Epuisement 2

3 minutes de lecture

Talixan avançait plus vite que jamais. Son écheveau blanc balançait de droite et de gauche, au rythme de ses coups d'oeil rapides, alors même que son buste restait bien en ligne, aussi discret que possible. Il menait Zephyr, qui suivait avec difficulté, d'une haie à une autre, d'un muret à un haut tas d'herbes coupées. Ils trottèrent ainsi, pliés en deux comme des voleurs, et traversèrent toute une propriété sans voir âme qui vive. Quelques bruits au loin les avertirent tout de même de la présence d'ouvriers qui s'en allaient aux champs. Ils redoublèrent alors de vigilence. Leurs pauses s'allongèrent. Le regard de pie du vieux chasseur semblait s'attacher à percer toutes les ombres, à décrypter le moindre mouvement de feuillage. Durant ces pauses, Zephyr faisait tourner le vent, de façon à ce qu'il leur apporte les sons de chaque coin de l'horizon tour à tour. Talixan avait compris son manège et n'en perdait pas une miette - sa bourrasque blanche se figeait soudainement, et son regard perçant laissait place à l'ouïe.

Ils parvinrent ainsi, au bout d'un réseau de canaux, à un grand carré d'arbres aux troncs effilés, ponctué de ronces et de plantes grimpantes. Ils s'y enfoncèrent et Talixan, après avoir fait signe à Zephyr de ne plus bouger, enlaça le plus grand tronc et entama son assension. Il fila comme une flèche vers le sommet. Mais il ne s'arrêta pas là, et continua son parcours discret d'arbre en arbre : il en profitait pour faire un tour d'horizon complet.

Il réapparut aussi vite qu'il avait disparu, s'aidant des racines des plantes aériennes pour descendre à la seule force des poignets.

Il n'était même pas essouflé lorsqu'il murmura à son jeune compagnon :

- Des champs et des canaux, à perte de vue. Mais je sais où nous sommes : il y a au nord-est un village que je connais, reconnaissable à la butte sur laquelle il repose. Nous poursuivrons directement vers le Nord, en l'évitant. Il y a quelques baies dans ces arbres, que je vais cueillir, et tu me donneras ta gourde, que je la remplisse dans le premier canal d'eau claire que nous croiserons. Tu éviteras de t'approcher des canaux tant que je ne te ferai pas un signe explicite. Nous nous contenterons de ça... Si tu peux tenir ?

Zephyr confirma qu'il tiendrait le coup, alors même que son estomac grondait méchamment.

Dans l'ensemble, ils progressèrent beaucoup plus rapidement qu'ils ne s'y étaient attendus. Ils parcouraient de longues distances sans rencontrer personne. Ils arrivaient ensuite à des champs où de nombreux baribes, et divers autres individus de taille plus raisonnable, s'attaquaient aux épis encore sur pieds. Ils les contournaient alors en prenant mille précautions, sachant que d'autres ouvriers agricoles pouvaient surgir à tout moment d'un sentier ou d'un cabannon. Puis ils retrouvaient le calme de la nature, et cheminaient de champ en champ sous le pépiement des oiseaux, alors que le soleil tournait dans le ciel. A plusieurs reprises, pris dans un écheveau inextricable de canaux, ils durent entrer dans l'eau. Talixan, devant, muni d'un batton, inspectait les herbes et progressait à pas comptés. Au milieu du canal, ils avaient de l'eau jusqu'à la taille, mais rejoignaient vite la berge opposée et s'y hissaient dès que Talixan la jugeait sûre.

Le soleil et la fraîcheur des canaux aidèrent Zephyr à mobiliser suffisamment ses forces pour suivre Talixan jusqu'à la nuit. La distance qu'ils avaient parcourus lui semblait fantastique, mais il était une fois de plus épuisé.

Sous la lune verte, cachés dans un bosquet, ils dinèrent de quelques feuilles de salades et de fruits ramassés en chemin. Talixan s'interdisait de faire un feu, chasser aurait donc été inutile.

La lune rose jetait encore sa clarté sur le monde lorsque le chasseur réveilla son compagnon. Sa logique était sans faille : il valait mieux avancer avant que les ouvriers ne commencent leur journée aux champs, et faire une sieste le midi dans un coin tranquille, lorsque la chaleur était à son maximum. Les yeux ensommeillés, Zephyr rassembla ses esprits et ses maigres affaires et, le sac sur le dos, mis ses pas dans ceux de son mentor. Ils cheminaient doucement dans la semi-obscurité, évitant branches basses et ronciers. Talixan s'arrêta net. Par-dessus son épaule, Zephyr discerna lui aussi une forme humaine allongée au pied d'un arbre.

Le chasseur se saisit de son arc, et comme aucun bruit ou mouvement ne troublait la scène, se risqua à avancer vers la personne allongée là. En arrivant au-dessus du corps, ils échangèrent un regard incrédule. Kanoo. Elle gisait là, à quelques pas de leur abri nocturne.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
artisanmots

Pour ce défi je ne fais pas oeuvre personnelle, je vais citer un passage de l'histoire de Joseph :
Joseph eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe ! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit : Que signifie ce songe que tu as eu ? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi ?
La suite de l'histoire de Joseph confirme cette interprétation du songe, puisqu'il arrive que le père, la mère et les frères de Joseph se retrouvent dépendants de lui.
La question qu'on peut se poser : ce songe n'a t'il pas une autre signification ? Il faut rappeler que l'histoire de Joseph est une ode au pardon. Joseph parvient à pardonner à ses frères, qui ont pourtant envisagé de le tuer, et l'ont vendu comme esclave. Dans les Evangiles, la question du pardon n'est traitée que d'une manière théorique et vague. Dans l'histoire de Joseph, on se trouve au coeur du sujet. Se pourrait il alors que le songe du soleil et de la lune représente la récompense pour s'être montré capable d'un si grand pardon ?
2
3
0
1
Adrien de saint-Alban

Pas de femme.

La rue était sombre et déserte. Il avait plu quasiment toute la nuit, une pluie fine qui avait rendu glissants la rue et ses gros pavés. Je marchais seul devant moi vêtu de mon gros pardessus noir. Soudain, des bruits de pas. Je tendis l'oreille, des pas sonores. Des pas sensuels. Des pas de femme retentirent comme des claquements réguliers devant moi. Une tentation géniale m'avait traversé l'esprit, l'irrésistible tentation de chercher d'où venait ces pas, ces pas ensorceleurs, ces pas qui allument certaines pulsions, celle qui commettent l'irréparable.
C'était les pas de ma voisine, Anne-Christine. Je ne m'étais pas trompé, c'était bien ELLE!

Bien décidé à la rattraper et à me venger, je me mis à accélérer le pas, le mien. Elle s'était toujours refusée à moi, à mes avances discrètes ou sonores. Une poupée qui disait toujours non. Terrible et irrésistible! C'était à chaque fois la même torture, une torture recommencée, à chaque rencontre fortuite ou pas dans l'escalier ou sur le palier. Tel Sisyphe et son rocher, j'étais condamné non pas à vivre avec un thon, mais à exister à proximité de cette Vénus callipyge pour laquelle je crevais de désir et dont j'étais frustré chaque jour davantage, condamné à imaginer cette femme nue dans son bain ou sous la douche, marchant pieds nus sur le parquet propre et ciré. Parfois, je collais l'oreille au plancher pour saisir le moindre bruit, le moindre signe qui pouvait enflammer mon imagination, étendu à plat ventre à guetter le moindre pas, à deviner ces gestes simples, des gestes de femme.

Adrien de saint-Alban
2
18
1
1
Défi
Claude Thivet
Ce texte m'a été inspiré par le défi "Le club des millionnaires" proposé par StephanieG.
Le titre est un hommage à Jacques Higelin, tandis que dans le texte, je rends hommage à Daniel Balavoine, en espérant que cet humble emprunt ne courrouce pas les ayants droits. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je publie ce texte "tous droits réservés".
C'est encore un premier jet. Je ne savais pas du tout quelle direction prendre quand j'ai commencé à l'écrire. La direction et la tonalité se sont imposées d'elles même.
J'espère qu'il vous plaira, mais je suis ouvert à toutes vos critiques et suggestions.
Merci de votre lecture.

2
2
0
3

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0