En suis-je capable ?

5 minutes de lecture

Réveil difficile. De nouveau dans cette cage... J'ai mal au ventre, ça tire un peu. Mais... Qu'est-ce que c'est que ça ? Des fils ? Que m'a-t-on fait ? Où sont-ils, où sont ceux qui prennent soin de moi et de mes petits ? Ils m'ont abandonnée ? Pourquoi ? Qu'est-ce que... j'entends sa voix. Oui, c'est elle. Elle est revenue ! Sors-moi de là s'il te plaît, ramène moi avec toi, vite. Ici c'est étrange, ça sent bizarre et surtout il y a beaucoup d'animaux stressés. S'il te plaît, ramène-moi auprès de mes petits.


Le sous-sol serait-il ma nouvelle maison ? Cage ouverte, mes petits qui me réclament, mon cœur se calme. Oui, plus de doute, ce sous-sol c'est ma nouvelle maison, sinon, pour quelle autre raison je me sentirais si apaisée désormais ?

Les semaines passent, nouveau voyage dans la cage pour s'occuper de ces satanés fils que j'ai déjà à moitié arraché moi-même. Ai-je paniqué ? Pas du tout. Pourquoi ? Elle est restée tout du long avec moi. Qu'est-ce que j'étais fière... C'était pas l'envie qui me manquait de croquer les mains du doc' mais je me suis bien tenue. Fallait faire bonne impression, quand même ! La première fois, j'avais tellement paniqué que plus aucun orifice n'avait réussit à garder quoi que ce soit... Un carnage !

En une semaine, un à un, mes petits sont partis. Suis-je une mauvaise mère parce que je ne les réclame pas, parce que je ne les cherche pas ? Ils étaient grands déjà, ils mangeaient comme moi, je n'avais plus vraiment de lait et surtout, je n'avais plus grand chose à leur apprendre. Où sont-ils partis ? Comment savoir ? Tout ce que je peux dire, c'est que j'espère que mes petits sont heureux comme je le suis.

Pourquoi me mettent-ils dans cette pièce plus petite ? Pourquoi diable laissent-ils la porte ouverte ? Que veulent-ils ? Je suis perdue. Que j'aille dehors ? Pourquoi ? La pièce d'avant je l'aimais bien avec son canapé sur lequel je marquais mon territoire. Ici, pas de canapé, non. Seulement deux couvertures, une litière toujours propre, mes gamelles, une porte et une fenêtre. Bon, c'est vrai que je fais la fine bouche, cette pièce est agréable. En revanche, ils viennent moins. Matin et soir, croquettes, eau, litières et quelques maigres caresses... Bon, c'est vrai que quand ils bricolent devant, ils viennent me chercher. Surtout elle. À chaque mauvaise herbe arrachée, une caresse. Le deal est agréable, je dois bien l'admettre. Mais j'en veux plus. Ne peuvent-ils pas me faire rentrer dans leur maison ? Qu'est-ce qui pose souci ? Ce gros chat ? Je m'en occupe s'ils veulent. Moi, il ne me fait pas peur. Un gros pantouflard qui ne connaît rien à la vie. Je vais lui montrer ce que c'est qu'une femelle forte, indépendante, puissante et dominatrice ! Ici, je suis en confiance, ici ils m'ont fait comprendre que j'étais chez moi. Alors lui ? S'il ne comprend pas que les limites de mon territoire je les veux tout autour de cette maison et pas seulement devant, je vais lui montrer. Il résiste ? Comment ose-t-il ? C'est vrai qu'il est impressionnant quand même. Plus grand que nous, son miaulement est plus rauque, plus fort... Dois-je m'en méfier ? On verra bien.

Qu'est-ce qu'ils racontent là à me prendre entre quatre yeux ? Ne savent-ils pas que nous ne parlons pas la même langue ? Quoique... Si j'y mets du mien, je peux les comprendre. Mais quel ramassis de conneries... M'enfin, si j'ai bien compris, il semblerait qu'en me battant avec... enfin soyons honnête, en attaquant le gros chat, j'ai fait une erreur. Vont-ils me pardonner ? Je suis comme ça, j'ai horreur de partager, c'est plus fort que moi. Peut-être qu'avec un peu de temps, j'arriverai à me faire à sa présence. C'est vrai que c'est toujours moi qui lui bondis dessus, lui ne cherche pas les noises, jamais. En même temps, à chaque fois, il prend ses pattes à son cou et s'enfuit chez le voisin, alors bon...

Le temps passe, mon impétuosité ne se calme pas. Ils passent encore moins de temps avec moi... Ils me manquent je dois l'avouer et leurs paroles résonnent. Ce couple m'aurait-il vraiment offert une seconde chance ? Qu'est-ce qui se serait passé sans eux ? Je me souviens à quel point j'avais faim quand ils m'avaient trouvée. Aurais-je pu en mourir ? Non, je chassais, fouillais, mais à manger des choses douteuses, à déchirer les sacs poubelles des rues, n'aurais-je pas pu faire la rencontre d'un voisin qui exècre les bêtes à poil telles que moi ? Ça arrive... Et c'est pas beau à voir... Mes trois petits auraient-ils été si bien éduqués si je m'en étais occupée seule, dans un coin d'étable, priant pour que personne ne les trouve pendant que je chasse pour me nourrir ? J'en doute. C'est vrai, sans eux, ma vie aurait été bien moins confortable. Alors, quoi ? Je dois m’accommoder du gros chat, pas le choix on dirait. Je peux essayer de maîtriser mon caractère, mais ça fait dix ans que je me bats pour mon territoire, dix ans que je dois asseoir mon autorité par la force des mes griffes...

Ne dit-on pas chasser le naturel et il revient au galop ?

Suis-je vraiment capable de changer ? Si les choses se passent mal, je sais qu'ils choisiront le gros chat. Lui, il a une totale liberté. La maison ? Il en profite de tout son saoul. Ils l'adorent. Je les vois se faire des papouilles quand elle se repose sur le transat. Oui, il a l'ascendant dans leurs cœurs. Pourquoi ? Probablement parce qu'il était là avant. Il les connaît d'avant. Moi ? C'est différent, ils m'ont accueillie, m'ont offert leur foutue seconde chance.

Me laisseront-ils le temps d'essayer ? Car j'ai envie d'essayer. Mon maître est mort et je pense que ces deux-là peuvent très bien s'occuper de moi. Ils l'ont déjà assez prouvé. J'adore leurs caresses, leur regard est bienveillant, c'est juste que je n'aime pas trop être seule, surtout quand je sais qu'ils traînent sur le territoire du gros chat qui passe son temps à somnoler sur la terrasse... Ne se rend-il pas compte de la chance qu'il a de les avoir pour lui tout seul ? Et eux, peuvent-ils percevoir ma reconnaissance quand ils scrutent mes pupilles d'un vert scintillant ? Je l'espère. Mon maître s'est laissé aller, m'entraînant sans le vouloir dans sa chute. Eux, ils m'ont aidée à me relever, moi, mes trois petits aussi. Si je pouvais parler, je leur dirais simplement : Merci.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Vous aimez lire riGoLaune ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0