Chapitre 2 Le tournoi - Partie 3

5 minutes de lecture

 Après avoir quitté Lui Jen, Reg'liss pénétra sur le deuxième terrain d'entraînement, là où devait se dérouler la troisième épreuve, celle d'adresse. Elle visait à juger des capacités des candidats à manier une arme.

 La région était pacifiée depuis des décennies et vivait en bonne entente avec les peuplades de l'autre côté de la frontière, mais la tradition exigeait néanmoins que le chef du village soit en mesure de défendre ses concitoyens. Cette épreuve ne consistait pas à se battre, mais au contraire à distinguer les candidats capables de tenir tête à un adversaire de ceux incapables de tenir une arme sans se blesser. Plus habitué à la chasse qu'au corps à corps, Reg'liss choisit de concourir dans la catégorie archers.

 Une dizaine de cibles avaient été alignées, et les règles de l'épreuve étaient très simples : dix concurrents côte à côte, avec cinq flèches chacun. Seules les trois meilleures flèches de chaque candidat étaient retenues, et les trois meilleurs de chaque session étaient sélectionnés pour les phases finales.

 Reg'liss était tout au bout de sa file, si bien qu'il n'avait un adversaire qu'à sa gauche. Malheureusement, Reg'liss le connaissait bien. C'était un jeune homme de haute taille, à la nuque droite et à la mâchoire proéminente, dont les yeux plissés et le sourire arrogant reflétaient bien l'esprit retors. Âgé d'une vingtaine d'années, il avait persécuté Reg'liss pendant des années lorsqu'ils étaient à l'école. Reg'liss avait espéré ne plus jamais avoir affaire à lui, mais malheureusement son adversaire le reconnut.

– Ça alors mais regardez qui voilà ! Demi-portion a décidé de se prendre pour un grand.

 Désireux de conserver son calme, le jeune homme expira longuement par le nez avant de répondre :

– Salut Morvan, content de voir que tu ne m'as pas oublié.

– Comment est-ce que j'aurais pu t'oublier ? Grâce à toi je ne me suis jamais ennuyé à l'école. Tu te souviens de la fois où j'avais mis le feu à ton pantalon, questionna-t-il en désignant d'un geste du menton les jambes de son ancien souffre-douleur.

– Peut-être que j'en rirais avec toi si je n'avais pas été incapable de marcher pendant trois semaines après ça, répondit Reg'liss les dents serrées.

– C'était le bon temps, continua Morvan en riant. Tu n'espères tout de même pas me battre aujourd'hui demi-portion ?

– Je ne suis plus un gamin Morvan, riposta le jeune homme en haussant le ton. Je ne reculerai plus devant toi.

– Calme-toi demi-portion, les combats sont interdits avant la phase finale.

 Il fit craquer les jointures de ses poings serrés.

– Quel dommage, j'aurais aimé te démolir devant une foule en adoration.

 De l'autre côté du terrain, un coup de cloche marqua le début de l'épreuve. En moins de cinq secondes, Reg'liss se saisit d'une flèche, banda son arc et tira. Le bruit mat que produisit la flèche en atteignant la cible fit se retourner Morvan, qui constata qu'elle s'était fichée en plein centre de la cible.

– Tu as besoin d'un peu de temps pour te concentrer Morvan ?

– Si tu crois m'impressionner, demi-portion...

 Morvan décocha rapidement une flèche, et à son tour la mit dans le mille. Il afficha une moue plus méprisante que jamais en toisant Reg'liss. Ce dernier choisit de l'ignorer et tira deux nouvelles flèches, qui se plantèrent à quelques millimètres de la première. Il prit quelques secondes pour souffler et constata que les autres concurrents étaient loin d'avoir son niveau. Malheureusement, Morvan avait fait presque aussi bien que lui. Celui-ci l'interpella :

– Eh demi-portion, ça te dit un petit jeu, histoire de corser les choses ?

 Il fouilla la besace qu'il avait posée à ses pieds et en sortit une pomme. Il la posa sur le plat de son pied, et arma son arc. D'un coup sec, il catapulta le fruit en l'air et lâcha la corde de son arc. La flèche transperça la pomme et alla l'accrocher non loin du centre de la cible. Un rictus accroché sur le visage, Morvan se saisit de deux autres pommes, en croqua une et tendit l'autre à Reg'liss.

 Le jeune homme hésita un instant. Il ne voulait pas rentrer dans le jeu de son adversaire. D'un autre côté, il avait une confortable avance sur les autres concurrents, et il pouvait se permettre de gâcher un trait. Il attrapa résolument le fruit et répéta les gestes de Morvan. Au moment de tirer, ce dernier lui cracha un morceau de pomme au visage, ce qui lui fit dévier son tir. La flèche traversa la pomme, mais dévia de sa trajectoire et se planta dans le pied de la cible. Morvan éclata de rire.

– Je te l'avais dit demi-portion. Tu n'es pas de taille face à moi.

– Très bien, Morvan, à mon tour de te proposer un petit jeu.

 La tête tournée vers son rival, Reg'liss se saisit d'une flèche, et sans regarder la cible, banda son arc.

– Jamais tu ne la mettras, le nargua Morvan.

 Un sourire aux lèvres, le visage toujours tourné à gauche, Reg'liss lâcha la corde. Le projectile fila à toute vitesse et se planta au milieu de la cible, juste à côté de sa première flèche. Devant l'air dépité de Morvan, le jeune homme sut immédiatement qu'il avait fait mouche.

– Essaie de faire mieux sans magie, provoqua-t-il son adversaire.

 Celui-ci empoigna son arc d'un geste rageur.

– Je suis meilleur que toi et je vais te le prouver !

 Il tourna la tête vers la droite et arma son tir. Juste avant de relâcher sa corde, il adressa un sourire méprisant à Reg'liss et enflamma sa flèche par magie.

– Ça doit te rappeler des souvenirs, pas vrai ?

– C'est vrai. Tu n'as pas changé, tu es toujours aussi bête. Regarde un peu ta cible.

 Morvan tourna vivement la tête pour se rendre compte que sa cible s'était transformée en brasier. Sa dernière flèche y avait mis le feu, et en quelques secondes il n'en resta plus rien. Au même moment, un officiel se présenta derrière eux.

– Mais qu'est-ce que vous avez fait, s'emporta-t-il.

– C'est cet avorton qui m'a piégé, cria Morvan.

– Je n'ai rien fait, se défendit Reg'liss. Il a mis le feu lui-même.

– Toutes mes flèches étaient au centre !

– Ah oui ? Et comment voulez-vous que j'en juge à présent ? Vous êtes disqualifié, cela vous apprendra à garder votre calme.

– Non, vous ne pouvez pas me faire ça ! Je suis le meilleur archer de cette ville !

 Reg'liss s'éloigna un sourire aux lèvres tandis que Morvan continuait à vociférer.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0