Chapitre 2 Le tournoi - Partie 2

5 minutes de lecture

 Une heure plus tard, Reg'liss se présenta au terrain où se déroulait l'épreuve de force. Celle-ci consistait à porter de lourdes charges tout en décrivant une boucle complète autour de l'arène.

 Les concurrents étaient répartis en plusieurs catégories suivant leur corpulence. Pendant longtemps, les femmes et les hommes avaient passé leurs épreuves de sélection séparément, mais comme les phases finales étaient mixtes, tous les concurrents étaient maintenant logés à la même enseigne.

 Reg'liss se plaça relativement bien dans sa catégorie. Il n'était pas très grand et ne paraissait pas très musclé, si bien qu'on le plaça d'office dans la première catégorie, avec bon nombre de femmes, de gringalets et d'adolescents - il n'y avait pas d'âge minimum requis pour participer au tournoi. Malgré sa carrure modeste, Reg'liss avait de la force dans les jambes à force de parcourir la forêt, et dans les bras à force de travailler aux champs et de tirer à l'arc. Il n'était pas très glorieux de l'emporter contre de tels adversaires, mais tout avantage était bon à prendre. Durant sa session, seul le fils du boulanger fit un meilleur temps que Reg'liss.

 Maintenant qu'il était qualifié pour la troisième épreuve, Reg'liss disposait de deux heures pour se reposer. Il en profita pour aller s'acheter de quoi manger. La chambre qu'il avait prise à l'auberge lui avait coûté presque toutes ses économies, mais il lui restait quelques pièces d'argent à dépenser.

 Sur la place centrale du village, il s'intéressa aux fruits venus du sud du pays. Alors qu'il hésitait entre un gava bien juteux et une grappe de jibsas, une violente claque dans le dos le déséquilibra et faillit l'envoyer sur l'étal. Il se retourna vivement, prêt à en découdre.

 Face à lui, un jeune homme de haute taille au visage carré et aux joues couvertes d'une fine barbe, de la même couleur blonde que ses cheveux plaqués en arrière, riait aux éclats. Il s'agissait de Lui Jen, le meilleur ami de Reg'liss.

– Lui Jen, qu'est-ce que tu fais là, espèce de délinquant, s’esclaffa Reg'liss en le poussant à son tour.

– Je te rappelle que j'habite le quartier, répondit ce dernier avec une rapide accolade. C'est plutôt à moi de te demander ça, pieds crottés, on ne t'a pas vu depuis des semaines !

– Évidemment, j'ai du travail moi ! Avec mon oncle, on n'a pas arrêté pendant des jours, et je suis arrivé en ville hier.

– Hier ? Pourquoi tu n'es pas venu me voir directement ?

 Lui Jen plaqua sa main sur sa poitrine et ouvrit la bouche en faisant mine de s'offusquer.

– Aurais-tu donc d'autres amis que moi ?

– Arrête imbécile. J'en avais l'intention, et en chemin j'ai décidé de m'inscrire au tournoi. Du coup, il a bien fallu que je me dépêche d'aller réserver une chambre à l'auberge.

– C'est toi l'imbécile, rétorqua le grand blond. Tu n'avais qu'à venir chez moi et tu aurais dormi sans sortir la moindre pièce de ta poche. Mais attends une seconde. Toi, inscrit ? Tu m'as toujours dit que ça ne t'intéressait pas de diriger le village.

– C'est vrai, mais la situation présente certains avantages. Mais toi, tu n'as pas participé, demanda Reg'liss pour détourner la conversation.

– J'ai essayé, assura l'autre avec une moue en se grattant la barbe, mais je n'ai pas donné le meilleur de moi-même. Je n'ai même pas passé l'épreuve de force.

– Tu te moques de moi ? Tu es fort comme un bœuf !

– Je te l'ai dit, je n'ai pas fait beaucoup d'efforts. Après réflexion, je tiens trop à ma liberté pour m'engager dans un boulot aussi contraignant. Je ne sais déjà pas ce que je ferais la semaine prochaine, alors tu me vois planifier ma vie sur sept ans ?

 Reg'liss acquiesça d'abord en silence, avant d'afficher un air véritablement confus.

– Mais alors pourquoi est-ce que tu as seulement pris la peine de t'inscrire ?

– Pour impressionner une fille bien sûr, répondit Lui Jen en riant.

 Reg'liss secoua lentement la tête en souriant.

– Je te reconnais bien là. Ça a marché au moins ?

– Oh tu sais, tenta d'éluder son ami, je me suis rendu compte qu'elle n'était pas très intéressante finalement.

– Elle s'est jetée sur un autre gars ?

– Un espèce de colosse abruti, répondit Lui Jen avec un air dépité.

 Il fit une grimace telle que Reg'liss éclata de rire.

– Ce n'est pas très grave, je ne vais pas me laisser abattre. Elle ne sait pas ce qu'elle perd. Il y a bien assez de jolies filles sur cette île pour me satisfaire, conclut-il en se frottant les mains. Mais tu ne m'as pas dit comment tu t'en sors pour l'instant ?

– J'ai été lamentable en magie c'était évident. Mais je me suis rattrapé sur l'épreuve de force. Si je gagne au tir à l'arc, je fais les finales !

- Alors c'est du tout cuit ! Tu es le meilleur tireur que je connaisse, s'exclama Lui Jen en attrapant son ami par les épaules.

 Les deux camarades rejoignirent une table libre sous l'immense chapiteau et partagèrent une bière en attendant que l'épreuve de tir commence. Ils échangèrent des nouvelles en écoutant d'une oreille distraite les musiciens, et en faisant des commentaires appréciateurs sur les danseuses présentes sur la piste.

 Plusieurs vinrent les saluer. Lui Jen en profita pour organiser ses prochaines soirées, tandis que Reg'liss se contenta d'un bref signe de tête en buvant lentement sa bière, sans parler.

 Il promena son regard sur les autres clients. La plupart parlaient fort et riaient de bon cœur sans lui prêter attention, mais un couple de personnes âgées semblaient l'observer. Lorsqu'il les regarda plus attentivement, le vieil homme tourna la tête, mais la femme soutint son regard. Reg'liss crut déceler de la tendresse au fond de ses yeux. Pourtant, il n'avait jamais vu cette femme. Il posa sa chope et s'apprêta à rejoindre la femme, mais Lui Jen posa une main sur son avant-bras et lui demanda :

– Tu me quittes déjà ?

– Non je veux juste…

 En tournant la tête, Reg'liss s'aperçut que le couple avait disparu.

– Aucune importance, dit-il à Lui Jen en fronçant les sourcils.

– Je viens de penser à une chose, reprit ce dernier trop enjoué pour remarquer son trouble. Pourquoi ne resterais-tu pas quelques jours de plus ? Une ou deux soirées passées à la taverne, et je suis sûr qu'on te trouvera une demoiselle à ton goût.

– Tu sais que je n'ai pas ton aisance, balaya Reg'liss en reprenant sa pinte. Et puis ces filles ne m'intéressent pas.

– Tu veux que je te présente des amis à moi ? Tous très beaux garçons, ajouta son ami en mimant un baiser.

– Imbécile ! Tu sais de quoi je parle.

– Oui, je le sais, et tu connais mon avis, résuma Lui Jen d'une voix plus austère.

 Le silence s'installa entre les deux jeunes gens. Ils finirent leurs verres et se dirigèrent vers le terrain d’entraînement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0