Car j'étais sur la route, toute la sainte journée

4 minutes de lecture

Dans les premières heures qui suivirent, inceptionner les passants fut une épreuve bien pire que de participer à l’Iron Man. Bouleversé par les événements de la matinée, n’importe quel quidam refusait de s’arrêter. Impossible de soutenir une conversation, de marcher à côté de la « victime » suffisamment longtemps pour avoir le temps de m’insinuer dans son esprit. Au bout de deux heures, je n’avais réussi à chopper que cinquante euros. La ville grouillait de flics partout, je n’osais pas pousser plus loin.

Je m’installai dans un fast-food, prenant un petit truc à grignoter bien que je n’aie pas faim. La vision du malabar avait définitivement comprimé mon pauvre petit estomac. J’attendais là, une bonne heure. Soudain, je me mis à trembler. Gros stress. Vous savez, comme la grosse chape de plomb, ou ce froid intense, qui s’insinue partout dans l’établissement. J’en étais venu à la conclusion qu’un des nazguls venait de rentrer dans la pièce, et en quelque sorte, j’avais vu juste : quelques tables plus loin, en face de moi, un type en noir venait de s’installer. Il semblait ne pas m’avoir remarqué, trop occupé à dévorer un de ces burgers bien gras et bien chimique.

Je pris mes affaires, en lui tournant le dos le plus possible, et m’éloignai vers la sortie. Je lui jetai un rapide coup d’œil en passant la porte, pour me rendre compte que la Team Rocket avait dû jouer un mauvais tour à mon esprit. Ce n’était qu’un mec comme un autre, en costard, qui venait simplement prendre son heure de table. Beaucoup de sueurs pour rien, en somme. Mais toujours tremblotant des guibolles, je partis sans demander mon reste et tentai de reprendre, tant bien que mal, mes esprits.

L’après-midi se déroula comme la matinée. Impossible d’inceptionner quiconque. Transi de froid, je me rabattis sur des cibles plus faciles : les garçons de café dans des établissements peu fréquentés, en reproduisant la technique de la boulangerie : donner cinq centimes et lui faire croire que je lui avais filé un bon gros bifton. Je fis pareil dans quelques échoppes. Mais dès que je m’arrêtais quelque part, je tombais sur un homme en noir qui semblait m’observer de loin. Je ne pouvais pas rester en place, me déplaçai dans toute la ville. Ce fut chaque fois pareil. Ils étaient là, à m’observer, de loin. Mes déplacements dans le métro se firent de plus en plus longs, chaque fois allant au petit bonheur la chance, rebroussant chemin, changeant de lignes comme au matin. Rien n’y fut : ils étaient toujours là, comme s’ils pouvaient me détecter à volonté.

C’en était trop. Ils étaient partout. Comme s’ils devinaient mes déplacements. Je décidai de me poser dans un parc et trouver une solution à ces fachos ramollis du cerveau. Ils devaient certainement avoir planqué un mouchard quelque part. Je retournai entièrement mon sac, inspectant chaque recoin, chaque couture. Rien. Je sortis mon portefeuille, fis pareil. Rien. J’enlevai toutes les fringues que je portais, les secouai. Rien. Dans les pompes, rien. J’étais totalement clean. Comment était-ce possible ? Étais-je en train de devenir fou ? À en croire le couple qui passait près de moi, oui, je devais être un évadé d’asile. Dès qu’ils me virent, à poil en train de secouer mes fringues, planqué derrière un arbre qui ne masquait pas grand-chose, ils appelèrent les flics, prétextant qu’un forcené se baladait à poil dans le parc. Je ne me suis jamais rhabillé aussi vite de ma vie et pris la poudre d’escampette.

Je courus, de plus en plus désespéré, ne sachant plus où aller. Je ne sentais plus mes jambes et mes pieds, chaque mètre parcouru devenant de plus en plus pénible. Je m’arrêtai sous un pont surplombant la Seine, à l’abri des regards. Je repris mon souffle en comptant l’argent qu’il me restait. Puis je repris ma route, et trouvai un hôtel encore plus miteux.

Je fus soulagé, en entrant dans cet hôtel où la peinture s’écaillait dans le hall, de voir qu’il n’y avait pas la moindre caméra de surveillance à l’entrée ni à la réception. Je remplis un nom bidon sur la fiche d’entrée, inceptionnant le type à la réception pour qu’il ne vérifie pas ma carte d’identité. Le tour était joué, en quelques minutes j’avais ma chambre.

Je n’y restais qu’une journée et décampai de l’hôtel dès 7h du matin. Ne pas bouger signifiait assurément la visite de ces foutus skins endéans les 48h. Je ne voulais pas prendre ce risque. Il fallait que je quitte la ville le plus vite possible.

Ce 12 janvier fut une journée d’emplettes, si on peut dire. Je récoltai, via divers magasins, de quoi préparer mon voyage : un téléphone, plusieurs cartes sims prépayées, et je remplaçai entièrement ma garde-robe, nouveau sac à l’appui. Bien que je n’avais rien trouvé dans mes vieilles affaires, je préférai m’en débarrasser et jetai le tout dans la Seine.

Je pris à nouveau un hôtel le soir, du même type que la veille, et à nouveau, je pus aisément tromper la réception qui ne posa aucune question. Je pris le temps, ce soir-là, d’aller zieuter le net via ce nouveau téléphone. Dans les infos, Lammour surfait sur la vague d’indignation suite à l’attaque de Satyre hebdo. Il se mit à stigmatiser ce qu’il appelait ces bobos gauchistes, laxistes, qui selon lui étaient responsables de tous les maux de la terre. Qu’il fallait une France et une Europe forte, nettoyée de ces parasites.

Son discours atteignait le summum de l’abject, mais il semblait conquérir le cœur de ses interlocuteurs si l’on regardait les commentaires des internautes (note pour plus tard : vu la facilité des humains à répandre leurs diatribes haineuses, ne plus jamais les lire). Il alla jusqu’à me tenir pour responsable des attentats contre Satyre, que j’avais galvanisé ces terroristes par mon acte. Je passai vite à autre chose, mais toute l’affaire qui me concernait, aucun journal n’en pipait mot. Toute la presse était focalisée sur les attentats de la veille et sur les mesures de sécurité prises en France. Les frontières étaient fermées, la France prétextant un état d’urgence pour violer les traités de Schengen. Passer la frontière s’annonçait particulièrement périlleux. Néanmoins, en surfant de liens en liens, je tombai sur un vieil article : les relations de Lammour avec un groupe allemand nommé le quatrième pouvoir, dont les membres étaient proches des mouvements d’extrême droite. Il retint toute mon attention et me plongeai dans cette enquête. Je n’étais qu’au début de mes surprises.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0