Aux caves /1

4 minutes de lecture

- Rendez-vous, vous êtes en état d'arrestation, déclama le grand milicien d'une voix forte. Il ne vous sera fait aucun mal, ajouta-t-il, jugeant sans doute que le chasseur était un coriace qu'il valait mieux éviter d'affronter, même à cinq contre un.

- Que voulez-vous ? Nous sommes de simples voyageurs, rétorqua Talixan, la flèche toujours pointée droit sur la gorge de celui qui venait de parler.

- Je vous emmène au chateau. Le seigneur Lamier décidera de la suite. On a vu un ptéromoran au-dessus des champs aujourd'hui, il est à vous ?

Talixan feignit la surprise, nia tout rapport avec eux, insistant qu'ils n'étaient que de simples voyageurs égarés, attaqués par des brigands.

Le regard du milicien, qui semblait être le chef, s'arrêta sur les lanières de tissu qui recouvraient le torse de Zephyr. Il se pencha et émit un petit sifflement à la vue de l'estafilade qu'on devinait dans le dos du jeune homme.

Ses yeux s'abaissèrent ensuite vers les lignes tracées au sol, à leurs pieds.

- Il se passe des choses suspectes ici, je ne sais pas ce que vous fomentez, mais ça se réglera au chateau. Baissez votre arme, et laissez-vous lier les poignets par mes hommes.

Talixan s'exécuta de mauvaise grace. Deux hommes lui lièrent les poignets dans le dos, et firent ensuite de même avec Zephyr. Le milicien sembla soulagé que tout se passe sans plus de heurts. Par contre, il évitait ostensiblement de poser à nouveau les pieds sur le dessin tracé dans la terre, auquel il jetait des petits coups d'oeil pleins d'appréhension.

- Maintenant, dans le cabanon, dit-il à ses hommes. Arrêtez-moi tous les individus que vous trouverez là-dedans, et criez si vous voyez la moindre bestiole bizarre bouger.

On entendit les hommes réveiller sans ménagement les occupants de la cahute et, quelques minutes plus tard, ils revenaient avec Kanoo, Stepo et les cinq baribes, dont ils avaient également ligoté les mains. Les nouveaux venus, tirés brutalement de leur sommeil, écarquillaient encore les yeux sans comprendre où les miliciens voulaient en venir.

Kanoo se mit à protester énergiquement, qu'elle était là pour diriger les baribes, qu'elle n'avait rien à se reprocher. Que toute personne qui s'en prendrait à elle aurait des comptes à rendre au seigneur Lamier lui-même.

Pas démonté par les propos véhéments de la jeune fille, le milicien en chef lui annonça qu'elle aurait à répondre d'avoir hébergé sur les terres du seigneur Lamier des individus d'origine inconnue, qui pratiquaient la sorcellerie, et qu'on soupçonnait d'avoir laché dans la nature un ptéromoran.

Cela refroidit aussitôt les ardeurs de Kanoo, qui engloba ses deux invités dans les regards furieux qu'elle adressait à la ronde.

La troupe se mit en marche, et Zephyr constata que son dos le faisait beaucoup moins souffrir qu'un instant auparavant. Le sort avait fonctionné ! Il en tira une petite fierté intérieure, bien vite éclipsée par la situation périlleuse dans laquelle ils se trouvaient tous désormais. Il rechercha des yeux Stepo. L'enfant, lui, n'avait pas les mains liées, et en profitait pour s'accrocher des deux bras à une jambe de la grande baribe qui l'avait accueilli sur ses genoux la veille.

- On va où ? demanda-t-il de sa voix de garçonnet. Il insista plusieurs fois, avant que Zephyr finisse par lui répondre :

- Au chateau.

- C'est loin ? J'ai envie de faire pipi ! renchérit l'enfant d'un ton pressant.

- Plus tard ! tonna le milicien. Avancez, allez ! Fit-il en faisant mine de pousser les baribes qui trainaient à l'arrière.

Ils marchèrent d'un pas traînant à travers champs, sur des sentiers qu'on devinait à peine sous la lune, puis rejoignirent un chemin mieux dessiné, qui au bout d'un moment se trouvait bordé de haies.

Enfin un grand bâtiment en U à deux étages, flanqué d'une tour, se dessina dans les ombres.

Lorsqu'ils approchèrent de la bâtisse, que les locaux nommaient pompeusement "le chateau", le milicien les dirigea vers la tour. L'ensemble était silencieux et obscur, à l'exception d'une patrouille qui sortit de la tour avec des torches, et s'avança vers eux.

- Alors, vous l'avez ? dit une voix.

A quoi le milicien en chef répondit qu'ils n'avaient pas capturé le ptéromoran, mais des individus suspects qui pratiquaient la magie. Il avait préféré les amener au plus vite, mais le plus important restait à dénicher. Il conseilla à son interlocuteur d'envoyer sa brigade du côté d'où ils venaient. On sentit le regret de ce dernier, qui avait un instant espéré que sa nuit serait épargnée.

La troupe et ses prisonniers pénétrèrent dans la tour et descendirent un escalier de pierre grossière. Arrivés en bas, ils se tenaient à l'entrée d'une immense cave. Près d'eux, des piles de nourriture, d'armes et d'objets disparates s'ammoncelaient sans ordre bien défini. Ensuite, des tables et bancs barraient le chemin. Cependant, au-delà, on devinait des grilles, alignées tout le long d'un profond couloir. Zephyr comprit qu'il s'agissait de cachots.

Il se tourna vers Talixan, dont le visage était fermé. Il chercha derrière lui Stepo, et s'aperçut que le petit garçon s'était éloigné pour aller se soulager dans une jarre entreposée devant la montagne d'objets de l'entrée.

- Stepo, ne fais pas ça, commença-t-il, soupçonnant que la jarre pouvait contenir de la nourriture. Puis il s'interrompit, en se disant qu'avec un peu de chance le contenu de la jarre était destiné aux soldats et que ce serait bien fait pour eux.

Après avoir raconté en détail son histoire au type assis à la table, devant les cachots, le milicien en chef réunit ses prisonniers et les dirigea jusqu'à une grande cellule encore inoccupée. Ils y entrèrent tous, et l'homme referma la grille derrière eux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0