Sales bestioles /2

3 minutes de lecture

Talixan, accroupi, dégaina un long couteau - son dernier atout. Zephyr jeta un regard vers Kanoo. Elle pataugeait en silence, effrayée par le danger, sans arriver à se dépétrer des ronces immergées qui la retenaient. Son choix fut vite fait. Il se pencha, l'aggripa des deux mains et tira de toutes ses forces. Il voulait la sortir de là ; qu'elle, au moins, puisse s'échapper. La manoeuvre fut un succès, et il hissa la jeune fille hors de l'eau, dégoulinante, sertie de ronces et d'herbes.

Le zagarite et le chasseur se faisaient maintenant face, même si ce dernier rendait cette tâche difficile par ses bonds continuels. Calme, concentré, il fixait son adversaire comme s'il s'agissait d'une proie innocente. Le coutelas dans la main gauche, il esquissait du bras droit des mouvements lents pour détourner l'attention de son adversaire. Avant, tout à coup, de bondir de côté de façon imprévisible. Le guerrier, lourd et sûr de lui, tenait sa hache à deux mains et jaugeait son adversaire.

Zephyr jugea qu'il ne pouvait pas laisser Talixan affronter seul cette machine à broyer et massacrer. Ignorant les plaintes de Kanoo, il sortit son propre couteau, s'accroupit et s'approcha insidieusement de l'homme à la hache, suivant à la lettre les prescriptions de son maître d'armes. Il pouvait se féliciter de la manoeuvre : en arrivant dans le dos du guerrier, il détournait son attention, créait un deuxième danger qui ouvrirait peut-être la faille dont Talixan avait besoin pour porter l'estocade.

D'un mouvement, le monstrueux zagarite fit un grand pas en arrière, se pencha et décocha à Zephyr un grand coup du dos de sa hache. Le choc fut terrible et arracha le garçon au sol. Il sentit sa tête exploser, mais eut juste le temps, avant de fermer les yeux, de voir Talixan plonger sur leur ennemi.

Il y eu des coups dans sa tête, et des coups au-dehors, les battements de son sang dans ses tempes, les coups échangés par les hommes, la douleur, qui vrillait son crâne, le bruit des lames qui s'entrechoquaient.

C'est la panique avant tout qui le fit se redresser en position assise. Son crâne pissait le sang, mais il put ouvrir l'oeil gauche. Ce qu'il vit l'effraya: en position instable juste au bord du canal, les deux combattants étaient en plein corps-à-corps. Talixan avait planté son coutelas dans le ventre du guerrier, mais il ne parvenait plus à l'en retirer, et l'autre y semblait insensible. De sa main libre à la poigne puissante, il avait saisi le cou du chasseur. Il laissa alors tomber sa hache. Zephyr comprit que sa deuxième main allait renforcer la première pour broyer le cou de l'infortuné vieil homme. Il aurait voulu crier, mais aucun son ne sortit de sa bouche, paralysé qu'il était par la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Puis il vit le coutelas ressortir enfin, et un rictus s'inscrire dans la barbe foisonnante. Alors que deux mains énormes se refermaient sur son cou, le chasseur tenta de planter sa lame dans la gorge de son adversaire. D'un mouvement, ce dernier évita que la pointe ne l'égorge, mais ne put éviter qu'elle lui rentre dans l'oeil. Il poussa un cri rauque, et lâcha prise.

Les deux hommes maintenant séparés s'accrochèrent comme ils purent au bord du canal, tentant de garder une position ferme au milieu des plantes aquatiques, des trous d'eau et des ronces qui formaient la berge. Talixan fut le premier à retrouver une posture de combat, presque droit, les jambes écartées, lorsque quelque chose attira son attention.

"Noooon !" s'écria-t-il, d'un ton qui paralysa d'horreur Zephyr, et dans le même temps il se plia pour attraper quelque chose à son pied.

Il lança un objet - un animal ? - sur le zagarite qui cherchait encore à assurer ses appuis.

Un rat ! C'est ce que Zephyr avait cru voir voler jusqu'à la face ensanglantée. Et mordre.

Les deux adversaires s'écroulèrent en même temps. L'un, de sa grosse masse, chuta lourdement dans l'eau. L'autre s'affaissa comme une poupée de chiffon dans l'herbe humide.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Ryan Rmm

Je T'aime de tout mon cœur. Tu es celle qui me fais rappeler qui je suis. Tu es mon double. une partie de moi. la seule femme que j'aimerais toute ma vie. Je t'aime plus que n'importe qui. En 20 ans tu as toujours été la pour moi et franchement je suis entrain de me dire que j'ai une chance énorme d'avoir une sœur et des frères qui m'aime malgré mon caractère et j'aimerais te dire ce qu'il me tiens a cœur....
Je sais que tout au long de mon adolescence j'étais vulgaire, agressif. nerveux. et que j'étais un gamin dans ma tête. mais je vais te dire une chose tu m'as manqué énormément c'est deux années ont été dure pour moi en sachant que vous êtiez loin. Il y a pas une journée ou je ne pensais pas a ma sœur.
Dans ces 2 ans passé loin de toi, il y a une journée dont c'étais la pire de ma vie. Le 05/07/2018, car c'est la seul fois ou tu n'étais pas avec moi pour mon anniversaire, franchement tu m'as manqué mais d'un point dont tu ne peux imaginer. T'es toute ma vie, mon sang, mon double, ma jumelle, ma fierté, mon ange gardien, ma confidente, ma meilleure amie, et Ma Grande Sœur, tu es tout pour moi. Je n'aimerais personne plus que toi. Tu es ma sœur et la meilleure du monde. Je t'aime de tout mon cœur MA GRANDE SŒUR.

JE T'AIME
3
0
31
1
Maxime-Axel

Une onde, minuscule, me souffle à demi-mots
Les accents du bonheur,
Et les nuages passent, qui trouvent leur écho
A te reprendre en chœur.

Je ressemble à cet homme, qui, dans un rude hiver,
Artisan-forgeron,
Modèle dans la force et rythme dans le fer
L’empreinte du flocon.

Sa main, qui cogne dur, sa main, qui sait tenir
L’indomptable élément,
Sa main, toute noueuse, elle seule, sent venir
L’infime dénouement.

Tout son être durci accueille la matière,
Il respecte et transforme,
Ses yeux sembleront loin quand son regard-frontière
Fécondera la norme.

A sonder la pénombre, sa main le veut lumière
Cette lueur, énorme,
Qui fit de lui son lieu, il la tient en lisière
Et se joue de l’informe.

Et cette ligne neuve, il la sait écrouir,
Purement, simplement,
Peu d’élues la verront et viendra s’y blottir
Celle du cillement.

Ses gestes, nuitamment extirpés de l’enfer,
(Ainsi vit un dragon),
S’envolent patiemment et gagnent dans l’éther
L’éclat dans l’abandon.

Ainsi, dedans mon corps, une chaleur éclôt,
Je me veux créateur :
Effleurer puissamment ta douceur et, bientôt,
Brûler tout jusqu’au cœur.
9
6
0
2
im.ba
Une nouvelle narrant le destin d'Anna et de Julien, deux amants liés à jamais par un amour éternel. (texte en cours de relecture, correction)
6
2
137
28

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0