Aux caves /2

4 minutes de lecture

Des minutes, peut-être des heures s'écoulèrent dans la cave suintante. Kanoo, d'abord renfermée, se mit à crier régulièrement à travers la grille, selon les moments pour insulter les gardes, ou pour justifier de son innocence. Elle accompagnait ses propos de grands moulinets des bras et, de temps en temps, d'une exclamation incompréhensible dans une langue aux voyelles aigües.

Elle était bien la seule à s'agiter ainsi, si l'on excepte Talixan qui parcourait lentement la cellule pour en étudier soigneusement tous les aspects.

Zephyr, les baribes et Stepo s'étaient tous rendormis, ce dernier dans les bras de la protectrice qu'il s'était choisie.

Le milieu de la nuit approchait, lorsque Zephyr fut soudain réveillé par un baribe qui vomissait près de lui en s'appuyant au mur.

Dégoûté, le jeune homme voulut s'éloigner, mais constata alors que tous les baribes montraient des signes de malaise : l'un s'adossait au mur comme s'il était sur un navire en pleine tempête, un autre, à quatre pattes, les coudes à terre, semblait prêt à rendre ses entrailles, tandis que la femme qui avait accueilli Stepo dans ses bras restait allongée face contre terre.

Zephyr failli cogner dans un baribe qui marchait au hasard, plié en deux en s'enserrant le ventre des deux bras. Il interrogea son mentor :

- Talixan, que leur arrive-t-il ?

- Depuis quelques temps ils se sentent de plus en plus mal, je n'ai aucune idée de ce qui leur a causé ça ! Attends, tais-toi, écoute.

D'une cellule qui leur faisait face parvenaient des lamentations. En tendant l'oreille, ils crurent aussi reconnaître des bruits de régurgitation violente. Deux gardes arrivèrent en courant et s'arrêtèrent devant cette cellule.

- Mince, les baribes, qu'est-ce qu'il leur arrive ?

- Ils vomissent tout leur repas ! Qu'est-ce que tu leur as donné ?

- Mais, idiot, la même chose que tous les jours, la soupe avec la drogue, et je peux te jurer qu'elle contenait la bonne dose, j'étais là quand on l'a mélangée.

- Regarde ! Ils vomissent encore ! Qu'est-ce qu'on fait dans ce cas là ? La drogue risque de ne pas faire effet ! On va se prendre un de ces savons !!

- Va prévenir le sergent, qu'il nous apporte une nouvelle soupe aussi vite que possible !

Un des deux gardes déguerpit aussi sec vers la sortie, tandis que l'autre resta à faire les cent pas en se morfondant.

Talixan, Zephyr et Kanoo se tenaient maintenant contre leur grille, passionnés par la scène.

- Kanoo, demanda Zephyr, ce sont les baribes dont tu nous a parlés ?

- Oui, ce sont les baribes qui commandent les sentiments des autres, et que le seigneur Lamier retient dans cette cave.

- Que leur arrive-t-il ?

- Je n'en sais rien ! Ils ont l'air de vomir leur repas. Je ne les ai jamais vus comme ça. Si ils ne prennent pas leur drogue ce soir, ça risque de chauffer dans leur cellule ! Je préfèrerais ne pas y être.

Zephyr se retourna, mais les baribes qui les accompagnaient étaient toujours dans un état pitoyable.

Trois gardes revinrent un peu plus tard avec une grande jarre. Le gardien de cellule en était, et ses oreilles rouges montraient qu'il se faisait remonter les bretelles par ses collègues depuis un bon moment :

- Bougres d'abrutis, disait l'un des nouveaux, vous avez réveillé tout le chateau avec vos conneries ! Il n'y a pas un baribe dans le coin qui ne soit en train de hurler ou de vomir ses tripes ! On n'a pas idée de donner de la nourriture avariée à ces gars-là ! Combien de fois on vous a dit qu'ils sont plus que précieux ?!

Ils ouvrirent la grille, posèrent la jarre dans la cellule des baribes et y trempèrent des gobelets. Ils les tendaient tour à tour à chacun des occupants de la cellule, sans succès. Les baribes, dégoûtés, ne voulaient plus rien toucher. Les gardes n'en menaient pas large, car plus le temps passait, plus ils savaient que le seigneur serait intransigeant envers leur faute. Ils supplièrent et menacèrent les pauvres baribes, qui les entendaient à peine et s'écartaient de leur mieux dès qu'ils sentaient l'odeur de leur mixture.

Petit à petit, cependant, certains baribes se tinrent debout un peu plus fermement, et montrèrent des signes d'agitation, voire de colère. Les gardes refusaient de croire qu'ils échoueraient à faire avaler la soupe à leurs protégés, mais l'un d'eux finit par réaliser qu'un gros problème allait se présenter, sortit ses clés et invita ses compagnons à regagner le couloir.

D'un coup de jambe, un baribe le faucha. Il tomba à terre, et les clés lui échapèrent des doigts. Ce fut comme un signal : les autres baribes se jetèrent sur les gardes encore debout, les soulevèrent de terre et les jetèrent violemment contre le mur du fond de la cellule. Ils étaient plus en colère que malades désormais, et l'on sentait monter en eux une soif de vengeance.

Les compagnons de Zephyr hésitaient à se faire remarquer, mais les baribes enfermés avec eux les rejoignirent à la grille et hêlèrent leurs congénères. Ceux-ci avaient refermé leur propre cellule à clé, et se servirent du même trousseau pour ouvrir les autres cellules.

D'autres baribes, d'autres siliens sortirent des cellules, les uns abasourdis par leur chance, les autres sombres d'avoir tant à faire expier.

Ce fut rapidement la cohue vers la sortie, où quelques gardes armés tentèrent de faire barrage. Mais les évadés se saisirent des tables, des chaises et de la montagne d'objets stockés à l'entrée pour submerger leurs adversaires. Tout en suivant le mouvement, Zephyr nota que Kanoo se faisait aussi discrète que possible, redoutant sans-doute que les baribes lui reprochent son rôle dans leur oppression, toute esclave qu'elle était elle-même.

Stepo, lui, restait accroché à la grande baribe. Zephyr s'arrêta pour les laisser revenir à sa hauteur. Il accompagna Stepo sur une petite distance, lui carressant les cheveux, lui tapotant le dos, tout en lui faisant ses adieux.

- Stepo, mon grand, sois bien sage et obéïs à la dame qui prend soin de toi. Je te fais confiance pour devenir un grand garçon merveilleux. Adieux, dit-il, alors que tous commençaient à se disperser sur les sentiers, dans la douceur de cette nuit de délivrance.

Des coups bruyants leur parvinrent des grands bâtiments du chateau, bientôt suivis par des cris. Du haut de la tour, un garde sonna l'alarme.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0