Le chiffre 11

5 minutes de lecture

Vous avez remarqué que chaque grande catastrophe majeure survient toujours durant le même jour du mois ? Il y a eu le 11 septembre, les attentats madrilènes le 11 mars 2004, puis Fuksuhima. Toujours un 11. Chaque malheur signifie un retrait volontaire des libertés, la population pisse dans son froc et supplie les politicards de faire quelque chose. Ce n’est pas plus compliqué cela : les particrates se frottent les mains à chaque attentat et en profitent pour foutre la pétoche grave aux gens. Ces derniers réclament alors des mesures pour être protégés, et acceptent sans broncher des lois qui les mettent sur écoute, incitent à dénoncer ces voisins s’ils osent critiquer le gouvernement, et toutes autres joyeusetés du même acabit.

À « chaque catastrophe du 11 », comme j’ai tendance à les appeler, le monde se rapproche de plus en plus d’une dictature invisible, insidieuse. Mais attention, loin de moi l’idée de répandre des théories de la conspiration ! Je pense que si les petits hommes verts voulaient nous mettre en esclavage, avec l’imbécillité humaine ambiante, cela aura déjà été fait depuis bien longtemps. Je trouve cependant ces coïncidences plus que douteuses. D’ailleurs, si l’on compte bien, nous en sommes déjà au 11e épisode de mes aventures (oui, les deux premiers racontant mon passé avant les événements, on peut donc en déduire que… (non, je ne pousse pas très loin, c’est un calcul parfaitement logique !).

Aujourd’hui, je tremblais, je paniquais au fur et à mesure que toutes les forces de police françaises encerclaient Paris. Non, je dois même vous avouer que je paniquais dès l’annonce, à la télévision, des attentats en train de se perpétrer à Satyre Hebdo. Vous savez, le fameux journal polémique qui s’attirait régulièrement les foudres des communautés religieuses.

Je devinais dès les premiers mots du journaliste qu’il n’allait plus faire bon vivre en France. La peur de l’autre allait être exploitée ad nauseam pour mieux contrôler l’opinion publique. On le remarqua d’ailleurs dès le lendemain : les politicards français commencèrent déjà à déclarer des discours appelant la mise en place d’une surveillance généralisée. Mais pire que tout, un magma de haine s’embrasa dans le cœur de bon nombre d’Européens. Magma qui couvait déjà depuis belle lurette, attendant juste le moment adéquat pour exploser. Satyre Hebdo fut l’événement parfait.

J’étais dans un café lorsque la télévision annonça l’attaque. C’était la consternation dans la salle. Peu de temps après, des sirènes hurlèrent dans toute la ville. Je vis passer cinq voitures de police dans la rue, fonçant à toute allure en direction des bureaux de Satyre. Rebelote à peine une minute plus tard. Elles ranimèrent le souvenir de cette fameuse nuit. La traque, la perte de Marie et des enfants… Je me sentis d’un coup hypermal. La tête commença à tourner de plus en vite. La boule dans le bide refit son apparition. Je fonçai vers ma chambre, je voulais m'y enfermer à double tour, et attendre.

Je rentrai dans l’hôtel, avec un pressentiment bien étrange. L’hôtesse, à l’accueil, me regarda en fronçant les sourcils, puis en replongeant directement les yeux sur son téléphone. Je m’engouffrai dans l’ascenseur, pressant le bouton de l’étage plusieurs fois, dans l’espoir que les portes se referment au plus vite. J’eus un haut-le-cœur dès l’ouverture de la porte. Ma chambre était ouverte. Des bruits, comme si l’on ouvrait et refermait des tiroirs à la vitesse de l’éclair, s’en échappaient. Je m’approchai du mur, plus discret qu’un loup qui chasse sa proie, et collai mon oreille sur la paroi. Les bruits cessèrent net. J’attendis plusieurs minutes, dans cette position. Pas un bruit.

J’osai passer ma tête dans l’ouverture. Toute ma chambre avait été retournée. Le contenu de mon sac, complètement renversé, gisait sur le lit. N’entendant toujours rien, je me risquai à entrer. Mes fringues, éparpillées dans toute la pièce, donnaient l’impression qu’un mini tsunami avait pris naissance dans cette pièce, dans l’unique but d’emmerder son propriétaire. Je ne pouvais plus rester ici. Même si c’était un gars qui avait profité de l’agitation pour fouiller mes affaires, le risque était trop grand. Je ramassais tout mon barda, le fourrant sans réfléchir dans mon sac à dos. Lorsque tout fut embarqué, je remarquai que je n’avais entassé que des fringues. Le GPS, le Plexus 2 avaient disparu. En soi, ce n’était pas trop grave, je n’avais même pas encore osé toucher le téléphone, de peur d’être repéré. Mais cela confirmait bien qu’un petit plaisantin était passé par là. Quand bien même, si d’autres chambres avaient subi le même sort, les flics passeraient d’office. Je n’allais pas leur donner le loisir de m’interroger.

Je partis sans demander mon reste, oubliant même de laisser la clé à l’entrée de l’hôtel. À peine dehors, je le vis au loin. Un des malabars en noir. Dès qu’il m’aperçut, il se mit à marcher d’un pas plus que décidé vers moi. J’accélérai le pas, il fit de même. Putain, c’était bien un de ces types. Je me mis à courir comme jamais. La course était toujours douloureuse, mais je n’avais plus envie d’hurler toutes les larmes de mon corps à chaque fois que mon pied touchait le sol. Je tournais, dans les petites rues parisiennes, zigzagant à nouveau, mais impossible de le semer. Il commençait à me rattraper, ma respiration se faisait de plus en plus difficile. En désespoir de cause, je m’engouffrai dans le métro, et une fois que j’eus passé le portique de sécurité, il stoppa net la course. J’imagine qu’il devait y avoir trop de monde pour lui, impossible de me chopper discrètement. Bon à savoir. Si jamais je devais retomber dessus, je foncerai dans le métro.

Je pris une rame, m’arrêtai à l’arrêt suivant, et je repris le métro dans l’autre sens. On était jamais trop prudent. Je changeai plusieurs fois de direction avant de m’arrêter à hauteur de la Bastille. Là, je m’installai dans un bistro, et devant un café bien chaud, regardai les infos. On pouvait dire que le malheur des uns fait le bonheur des autres. L’affaire Satyre Hebdo monopolisait toute l’attention. Pendant ce temps-là, on ne parlait plus de la traque de l’ennemi numéro un de Belgique.

Je filais mes dernières pièces de monnaie en payant mon café. Voilà, j’étais complètement à sec. Impossible de pouvoir prendre un nouvel hôtel. Il n’était pas non plus possible de quitter la ville inaperçu. Le plan Vigipirate venait d’être relevé à son plus haut niveau, les militaires parcouraient les rues et toutes les sorties de la ville étaient étroitement surveillées. Chaque gare abritait une armada de flics armés jusqu’aux dents, chaque voyageur systématiquement contrôlé. J’étais coincé, pris au piège dans une prison à ciel ouvert, les types en noir rodant dans le coin, prêts à me chopper au moindre faux pas…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0