Une nuit de plus

de Image de profil de une littéraireune littéraire

Apprécié par 2 lecteurs
Image de couverture de Une nuit de plus

Bien que je me trouve à des kilomètres de lui, dans l’une des plus belles capitales du monde, j'étais consciente, qu'il persisterait à me suivre. Puisque cette nuit, sous les spots des rues éclairées, sous ce ciel étoilé, sous l’emprise de cette drogue aux effets somptueusement magiques, cette nuit, il serait là. 

Je marchais, tranquillement, découvrant ce merveilleux cadre, ce merveilleux endroit avec ses canaux, et ces gens incroyablement beaux, parce-qu’il est vrai que ces gens dégagaient quelque chose de.. vraiment très beau à percevoir, ces voitures qui roulent à une vitesse folle, cette ville qui vit à vive allure, ces trams sans fin, et ces vélos toujours plus nombreux. Je marchais donc paisiblement au sein de ce cadre qui m’était parfaitement inconnu et que j’avais tant attendu, quand soudain. Je le senti s’approcher de moi. Il commença par emprunter les mêmes ruelles, je me fondis donc dans cette foule en mouvement. Mais il persista, il était là, quelque pas, plus loin, insistant, comme à son habitude, derrière moi. Je tenta de le semer en prenant rapidement la rue de droite à l’intersection de ce grand carrefour, puis celle de gauche. Avec ça, il ne peut que m’avoir perdu de vu. Je regarda autour de moi, je pense qu’il est parti. Puis, je me suis reprise en me persuadant que cela ne pouvait qu'être hallucination. J'avais fuis pour lui, il n'avait pas pu me suivre.

Cette ambiance nocturne, et festive était donc devant moi. J’observa de ma petite taille ces personnes derrière les vitres de coffeshop, aux yeux même plus rouges, mais avec la pupille absente tellement elle souffre chaque jour, de ce produit. La pauvre vous allez me dire. En effet. Les miennes se tenaient, malgré que cette plante, légale ici, m’ai procuré ce bonheur que je ne ressent qu'à travers elle, c’est vrai. Les effets arrivaient doucement, alors je les attendais eux aussi. Ca y est, je riais, naturellement, pour rien, juste comme ça, j'ignorais pourquoi, mais ce sourire éclatant était là. C’est étrange d’ailleurs, comme ces produits, quelqu’ils soient, peuvent nous rendre plus heureux que la vie nous permet de l’être parfois. 

Je continuais donc ma course folle au coeur d’Amsterdam, des étoiles dans les yeux, un sourire indélébile sur mon visage, et attirée d’une légèreté rare. A cet instant, je cru me sentir bien, épanouie, libre, et sûrement.. heureuse. Au coeur de cette ville où tout m’était inconnu, et où tout ne demandait qu’à m’être présenté. Mais je l’entendis chuchoter à mon oreille alors que je marchais encore. 

Il m’avait retrouvé, et cette fois ci, je n’arriverais pas à lui échapper. Je crains qu’il n’ai saisit mon manège pour l’éviter. Celui que je met en place chaque nouvelle nuit qui s'offre à moi, à fin de ne pas terminer aux creux de ses bras, mortels qu’ils sont. Je le sens désormais me tourner autour, et entamer sa cadence folle, et m’appeler de sa voix sale, horrible, et terrifiante. Mais il était trop tard, il était là, en face de moi, et commença à m'attraper, me paralyser, m’immobiliser, me couper le souffle et prendre le contrôle de tout mon être et me rendre esclave de lui une nuit de plus. Mais comment avait-il fait, pour faire le trajet France-Pays-Bas sans que je m’en aperçoive ? Non pas ce soir, pas lui, pas ce soir, je ne peux pas céder à cette tentation si forte, si meurtrière, si.. Il était trop tard. D’un coup, le monde entier qui tournait autour de moi s’écroula, et tout devenu muet, sombre, noir, mort, triste et sans vie. Plus rien n’avait de sens, ni d’envie d’en trouver un . 

Je marchais d’une allure tranquille lorsque ce soir là, bien que je me trouvais loin de chez moi, il s’imprégna de mon être une nouvelle fois, il reprit sa place que cette vie lui a attribué dans la mienne, il y a quelques années de ça. Ce soir là, mon mal être était là, et me rappela qu’il ne me quittera pas. Qu’importe l’endroit, l’heure ou l’état dans lequel je me trouverais, ce monstre sera éternellement présent. A me rappeler qu'on ne fait qu'un, et qu'il n'y aurait pas de lui sans moi. 

Expérimental
Tous droits réservés
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

Commentaires & Discussions

Une nuit de plusChapitre2 messages | 3 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0