Sous les lunes

4 minutes de lecture

Zephyr arrêta sa course au petit trot lorsqu'il comprit qu'il fallait choisir parmi tous les chemins inconnus arrivant au château, qu'il soupçonnait vaguement à la lueur de la lune. Il se retourna pour jeter un oeil à la scène qu'ils venaient de quitter.

Contrairement à ce qu'il imaginait, les baribes, au lieu de fuir, se regroupaient près de la tour, certains faisant même demi-tour pour rejoindre leurs congénères. En bordure du groupe, il distingua la femme qui accompagnait Stepo. Deux baribes, parmi les plus costauds, avaient pris conjointement un troisième sur leurs épaules. Plié de douleur, mais le poing levé : Zephyr comprit qu'il s'agissait d'un des baribes malades sorti de la prison. D'autres groupes se formaient plus loin, dont deux se dirigeaient sans aucun doute possible vers le château.

Zephyr s'aperçut avec effroi que les groupes gonflaient de volume à mesure que de nouveaux baribes, venus des chemins alentours, les rejoignaient. Comme si un appel à la guerre silencieux avait traversé la région.

Kanoo et Talixan s'étaient arrêtés à ses côtés, contemplant le même spectacle. La première expliqua :

- Ils viennent tous à l'appel des Puissants. Les Puissants veulent se venger, ils vont mobiliser tous les baribes auxquels ils sont liés. Ils vont tout massacrer. Et je doute qu'ils nous traitent différemment de leurs maîtres. On a intérêt à disparaître discrètement.

- Compris, répliqua Talixan, qui n'avait visiblement pas envie de moisir ici. Tu dois connaître un peu les environs ? Peux-tu nous mettre sur le chemin de Garsal, au Nord, en passant par des endroits discrets ?

- Garsal, le marché aux boeufs ? Je n'y suis jamais allée, mais je sais par où passer. Suivez-moi.

Zephyr contemplait encore la scène fantomatique des rassemblements des géants sous la lune verte, devant un panorama terminé par la silhouette sombre des arbres sur l'horizon et, côté château, la lueur naissante d'un incendie au premier étage, qui renforçait la noirceur des bâtiments. Les questions se bousculaient dans sa tête, mais Kanoo et Talixan traçaient déjà sur un sentier qui s'enfonçait dans un sous-bois. Il sprinta pour les rattraper, manqua de tomber en trébuchant sur un trou car il ne voyait pas clairement où il marchait. Lorsqu'il arriva à leur hauteur, il se cala sur leur pas rapide.

- Que va-t-il se passer ? lança-t-il à Kanoo. Ont-ils une chance contre les miliciens ?

- Oh oui, bien sûr. Le Duc Lamier a acquis vraiment beaucoup de baribes. En face, les miliciens ne sont pas nombreux. Ils ont été envoyés en nombre au Nord, pour stopper les incursions des zagarites. Je ne m'attendais pas à ce qu'il en reste suffisamment au château pour qu'ils vous repèrent. Je ne savais pas non plus qu'il y avait eu un ptéromoran dans le coin, ceci dit.

Elle termina sa phrase avec un regard en coin et prit un air boudeur l'espace d'un instant. Ils marchaient toujours à grandes foulées et se concentrèrent à nouveau pour éviter les branches basses, les ronciers et, pour le peu qu'ils devinaient, les trous dans la terre sèche et inégale.

Kanoo fut la première à distinguer des voix au-devant, sur le chemin, et s'enfonça directement dans les fourrés sans attendre son reste. Talixan et Zephyr marquèrent un arrêt et plongèrent à sa suite. Talixan désigna un grand roncier, et ils se faufilèrent tous les trois sous ses branches épineuses pour se mettre à l'abri des regards.

Quatre baribes avançaient sur le chemin, munis de faux ou autres instruments qui reflétaient par instants les rayons de la lune. Ils n'auraient pas manqué de repérer les fugitifs au bruit qu'ils avaient fait en rampant, s'ils y avaient prêté la moindre attention, mais ils avaient pour seul but de se joindre au mouvement qui prenait place devant le château.

Les trois évadés laissèrent passer un moment de silence, profitant de l'abri du buisson pour reprendre leur souffle. Ils ressortirent plus difficilement qu'ils n'étaient arrivés. Une fois debout, Zephyr s'épousseta, examina ses bras, et fut légèrement vexé de constater qu'il était le seul à arborer de belles griffures de ronces.

Ils reprirent leur marche, en pressant moins le pas, Kanoo toujours devant pour les guider sur ces petits sentiers. Zephyr profita de l'allure plus modérée pour reprendre le fil de ses questions, en s'adressant cette fois à Talixan :

- Pourquoi allons-nous à Garsal ? Nous abandonnons la poursuite des zagarites ? Nous n'arriverons pas à les stopper avant qu'ils rejoignent leurs bandes les plus avancées, c'est ça ?

- Je découvre comme toi qu'il y a des bandes de zagarites de ce côté des montagnes, comme si les postes militaires aux cols n'avaient pas tous tenu. C'est une très mauvaise nouvelle, qui ne va pas nous aider. Nous devons rejoindre au plus vite mon ami Pelon, près de Garsal, c'est notre dernière chance. Je n'ai pas dit mon dernier mot.

Paradoxalement, Talixan se tut là, et son visage se ferma comme celui de Kanoo un peu auparavant. Zephyr décida d'en rester là, et de s'en remettre à son mentor pour la suite des événements.

Ils parcoururent encore une longue distance dans le sous-bois, éclairés par instants par la lune rose qui se levait, petite mais presque pleine, et prenait l'ascendant sur sa compagne verte.

Au sortir du sous-bois, une longue plaine se présenta à eux. Aussi loin qu'ils pouvaient voir, les champs étaient découpés en lignes régulières par les traits sombres des canaux, où clignotaient aléatoirement des reflets roses et verts.

Kanoo les arrêta et, montrant pour la première fois un grand sourire, annonça :

- C'est moi qui l'ai fait !

- ... Avec les baribes, ajouta-t-elle rapidement, un ton en-dessous, se rappelant que ses compagnons n'avaient pas l'air d'apprécier tant que ça les efforts produits pour irriguer les champs du Duc.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Michael Lintec


Ginette était brune.
Mais ça c'était avant.
Avant qu'elle ne décide de devenir blonde comme les blés.
On lui avait toujours dit que pour réussir dans la vie, il valait mieux être dorée. Et Ginette croyait toujours ce qu'on lui disait.
Le problème, c'est que la brunette ne faisait pas les choses à moitié. Voyant que tous ses poils, sourcils compris, étaient bruns, elle décida de se faire une teinture intégrale en se plongeant dans un bain empli de teinture.
Ainsi Ginette devint la plus blonde des blondes que la terre ai connu pour le plus grand malheur des femmes à poil d'or.
Car elle était d'une bêtise à faire pâlir.
Ainsi est née la légende.
2
1
0
0
Tony Shudrack Gréaux

Du feu de la lave

Pépite brute et minérale
Elle surgit du grès 
 
Du feu de la glace
Nature pure et volcanique
S'extrait des rochers 
0
0
0
0
Défi
Anne Nako


LA VIE


Dans le noir protecteur j’ai attendu.
Je me suis éveillé quand la chaleur est venue.
Alors j’ai poussé pour rejoindre la lumière
Et j’ai sorti ma première feuille au plein air.


Longuement j’ai lutté contre le vent, la grêle,
Au commencement, j’étais léger et frêle,
Et grâce à la terre, au soleil et à la pluie,
Au fil du temps, je me suis épanoui.


Quand j’étais petit, je voyais les gens,
Le monde vu d’en bas est impressionnant.
Je n’ai jamais été pour eux un obstacle
Et s’ils ne m’ont pas écrasé, c’est un miracle.


A présent de mon sommet, je domine la terre
Je suis devenu un grand et fort, un univers.
Mais déjà je sens mes dernières feuilles crépiter
Et caressé par le vent et les flammes, je pars en fumée.
2
4
0
1

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0