Samedi 8 juin

3 minutes de lecture

Julie

Recroquevillée sur moi, la respiration haletante, je sens mon corps se détendre au fur et à mesure que mon esprit se réveille. Je cligne des yeux et essaie de m’habituer à la luminosité environnante. Notre chambre reçoit les rayons du soleil chaque matin, mais je me souviens parfaitement avoir fermé les volets hier soir. Un bruit de cintres sur la tringle de la penderie m’apprend que je ne suis pas seule dans la pièce. Je cligne des paupières une nouvelle fois alors que Tim me demande :

— Tu n’aurais pas vu mes chaussures de course ?

— Pardon ?

— Ça fait dix minutes que je retourne toute la maison pour les trouver.

Parfaitement réveillée, je me tortille pour m’extraire de la couette qui s’est enroulée autour de moi avant de rejoindre mon mari. Je me hisse sur la pointe des pieds, attrape un carton à chaussures en haut de l’armoire avec une étiquette mentionnant « Basket Tim » sur le côté et sans un mot, les lui donne.

— Ah merci. Désolé de t’avoir reveillée, mais si tu les avais rangées…

Sans m’attarder, j’ouvre la porte de notre chambre et me dirige vers la salle de bain. Je les avais mises dans notre chambre, parce que l’espace réservé aux chaussures dans le couloir de l’entrée n’est pas extensible et… surtout il a cessé de courir depuis plus d’une année. En me faisant cette réflexion, je me retourne et lui demande encore à moitié endormie :

— Tu reprends les entraînements ?

— Ben oui, je vais pas à une réunion vêtu comme ça, dit-il en parcourant sa silhouette des yeux.

J’ai l’impression d’être dans un épais brouillard. Je regarde autour de nous, aucune porte n’est ouverte et surtout aucune lumière ne filtre nulle part.

— Il est quelle heure ? demandé-je.

— Six heures. Je vous rapporte le petit déj, ne vous levez pas trop tard !

Six heures ??? Il est sérieux ? L’un des seuls jours où je peux dormir, il me réveille pour trouver ses satanées chaussures !!! Pff.

J’ouvre la porte de la salle de bain alors que Tim commence à courir sur place pour vérifier je ne sais quoi. Que ses baskets tiennent bien, peut-être.

— Je sais pas ce que tu avais cette nuit, mais tu n’as pas arrêté de gémir et de bouger.

Je soulève un sourcil, puis les épaules en prétextant sans doute un drôle de rêve. Je m’enferme aux toilettes alors qu’il dévale l’escalier.

Gémir ? Bouger ? Beuh…

Je bâille, me frotte les yeux et décide de ne pas trop réfléchir. Je vais profiter de son absence pour retourner me coucher. Six heures c’est trop tôt.

Mon petit jet du matin fini, je m’essuie… mais le papier glisse de manière peu habituelle sur mes lèvres et un sursaut du bassin me surprend. Etonnée, j’ouvre les yeux tout rond et recommence la caresse. Mon sexe est humide et ce n’est pas la faute du pipi matinal… non, c’est une autre sorte d’humidité, bien différente et mon corps se réchauffe à ce simple contact.

Je me redresse rapidement, termine ce qui doit être fait à la salle de bain et file m’enfermer dans notre chambre, me glisse sous la couette et ferme les yeux. Mais les mots de Tim et les sensations de mon corps ne me trompent pas.

J’ai fait un rêve érotique.

Sous la couette, mes doigts osent s’approcher de mon intimité, même si mon esprit me répète que je ne dois pas, que je ne peux pas, que seul mon mari… je ne peux que constater l’état de mon clitoris, gonflé et sensible. Dès que je frôle mes lèvres, elles se gorgent d’une humidité toute nouvelle. Nouvelle pour moi.

Je retire mes doigts, me tourne sur le ventre, ferme les yeux et enlace mon oreiller tout en me sermonnant : il faut dormir… du repos et pas seulement flemmer. Je me suis levée toute la semaine à cinq heures trente, ce week-end je m’accorde une grasse matinée… Mais comme des flashs mon esprit m’envoie des images torrides.

Les lèvres de Manu s’écrasant sur les miennes, son corps se collant contre moi, ses doigts caressant ma poitrine… Je me retourne, tente la position du fœtus, les jambes serrées, mon souffle s’accélère et mon bassin s’agite.

« Gémir et bouger »… Est-ce que Tim a compris que j’avais…

Soudain je me redresse au milieu de mon lit et plaque une main sur ma bouche étouffant un cri. Et s’il savait que j’avais couché avec Manu !

Annotations

Recommandations

thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
236
341
858
183
XiscaLB
On dit "jamais deux sans trois", ça vaut aussi pour nos récits ;)
Bienvenue à vous sur ce nouveau 4 mains !
Lecossais et moi vous souhaitons une bonne lecture !
_______________________________

Rien ne les destinait à se rencontrer.
Militaire de carrière, Julia est caractérielle, indépendante et prête à tout pour se faire respecter.
Responsable Financier d’une ONG, Arthur est rêveur, utopiste et déteste tout ce qui porte une arme ou un treillis.
Le destin les réunit sur le terrain, au milieu des bombes et des réfugiés. La guerre fait rage en Silvanie et ils vont devoir travailler ensemble, mettre de côté leurs différences. Leur objectif commun : sauver le plus de réfugiés possible et leur offrir un espace où vivre et survivre en attendant la fin de la guerre. Et c’est sans doute le seul point sur lequel ils s’entendent.
Malgré une rencontre mouvementée et un contact électrique, il l’énerve autant qu’il l’attire, elle l’agace autant qu’elle l’hypnotise. Elle résiste à tout prix, quand lui ne veut qu’une chose : qu’elle craque.
Tous deux sont bien loin de se douter qu'au-delà de leur attirance mutuelle se joue bien plus. C’est le sort du pays tout entier qui est en jeu, c’est l’avenir de la Silvanie que leurs actions vont influencer. Leur relation survivra-t-elle à tant de pression ?
241
379
27
119
Défi
Lina2402
Réponse à Feuille blanche

Défi lancé par ⠨⠏⠁⠞⠭⠁⠗⠁⠝ [pat.ʃa.ʁan] ꜽꜿꝘꝍꜽꝕ
82
219
19
18

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0