Chapitre 35

11 minutes de lecture

J’ai attendu encore et encore, mais personne n’est venu. Je suis retourné au travail, attendant mon arrestation mais je n’ai jamais vu les autorités arriver. Pourquoi n’a-t-elle pas été porter plainte contre moi ?

- Max, ce soir on sort ?

- Non merci Brice.

- Mec courage, tu sais que je suis là hein.

Mon ami a beau me soutenir, je n’arrive pas à retrouver l’envie de vivre. Je dors dans le lit de Cynthia mais petit à petit ses draps perdent de son odeur. J’ai donc fermé sa porte pour ne plus la voir dans mes souvenirs. Je ne suis plus que l’ombre de moi-même et ça commence à inquiéter ma famille.

- Max, chéri, t’es sur de ne pas vouloir fêter ton anniversaire ?

- Non maman.

- Juste un repas ? Ca fait un moment que t’es pas venu manger à la maison, ça ferait plaisir à ton frère.

- Je n’ai pas envie.

La seule chose qui me maintient encore en vie c’est le boulot.

- Pas encore parti ? Me demande Steph’ qui se déshabille devant moi au vestiaire.

- Comme tu peux le voir.

- Ce n’est pas la grande forme hein.

- Pas envie d’en parler et encore moins avec toi.

Pourquoi elle vient vers moi, elle a foutu ma vie en l’air, qu’est ce qu’elle veut de plus !

- Eh Max, je n’ai jamais voulu que ça casse avec ta copine chelou. J’avais juste envie d’un moment avec toi.

Elle se pose devant moi en soutif/string.

- Faut que tu reprennes vie Max.

Je regarde son nombril que j’ai tant léché.

- T’es belle.

- Alors baise-moi Max.

- J’ai pas la force Steph’.

- Moi je l’ai.

Elle se met à califourchon sur moi et je ne la repousse pas. Je sens sa main se poser sur ma bite qui se réveille doucement de son hibernation forcée.

- Je ne sais pas si elle va bander, je me branle plus.

- Elle t’a vraiment brisé dis donc. Laisse-moi faire, je vais arranger ça.

Elle descend entre mes jambes et glisse ma queue dans sa bouche tout en me regardant. J’ai l’impression d’être à l’extérieur de mon corps, regardant mon sexe aller et venir dans sa belle bouche. Mais très vite les sensations reviennent, elle me sourit me sentant gonfler.

- Oh putain… continue.

- Tu vois, t’avais juste besoin qu’on s’occupe de toi. Dit-elle en se remettant sur moi.

Elle me sourit alors que je la sens glisser autour de moi. Elle ondule des hanches et me réveille de ce sommeil forcé.

- C’est bon Max !!! Continue !!! Crie-t-elle

Je la soulève et la colle contre un casier.

- Baise-moi Max !!! Baise-moi !!!

Je lui enfonce bien profondément, décharge mon énergie dans son bas ventre, et explose en milliards de petit morceau en elle. Essoufflés nous restons quelques minutes l’un contre l’autre puis je me retire d’elle et me casse sans un mot.

- Salut voisin alors comment ça va ? Me demande mon voisin quand je rentre.

- Ca va.

- Une bière ça te tente ?

- Non merci.

Je rentre chez moi et j’ai comme la nausée. Je supporte plus ma maison vide alors je prends ma caisse et me casse là où j’oublierai ma douleur.

- T’en veux encore Maxou ? Me lance Steph’ quand elle ouvre sa porte.

- Ouais.

- Y a Brice là.

- Ah…je repasserai plus tard alors.

- Non, entre je peux vous recevoir tous les deux. Dit-elle avec un sourire charmeur.

Je ne me fais pas prier et la suis. Je check Brice qui est assis sur le canapé, la queue à la main.

- Désolé, je viens au mauvais moment mec. Dis-je

- T’inquiète y a jamais de mauvais moment avec elle.

On ricane et Steph’ me colle une bière à la main et d’un signe de tête m’invite à les rejoindre. Elle enjambe Brice et le colle dans son vagin.

- On en était là nous je crois. Dit-elle en roulant une pelle à Brice qui grogne.

Je les mate un peu et Brice écarte le cul de Steph’.

- Il est tout chaud, tout prêt pour toi mec. Me lance-t-il

En effet son trou du cul est déjà bien ouvert et je suppose que Brice en est le responsable. Je crache dans le trou en me branlant un peu et m’enfonce dedans. Elle gémit plus fort et Brice lui donne un coup de rein. Je me retire et m’enfonce plus durement en elle.

- Oh putain ouiiii !!! Encore les gars !!! Encore !!!

On recommence plus fort et elle s’agrippe au canapé. Brice lui suce ses seins alors que je lui tiens ses hanches pour la baiser.

- Max !!! Doucement tu me fais mal !!!

- Je n’ai pas envie d’y aller doucement.

- Tu vas te faire défoncer. Ricane Brice

On la bouscule bien comme il faut, et elle finit par être culbutée par nos deux queues toute la nuit. Le lendemain, nous retrouvons le chemin de l’hôpital, elle est grimaçante et nous amusé par ce qu’on lui a fait.

- Elle va être longue la journée hein. Ricane Brice

- Vous m’avez bousillé enfoirés.

- Tu as réclamé toi aussi.

- Ouais bah fallait dire non !!!

- Ah ça je ne sais pas faire.

- Connards !

Elle part furax, en marchant le plus droit possible, ce qui nous vaut un fou rire.

- On remet ça ce soir ? Me lance Brice

- Allez.

Le soir Brice rapporte de quoi jouer avec les trous de Stéphanie qui se sauve devant le god serpent gradué, j’avais le même pour Cynthia mais je n’ai pas eu le temps de m’en servir.

- Hors de question que vous me foutez ça !!!

- Allez, on ne va pas te le mettre entièrement, même si c’est fait pour. On s’arrête à 20cm, ça te va ?

- Non. 15 pas plus.

- Ok, 15.

Elle s’installe sur la serviette qu’on a posé, Brice la lubrifie bien alors qu’elle pose sa tête sur mes genoux, les fesses tendues vers mon pote.

- Détends-toi, j’y vais doucement et si ça ne va pas tu me le dis.

Elle soupire et se tend quand l’engin entre en elle. Je la regarde et caresse son visage et son corps se détend.

- T’es à combien là ? Demande-t-elle

- 12

- 15 pas plus.

- Pas plus.

Elle gémit un peu quand Brice retire un peu puis lui enfonce plus loin. Il me regarde et je lui fais signe de continuer. Elle se cambre et plante ses yeux dans les miens.

- Embrasse-moi. Me demande-t-elle

Je pose mes lèvres sur les siennes et fait signe à Brice de continuer. Elle gémit dans ma bouche et avec sa main s’oppose à Brice. J’attrape sa main et la tient.

- Continue, elle peut prendre plus. Dis-je en regardant Stephanie

- Arrête Brice, stp c’est trop là ! Dit-elle.

- Euh, moi je l’ai testé, j’ai pu tout mettre. Dit Brice

- Tu te godes le cul, toi ?

- Bah ouais.

Steph’ ricane et se crispe.

- Ca fout des crampes !

- Normal ça. Faut que tu te détendes.

- Facile à dire ça !

Elle gémit quand il bouge le gode en elle sans l’enfoncer plus.

- Tu vas tout prendre Steph’. Dis-je

- T’es malade !!! Il fait 50cm !!!

- Il est fait pour et t’en es capable. T’es la fille qui se prend le plus de bite de tout l’hopital, t’en as vu d’autre.

- C’est pas pareil Max.

- Tu vas adorer, fais moi confiance.

- Max…

- Tu vas adorer. Dis-je en la faisant taire par un baiser.

Elle me regarde et comprend qu’elle ne va pas vraiment avoir le choix. Brice me regarde et je vois bien qu’il n’a qu’une envie c’est de lui enfoncer tout. Je repose la tête de Steph’ et lui dis de respirer.

- Continue. Dis-je à Brice.

Je sens la mâchoire de Steph’ se crisper mais ne dit rien.

- On est à 25 là Max. Me dit Brice.

- Continue.

- Max stp…Gémit-elle au bord des larmes.

- T’es capable Steph’, faut juste que tu te détendes bien. Allez ma belle.

Je pose ma main sous son ventre qui se déforme sous l’engin qui s’enfonce en elle.Je la masse pour calmer ses spasmes, et aider à la progression.

- Ca coince là !!! Crie t’elle.

- Mais non c’est une contraction, ça va passer. Dit Brice.

Brice est bien plus doux que moi je ne l’aurais été et surveille les réactions de Steph’ qui angoisse. Je caresse son clitoris et elle commence à s’excitée.

- Encore, vas-y. Dis-je à Brice.

- Max !!!!

Elle se redresse d’un coup et se met à crier sous la jouissance.

- Oh putain !!!!

Elle lance un regard à Brice qui lui sourit et enfonce d’avantage le gode. Prise par le plaisir, elle défait mon pantalon et me met dans sa bouche, ce qui nous fait rire. Brice prend son temps, la lubrifie bien à chaque fois qu’il avance en elle. Sous ses cotes, on sent ses intestins deformés qui poussent les autres organes vers le haut. Les 50 cm sont en elle, et elle est à bout de souffle, n’arrivant même plus à me sucer. Brice est dur comme du béton, et s’invite dans sa chatte. Le sextoy, ressort d’elle, lorsque Brice s’éloigne de son orifice et se réenfonce quand il se colle. J’efface une larme du coin de l’oeil de Steph’ puis l’embrasse.

- Oh ca fait mal !!! Pas trop !!! Pas…oh c’est bon !!! Non là ça fait mal !!! Ohhhh !!!

- C’est bien ma belle, fais le jouir, contracte bien ta chatte.

Brice gémit et finit par jouir en elle. Lorsqu’il se retire d’elle, je vois le visage de Steph’ se contracter et son regard traduit ce que son corps est en train de faire.

- Doucement ma belle, le sort pas si vite !!! Dit Brice qui stoppe le retrait trop violent de l’engin.

Il retient la sortie pour la faire en douceur et s’extasie devant le gouffre que laisse le passage du gode.

- Putain, t’es une sacrée salope ma belle. Lui dit Brice

Elle est essoufflée et tremblante. Je la prends dans mes bras puis on l’amène sous la douche pour la baiser encore à deux pour finir dans son lit. Je reste les yeux rivés au plafond et finis par me lever pour aller m’échouer sur le canapé. Je pense aux courbes de Cynthia, à son regard, sa bouche…

- Insomnie ? Me demande Brice qui me sort de mes pensées.

- Ouais.

- Elle ne t’a pas assez fatigué ?

- Je dors peu en ce moment.

Je tente de ravaler mes larmes qui menacent et se barrent sans que j’arrive à les retenir. Je les efface au plus vite et Brice vient s’asseoir à coté de moi, me tapant l’épaule gentiment.

- J’ai mal Brice, putain je crève à petit feu. Dis-je

- On est là Max, t’es pas tout seul.

- Elle me manque tellement, j’ai plus goût à rien, même baiser me file plus satisfaction, je fais ça comme une foutue machine mais y a pas de plaisir.

- Ca va revenir à force de baiser.

- Je la veux elle, pas une autre.

- Je sais mec, je sais.

Comment je vais pouvoir vivre sans elle putain. J’ai l’impression d’avoir toujours la gorge nouée, comme si elle avait déposé un collier invisible, me tenant à elle comme un clebs qui attend qu’on daigne le libérer.

J’ai toujours cette foutue douleur qui me ronge presque 2 mois après. J’ai perdu presque 5 kilos, vomissant tout ce que je mange. Je dors juste ce qu’il faut pour pas crever, je tiens debout par je ne sais quel miracle, la seul chose qui marche encore, c’est ma queue. J’ai repris les sorties à m’arracher la gueule d’alcool, continue les baises avec Stéphanie qui en redemande toujours. Je n’ai plus de vie, je n’ai plus d’envie, je laisse les autres me guider alors que j’ai plus goût à rien. J’ai envie de crever mais quelque chose m’empêche de faire une connerie, je ne sais pas quoi mais j’aimerais ne plus me réveiller, juste ne plus me réveiller.

- Ce soir fête d’Halloween mon pote, on va se déchirer la gueule !!! Crie Brice à mon oreille.

- Mon cul n’attend que toi. Me chuchote Steph’ à l’oreille.

- Ouais génial. Dis-je sans conviction.

- Cache ta joie. Crache Stéphanie vexée.

- Je te l’ai dis, je te baise pour l’entretien rien de plus.

- J’adore quand tu me traites comme une serpillère Maxime, t’as bien changé. Je vais plutôt baiser avec Brice, lui au moins me respecte !

- C’est ça, va baiser avec Brice, ça me fera des vacances.

- T’es vraiment devenu un sale con depuis ta pute !

Sans réfléchir ma main frappe violemment la joue de Stéphanie qui me regarde comme si j’avais commis un crime, choquée de mon geste.

- L’appelle pas comme ça, je te l’interdis !!!

- C’est qu’une pute !!! Une sale pute Maxime !!! Regarde dans quel état t’es à cause d’elle !!! Tu peux faire croire à tout le monde ce que tu veux mais je sais que c’est elle qui t’a quitté et regarde toi on dirait un pauvre toutou qu’on a laissé au bord d’une route. Tu fais pitié Max !!!

Mon sang fait qu’un tour et je vais pour me jeter sur elle mais Brice s’interpose entre Stéphanie et moi qui nous fusillons du regard.

- Eh, tu vas trop loin là Max, tu ne peux pas la traiter comme ça, elle y est pour rien. Steph’ c’est une meuf cool.

- Alors baise là et foutez-moi la paix !

Brice demande à Stéphanie de partir alors que mes larmes me guettent. Bordel, elle a raison, je suis pitoyable.

- Mec, je vais crever. Dis-je en laissant couler la flotte de mes yeux.

- Non, tu vas t’en remettre, je te jure que tu vas t’en remettre.

- Je l’ai dans la peau Brice.

- Je sais mais putain Max, ça pouvait pas durer votre histoire, t’en as conscience.

- Ca aurait pu durer si je n’avais pas couché avec Steph’ à votre soirée de merde !!!

- Va savoir comment ça aurait fini, Max faut que tu tournes la page.

- Je ne peux pas.

Il me prend dans ses bras et je chiale comme un gosse, m’agrippant à lui comme d’une bouée de sauvetage. Dans la journée je vais voir Stéphanie qui est marquée à la pommette. Et merde, je n’ai vraiment pas fais gaffe à ma force.

- Steph’ ?

- M’approche plus Max, t’as été trop loin.

- Je voulais juste m’excuser.

- J’en veux pas de tes sales excuses Maxime, tu peux te les garder.

Je vois sa colère et sa tristesse.

- J’ai besoin de toi Steph’.

Elle me regarde et je vois ses yeux briller par les larmes qui lui montent aux yeux.

- Je vais crever sans toi, stp me laisse pas. Dis-je à bout de souffle

- Tu fais chier Max.

- Je sais. Stp, pardonne-moi. Dis-je en posant mes mains sur sa taille

Elle enroule ses bras autour de ma nuque et me laisse me nicher dans son cou.

- Me frappe plus jamais Max.

- Pardon Steph’.

Elle me serre contre elle, m’invite chez elle, me laisse lui faire l’amour, tente de me soigner comme elle peut, mais lorsqu’on croise Cynthia dans sa vie, on ne peut pas guérir. Je suis condamné à la pire des souffrances, au chagrin d’amour.

Annotations

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2079
1475
1978
1154
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
3659
1665
333
470
Lilie Berthy
Jusqu'où peut-on aller "par amour" ? Quand Cylia fait la connaissance d'Anthony, elle est loin d'imaginer qu'il prendra petit à petit le contrôle total de sa vie...
15
11
10
53

Vous aimez lire Lia 53 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0