Première fois

2 minutes de lecture

Philip Glass jouait le thème The Truman sleep*. Les notes au piano s'égrainaient dans le silence de la fin d'après-midi.

- Louis, tu me regardes là ?

- J'observe la femme qui partage ma chambre.

- Tu la trouves comment ?

- Intrigante...

- Tu as toujours su que tu étais gay ?

- J'adore ta façon détournée de poser des questions...

- Je te rassure. Tu as le droit de garder le silence et ce silence ne sera pas retenu contre toi.

- Parler de l'intime avec toi parait simple comme bonjour. Je n'ai pas l'habitude. Ce n'était pas le cas avec Pierre. Nos corps n'avaient pas de secret l'un pour l'autre mais je suis resté interdit de séjour dans l'autre part de lui-même. De guerre lasse, j'ai fini par renoncer.

- Il est bien mystérieux ce Pierre.

- J'ai eu la chance de naître dans une famille tolérante et aimante. J'ai pu leur parler de mon attirance sexuelle et je n'ai jamais été contraint de la cacher ou de me sentir coupable. Contrairement à Pierre.

- Explique-moi...

- Pour les parents de Pierre, l'homosexualité est une maladie. Qui dit maladie, dit remède. Avec les envoyés de Dieu, ils ont trouvé la thérapie : une cure de désintoxication. Pierre avait à peine dix sept ans lorsqu'il a intégré un programme de conversion, destiné à le remettre dans le droit chemin. Il a réussi à s'enfuir au bout de quelques semaines de lavage de cerveau. Il a ensuite été recueilli par sa grand-mère paternelle jusqu'à sa majorité. Il a coupé les ponts avec ses parents.

- Il n'a ni frère et soeur ?

- Fils unique. Je ne sais rien de plus. Son passé familial est devenu tabou puis une histoire interdite. Nos étreintes n'ont cessé de soigner cette blessure, enfin je crois. Le plaisir pour surpasser l'abandon. Heureusement nos corps ont toujours trouvé une bonne raison de s'entendre... jusqu'au jour de ce maudit diagnostic.

- J'imagine la violence qu'il a dû subir. Je ne sais pas comment des parents font pour chérir un enfant et décider brutalement de condamner cet amour parce que leur fils ne correspond pas à l'image qu'ils ont construit de lui.

- Je suppose qu'ils ont préféré rester fidèles à leur foi plutôt qu'à l'amour de leur fils. Quant à l'Eglise, elle s'arrange divinement avec le principe de dignité : tous les hommes sont dignes mais les homosexuels sont un fléau pour l'humanité ! Leur discours ne craint aucune contradiction. Tu comprends pourquoi je suis aussi motivé que toi pour échapper à la messe, aussi somptueuse soit la Basilique !

- Étrange, le comportement de Pierre à ton égard. Ça ne ressemble pas à la personne que tu me décris... Finalement, tu n'as pas répondu à ma question.

- Non Emma, aucune femme ne m'a jamais attiré. Tu es la première et tu seras la seule à partager ma chambre.

- Etre la première fois de quelqu'un, c'est touchant. Je ne pensais plus connaître ce privilège.

Sur sa joue, Emma sentit une larme tiède émerger d'une mer morte.

***

*The Truman sleep

https://www.youtube.com/watch?v=FySi6xXkNqo

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0