eu trop de mal à l'obtenir pour la gâcher inconsidérément. Elle se contenta donc de finir le pain qu'elle avait dans son sac pour son dîner. Elle voulut en donner à Tabatha, mais après seulement quelques bouchées, la jeune fille recracha le morceau qu'elle avait dans la bouche et refusa d'en avaler plus.

 Sin fo comprit que ses ravisseurs ne l'avaient sûrement pas nourrie et qu'il faudrait probablement plusieurs jours pour qu'elle s'alimente convenablement. Les djaevels et leur chef lui avaient vraiment fait beaucoup de mal, et même si elle ne portait pas de traces de violences physiques, la maltraitance psychologique était indéniable. Sin fo prit son amie dans ses bras, déposa un baiser dans ses cheveux, et pria une nouvelle fois pour qu'elle se remette. Plus que jamais, Sin fo se sentit responsable de Tabatha. Plus qu'une amie, elle était sa famille, au même titre que Hank. Même si elle était presque devenue une femme désormais, Sin fo la voyait toujours comme une petite fille, sa petite fille. Quoi qu'il arrive, Sin fo se jura de faire payer l'homme qui lui avait infligé tout cela. Après avoir vérifié que l'état de Hank ne s'était pas aggravé, et après l'avoir étendu par terre, Sin fo s'endormit en ruminant ces sombres pensées.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0