CHAPITRE 06 : « Quelque part » « Florian »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 06 : « Quelque part » « Florian »

Ce n’est que bien plus tard, presque en fin de journée, que réapparaît enfin Alexandre, les bras chargés des vêtements et de la nourriture, le tout gentiment offert par la grande prêtresse sous condition toutefois qu’elle puisse également s’entretenir avec ses deux amis.

N’y voyant là rien à redire, il a donc accepté avec le sourire et s’est vite retrouvé habillé de façon à ne plus attirer autant l’attention sur lui, c’est donc visiblement satisfait d’avoir rempli sa mission, qu’il passe la porte de l’entrepôt où l’attendent ses compagnons.

Un double ronflement l’accueille, alors qu’il s’attendait plutôt à ce qu’ils lui tombent dessus à demander pourquoi il est resté aussi longtemps absent.

- Ça va !! Merci de ne pas vous être inquiétés pour moi les gars !!

Un doute lui vient alors de ce qu’ils ont bien pu faire de la journée pour déjà dormir alors que la nuit n’est pas encore tombée, il dépose ses baluchons contenant les vêtements et les vivres pour s’approcher ensuite de ses deux amis, il renifle plusieurs coups pour s’assurer que l’odeur qui lui monte aux narines est bien ce à quoi il pense.

- Je vois que vous ne vous êtes pas embêtés mes cochons !!

Un regard attendri sur Kim, puis sur le petit rouquin et le voilà qu’il s’adresse à Florian, alors qu’une pensée lui traverse l’esprit.

- Je croyais qu’il fallait faire attention avec Kim, qu’il pourrait mettre sa vie en danger si nous l’épuisions plus que de raison.
- Pourquoi mettriez-vous ma vie en danger ?

Alexandre sursaute, alors qu’il fixait toujours Florian sans s’apercevoir que Kim avait ouvert les yeux et qu’il l’écoutait soliloquer tout seul.

- On te l’a déjà expliqué il me semble ?
- Vous avez aussi dit que cela ne me faisait pas le même effet que là d’où vous venez et qu’à la vue de la situation, je serais enclin à penser que vous aviez raison.
- Comment ça ?
- Regarde par toi-même ! Hi ! Hi !

En disant cela Kim se désentrelace du petit rouquin pour montrer une partie de son anatomie qui répond à la question mieux que des explications qu’il ne saurait sans doute pas donner aussi clairement.

Alexandre comprend le message et sourit en se disant que lui n’a rien eu depuis plus d’une journée et qu’il serait bien de rattraper le temps perdu, vu que justement son copain semble dans les meilleures dispositions pour cela.

Il soulève légèrement la robe de bure qu’il a revêtue en lui faisant un clin d’œil grivois.

- Il y a quelque chose là-dessous qui aimerait qu’on s’en occupe.
- À vos ordres, maître !!

Alexandre va pour le reprendre quand son ami a déjà disparu sous le lourd vêtement et s’occupe déjà de la fameuse chose qui ne demandait d’ailleurs que ça.

- Hum !!

La position agenouillée avec les fesses nues bien cambrées qui sortent de la soutane est en soi un excellent activateur de libido et quand en plus le troisième larron montre signe de vie en venant y plaquer une bouche gourmande, l’excitation devient alors quasiment incontrôlable.

Le mouvement de tête de plus en plus rapide qui déforme le vêtement démontre bien que son propriétaire n’est pas indifférent lui non plus à ce qui lui arrive et quand le nez du petit rouquin ressort tout mouillé de salive pour prendre une autre position qui ne laisse aucun doute là aussi sur ce qui va suivre, Alexandre bloque la tête de Kim en lui donnant toute la longueur de sa virilité en bouche alors que ce dernier reçoit sans faillir ni défaillir une autre virilité à la sortie de service.

Alexandre manque de perdre sa « motivation » devant l’idée qui lui passe par la tête, mais c’est plus fort que lui quand il s’adresse à Florian avant d’éclater de rire à l’image qu’il en a en tête.

- Va doucement « Flo » il va nous falloir nous coordonner sinon on pourrait avoir une rencontre frontale brutale ! Hi ! Hi !
- T’es con ! Hi ! Hi !

Malgré tout rien n’y fait et les deux garçons gardent la forme olympique, alors que leur réceptacle tremble de tout son corps sous le puissant orgasme qui lui arrive et lui noue les reins.

Il n’en faut pas plus pour solliciter ses deux acolytes qui se lâchent à leur tour avec de forts gémissements de pâmoison.

***/***

« Plus tard dans la soirée, une fois reposés, habillés et informés des dernières nouvelles. »

Ils en sont à terminer leur frugal repas, quand une voix de femme se fait entendre depuis l’extérieur.

- Pouvez-vous recevoir ma maîtresse ?

Florian et Kim se tournent vers Alexandre, lui faisant bien comprendre par des mimiques faciales que c’est à lui de répondre.

- Ne préfère-t-elle pas que ce soit nous qui lui rendions visite ?
- Il est préférable a-t-elle dit que le moins de monde possible ne rencontre vos deux amis et elle s’en remet à votre bon sens sur la question suite à la conversation qu’elle a eue avec vous.
- Eh bien c’est entendu alors, dites à votre maîtresse que nous l’attendons et que mes amis pourront de ce fait la remercier pour ses largesses.
- Je préviens ma maîtresse de votre accord à sa demande.

Les trois amis se regardent avec sérieux, se demandant bien ce qui pousse la grande prêtresse à venir les voir à une heure aussi tardive alors qu’il était prévu qu’elle les reçoive le lendemain juste avant leur départ.

- C’est quoi le loup ??
- C’est moi ! Hi ! Hi !

Alexandre fusille gentiment le petit rouquin qui semble prendre les choses à la plaisanterie, alors que lui non du fait de la réponse que leur a fait la servante.

- Sérieux « Flo » !! Quelque chose a dû arriver pour nécessiter cette visite tardive et toi tu le prends à la plaisanterie !!
- Meuh non !! Juste que de toute façon nous n’y pouvons rien changer pour le moment, alors du coup autant prendre les choses comme elles viennent.

« Clac !! »

- Aïe !!

Une claque assez forte sur la main de Kim qui recommençait à se faire baladeuse.

- J’ai dit « comme elles viennent », pas que tu devais aller les chercher !!
- Suffisait de le dire, pourquoi être si violent maître ?

Alexandre soupire en comprenant qu’une fois de plus leurs pensées ne sont tournées que vers le sexe.

- Pffttt !! Mais ce n’est pas bientôt fini, oui !! Que va penser de vous la grande prêtresse quand elle va comprendre ce que vous êtes réellement ?
- Tiens donc !! Et que sommes-nous selon toi qui diffères de ce que tu es ?

- Il va falloir chercher un nouveau mot parce que là ce n’est pas encore dans mon dictionnaire, d’ailleurs va falloir se poser à un moment la question pour comprendre ce qui arrive à Kim.

Des bruits de pas venant de l’extérieur les ramènent à la visite qui les attend, chacun reprenant son sérieux tout en se lançant des regards qui en disent long sur l’état de leurs pensées.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Roméo.JW

Je suis mort, évidemment. Tout le monde y croit dur comme fer. J'adore ce sentiment de liberté. J'ai décidé de commencer par ma famille.
-Pourquoi ?! Il ne peut pas être mort, c'est impossible...Commenca ma mère.
-C'est la vie...Mais si tôt, continua mon père.
-Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Rose, ma soeur.
-Rien ma chérie, va dormir ! Il est tard, soupira la femme de la maison.
Disons chez mon meilleur ami.
-Mon pote, je pensais pas que t'allais crever si facilement, souffla l'ami.
Tu l'as dit ! Bon, chez ma copine. Elle pleure. Et si...J'allais la voir ? J'hésite. Non, reprends toi !
-Damien...Tu vas tellement me manquer, Dit-elle. Je n'ai pas eu la chance de te le dire mais je t'aime vraiment.
Aie, une corde sensible. Je DOIS lui parler.
-Je suis là. Ne pleure plus, s'il te plait, lui dis-je en entrant par la fenêtre.
- Da...Damien ?! T'es pas mort !
Elle me sauta dans les bras.
-Attends un peu. T'es pas mort !
Cette fois ci, elle me gifla.
-Je l'ai méritée, avouais-je. Mais pas si fort ! ça fait mal !
1
2
0
1
Défi
AlineCara


J’ai exploré tous les continents, voyagé dans le temps, découvert des peuples éteints depuis des siècles, observé des arbres grandir en quelques secondes, vu des espèces maintenant disparues naître en pleine nature. J’ai senti l’odeur des bois, le froid de la glace et la fournaise des volcans. Entendu l’éboulement d’une avalanche, vécu la violence d’un tsunami, mesuré la force d’un cyclone. J’ai couru parmi les loups, nagé au milieu des récifs, volé si haut que j’en ai touché les nuages. J’ai tout vu. J’ai fait le tour du monde. Du monde, oui, mais pas celui d’aujourd’hui. Pas celui de l’année 2593.
Je suis né il y a quarante-et-un ans, formé comme mes parents l’avaient souhaité : les yeux verts, couleur adorée par notre population, la chevelure la plus foncée possible pour contraster avec la pâleur de ma peau. Je suis un homme comme on a voulu que je sois : intelligent, vif, aimant découvrir… J’ai du potentiel coincé dans ma boite crânienne, voici le meilleur éloge que ma mère m’ait fait. Je n’ai ni frère ni sœur. Ces mots n’existent plus dans notre quotidien. L’enfant unique et parfait est devenu la seule alternative pour nous tous. Après un premier né en bonne santé, les parents sont immédiatement stérilisés.
L’humain contrôle tout, comme il l’a toujours voulu. À force de s’acharner à exterminer toute menace, il a fini par y arriver. Hélas.
Je n’irais pas jusqu’à dire que nous vivons la fin du monde, bien au contraire ; d’après ce que l’on raconte, la Terre est saine et nous avons trouvé des substituts contre tout ce qui pouvait la détruire. Exploitation, pollution, surpopulation… Je vis à l’époque où tout semble enfin paisible. Trop calme.
L’ennui. L’ennui a poussé notre race à tirer profit abusivement des sciences et des technologies seulement pour combler ce manque d’occupation. Des abominations créées en laboratoire font la une de nos informations. Mélangeant des espèces animales que l’on ne voit plus dans notre nature. Cela amuse tellement la foule qui en redemande. Surprise, peur, curiosité. Elle aime tant ces sensations.
Bien sûr, il y a des inventions bien plus pertinentes que ce cirque des temps modernes. Le développement de la réalité virtuelle a atteint son paroxysme. Toutes les données des siècles passés, les images, les sons, les odeurs… Tout cela peut nous être retransmis via une machine complexe et unique à chaque métropole. Je l'ai surnommée "La Mémoire de la Terre".
L’homme a au moins compris la valeur du partage et du savoir, voilà pourquoi cette machine est accessible à tous. Une fois par jour, depuis que j’ai atteint l’âge de pouvoir m’y rendre, je fais la queue comme nombre d’entre nous. Une attente de plusieurs heures pour une extase de dix minutes chrono. On choisit le programme et on se laisse guider. C’est de là que j’ai tout appris, je connais la Terre comme si je l’avais créée. Mais jamais rien du monde d’aujourd’hui n’est passé devant mes yeux.
La mondialisation a été jetée aux oubliettes, et aujourd'hui, nous jurons que par une seule chose : l'autosuffisance. Ma ville est fortifiée de hauts murs sur lesquels sont placardés des kilomètres d’écrans qui envoient constamment un paysage idyllique. Ce qui se trouve de l’autre côté ? Je n’en ai pas la moindre idée. Même en prenant de la hauteur dans les plus grandes tours, on ne voit pas ce qu’il y a derrière. Peut-être que nous recouvrons la surface entière de la planète et que nos agglomérations sont en réalité collées les unes aux autres. Peut-être qu’il n’y a strictement rien et que les forêts, montagnes, déserts, océans, ont tous disparu et n'existent plus que dans cette si précieuse machine.
Peut-être.
L’année 2593 n’est pas celle qui me fait vivre. Oh non, toutes, mais pas celle-ci. La machine est ma façon de fuir ? Certainement. Celle de m’accrocher ? Absolument.
Il y a une chose qui n’a pas changé depuis toutes ces décennies : l’Homme est trop intelligent pour rester passif. Cette paix ne durera pas et je préfère ne pas y songer.
Les gens autour de moi sont si parfaits. Pas de handicap, pas de défaut. Nous nous ressemblons tous. En des milliers de recherches s’étalant sur des siècles et des siècles, la clef de la jeunesse éternelle n’est toujours pas entre nos mains. Nous vieillissons toujours un peu plus, prenant conscience de la nature éphémère de notre vie. Certains craignent la moindre ride, moi, cela ne me fait pas peur. La Terre sera toujours là après mon départ et c’est tout ce qui m’importe.
Aujourd’hui, je veux seulement regarder les aigles voler, déployer leurs ailes majestueuses du haut de leurs arbres. Les voir planer dans le ciel parfait, fendre sur leur proie avec une aisance déconcertante et les observer repartir nourrir leurs aiglons. Je veux sentir la brise d’un vent frais, l’odeur des pins et des fleurs. Caresser la mousse humide qui recouvre la forêt. À cet instant, je ne pense qu’à ça et c’est tout ce que je souhaite.
C’est à mon tour d’entrer dans "La Mémoire de la Terre".
12
7
8
4
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
36
19
0
3

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0