Chapitre 11

15 minutes de lecture

Seyvanna

Quand le martyr s’est arrêté, Jonas a versé de l’eau tiède sur mes brûlures pendant une vingtaine de minute pour retirer le produit toxique contre ma peau meurtrie. Il m’a ensuite indiqué que je ne pouvais pas mettre aucune pommade ni toucher la blessure pour éviter d’étendre la plaie.

J’ai eu une injection de morphine contre la douleur, puis me suis effondrée. Je me suis réveillée sur le canapé dans le salon du penthouse de Jonas, quelques heures plus tard. Je pensais être seule, jusqu’à ce qu’une meuf, du nom de Katerina, en tenue légère, de long cheveux châtain foncé bouclés, le buste très voluptueux, ne vienne me guider vers la salle de bain. Elle avait un air dépité, mais surtout elle me lorgnait avec mépris et haine, comme si ma présence ne l’enchantait pas.

J’ai tout de même accepté cette douche chaude. J’ai pu régulariser la chaleur de mon corps et apaiser la brûlure à mon poignet gauche. Je ne sais toujours pas combien de temps j’y suis resté, probablement très longtemps. En ressortant, Katerina a pansé mon poignet d’un ruban blanc et m’a offert des vêtements. Dans la pile, il y avait plein de truc sexy, mais j’ai fini par choisir ceux qui sont le plus neutre possible : j’ai pu récolter une culotte blanche, ce qu’il y a de plus chaste -fort heureusement- un jean noir moulant, des chaussettes et un pull gris très moulant qui épousait les formes de mes seins ce que je n’aimais pas trop. Tout de même, je préférais être vêtu ainsi que de devoir me pavaner comme cette nana, en string et robe de chambre noir transparente : prête à être baisée n’importe où, n’importe quand. Je pouvais voir ses mamelons à travers la fine broderie de son soutien-gorge. Elle m’avait offert des souliers à talon que j’ai refusé. Elle m’a fait la gueule. J’ai plutôt demandé des bottes noires, style militaire et elle m’a dévisagé avec un profond dégoût. J’ai quand même fini par les obtenir. Je n’allais quand même pas fuir en talon.

Mon but était de reprendre des forces et de foutre le camp d’ici. J’avais gagné mon billet de sortie du sous-sol. Il me restait plus qu’à attendre le bon moment pour m’échapper définitivement.

Je suis aussi allé manger un morceau dans la cuisine, après que Dominik a indiqué que je pouvais me servir, puis il est reparti avec Katerina. J’ai donc passé le reste de la soirée, seule. En mangeant mon sandwich au steak, j’ai fait le tour du penthouse, pour explorer un peu et vérifier mes issues possibles. Dans la chambre de Jonas, tout était propre, plus aucun cadavre et aucune goutte de sang. J’ai récupéré en douce ma jarretière sur sa table de chevet, que j’ai enfilé autour de ma cuisse, par-dessus mon jean. Je la porte depuis que je sais me battre. Une femme doit toujours avoir de quoi se défendre, un droit fondamental. Il suffit que je faufile un couteau dedans et je me sentirais mieux.

Mais je suis déjà allé voir… j’ai fouillé la cuisine pour vite me rendre compte que Jonas avait viré tous les couteaux…

L’horloge dans sur les écrans de télé qui diffusent les images des caméras de sécurité, affiche 20 :00. Avant même d’avoir songé à un plan d’évasion, je trouve une issue parfaite. Mais au moment où je me prépare mentalement à mettre en œuvre, cette meuf refait son apparition en passant les deux grandes portes du hall. Derrière elle, j’entrevois celles de l’ascendeur se refermer. Durant une nanoseconde, j’ai vu une possibilité de m’échapper par-là, seulement, c’est impossible, il y a deux gardes et je n’ai pas d’arme. Alors je conserve mon idée qui est de fuir par la fenêtre de la salle de bain -la seule qui n’est pas blindée- quoi qu’étroite, mais je peux y arriver. Il me suffit de longer les rebords une fois dehors, de m’agripper et de descendre les poutres jusqu’à la ruelle en bas. Peu importe ce qui arrivera, je dois tenter le coup. Je suis obligée. Néanmoins, si cette pouf reste dans les parages, ça ne va pas le faire.

Cette fois, Katerina est entièrement nue. Enfin, elle a des talons et des caches mamelons en forme de « X » en latex, mais c’est tout. Comme si elle allait se préparer à faire la pute en bas, dans le club.

—Alors, commencé-je, t’es esclave ici ?

Elle m’ignore tout en me montrant un air hautin et s’empare d’une bouteille de Jack Daniel’s -probablement destinée à Jonas et ses invités que je vois assis à une banquette du club.

—J’étais. Je suis passé à un grade supérieur.

Je fronce les sourcils. Je dois l’avouer, elle est très belle. Un magnifique mannequin digne du magazine playboy, sans pour autant n’avoir subi de chirurgie esthétique. Elle est belle au naturel. Katerina doit avoir dans la trentaine.

—Je suis… disons, la régulière de Jonas, sourit-elle fièrement comme si être la préférée du patron était la récompense ultime.

C’est vrai qu’elle doit avoir au moins plus de privilèges que les autres.

—Et ça te plaît ? Je veux dire… cette vie, vivre ici… être… avec… lui ?

Elle semble outrée devant mon dégout lorsque j’ai osé parler de lui. Tout de même, j’ai beaucoup de mal à imaginer Jonas prendre soin d’une femme... Il est clair qu’au pieu, il pense qu’à son plaisir. Il se pense le maître du monde. Il agit comme si tout lui était dû et de là à croire qu’il peut éliminer la mafia sans lever le petit doigt! Il faut qu’il soit vraiment narcissique et taré pour se croire à ce point invincible. Surtout qu’il semble prendre l’habitude de regarder les gens mourir, de voir des femmes se faire mutiler, violer, brutaliser, sans qu’il daigne lever le petit doigt.

Elle rit avec sa bouteille en main et vient me rejoindre et regarde son mec sur un des écrans du mur.

—Fait attention à ce que tu dis. Si tu connaissais mieux Jonas, tu tuerais pour être à ses côtés, crois-moi.

Mouais, mais non. Je tuerais pour fuir loin de lui, oui…

Je pouffe et je l’agace encore plus, à un tel point que j’ai l’impression qu’elle veut me frapper. Katerina est clairement accrochée corps, cœur et âme à ce Jonas.

—Franchement, je ne sais pas ce que tu lui trouves. Il est ignoble.

Elle lèche ses lèvres et me contemple de bas en haut. Ses yeux s’arrêtent sur mon bandage à mon poignet.

—Tu connais le monde des gangsters depuis longtemps, Seyvanna. Pas vrai ? À ce qu’on m’a dit, tu es la fille de Barron. Alors tu sais bien qu’un homme tel que Jonas, doit se montrer dur quand il s’agit de garder le contrôle sur son business. Il est malin, chacun de ses gestes est comme un puzzle qu’il construit. Contrairement aux esclaves, en bas, ce que tu vis en ce moment n’est pas de la violence gratuite. Jonas est plus malin que ça. Avant de faire quoique ce soit, il réfléchit déjà à la suite et aux avantages que cela lui apporte.

—Donc en gros, ça revient à ce que je dis : il est prêt à tout pour ses propres intérêts. Alors je repose ma question, qu’est-ce que tu lui trouves.

Ses yeux retournent voir son chéri sur l’écran.

—Il est sexy, élégant, plein aux as et puissant dans tous les niveaux… Être désiré par lui, m’apporte la protection que toute femme rêve d’avoir.

Elle mordille sa lèvre tout en m’offrant un clin d’œil. C’est vrai que quelque chose émerge de lui. Il respire le sexe à pleine nez. Et toute femme qui le frôle, ressent assurément cette électricité qui émane de lui, promettant de te faire passer une nuit de rêve. Probablement la meilleure de ta vie.

La douleur à mon poignet m’élance et je presse un peu mon bandage.

—En dehors de ça, Katerina, il t’apporte quoi, concrètement ?

Elle se tourne vers moi et arque un sourcil. Elle a de magnifiques yeux bleus scintillants qui contrastent à merveille avec ses cheveux châtain foncé.

—De l’argent, beaucoup. Des orgasmes, hum… plein d’orgasme.

Je déglutis lentement et ris nerveusement, peut-être par gêne.

—Tu vas me dire que ce mec ne te jette pas une fois qu’il a joui ?

Honnêtement, les seuls orgasmes que j’ai eu dans ma vie provenait de rêves érotiques. Je n’ai jamais vu un homme penser à autre chose qu’à son propre plaisir. J’ai du mal à imaginer l’inverse. Je suis peut-être forte physiquement et mentalement, je connais des tas de chose sur la vie criminelle, mais en dehors de ça, je ne connais rien. Mikhaïl ne veut pas que je consomme de la pornographie, alors que lui, il en regarde. Mon corps lui appartient, alors j’ai toujours eu du mal à apprivoiser mes plaisirs. Et quand il me fait l’amour, il ne s’occupe pas de moi. J’ai grandi en sachant que mes atouts ne servaient à rien d’autre qu’à donner du plaisir aux hommes. Principalement mon frère, dans mon cas. Je suis un peu secouée d’entendre Katerina dire qu’elle ressent autant de plaisir… elle est la première que je rencontre à y avoir droit. À y accéder. Et encore plus de savoir que c’est Jonas Somber Jann qui s’occupe d’elle, ça me… ça me fascine, je crois.

J’avoue que pour le coup, je suis un peu jalouse d’elle. Je me demande ce que ça fait… Durant un bref instant, mes yeux contemplent Jonas sur l’écran et j’ai soudainement envie d’y gouter moi aussi. Au moins… juste une fois dans ma vie. Ce mec donne des orgasmes, comment ne pas être tenté ? Un frisson enveloppe mon corps et mon pouls accélère.

—Se retrouver dans son lit, c’est la récompense ultime. T’es assuré de jouir toute la nuit ! Il est peut-être égoïste en affaire, mais au lit, il est gourmand. En revanche, si tu veux le chauffer, joue avec ses fantasmes, tu vas le rendre fou. L’un d’eux, est le candaulisme[1]. Jonas est un voyeur. Quand je m’approche de Dominik et que je commence à le caresser, ça fait bander Jonas.

—Il est bisexuel ? lui demandé-je avec curiosité.

—Non. Il ne faut absolument pas qu’un mec le touche et il ne touchera jamais un autre mec. Tu sais, il a un frère jumeau et durant toute son adolescence, ils ont partagé leurs plans cul, alors Jonas est habitué au partage et l’échange de nana. Tout comme il n’a aucun problème à baiser une meuf alors qu’elle en suce un autre. Bref, il n’est pas jaloux au lit. Cela dit, attention, s’il s’attache à toi, en dehors du pieu, il sera si jaloux qu’il tuera le premier mec qui posera les yeux sur toi.

Pourquoi elle parle de lui et de moi ?! Elle s’imagine qu’il me plaît ? Ce n’est pas moi sa meuf.

—À part être voyeur, c’est quoi ses autres fantasmes ?

Bordel, pourquoi je demande ça ?! Je perds mon temps à lui parler alors que je devrais fuir là, tout de suite ?!

—Le viol. Prendre toutes celles qui se refuse à lui. Il adore surprendre, prendre de force, ou rendre inconsciente une nana pour profiter d’elle. Il attend souvent que je dorme pour me prendre, savoir qu’il abuse de moi lui procure une forte jouissance. Si tu veux un conseil, dort toute nue, il n’aura pas à déchirer les vêtements avec lesquels tu veux dormir.

Je ris avec hargne.

—Je ne sais pas ce que tu t’imagines, Katerina, mais on ne couchera jamais ensemble ! Loin de moi l’idée d’y avoir penser ! C’est toi sa nana ! Et sois sans crainte, je ne le laisserai jamais faire.

—T’es mal barrée, ma pauvre.

—Pourquoi ?

Je la dévisage.

—Il m’a virée de sa chambre, petite conne ! Pourquoi ? Pour que ce soit toi qui dormes dans son lit.

—Non, non ! Je crois que c’est toi qui ne comprends pas pourquoi je suis là, en fait. Je fais une mission pour lui et après, il me laissera partir. Il n’y a jamais été question de sexe entre lui et moi.

Elle éclate de rire et sur le coup, j’ai presque le réflexe de lui fracasser la tête contre une des écrans, seulement, je me retiens.

—Ma pauvre ! T’as rien compris, toi ! Il se réserve pour toi depuis que t’es là ! crache-t-elle avec des tremblements dans sa voix comme si elle avait fait attention toute la soirée avant de m’avouer pourquoi elle me déteste. Jonas m’a retirée de son penthouse. Oh, à part pour faire la boniche avec toi ! Il est même allé jusqu’à refuser mes avances ! Tu veux que je te dise ? Normalement, quand il fait ça, c’est qu’il chasse une autre proie. Un peu comme un serpent. Il cesse de se nourrir quelques jours pour se préparer à dévorer une proie qui s’avère un défi. Il fait monter l’instinct chasseur, ce qui augmente son plaisir… Jusqu’à ce qu’il craque et qu’il meurt de faim… Je ne voudrais pas être là quand il va t’attraper, surtout si tu lui résistes, tu vas encore plus lui plaire, ma chère.

Elle me fusille longuement, attendant probablement que je la rassure ou que je balance une réplique. Mais rien ne me vient. Car je n’en ai rien à foutre de ce qu’elle dit. Ce soir, je ne serai plus ici. Et mon frère va démolir son précieux Jonas. Et heureusement pour elle, Katerina ne sera pas là pour voir l’atrocité du meurtre, car je vais devoir la tuer moi-même.

Je dois en profiter, alors qu’on est tous les deux et aucun garde à proximité. C’est pourquoi à l’instant, j’attrape sa tignasse d’une poigne et frappe son visage contre un des écrans au mur ! D’emblée, sa figure se retrouve éclaboussée de sang !

Avec ma botte, je donne plusieurs coups de pied contre ses côtes, son ventre et commence à marteler son visage jusqu’à ce qu’il devienne tuméfié ! Trois longues minutes à m’acharner sur elle pour la voir enfin perdre connaissance. Je me penche et vérifie qu’elle est toujours en vie.

Mais il n’y a plus rien.

Plus de pouls au niveau de son poignet ou encore son cou, plus aucun souffle provenant de son nez gorgé de sang ou de sa bouche déformée.

Je ne pensais pas la tuer en trois minutes… Il faut dire que mes bottes ont contribué à lui fracasser le crâne. Elles sont pratiques.

Je ne ressens aucun remord pour elle. En relevant les yeux sur un des écrans qui fonctionne encore, je constate que Jonas n’est plus là… Je commence à chercher sa silhouette sur toutes les caméras, seulement, il est nulle part.

Merde.

Quand faut y aller, faut y aller !

Je détale rapidement vers la salle de bain en prenant le couloir, pousse la porte qui percute le mur et fonce droit vers la fenêtre ! Je l’ouvre manuellement jusqu’à ce que j’aie assez d’espace pour y glisser mon corps. La fente est tellement étroite que j’ai du mal à passer ! Dès que j’ai les pieds dehors, je m’appuie sur la rambarde décorative de l’immeuble. Mes mains restent agrippées au cadre. Je jette un œil en bas, une bourrasque de vent glacial m’envahit et la hauteur vient aussitôt me donner le vertige. Les jambes raides, les mains qui forcent pour ne pas perdre ma prise, au point d’avoir les jointures blanchies, je commence à longer la balustrade de brique. En bas se trouve une ruelle, mais d’ici j’entends l’agitation de la ville : les sirènes d’ambulance, les klaxons, de la musique. Je fais tout pour éviter qu’on me voie à travers les autres fenêtres ou qu’on remarque ma présence.

Dès que j’atteins une poutre sculptée, je la saisis comme si ma vie en dépendait. J’essaie de glisser au mur contre la brique pour descendre d’un étage, puis utilise les parapets de chaque fenêtre. Ici, elles sont cloitrées. Ce sont probablement les chambres des prostituées, donc condamnées pour que personne ne puisse rien voir.

Je descends un autre étage et déjà, mes mains sont gelées et endolorie. Mon poignet me fait souffrir et mon visage est happé par le froid, alors mes yeux s’embrument et mes lèvres ne cesse de grelotter. Toutefois, je ne compte pas m’arrêter à mi-chemin. Tout en bas, il y a un conteneur à ordure, je pourrais sauter sur le couvercle. Ce sera déjà moins haut que directement dans la ruelle. Je continue, sans ralentir la cadence et quand je vois enfin la possibilité de sauter pour aller plus vite, je me laisse tomber dans le vide.

Néanmoins, j’étais encore probablement trop haut, puisqu’en me jetant sur le couvercle du conteneur à ordure, je me blesse à la cheville, mon corps roule ensuite violemment sur la tôle et tombe en bas ! Je percute alors une autre forme de tôle et roule de nouveau jusqu’à enfin m’écraser sur l’asphalte !

Blessée un peu partout et la cheville douloureuse, je me mets à genoux et en relevant les yeux, je constate que je suis tombé sur le capot d’une voiture qui a surgit dans la ruelle en même temps que j’ai sauté. L’horreur me fige en voyant au-dessus des phares. Après qu’il ait ouvert sa portière et marché vers moi, je découvre nul autre que… Jonas.

Eh merde… ce n’est pas vrai !

Après avoir percuté le conteneur et été frappée par sa voiture, j’ai du mal à me relever. Je vois la lueur meurtrière qui traverse son regard ténébreux. Alors qu’il fulmine et se retient de me tuer, là tout de suite, Jonas me saisit rapidement par la tête en agrippant mes cheveux, traîne mon corps au sol alors que je hurle de douleur et me hisse jusqu’à l’arrière de sa caisse où il ouvre le coffre et me jette dedans ! Je passe près de me faire trancher les doigts, qui sont agrippés au bord afin de m’aider à sortir de là et qu’il ferme violemment le haillon !

À présent, je commence à perdre confiance en mes capacité, ce qui ne m’était jamais arrivé jusqu’à présent. C’est pourquoi je craque, hurle, frappe la tôle et déchaîne ma colère dans son coffre ! Je cris comme jamais, sentant l’impuissance m’envahir. Sentant la déception de ma famille, de mon frère. Ne me trouvant plus digne de porter le nom des Pavlenski. Être une femme dans ce monde d’hommes impitoyables est déjà invivable. Pourtant j’ai gagné leur respect en étant forte et uniquement grâce à ça. Si Jonas m’affaiblie et me brise, je ne servirai plus à rien du tout.

Le véhicule recule si vite que lorsqu’il freine, mon corps percute l’intérieur du véhicule. J’entends des pas s’approcher et dès lors, on ouvre le coffre. Ce n’est pas Jonas, mais plusieurs hommes cagoulés qui me tire hors de l’habitacle pour me ramener à l’intérieur du bâtiment en passant par le garage, par là où je suis rentrée la première fois, lorsque nous étions à moto. Jonas et ses hommes entrent avec moi dans l’ascenseur, sans jamais lâcher prise. D’énorme mains se resserrent autour de mes bras et mes jambes, et empoignent mes vêtements.

Arrivés à l’étage du penthouse, on me pousse à la sortie et je trébuche et m’affale au sol !

Le corps de Katerina est là, à quelques pas de moi. Je me retourne et voit uniquement Jonas et Dominik sortir, les autres disparaissent lorsque les portes se referment. Jonas pince les lèvres en voyant que je l’ai tuée, mais ses yeux reviennent rapidement sur moi.

Je me retourne, prête à fuir, mais je me rends vite compte que tout ce que je peux faire, c’est ramper ! Je ne me suis jamais senti à ce point démuni.

Jonas attrape mes jambes, me tire à lui, s’assoie en califourchon sur mon ventre et je reçois un atroce coup de poing qui fait jaillir des larmes de douleur. Je tourne la tête pour encaisser le coup et il attrape ma mâchoire pour que je le regarde. Seulement, mes yeux ne cessent de pleurer.

—Je vais te buter, putain ! Je vais te défoncer la gueule !

Les coups, je peux encore les encaisser, alors je dois tenter de me défendre. Je frappe son visage à mon tour, un impact direct sur son nez qui est déjà amoché, ce qui déclenche à nouveau des saignements ! Le liquide rouge recouvre ses lèvres et dégouline sur moi. Je le frappe à nouveau et alors qu’il se soulève juste un peu, j’en profite pour pouvoir lui donner un coup de coude entre les jambes ! Il s’immobilise suffisamment pour me laisser le temps que je puisse glisser hors de lui !

Cependant, une fois sur pied, ma cheville, m’arrache une douleur intense et mon corps vacille. Un corps se plaque contre mon dos, un bras s’enroule autour de mon cou, un autre autour de ma taille. J’entends la respiration haletante de Jonas dans le creux de mon oreille alors qu’il m’amène vers une chaise de la cuisine.

—Apporte de la corde, assigne-t-il envers Dominik qui s’exécute.

Jonas me fait assoir et son acolyte commence à faire des nœuds à mes jambes et mes bras au dos de la chaise. À cause de mes liens serrés, je ne peux plus me lever. Je peux seulement me faire tomber, mais pour le moment ça ne servirait à rien.

J’observe Dom terminer, la rage au ventre, et reçois brutalement une gifle. Jonas veut que je lève les yeux vers lui. Je lui obéis pour cette fois avec un regard animé par un feu ravageur. Je lui promets silencieusement de lui faire mal. Très mal.

[1] Le candaulisme est une pratique sexuelle dans laquelle une personne ressent de l'excitation en exposant ou partageant sa conjointe ou partenaire, à une ou plusieurs personnes. Source Wikipédia

Annotations

Recommandations

Orion

Immensité bleue
Grande vague de l'amour
Perle océan
2
0
0
0
Défi
Nicolas Raviere
Bradbury Challenge 49/52

Bien au chaud au cœur de la tempête, Rodolphe, armé jusqu’aux dents, attend tranquillement un tueur en série.
5
35
59
9
Gabriella Bozzano
Un éditeur spécialisé en livre d'horreur reçoit un recueil de nouvelles qui lui est dédié. Il commence à le lire mais très vite il comprend quelque chose : il n'est pas seul dans la pièce.
13
16
19
38

Vous aimez lire Cynthia Havendean ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0