Chapitre II

9 minutes de lecture


Depuis un jour, Mayu marchait sur ce chemin de terre où elle n'avait croisé que des montagnes aux sommets enneigés, des étendues d'herbes silencieuses, des champs où des travailleurs continuaient leurs activités sans lever les yeux vers elle et quelques marchands de passages.

Dans un Monde où la magie était rare, elle se retrouva confrontée à sa solitude. Cela ne lui était pas arrivé depuis sa naissance. Elle avait toujours eu Haru près d'elle du plus loin qu'elle se souvienne.

Elle avançait, certaine que ce sentiment d'isolation deviendrait son quotidien et qu'elle ne pouvait plus retourner en arrière. Elle ne vivrait plus paisiblement, ne ressentirait plus de rage aussi intense et elle n'aurait jamais l'occasion d'enterrer sa sœur ni de pleurer sur sa tombe.

Mayu se souvint de cette capitale étincelante, symbole d'un bel idéal qui l'avait protégé durant cette année.

Alors que ces souvenirs se mélangeaient, un en particulier attira son attention : le magasin de fleurs près de la bibliothèque où travaillait Haru. La propriétaire, Jade, était une dame âgée qui appréciait sa compagnie. À chaque fois qu'elle passait devant, la vieille dame sortait de sa boutique, lui prenait le bras et l'emmenait dans son magasin pour lui parler de sa passion.

Elle lui disait souvent :

  • Je remercie le ciel de m'avoir donné ma Capacité. Grâce à cela j'ai appris à comprendre la nature qui m'entoure.

Mayu s'était toujours interrogée sur le traumatisme que Jade avait pu subir pour activer son pouvoir. En effet, seul un traumatisme pouvait éveiller une Capacité.

Elle revit ce magasin, avec les clématites blanches sur les murs filtrant les rayons solaires passants à travers les carreaux, les centaines de fleurs étiquetées dans les vitrines et, au milieu de la pièce, un cerisier dont les branches épousaient parfaitement la forme du plafond. Mayu s'était souvent demandée comment un tel décor était possible, mais avec une femme capable de parler à la nature elle-même rien n'était improbable. Dans cette maison, si originale dans une ville où tout était semblable, l'ancienne lui racontait le langage de chacune de ses plantes, leurs significations et l'endroit où elle les avait trouvées.

Au départ, ces petites réunions l'ennuyaient mais; au fur et à mesure; elle s'était mise à apprécier ces rencontres. En plus de ses anecdotes, à chaque fois que Mayu partait, son aînée lui offrait toujours le même bouquet de fleurs en lui expliquant :

Des coquelicots pour te réconforter de ton passé, des hibiscus pour ta beauté d'aujourd'hui et des amandées pour apaiser ton cœur dans le futur.

Elle la voyait encore, fière, se tenant droite, les cheveux gris attachés en chignon, dans sa longue robe blanche et jaune, souriant devant son magasin tout en émettant le souhait que Mayu revienne.

Si elle avait su que je la tuerais sans un bruit, ne laissant comme trace de notre rencontre que son corps inerte…

Le grognement de son ventre interrompit ses sombres réflexions. La faim rongeait son estomac depuis son départ.

Tuer toute une ville, ça affame.

Ce n'était pas le moment d'y penser, à partir d'aujourd'hui la seule chose importante était sa survie. Elle regarda de nouveau autour d'elle. Les champs avaient fait place à des bosquets dispersés. Elle avait toujours aimé les paysages paisibles comme celui-ci. Pour elle, ces endroits faisaient oublier la magie et les conflits qui régissaient les Mondes. Face à cette nature intouchée, l'homme ne devenait qu'un animal parmi cette végétation, un être vivant parmi d’autres.

Sur Alpha, le Monde où elle avait grandi, aucun paysage comme celui-ci n'était visible. En tout cas, pas pour une enfant du Gouffre. Elle n'avait jamais quitté les souterrains de cette planète avant de devoir fuir sur Pravda. Elle se rappelait le sentiment de panique et d'émerveillement en voyant un si grand espace où l'on respirait un air frais et non artificiel. Sa première bouffée lui avait brûlé la gorge et les autres lui avaient donné l'impression de revivre.

Un nouveau gargouillement se fit entendre. Mayu choisit la solution la plus simple et partit chercher des fruits dans les bosquets. Elle atteignit les premiers arbres et s'introduisit dans cette végétation sans aucune hésitation, les yeux levés vers les branches à la recherche d'un fruit familier. Les bruits alentours l'apaisèrent. Elle ferma les yeux pour profiter de cette nature à l'état pur. Enfin, elle pouvait respirer l'esprit tranquille, sans avoir le sentiment d'être étouffée par ses pensées.

Un craquement de branche proche la surprit. En un éclair, elle se rua sur la silhouette qui était maintenant à sa portée. Elle lui administra un coup précis au sternum. L’homme s’était accroupi dans l’herbe pour tenter de retrouver sa respiration. Elle en profita pour l’observer de plus près. C’était un blond aux yeux noirs d’une vingtaine d’années à peine plus grand qu’elle. Il portait une cape noire, un pantalon marron usé. Elle pouvait entrevoir un haut d'un bleu azur. Il avait également une cicatrice au-dessus de son sourcil gauche.

Alors qu’il reprenait enfin son souffle, il s’exclama :

  • J’aime avoir le souffle coupé par une inconnue mais pas à ce point.

Voyant qu’elle ne prenait pas la peine de répondre, il en profita pour se présenter.

  • Azazel, mais appelles moi Zel, je suis un Créateur des Arcanes. Excuse-moi si je t’ai fait peur mais je ne pensais pas croiser quelqu’un par ici.

Elle le regarda vaguement puis releva les yeux de nouveau à la recherche de nourriture. Son ventre grogna. Amusé, Zel recommença à parler.

  • Tu ne trouveras rien ici. Mais si tu acceptes de faire le chemin avec moi, je peux te trouver de quoi manger.
  • Pourquoi je te suivrais ?

En lui souriant avec douceur, il fit un geste du poignet qui ouvrit un portail d’une énergie verte intense et en sortit un fruit rouge et épineux pour le lui donner. Mayu reconnut directement l’aliment et tenta de l’attraper. Zel le remit dans le portail avant de préciser :

  • Je ne partage ma nourriture qu’avec mes alliés. Je vais me rendre à Equality, le Monde de la croyance et j’aurai bien besoin de quelqu’un avec qui comploter.
  • D’accord.

Elle tendit la main en signe de paix. Il lui donna le fruit qu’elle s’empressa de dévorer. Il prit un nouveau fruit dans l’Arcane toujours ouverte et la ferma.

Après avoir dévoré sa part de nourriture, il commença un monologue sur cette longue route qui allait durer au moins deux jours :

  • Bon il est temps que je t’explique notre but ! Nous allons nous rendre à Utopia, le Monde de la Croyance, pour pouvoir sauver ce Monde de la Dualité. Ce sont des dirigeants influents sur cette planète. Ils envahissent les autres pays grâce à des moyens détournés. Comme ça, ils respectent les Lois Fondamentales interdisant la guerre.
    De base, Utopia a été créé pour que tous les religieux se réunissent et s’épanouissent dans un même Monde. D'après les livres d'histoire… paix avait perduré, mais il y a trente ans un "prophète"… Au départ, il y avait très peu de croyants, alors… donné une petite île du nom de Jumal… gagné de l’influence au Conseil de Haut Commandement… tout opposant est… à la fois un assassin et…

Qu'est-ce qu'il est chiant !

Elle avait réussi à se nourrir mais elle ne pouvait pas réfléchir à ses objectifs. Elle ne savait même pas encore où aller.

Je ne peux pas retourner sur Alpha, c'est là qu’ils vont me chercher… De toute façon, avec ce moulin à paroles à côté, je ne peux pas réfléchir !

Elle décida de continuer à écouter Zel vu qu'elle ne pouvait rien faire d'autre :

  • ... comme tu l'entends, j'ai étudié le sujet pour pouvoir m’intégrer. Par exemple, l’une de leurs “coutumes” est de s’habiller en noir et blanc. D’après eux...

Mayu n’écouta pas la suite, bien trop occupée par l’idée qu’elle venait d’avoir. Si elle suivait Azazel, elle pourrait intégrer cette religion étrange où personne ne penserait à la chercher. Elle serait en sécurité pendant quelque temps et pourrait passer le temps en l’aidant. La solution semblait assez rentable. Mais avant de partager sa décision à son nouveau camarade, elle allait devoir l'écouter parler de ce culte pour pouvoir s’y infiltrer. Sans aucune gêne, Mayu lui coupa la parole :

  • Et ils croient en quoi ces gens ?
  • Bonne question ! Je vais tout t'expliquer depuis le début, mais je te préviens ça va être long.

Il se racla la gorge et prit un ton plus sérieux.

  • Tout commença sur Alpha, la première Terre. Cependant ce n'est pas la planète que tu connais ni celle de nos ancêtres. Au départ, il n'y avait ni animal ni végétal.
    Au commencement, il y avait seulement deux Dieux : Maara, déesse de la magie et Kigen, Dieu de la création. Ces deux êtres étaient complémentaires : Maara pouvait créer tout objet et Kigen pouvait leur insuffler la vie.

Plus son explication avançait, plus Azazel faisait des gestes pour animer cette légende.

  • Les deux immortels étaient apparus en même temps, sans souvenir, perdus dans cette grande terre déserte où rien ne pouvait leur résister. C'est dans cet espace qu'ils grandirent, contrôlèrent leurs pouvoirs et créèrent un lien fort. Cependant, leur relation n'était pas interprétée de la même façon des deux côtés : alors que Maara ressentait une tendresse fraternelle pour Kigen, ce dernier était fou amoureux d'elle.
    La magicienne adorait tester les limites de ses pouvoirs. Elle prit beaucoup de temps à comprendre l'utilité de son "frère" mais après avoir créé la première plante, elle fut fascinée par sa Capacité. À partir de ce moment, Maara créa des milliards de corps pour pouvoir comprendre ce qui permettait à un être de vivre et de mourir. C'est ainsi que naquirent les fleurs, les arbres, les plantes, les poissons et les animaux. Après avoir assimilé toutes les connaissances sur ces créations, un sentiment, inconnu jusqu’alors, lui apparut : L'ennui. Kigen quant à lui ne pouvait connaître ce sentiment car la seule présence de sa compagne le comblait. Il crut pendant longtemps à une passade, un état vagabond qui finirait par disparaître quand son amie aurait trouvé une nouvelle occupation. Mais rien ne s'arrangea, bien au contraire, la jeune fille perdit d'abord son sourire, ensuite son énergie et pour finir sa volonté de vivre. Inquiet pour elle, Kigen décida d'agir. Il alla voir son amie et lui proposa : "Ma chère Maara, parierais-tu avec moi ? Je vais, sans ton intervention, créer un être capable de combler ton ennui et même de te fasciner jusqu'à la fin des temps. Si je réussis tu n'auras pas le droit d'intervenir. Si j'échoue tu pourras faire ce qu'il te plait d'eux. Bien sûr, tu n'auras pas le droit de voir mon projet avant qu’il ne soit vivant." Pour la première fois depuis quelques milliers d'années, Maara leva ses yeux verts et bleus vers son acolyte de toujours, une étincelle dans le regard. Ce signe insignifiant suffisait pour lui. Kigen déploya ses ailes noires et s'envola loin de son amour. Après quelque temps pour eux, et des centaines d'années pour les vivants, le Dieu arriva avec ses deux créations et s'exclama avec fierté : "Je te présente l'homme et la femme, le phénomène le plus développé mais surtout le plus étrange jamais conçu. commence." Tout en souriant, Maara prit la main de son adversaire et ils s'envolèrent pour regarder de loin le sujet de leur défi.

Azazel reprit une voix plus joyeuse pour finir ce monologue.

  • La suite est telle que tu la connais, les hommes évoluent et la magicienne n'intervient pas jusqu'au jour où la Maudite apparaît. Premier signe de magie, première intervention de la déesse.
  • Pourquoi a-t-elle agi ? demanda Mayu, soulagée que le récit soit fini.
  • Car Kigen voyait sa plus chère création s'autodétruire. Il décida donc de mettre sa fierté de côté et de les sauver en faisant naître la magie. C'est ainsi que Maara donna une partie infime de son pouvoir aux humains.
    Et voilà comment un « prophète » peut persuader des imbéciles qu’envahir ses voisins est une preuve de libre-arbitre et non un crime.

Sur cette dernière phrase, son visage s'assombrit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
HT64
Il n'est jamais trop tard pour poser le bilan d'une année qui vient de s'écouler, 2020 a été une année éprouvante pour tout le monde ...

Et si, on parlait un peu positif ? Car je suis sûre que malgré tout ce qui a pu se passer, il y a des choses positives qui se sont passées dans votre vie ! que ce soit sur le plan professionnel ou personnel !

Bonne lecture à tous :D
3
6
0
14
Lhoreen Träume
CELESTIA WRAITH A TOUJOURS ÉTÉ LA PERSONNE QU'ON CONSIDÉRAIT COMME ÉTRANGE. A l'école, on la lynchait car ses parents possédaient le domaine de Dacryae, alias le "manoir hanté".
Lorsqu'elle a commencé à travailler au Curiosity, à sa majorité, on la traitait de gothique parce qu'elle portait du noir et qu'elle aimait le hard-rock.

C'EST D'AILLEURS LA-BAS QU'ELLE A RENCONTRÉ AILEN CRYPT, un gars mystérieux qui a finit par tellement la soûler qu'elle a démissionné. Ainsi, elle ne le verrait plus, n'est ce pas ?

POURTANT, c'est bien lui qui vient sonner chez elle par une nuit gelée d'hiver, prétendant voir "des gens partout chez lui".

Malgré leurs caractère bien différents, les deux jeunes gens vont devoir se supporter, car si l'un est nécromancien, l'autre peut contrôler l'électricité.

ENSEMBLE, ils vont devoir résoudre deux questions, que nous nous sommes tous posé au moins une fois :

EXISTE-T-IL VRAIMENT UNE DIFFÉRENCE ENTRE LES RÊVES ET LA RÉALITÉ ? ET ENTRE LA VIE ET LA MORT ?
0
0
0
44
Défi
Jonas

À l’aube du XVIIIème siècle naquit en Cornouaille un homme qui compta sans nul doute parmi les plus cruels et les plus ambitieux de cette époque qui pourtant ne manqua pas de tyrans sanguinaires.
En cette année 1709, la famine fauchait sans pitié les gueux et les petites gens. Dans les terres reculées comme dans les bourgs disséminés dans le duché de Bretagne, les familles ne comptaient plus leurs morts. Les corps efflanqués s’amoncelaient sur des charniers hâtivement bénis par des curés pressés de fuir loin des fièvres putrides, malignes et pestilentes. Les récoltes clairsemées par un hiver glacial avaient rempli à grand peine les greniers des seigneurs et les caves des évêchés. Les pauvres des campagnes se contentaient de soupes de feuilles et de racines. Ceux des villes grillaient les rats qu’ils avaient eu la chance de piéger.
Sur la petite île perdue au large des côtes noires de Cornouaille, on subsistait de pêches faméliques. Les poissons avaient déserté les filets et l’ordinaire était constitué d’étrilles et de berniques arrachées aux rochers.
Ce soir-là, la tempête projetait des tombereaux d’écume jusqu’aux chaumières. Les hommes s’étaient rassemblés sur le rivage, armés de crochets, de cordes et de couteaux. Ils attendaient, impavides et silencieux, les yeux fixés sur l’horizon tourmenté. Une dizaine de gamins aux joues creusées avait allumé le suif des lanternes et déambulait sur la côte balayée par le vent. Les femmes se tenaient en retrait, appuyées aux charrettes couvertes de mousse. Roz, le fils ainé d’Erwan, avait le premier aperçu le bateau au large du Pen Du. La goélette disparaissait au creux des vagues furieuses puis, entêtée, réapparaissait à chaque fois comme un affront aux éléments déchainés.
L’épouse d’Erwan était restée sous la hutte de pierre avec deux anciennes d’une trentaine d’années. Son ventre gonflé donnerait cette nuit naissance à un pauvre de plus.
Fille ou garçon, Erwan  s’en fichait. Seul comptait cet esquif balloté par la tempête.
Lise, elle, donnerait le jour à son huitième enfant. Trois avaient survécu. Elle savait que ses seins flétris ne nourriraient pas celui-là. 
—Elle vire ! avait hurlé Roz en agitant de plus belle sa lanterne.
Il avait raison. Le nez de la goélette pointait maintenant dans leur direction. De longues minutes passèrent. Le bateau se rapprochait rapidement. Quand il fut à une centaine de mètres du rivage, Erwan distingua une silhouette à l’avant de la goélette, un bras tendu vers les rochers qui affleuraient à la surface. Le bateau vira brusquement mais il était trop tard. Il s’éventra sur les roches noires, se disloqua en quelques secondes. Des marins plongèrent puis, recrachés par la mer, s’empalèrent sur les roches acérées. Quelques-uns se jetèrent à l’eau agrippés à des tonneaux. Erwan sourit. Qui disait tonneaux disait nourriture, vin ou marchandise. Les hommes du clan avancèrent jusqu’à l’écume mousseuse. Roz les rejoignit en courant et sortit un couteau de sa ceinture.
Dans la hutte, la femme poussa un hurlement de douleur.
Un tonneau roula jusqu’aux graviers de la plage. Un marin à moitié noyé y était accroché. Erwan l’égorgea d’un geste sec.
À six cent pas, dans la hutte accolée à un bloc de granit, Lise criait sa souffrance.
—La tête sort, lui hurlait l’ancienne, pousse, nom de dieu !
Un morceau d’étrave s’échoua à son tour. Une jeune femme aux soieries détrempées s’y était agrippée. Le gros Vig souleva la masse de cheveux collés sur le visage.
—Merde ! Elle a passé !
Erwan pensa que la femme avait eu de la chance en se noyant.
Les vagues charriaient différents débris : toiles, bois et cordes, cadavres et tonneaux. Les naufrageurs travaillaient en silence. Ils déshabillaient les corps aux yeux exorbités, égorgeaient les rares rescapés avec la même indifférence que s’ils avaient été des lapins, empilaient les vêtements, les caisses et les tonneaux sur les charrettes. Le lendemain, il n’y aurait plus la moindre trace du naufrage.
Erwan s’approcha de la jeune noyée. Ses yeux bleus ne fixaient plus rien. À son cou, un médaillon pendait. Erwan l’arracha. Il représentait une licorne dorée allongée au pied d’un chêne. Erwan le mit dans sa poche. En haut de la grève, des charrettes s’éloignaient.
Dans la hutte, la femme expulsa le nourrisson dans un dernier hurlement. Le bébé brailla aussitôt.
—Quel gueulard çui-là, lança une ancienne. Si s’en sort, l’appellera Goul !
Erwan entra à cet instant dans la hutte, constata que l’enfant vivait et que c’était un mâle. Il tendit le médaillon à sa femme allongée. Elle le fixa, surprise ; jamais il ne lui avait fait de présent.
Elle jeta un coup d’œil à l’objet. Aucun d’eux ne savait à ce moment que le médaillon scellerait leur destin et qu’il conduirait le nouveau-né jusqu’à la gloire, la fortune et la folie.
5
10
0
3

Vous aimez lire Camille Ksaz ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0