Chapitre 30 Le rêve d'une vie - Partie 4

6 minutes de lecture

Reg'liss la rejoignit à ce moment. Il la trouva prostrée, les bras autour des jambes, et le visage enfoui dans les genoux. Il n'osa d'abord pas la déranger, puis il se décida à s'approcher d'elle.

- Sin fo ? Tout va bien ?

 La jeune femme éclata de rire.

- Les hommes ont vraiment l'art de poser des questions idiotes.

- Excuse-moi.

- Ce n'est pas de ta faute.

- Je peux m’asseoir avec toi ?

- Bien sûr.

 Tout en se posant à ses côtés, le jeune homme demanda à son amie :

- Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu t'es comportée de manière très étrange tout à l'heure. Je t'ai toujours connue si calme, je ne pensais pas te voir en colère un jour.

- Je n'étais pas en colère. Je suis triste.

- Mais pourquoi ?

- J'ai l'impression d'être en train de perdre ma vie.

- Tu dis ça pour le tournoi ? Tu sais, même si j'ai gagné notre combat, je n'ai pas l'intention de vous mettre à la rue toi et ton père. Tout ce que je veux, c'est permettre à mon oncle de vivre au chaud pour l'hiver.

- Je ne pensais même pas à cela, répondit Sin fo avec un soupir résigné. C'est vrai, selon nos lois, tu es maintenant le chef du village.

- J'imagine que ce titre représentait beaucoup pour toi...

- C'était ma vie.

- Je n'avais aucune envie de briser tes rêves.

- Non, ce n'est pas une manière de parler. J'ai vécu cette vie.

- Que veux-tu dire ?

- Tu ne comprendrais pas.

- Sin fo, on est amis, pas vrai ? Tu peux tout me dire.

 Sin fo leva le visage vers lui, et le grand sourire qu'il lui adressa la convainquit de tout lui raconter.

- Tu as gagné. Par où commencer ? Lorsque nous nous sommes affrontés au tournoi, tu as lancé une attaque magique. D'après toi, j'ai été touchée, et l'instant d'après, je m'écroulais sur le sol. Je me souviens m'être évanouie au milieu de l'arène, mais pour moi, cet instant a duré plus de huit ans.

- Quoi ?

- J'ai l'air d'avoir à peine dix-huit ans, mais j'en ai en réalité presque vingt-sept. Je suis revenue sur Incuna il y a trois ans environ, et avant cela, j'ai vécu près de cinq ans dans une vallée peuplée d'hommes volants. Ah, j'ai oublié de te dire que j'avais été transportée à l'autre bout du royaume, et près de cinq siècles en arrière.

 Sin fo vit que Reg'liss avait toutes les peines du monde à garder son sérieux. Visiblement, il pensait qu'elle se moquait de lui.

- Comment as-tu accompli ce prodige ?

- À cause de toi.

- Pardon ?

- C'est ton sort qui m'a envoyée là-bas. Enfin, qui nous a envoyés là-bas.

- Toi et moi ?

- Oui. Tu ne t'en rappelles vraiment pas ?

- Je te jure que non. Je vois bien que ça te fait de la peine, et jamais je ne voudrais te faire souffrir volontairement.

- Je n'ai aucune preuve pour te convaincre que je ne suis pas folle. Mon corps a retrouvé son aspect d'antan, j'ai changé d'époque, et j'ai apparemment laissé tous mes amis derrière moi.

- Je n'ai pas dit que tu étais folle.

- Mais tu en es convaincu, admets-le.

- Reconnais que tout ça est difficile à croire. J'avais les yeux braqués sur toi en permanence pendant le tournoi, et à aucun moment je ne t'ai vue disparaître. En vérité, je te regarde très souvent Sin fo. Je... Il faut que je t'avoue quelque chose.

- Tu es amoureux de moi.

- Tu... Tu le savais, demanda Reg’liss décontenancé.

- Quand nous avons quitté Ts'ing Tao, nous avons passé quelques semaines seuls toi et moi. Cela nous a rapprochés. Puis nous avons croisé le chemin d'un homme plus vieux que nous, et j'ai bien vu que tu étais jaloux de lui. C'est à ce moment que j'ai compris.

- Et tous les deux, nous avons... Enfin, nous sommes...

- Non, nous avons été séparés quelques jours plus tard, et j'ai cru t'avoir perdu à jamais. J'ai vécu avec cet homme, et je l'ai aimé. Ensemble, nous avons traversé de nombreuses épreuves, et connu de nombreuses joies. Nous nous sommes faits des amis. La plus précieuse d'entre eux est une jeune fille que je considère comme une sœur, presque comme ma fille. Elle était avec moi hier, et je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Tu crois que j'invente tout cela Reg'liss ? Tu crois que l'on peut ainsi s'imaginer une vie toute entière, un amour, des amis ?

- Je ne dis pas que tu as tout inventé, mais où sont les preuves de cette vie ?

 Sin fo réfléchit un instant, avant de désigner le centre du lac.

- C'est moi qui ai fait surgir l'île sur laquelle est construite la ville. J'ai aussi fabriqué le pont qui relie Incuna avec l'île voisine, au sud.

- Il n'y a pas de pont entre les deux îles. Et comment aurais-tu pu créer une île aussi grande ?

- J'ai puisé l'énergie de mes amis pour accomplir mon sort.

- Tu peux voler l'énergie d'autres personnes ?

- Je... Je n'y arrive plus.

 Reg'liss ne répondit rien, mais son regard en disait suffisamment long.

- Je connais le nom du premier tenancier de l'auberge du village, proposa Sin fo.

- Un nommé Roussel. Son nom est inscrit sur une plaque de bois au dessus du bar.

 Sin fo fut décontenancée par cette réponse. Elle commençait à perdre pied.

- Je... Une des villes que j'ai visitées dans le sud s'appelle Castelroi. Mon amie est la princesse du royaume. Elle s'appelle Tabatha et ses parents sont le roi Albus et la reine Eowyn.

- Je n'ai aucun moyen de le vérifier, mais tu as pu apprendre ces noms en étudiant l'histoire avec ton père.

 Sin fo se souvint que son père lui avait en effet appris les noms des rois qui s'étaient succédés sur le trône lorsqu'elle était enfant. Elle bredouilla lorsqu'elle tenta encore de convaincre Reg'liss :

- À quelques dizaines de mètres, dans la forêt, il y a un dôme de pierre sous lequel mes amis et moi avons vécu quelques temps quand nous sommes arrivés sur Incuna.

- Sin fo, je connais la forêt comme ma poche, et sur toute la moitié sud de l’île, il n'y a rien, excepté la ferme de mon oncle.

- C'est impossible. Tous mes souvenirs... Toute ma vie...

- Tout ça n'était qu'un rêve. Tu es restée plusieurs jours dans un sommeil profond. Ton esprit a créé un scénario qui semblait réel en se basant sur des informations que tu avais sans le savoir. Mais tu es réveillée maintenant. Ta vie est ici, avec ta véritable famille, et tes véritables amis. Avec moi.

- Non... Je... C'est impossible.

- Je suis là Sin fo. Je t'aiderais à surmonter ça.

 Reg'liss prit Sin fo dans ses bras et la serra contre lui, mais la jeune femme ressentit une sensation étrange. Au lieu de sentir la chaleur de l'étreinte de son ami, son corps fut parcouru d'une vague glaciale. Elle éprouva même un coup dans la poitrine quand le jeune homme lui répéta :

- Je suis là Sin fo.

 Sin fo repoussa Reg'liss et toucha ses bras glacés. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait si froid soudainement. Son corps s'engourdit et elle dut s'allonger. Elle ressentit un nouveau coup dans la poitrine et sa vision commença à se troubler. Elle avait de plus en plus froid, et elle se rendit compte que ses vêtements étaient trempés et lui collaient à la peau. Après quelques instants, Sin fo fut totalement plongée dans le noir, et elle suffoqua. Sa poitrine fut encore secouée par quelques coups, avant qu'elle ne sente du liquide lui remonter dans la gorge. Elle cracha en toussant, et recouvra peu à peu la vue. Elle put ainsi voir que l'homme penché au dessus d'elle n'était pas Reg'liss. C'était Hank, qui était lui aussi trempé jusqu'aux os, et qui la regardait avec le visage crispé. Sin fo se souvint alors de ce qui s'était réellement passé. Lorsqu'elle avait affronté les djaevels, elle avait été acculée et avait dû se jeter dans le lac pour leur échapper. Visiblement, Hank avait plongé pour la remonter. Il la serrait maintenant dans ses bras, et elle sentait la chaleur de son corps quand il lui répétait :

- Je suis là Sin fo. Tout va bien aller maintenant.

 Sin fo toussa à nouveau, et d'une voix très faible, elle murmura à l'oreille de son mari :

- Ils ont emmené Tabatha.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0