Sous les lunes

4 minutes de lecture

Zephyr arrêta sa course au petit trot lorsqu'il comprit qu'il fallait choisir parmi tous les chemins inconnus arrivant au château, qu'il soupçonnait vaguement à la lueur de la lune. Il se retourna pour jeter un oeil à la scène qu'ils venaient de quitter.

Contrairement à ce qu'il imaginait, les baribes, au lieu de fuir, se regroupaient près de la tour, certains faisant même demi-tour pour rejoindre leurs congénères. En bordure du groupe, il distingua la femme qui accompagnait Stepo. Deux baribes, parmi les plus costauds, avaient pris conjointement un troisième sur leurs épaules. Plié de douleur, mais le poing levé : Zephyr comprit qu'il s'agissait d'un des baribes malades sorti de la prison. D'autres groupes se formaient plus loin, dont deux se dirigeaient sans aucun doute possible vers le château.

Zephyr s'aperçut avec effroi que les groupes gonflaient de volume à mesure que de nouveaux baribes, venus des chemins alentours, les rejoignaient. Comme si un appel à la guerre silencieux avait traversé la région.

Kanoo et Talixan s'étaient arrêtés à ses côtés, contemplant le même spectacle. La première expliqua :

- Ils viennent tous à l'appel des Puissants. Les Puissants veulent se venger, ils vont mobiliser tous les baribes auxquels ils sont liés. Ils vont tout massacrer. Et je doute qu'ils nous traitent différemment de leurs maîtres. On a intérêt à disparaître discrètement.

- Compris, répliqua Talixan, qui n'avait visiblement pas envie de moisir ici. Tu dois connaître un peu les environs ? Peux-tu nous mettre sur le chemin de Garsal, au Nord, en passant par des endroits discrets ?

- Garsal, le marché aux boeufs ? Je n'y suis jamais allée, mais je sais par où passer. Suivez-moi.

Zephyr contemplait encore la scène fantomatique des rassemblements des géants sous la lune verte, devant un panorama terminé par la silhouette sombre des arbres sur l'horizon et, côté château, la lueur naissante d'un incendie au premier étage, qui renforçait la noirceur des bâtiments. Les questions se bousculaient dans sa tête, mais Kanoo et Talixan traçaient déjà sur un sentier qui s'enfonçait dans un sous-bois. Il sprinta pour les rattraper, manqua de tomber en trébuchant sur un trou car il ne voyait pas clairement où il marchait. Lorsqu'il arriva à leur hauteur, il se cala sur leur pas rapide.

- Que va-t-il se passer ? lança-t-il à Kanoo. Ont-ils une chance contre les miliciens ?

- Oh oui, bien sûr. Le Duc Lamier a acquis vraiment beaucoup de baribes. En face, les miliciens ne sont pas nombreux. Ils ont été envoyés en nombre au Nord, pour stopper les incursions des zagarites. Je ne m'attendais pas à ce qu'il en reste suffisamment au château pour qu'ils vous repèrent. Je ne savais pas non plus qu'il y avait eu un ptéromoran dans le coin, ceci dit.

Elle termina sa phrase avec un regard en coin et prit un air boudeur l'espace d'un instant. Ils marchaient toujours à grandes foulées et se concentrèrent à nouveau pour éviter les branches basses, les ronciers et, pour le peu qu'ils devinaient, les trous dans la terre sèche et inégale.

Kanoo fut la première à distinguer des voix au-devant, sur le chemin, et s'enfonça directement dans les fourrés sans attendre son reste. Talixan et Zephyr marquèrent un arrêt et plongèrent à sa suite. Talixan désigna un grand roncier, et ils se faufilèrent tous les trois sous ses branches épineuses pour se mettre à l'abri des regards.

Quatre baribes avançaient sur le chemin, munis de faux ou autres instruments qui reflétaient par instants les rayons de la lune. Ils n'auraient pas manqué de repérer les fugitifs au bruit qu'ils avaient fait en rampant, s'ils y avaient prêté la moindre attention, mais ils avaient pour seul but de se joindre au mouvement qui prenait place devant le château.

Les trois évadés laissèrent passer un moment de silence, profitant de l'abri du buisson pour reprendre leur souffle. Ils ressortirent plus difficilement qu'ils n'étaient arrivés. Une fois debout, Zephyr s'épousseta, examina ses bras, et fut légèrement vexé de constater qu'il était le seul à arborer de belles griffures de ronces.

Ils reprirent leur marche, en pressant moins le pas, Kanoo toujours devant pour les guider sur ces petits sentiers. Zephyr profita de l'allure plus modérée pour reprendre le fil de ses questions, en s'adressant cette fois à Talixan :

- Pourquoi allons-nous à Garsal ? Nous abandonnons la poursuite des zagarites ? Nous n'arriverons pas à les stopper avant qu'ils rejoignent leurs bandes les plus avancées, c'est ça ?

- Je découvre comme toi qu'il y a des bandes de zagarites de ce côté des montagnes, comme si les postes militaires aux cols n'avaient pas tous tenu. C'est une très mauvaise nouvelle, qui ne va pas nous aider. Nous devons rejoindre au plus vite mon ami Pelon, près de Garsal, c'est notre dernière chance. Je n'ai pas dit mon dernier mot.

Paradoxalement, Talixan se tut là, et son visage se ferma comme celui de Kanoo un peu auparavant. Zephyr décida d'en rester là, et de s'en remettre à son mentor pour la suite des événements.

Ils parcoururent encore une longue distance dans le sous-bois, éclairés par instants par la lune rose qui se levait, petite mais presque pleine, et prenait l'ascendant sur sa compagne verte.

Au sortir du sous-bois, une longue plaine se présenta à eux. Aussi loin qu'ils pouvaient voir, les champs étaient découpés en lignes régulières par les traits sombres des canaux, où clignotaient aléatoirement des reflets roses et verts.

Kanoo les arrêta et, montrant pour la première fois un grand sourire, annonça :

- C'est moi qui l'ai fait !

- ... Avec les baribes, ajouta-t-elle rapidement, un ton en-dessous, se rappelant que ses compagnons n'avaient pas l'air d'apprécier tant que ça les efforts produits pour irriguer les champs du Duc.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0