Étranger en son royaume

6 minutes de lecture

Les trois amis avançaient aussi silencieusement que possible dans l'eau du canal, en direction des voix qui leur parvenaient. Essayant de distinguer les mots prononcés, Zephyr s'aperçut qu'ils étaient partiellement couverts par le bruit des insectes volants. Il prit soudain peur, et regarda son poignet. La luciole s'y trouvait toujours. Comment vérifier que c'était bien celle de Gralmee ?

"Luciole", dit-il tout bas, "es-tu bien la luciole de Gralmee ?"

Un petit éclair lumineux fusa en réponse. C'était bien le code qu'ils avaient adopté spontanément pour communiquer.

A moitié rassuré, il appela Talixan aussi faiblement qu'il le put. Ce dernier se retourna et l'attendit, planté dans l'eau jusqu'aux cuisses. Son visage grimaçait à la vue du jeune homme plié par la douleur. Stepo, au-dessus de lui, ouvrait la bouche comme s'il mimait la souffrance de son aîné.

"La luciole qui m'a repéré dans le chariot - elle nous suit peut-être toujours."

Talixan ouvrit de grands yeux. L'idée ne l'avait pas efleuré. Il se remit lentement à avancer, la tête levée, le regard aux aguets.

Ils firent quelques pas, avant d'avoir la surprise d'entendre Stepo s'écrier :

"Luciole !" en montrant un insecte à deux pas de lui.

Talixan s'immobilisa, leva les mains et ouvrit les bras. Mais comment attraper un insecte en plein air, les pieds dans l'eau, avec un enfant sur les épaules ?

Zephyr se traînait derrière eux. Quand il comprit ce qu'il se passait, il eut le réflexe de déclencher des petits courants d'air désordonnés autour de la bestiole. Un coup de vent à droite, un autre vertical, puis descendant, puis vers la gauche - l'insecte perdait ses repères et finit par tomber à l'eau. Talixan s'y précipita à grands coups d'éclaboussures, le prit dans ses mains et les écrasa l'une contre l'autre aussi fort qu'il le put. Il les déplia pour Zephyr, qui venait laborieusement examiner ce qu'il restait de l'insecte. Mais rien ne permettait d'identifier une luciole de sorcière d'une luciole classique. Ils en étaient pour leurs frais, et devraient continuer à se méfier tant qu'ils n'auraient pas de certitude.

Ils reprirent leur marche aquatique, en redoublant d'attention. Ils approchaient de l'endroit d'où venaient les voix, et où l'herbe était rase, mais les voix s'étaient tues maintenant.

Il y eut un bruit dans les hautes herbes sur leur gauche, et soudain une tête grimaçante surmonté de cornes semblables à celles d'un bélier surgit entre les roseaux. Zephyr faillit défaillir devant cette apparition diabolique. Il crut d'abord à un masque, mais une petite voix féminine sortit de ce visage souligné de gros traits noirs.

"Qu'est-ce que c'est que ça ?" demanda cet étrange personnage aux hommes qui pataugeaient dans le canal. "Où allez vous ?"

Les hommes restèrent figés. Talixan, les yeux toujours fixés sur l'apparition, murmura :

"Une mesmèze..."

Zephyr en oublia sa blessure. Une mesmèze ! Une femme venue des confins nords du continent, de ce peuple aux moeurs sauvages, dont le crâne est muni de cornes ?! Il n'en avait jamais croisé jusqu'ici, et ignorait qu'on en trouvait des représentants jusque dans son royaume !

N'était-il pas en droit de lui retourner la question, sur sa présence ici ? Et au juste, ne représentait-elle pas un danger ? Que signifiait sa présence près de Bel-Sarm ? Zephyr dut s'avouer que ses maigres connaissances livresques sur les mesmèzes ne lui seraient d'aucun secours. Elles tenaient plus des contes de son enfance que des rapports des conseillers de la cour. Il mesura tout d'un coup à quel point cette dernière vivait renfermée sur les revendications de ses commerçants et les caprices de ses ducs, au lieu de s'ouvrir au reste du monde.

Les roseaux s'écartèrent, et il vit s'avancer une jeune fille maigrichonne vêtue d'une robe de toile brute, sans manches, et de piètre facture. Bien que plus petites que celles d'un bélier, ses deux cornes cuivrées et courbées sur elles-mêmes semblaient disproportionnées par rapport à sa faible constitution. Il lui donnait douze ans, lui qui en avait quinze. Mais surtout, il nota chez elle un air extrêmement décidé, et se fit la remarque qu'il en faudrait sans doute beaucoup pour l'effrayer.

Talixan, qui était aussi déconcerté que Zephyr par cette apparition, prit cependant la parole :

"Bonjour ! Je suis ravi que vous parliez notre langue. Nous avons été attaqués par des brigands, et mon ami a été blessé lors de l'assaut. Nous cherchons un abri où nous serions en sécurité et où mon ami pourrait se soigner. Les brigands sont peut-être encore derrière nous à l'heure qu'il est."

La jeune fille les parcourut du regard, perplexe à la vue de cette troupe hétéroclite et sortie de nulle part. Son regard s'arrêta sur Zephyr, dont les traits étaient marqués par la souffrance, et elle sembla prendre une décision. Elle se retourna et cria plusieurs ordres dans une langue inconnue. Des mouvements étaient perceptibles de l'autre côté des hautes herbes, et Zephyr pria pour que les personnes qui s'y trouvaient n'aient rien contre lui. Entre les zagarites furieux, le Duc aux ambitions démesurées qui assiégeait le Temple, les meutes de chiens et les miliciens fanatiques, le monde se révélait particulièrement hostile ces derniers jours.

Elle leur fit signe de poursuivre jusqu'au terrain dégagé, et disparut aussi vite qu'elle était apparue. Ils l'entendirent s'exprimer à nouveau en une langue inconnue, donnant des instructions à ses interlocuteurs. Les deux hommes s'avancèrent d'abord à grand pas, puis de plus en plus prudemment, car l'agitation des hautes herbes montrait qu'on les précédait de l'autre côté. Effectivement, quand ils arrivèrent à la partie rasée, de grands individus les attendaient et, en approchant, ils eurent une nouvelle surprise.

Le comité d'accueil n'était constitué ni de siliens, ni de mesmèzes, mais de baribes. Cinq grands échalas les attendaient tranquillement, pour certains une faux à la main. Le coeur de Zephyr se serra à cette vue. Mais ces faux n'avaient rien d'une arme en l'occurrrence : visiblement, les baribes fauchaient les herbes avant l'arrivée de leur petite troupe.

Les jupes descendant aux genoux, leur seul vêtement, laissaient bien en évidence leur corps tout en muscles et leur peau tannée par le soleil. Leurs visages tout en longueur n'exprimaient rien de particulier - ils étaient là, à attendre des étrangers qui sortaient du canal, sans se poser plus de questions que ça.

A leur approche, ils tendirent des mains aux longs doigts effilés et à la peau rude des travailleurs des champs. Mais avant de monter sur la terre sèche, Talixan inspecta le bord de l'eau.

"Ces endroits sont des nids à rats des ruisseaux. Ils ne peuvent pas rêver mieux. Comment faites-vous pour travailler ici ?" demanda-t-il en se tournant vers la jeune fille.

"C'est vrai, nous faisons attention, mais ça ne nous empêche pas de perdre un baribe de temps en temps." La réponse fit tiquer le chasseur, car elle semblait accorder peu de prix à la vie des travailleurs qu'il avait en face de lui. Mais ce coin n'était pas infesté, et il autorisa les baribes à le remonter, ainsi que son compagnon.

Zephyr attrapa des mains, mais peina à sortir car il restait plié par la douleur. Sa chemise déchirée poissait le sang. Une fois à côté du baribe qui l'avait tracté hors de l'eau, Talixan lui ôta la chemise en lambeaux et la trempa dans l'eau pour commencer à nettoyer les plaies. Allongé sur le ventre, Zephyr se surprit à jauger l'incroyable écart de taille qui le différenciait du baribe qui l'avait soulevé. Il lui aurait fallu trois ou quatre têtes supplémentaires pour faire face à ce géant.

Il n'en était plus à s'étonner de quoi que ce soit. Baribes, mesmèzes et zagarites - le monde entier semblait s'être donné rendez-vous à Bel-Sarm pour une raison inconnue, mais pour l'instant, c'est sa blessure qui monopolisait son attention. La jeune mesmèze leur dit de les suivre, et ils emboîtèrent son pas sans discuter, au rythme lent des baribes, qui semblaient très fatiqués. Seul Stepo était encore audible, chuchotant aux oreilles de Talixan des remarques sur les géants qui les accompagnaient.

Un appel arrêta cependant toute la troupe.

Se retournant, ils virent un autre groupe de baribes qui se tenait planté sur un petit monticule, chacun muni d'une faux qu'il tenait lame en l'air, pied planté en terre. Ils faisaient signe : au loin, par-dessus les herbes folles, une silhouette de zagarite se dessinait. Tout le monde se figea en attendant la suite. Un deuxième zagarite rejoignit l'éclaireur. Ils discutèrent un moment, puis repartirent tous deux en sens inverse. Avec un peu de chance, la poursuite s'arrêterait là.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
artisanmots

Pour ce défi je ne fais pas oeuvre personnelle, je vais citer un passage de l'histoire de Joseph :
Joseph eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe ! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit : Que signifie ce songe que tu as eu ? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi ?
La suite de l'histoire de Joseph confirme cette interprétation du songe, puisqu'il arrive que le père, la mère et les frères de Joseph se retrouvent dépendants de lui.
La question qu'on peut se poser : ce songe n'a t'il pas une autre signification ? Il faut rappeler que l'histoire de Joseph est une ode au pardon. Joseph parvient à pardonner à ses frères, qui ont pourtant envisagé de le tuer, et l'ont vendu comme esclave. Dans les Evangiles, la question du pardon n'est traitée que d'une manière théorique et vague. Dans l'histoire de Joseph, on se trouve au coeur du sujet. Se pourrait il alors que le songe du soleil et de la lune représente la récompense pour s'être montré capable d'un si grand pardon ?
2
3
0
1
Adrien de saint-Alban

Pas de femme.

La rue était sombre et déserte. Il avait plu quasiment toute la nuit, une pluie fine qui avait rendu glissants la rue et ses gros pavés. Je marchais seul devant moi vêtu de mon gros pardessus noir. Soudain, des bruits de pas. Je tendis l'oreille, des pas sonores. Des pas sensuels. Des pas de femme retentirent comme des claquements réguliers devant moi. Une tentation géniale m'avait traversé l'esprit, l'irrésistible tentation de chercher d'où venait ces pas, ces pas ensorceleurs, ces pas qui allument certaines pulsions, celle qui commettent l'irréparable.
C'était les pas de ma voisine, Anne-Christine. Je ne m'étais pas trompé, c'était bien ELLE!

Bien décidé à la rattraper et à me venger, je me mis à accélérer le pas, le mien. Elle s'était toujours refusée à moi, à mes avances discrètes ou sonores. Une poupée qui disait toujours non. Terrible et irrésistible! C'était à chaque fois la même torture, une torture recommencée, à chaque rencontre fortuite ou pas dans l'escalier ou sur le palier. Tel Sisyphe et son rocher, j'étais condamné non pas à vivre avec un thon, mais à exister à proximité de cette Vénus callipyge pour laquelle je crevais de désir et dont j'étais frustré chaque jour davantage, condamné à imaginer cette femme nue dans son bain ou sous la douche, marchant pieds nus sur le parquet propre et ciré. Parfois, je collais l'oreille au plancher pour saisir le moindre bruit, le moindre signe qui pouvait enflammer mon imagination, étendu à plat ventre à guetter le moindre pas, à deviner ces gestes simples, des gestes de femme.

Adrien de saint-Alban
2
18
1
1
Défi
Claude Thivet
Ce texte m'a été inspiré par le défi "Le club des millionnaires" proposé par StephanieG.
Le titre est un hommage à Jacques Higelin, tandis que dans le texte, je rends hommage à Daniel Balavoine, en espérant que cet humble emprunt ne courrouce pas les ayants droits. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je publie ce texte "tous droits réservés".
C'est encore un premier jet. Je ne savais pas du tout quelle direction prendre quand j'ai commencé à l'écrire. La direction et la tonalité se sont imposées d'elles même.
J'espère qu'il vous plaira, mais je suis ouvert à toutes vos critiques et suggestions.
Merci de votre lecture.

2
2
0
3

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0